Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 10:01

Bonjour les amis,

Je fais partie des personnes qui se sont senties extrêmement gênées par le parti pris éhontément partisan avec lequel les médias occidentaux ont traité la mort de Fidel Castro , avec 2 mots qui revenaient systématiquement en boucle: dictateur et tyran...Ne manquait plus que Tyrannosaure Rex stalinien !

Il y a dans cette affaire quelque chose de très très désagréable et je m' en explique.


En effet,même la personne la plus ignare sur cette planète est au courant et sait parfaitement qu' il y a eu une répression à Cuba, des prisonniers politiques et des crimes contre la libre pensée.Tout le monde le sait et c' est très bien comme ça.


Par contre, chers amis, moi c' est en lisant Noam Chomsky que j' ai appris l' étendue des crimes contre l' humanité commis par les Etats-Unis en Amérique centrale ( rien que pour parler de cette seule région du monde).

Moi, j' ai dû d' arrêter la lecture des exactions commises par les mercenaires armés par les Etats-Unis car certains passages des livres de Chomsky ( massacres d' indigènes) me donnaient la nausée Alors, je vous pose une simple question.

Combien de nos concitoyens ont lu dans la presse occidentale le compte-rendu de ces crimes sous le mandat de Reagan...ZERO !!!!! ou pratiquemment personne ! ...Il y a là un déséquilibre très choquant ( là, je ne parle pas de 75 dissidents cubains emprisonnés mais de villages entiers massacrés hommes, femmes et enfants après avoir subi d' affreuses mutilations telles qu' on les devine dans le film UNDERFIRE...).

Je vous remets ici un extrait de la wikipedia, ( peu suspecte de bolchévisme):

Le président démocrate Jimmy Carter autorisa, fin octobre 1980, la création d'un programme secret de la CIA de soutien aux Contras, envoyant un million de dollars. La CIA collabora alors avec le Bataillon d'Intelligence 601 argentin, qui avait une base en Floride. Au milieu des années 1980, l'ex-vice directeur de la CIA Vernon Walters et le chef des Contras Francisco Aguirre ont rencontré les généraux argentins Viola, Davico et Valin afin de coordonner les actions en Amérique centrale.

Le , le président Ronald Reagan autorise la CIA dirigée par William Casey à recruter et à appuyer les Contras, avec un budget de 19 millions de dollars américains.

En 1983, le 26 mars, le village de Rancho Grande est attaqué par la contra, parmi les morts se trouve le docteur Pierre Grosjean, médecin-chercheur français, au Nicaragua depuis six mois. Plusieurs étudiants actifs dans le programme sandiniste d'alphabétisation sont également assassinés.

En 1984, le Nicaragua décide de porter plainte contre les États-Unis à la Cour internationale de justice, ce qui aboutit en 1986 à un verdict appelant les États-Unis à « cesser d'employer l'usage illégal de la force contre le gouvernement sandiniste » en plaçant des mines sous-marines et en entraînant et appuyant les Contras. Les États-Unis avaient « rompu leur obligation dictée par le droit international de ne pas utiliser la force contre un autre État » et étaient condamnés à payer des réparations. Washington a déclaré que les États-Unis n'étaient pas soumis aux jugements de la Cour.

La fin de l'aide officielle, à la suite de la pression du congrès américain, conduit à un soutien clandestin en particulier par le biais de ventes d'armes à l'Iran, ce qui déclencha un scandale connu sous le nom d'Irangate.


Alors je vous pose une simple question.

Ne trouvez-vous pas que les médias occidentaux et notamment américains sont sacrément gonflés ? Qu' ils sont les champions des droits de l' homme quand il s' agit de les faire respecter chez leurs adversaires mais qu' ils sont complètement aveugles, sourds et muets sur ce chapitre quand il s' agit de défendre leurs alliés ( comme l' Arabie Saoudite...quand un de leurs rois meurt on n' emploie pas les mots despote ou  tyran).

Imaginons qu' il existe deux pays: un grand pays A et un petit pays B.

Dans le pays B le gouvernement exerce une répression forte ( mais pas sanguinaire) dont souffre une partie de sa population.Tout le monde ne peut pas exprimer ses divergences.C' est parfaitement condamnable, et on est tous d' accord là dessus...

Dans le grand pays A, c' est le royaume de la liberté, de la libre expression.Ils organisent des élections très démocratiques qui permettront à leur congrès de débloquer des sommes importantes pour mener la guerre, et autoriser des MASSACRES très démocratiquement en intervenant DIRECTEMENT dans les affaires intérieures d' autres pays tiers pour défendre leurs propres intérêts "en toute liberté".

Ne trouvez-vous pas qu' il y a beaucoup d' INDÉCENCE de la part des représentants du grand pays A à traiter le leader du pays B de dictateur ?

Doit-on considérer que les crimes du pays A sont moins graves car ils n' affectent que des pays tiers, et pas leur propre population ? C' est ça qu' on doit comprendre ?

Ou, au contraire, devrait-on plutôt penser que des crimes commis hors des frontières nationales pour assurer un certain bien-être à l' intérieur de ces mêmes frontières sont une circonstance aggravante.

Bon là, je me suis limité à Reagan et à l' Amérique centrale mais vous savez parfaitement que sous toutes les présidences il y a eu de vrais crimes.Le dernier exemple le plus flagrant étant G Bush déclarant une guerre à l' Irak sur la base de mensonges, ce qui est le PIRE crime qu' un dirigeant sur cette planète puisse commettre...

 

Alors il se trouve que mon pote Chomsky est très choqué lui aussi, et il remet un peu les pendules à l' heure.

Lisez son interview jointe ci-dessous et parue dans l' HUMA.

Chomsky rappelle que les réussites de la révolution cubaine ( car il y en a ...et non des moindres) ont été systématiquement niées, méprisées par les mainstreams.

Pourquoi passe t' on sous silence le fait que Mandela ait rendu hommage à Fidel ? Hein ?

Fidel qui a envoyé des troupes en Angola pour soutenir ceux qui luttaient contre l' apartheid.

Fidel solidaire qui envoie des médecins pour aider les haïtiens après le séisme de 2010.

Qui connaît les détails et le nombre de victimes de l' opération de la CIA Mangouste, hein ?

Si on veut parler des droits de l' homme, alors il faut tout dire mes amis....Tous les crimes sont condamnables sinon ce ne serait pas des crimes.Mais là encore, tous les crimes n' ont pas la même gravité.

Qu' est-ce qui est pire ? Etre condamné à une peine de prison après avoir été jugé par une cour pour cause de dissidence ou se faire torturer et  zigouiller avec femmes et enfants dans une expédition punitive de mercenaires ?

Pensez-vous que Fidel aurait été capable de commettre ou d' autoriser de telles horreurs ? Moi, je ne le crois pas...et ça l' histoire ne l' a pas encore démontré...Par contre , les autres crimes bien plus graves dont je parle sont déjà partiellement répertoriés et reconnus par certains de leurs promoteurs ( dont par exemple Kissinger, prix Nobel de la paix qui a expliqué entre autres que le coup d' Etat au Chili leur avait coûté le prix d' un Jumbo...pas cher payé pour  la peau d' une démocratie..).

Allez, je laisse la parole à Noam Chomsky, l' une des rares grandes consciences de l' Amérique.

 

 

J' aimerais conclure avec de très simples réflexions.

Il ne s' agit pas d' être complaisant avec Castro.L' histoire le jugera pour ce qu' il était , et pour ce qu' il a fait mais d' ores et déjà , on peut affirmer:

1. Fidel, c' était pas Pol Pot ou Kim Jong-un...faut arrêter un peu le délire quand même...

2. Le pire des crimes de Fidel est sans aucun doute condamnable mais reste sans commune mesure avec ceux commis CONTRE SA  REVOLUTION par ses adversaires impérialistes

3. Dans quelle mesure, les agressions répétées de l' extérieur n' ont pas eu pour effet de durcir son régime ? car là, il ne faut pas charrier quand même...n' allez pas me dire que ces attaques répétées des ricains suivies de leur embargo n' ont pas eu des effets collatéraux très négatifs pour le peuple cubain.

Vous le voyez les amis.Il vous sera bien difficile, si vous êtes honnête, d' établir un réquisitoire contre le castrisme sans y adjoindre un autre bien plus terrible encore contre l' impérialisme américain.

 

Mort de Fidel Castro: quand Noam Chomsky remet un peu les pendules à l' heure...

PS: Hier je cherchais des références écrites extraites du livre de Noam Chomsky WORLD ORDERS OLD AND NEW ( Le nouvel ordre mondial et l' ancien), publié en 1994,  que moi j' ai lu dans une traduction espagnole datant de 96.C' est un livre de référence bourré d' informations ( souvent inédites) et qui permet de comprendre l' ensemble de toutes les relations internationales de toute l' après-guerre...et bien figurez-vous que ce document exceptionnel n' est même pas traduit en français....Quel dommage !

Croyez-moi les amis.Si vous lisez ce livre vous n' en sortirez pas indemne...

 

Mort de Fidel Castro: quand Noam Chomsky remet un peu les pendules à l' heure...
Le même bouquin très recommandable en version espagnole

Le même bouquin très recommandable en version espagnole

PS nº 2 : Voici en lien ci-dessous UNDERFIRE un très bon film ( avec une musique superbe) disponible INTEGRALEMENT sur youtube au sujet des exactions occidentales en Amérique centrale, avec une bonne réflexion sur le métier de journaliste.

J L Trintignant y tient un rôle assez savoureux de " méchant" français, Ed Harris le rôle d' un très inquiétant mercenaire.Quand à Nick Nolte il est impérial en journaliste qui met de côté un peu l' éthique professionnelle et qui passe, avec armes et bagages,du côté des révolutionnaires...

 

6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 08:20

Bonjour les amis,

Notre nouvel ensemble choral CADENZA a donné samedi dernier un concert de chants de Noël au port de Dénia, sous la direction de  Silvia Peña, dans la salle de spectacles de l' entreprise de transport maritime Balearia.

Voici donc un compte-rendu youtubien de notre prestation grâce aux vidéos mises en ligne par notre amie et choriste Blanca Valiente.

Nous commençons par un chant russe orthodoxe de Bortnyansky datant de la fin du  XVIII ème siècle, avec une succession de parties allègres et enlevées et de parties plus lentes.Si vous ne comprenez pas tout ce qu' on dit, ne vous inquiétez pas, c' est normal car ce n' est pas du russe moderne mais du russe littéraire et archaïque datant du XVIII ème...

EL NOI DE LA MARE traditionnel catalan du XX ème siècle composé par Ernest Cervera

LA NIT DE NADAL traditionnel valencien, avec un texte également en valencien

Nous passons au continent sud-américain avec une chanson brésilienne aux tonalités très particulières, très bossa nova.La chanson attaque directement sur un accord de 7 ème.

Les harmonies sont subtiles et assez tendues...CANÇAO DE NATAL

Une chanson baroque du XVI ème siècle.EN NATUS EST EMANUEL de Michael Praetorius.

J' adore ce répertoire, je ne m' en lasse jamais !

On enquille avec du chant sacré contemporain écrit par le compositeur italien Mariano Garau, HODIE CRISTUS NATUS EST.

C' est Fanny qui assure le solo d' introduction...Quant à nous, la fin est tout simplement explosive et l' accord final me met la chair de poule chaque fois que nous l' interprétons.

Nous continuons avec OI BETHLEEM ! chant traditionnel basque de facture très lyrique chanté en VO, c' est à dire en basque.Sachez pour la petite histoire  que la présidente de notre chorale est d' origine basque et qu' elle est donc à même de soigner et de corriger notre prononciation...

Revenons au continent sud-américain avec une chanson de Noël d' Ariel Ramirez, popularisée en France sous le titre d' alouette par Gilles Dreu , en 67.

Le titre original c' est LA PEREGRINACION, le pélerinage...

Toujours en Amérique latine voici SON CHAPIN un chant guatemaltèque: un chant rythmé plein de vie, de joie et  d' allégresse dans une atmosphère typiquement villageoise.J' aime beaucoup...un chant qui transporte !

Une berceuse portoricaine pleine se sensibilité et de tendresse intitulée VILLANCICO YAUCANO.

Je me chantonne souvent les premiers vers tout seul dans la voiture, rien que pour la plaisir, et c' est pour cela que je l' ai mis en titre de mon article....

" Quisiera niño besarte y San Jose no me deja...."

Toute la tendresse d' un humble paysan qui se penche sur le berceau de l' enfant Jésus.

Je voudrais tant d' embrasser mon petit....

 

On termine le récital avec une chanson très rythmée et percussive, sud-américaine également

En bis nous interprétons SANTA NIT traduction du STILLE NACHT allemand de Grüber Lang qu' on ne présente plus.

Premier couplet en valencien

deuxième bouche fermée

troisième en castillan ( ce que vous, vous appelez l' espagnol...)

Quisiera niño besarte...
Quisiera niño besarte...

La soirée se terminera en chansons dans le restaurant du club nautique de Denia

 

Quisiera niño besarte...
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 19:04

Bonjour les amis,

S' il y a quelque chose dont je me méfie comme de la peste ce sont bien les référendums.

En effet, sous couvert de demander l' opinion directement au peuple et sans intermédiaires se cache un exercice démocratique périlleux qui peut rapidement dégénérer et se transformer en un vulgaire piège électoral si les promoteurs de cette consultation ne s' entourent pas d 'un minimum de précautions .Ce ne sont pas les exemples qui manquent, le dernier en date étant le Brexit...

Oui, je me répète: si l' éxécutif ne prend pas soin de s' entourer de conditions qui garantissent la validité du scrutin, il prend le risque MAJEUR que le peuple profite d' un référendum pour répondre à une autre question qui ne lui a pas été posée...

C' est exactement ce qui vient de se passer en Italie aujourd' hui.

J' écris ces lignes avant même de connaître les résultats qui vont tomber dans moins d' une heure.

Que s' est-il passé ?

Renzi a proposé une réforme constitutionnelle dont le pays a besoin mais il a eu la très fâcheuse idée de déclarer que si le NON l' emportait il démissionnerait, et de lier son sort politique personnel au résultat de ce scrutin.C' est d' une maladresse impardonnable car du coup Renzi transforme ce référendum en possibilité donnée à l' électorat italien de se débarrasser de lui !

Que cherchait Renzi ? Un réforme constitutionnelle dont a besoin le pays  ou un plébiscite personnel ?

Je n' en ai aucune idée mais le fait est que son modus operandi est un très mauvais service rendu au pays et à l' Europe.En effet, Renzi déplace la question citoyenne de la réforme constitutionnelle qui théoriquement devrait être transversale ( on peut imaginer des partisans de la réforme aussi bien à droite qu' à gauche de l' échiquier politique...) en une autre qui n' a presque plus rien à voir et qui est beaucoup plus partisane.

Alors, Renzi reconnaît lui-même avoir commis une erreur avec cette déclaration calamiteuse .

Bin oui, ! C' est une vraie boulette qui crée de l' incertitude sur la stabilité gouvernementale de l' Italie, avec en arrière fond d' autres questions plus brûlantes pour le reste de l' UE.

Tout comme Cameron, on a l' impression avec Renzi que nous avons affaire à des dirigeants européens qui se comportent comme de vulgaires joueurs de poker ( mais, qui plus est,des joueurs plutôt maladroits alors que les enjeux sont énormes...).

Là, il a tout faussé Renzi, rien qu' en une seule phrase....et bien malin sera celui qui arriverait à faire une vraie lecture intelligente du scrutin de ce soir en cas de victoire du NON car il faudrait le DÉCRYPTER ce NON, entre ceux qui sont réellement contre cette réforme, ceux qui veulent sortir de l' euro, ceux qui veulent un changement de politique gouvernementale, etc...

Ne reste plus qu' à espérer que Renzi gagne son pari et qu' on oublie cette impardonnable erreur de campagne.

 

PS: Faisons un peu d' humour.

Renzi aurait pu récupérer sa boulette en posant 2 questions au lieu d' une.

1: Êtes-vous en faveur du changement constitutionnel que je propose ?

2: Êtes-vous en faveur  de mon maintien au poste de premier ministre ?

Et là, plus besoin de référendum parce que la réponse serait OUI à la première et NON à la seconde...

PS nº 2: Petite anecdote personnelle qui a un certain rapport lointain avec le problème posé par ce référendum.

Un jour, lors d' une réunion avec tous les profs de mon lycée, j' avais posé une question gênante ( dans la mesure où la réponse allait embarrasser tout le monde y compris moi-même) au sous-directeur, et il m' avait répondu:

" Si tu poses une question tu prends le risque qu' on te réponde ! "

C' était bien balancé et ça m' avait bien fait rire ainsi qu' à toute l' assistance .

Et bien, toutes proportions gardées, c' est exactement le risque inutile que vient de prendre Matteo Renzi.

2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 21:18

Bonjour les amis,

J' ai pris la peine d' écouter la conférence donnée par Jean-Marc Jancovici aux Arts et Métiers en janvier 2016 devant un parterre de futurs jeunes ingénieurs.

La vidéo dure 1 h 55 minutes et mérite vraiment la peine d' être vue jusqu' au bout

C' est bien plus passionnant que n' importe quel film à l' affiche car là, c' est de notre futur à tous qu' il s' agit..

L' auteur y parle de notre avenir et des problèmes graves que devra affronter l' humanité.

Jancovici brisera pendant cet exposé nombre d' idées reçues sur ce futur qui nous attend comme, par exemple,les effets réels du réchauffement climatique ( avec une sérieuse mise en garde à 1 h 17 min au vu de ce qui s' est déjà produit par le passé).

Il casse certains mythes et axiomes économiques, comme par exemple, la loi de l'offre et de la demande complètement prise en défaut avec le prix du barril de pétrole.Le prix dudit barril va conditionner les coûts de n' importe quelle entreprise, et comme celui-ci est hautement chaotique et imprévisible, les managers ne peuvent pratiquement rien anticiper et en sont réduits à imaginer différents scénarios avec différents prix, comme un skipper de voilier qui ne sait s' il aura le vent en poupe ou non.

Il montre que les outils d' étude de la macroéconomie sont complètement inadaptés pour aborder les mutations nécessaires dont nous avons besoin.

Il démontre, par exemple, que notre richesse se base quasi exclusivement sur l' accès "gratuit" aux sources d' énergie, et que dès que le volume de celui-ci baisse le PIB baisse également aussi sûrement que 2 et 2  font 4.Les nouvelles technologies ne sont à même de contrecarrer la baisse de richesse provoquée par les carences énergétiques.Notre vraie richesse c' est le travail des machines qui convertissent les énergies fossiles et qui mettent à notre disposition l' équivalent de 200 à 300 esclaves pour chacun d' entre nous.

L' auteur y affirme haut et fort que sur les dernières 15 années c' est l' utilisation croissante du charbon ( qui n' est pas du tout en 2016, contrairement à une idée reçue, une énergie du passé) qui nous a permis de maintenir notre niveau actuel de richesse en compensant les premiers signes de carence pétrolière depuis 2005,  alors que les nouvelles énergies alternatives ont un poids complètement anecdotique quand on fait un bilan planétaire global.

Les énergies alternatives nouvelles, même dans les scénarios les plus optimistes, ne sont pas en mesure de compenser le dixième du futur défaut énergétique des énergies fossiles, ni aujourd' hui, ni demain, même si on couvrait toute notre surface planétaire de capteurs solaires et d' éoliennes ! Les graphiques et différents " camemberts" montrés au public permettent de situer de manière réaliste les énormes différences d' ordres de grandeurs entre la part apportée par les énergies fossiles par rapport au reste des autres énergies.

Prenez la peine d' écouter Jancovici car à partir de 50 minutes ça devient passionnant.

A 1 h 45 minutes sa petite démo sur l' identité de Yoichi Kaya vaut vraiment le déplacement.On se rend compte que les leviers sur lesquels peuvent jouer réellement les gouvernants pour réduire de deux tiers les émissions de CO2 d' ici 2050 sont finalement bien peu nombreux ( surtout si on prétend en même temps accroître notre PIB) et qu' ils auront donc un effet bien plus limité que ce dont l' humanité aurait vraiment besoin pour échapper à une grave crise majeure.

La récession paraît absolument inévitable si on suit de simples règles de bon sens arithmétique.

L' auteur s' amuse à utiliser la simple règle de trois qu' on apprend en primaire, et le premier principe de la thermodynamique qu' on apprend dans tous les écoles préparatoires pour nous démontrer que les promesses électorales de croissance des partis politiques tous confondus sont aussi illusoires que la croyance au père Noel.Il compare ces promesses au système pyramidal  frauduleux de Ponzi utilisé par Madoff ( à 1 h 09 min).

C' est un document exceptionnel.L' auteur utilise de nombreux graphiques pour étayer son argumentation ,et même ceux qui n' ont pas reçu de formation mathématique approfondie pourront la suivre...

Son exposé se termine à 1 h 54 minutes sur une pensée de Confucius que je vous laisse découvrir, et qui semble très prémonitoire...

PS: Ne brûlez pas les étapes.Prenez la peine d' écouter patiemment sa longue introduction qui vous permettra ensuite de mieux comprendre ses éléments de démonstration, notamment l' évaluation de notre richesse en équivalents " esclaves-machines" qui convertissent une énergie fossile gratuite mais non-renouvelable.

Quand le principe de réalité prend en défaut tous les modèles de croissance promis par les leaders politiques...

Pour mieux connaître l' auteur

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Jancovici

Voici ci-dessous son site internet MANICORE

30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 09:23

Bonjour les amis,

Parmi le flot d' informations qui nous vient de Cuba depuis la mort de Fidel Castro, il en est une qui est complètement anecdotique mais qui ne manque pas de pìquant.

En effet, Cuba est depuis plus de 25 ans victime d' un embargo très dur de la part des autorités américaines.Cet embargo a eu pour effet d' étouffer l' activité économique de l' île en l' isolant le plus possible du reste du monde et de faire supporter au peuple cubain d' inutiles et de cruelles souffrances (manque de médicaments, d' équipements et de matériel médical, etc...).

Curieusement, aucune mesure ne saurait être négative à 100 %.Même la pìre des sanctions économiques peut amener involontairement des effets secondaires positifs.

C' est le cas pour l' apiculture cubaine qui se porte à merveille depuis l' embargo.En effet, comme Cuba n' a pas eu accès aux pesticides américains, ses abeilles ne sont pas en voie de disparition et se portent mieux que partout ailleurs sur le continent américain.

Lisez donc cet article mis en lien ci-dessous

Pendant que le reste du monde condamne à juste titre les atteintes portées contre les droits de l' homme par le régime de Fidel, il n' est pas inutile de rappeler que si les hommes ont des droits les animaux en ont également.

C' est donc l' occasion de redire une fois de plus qu' en sauvant les abeilles, et par voie de conséquences la pollinisation des fleurs, l' homme se sauvera lui-même d' une possible extinction...

L' une des morales que l' on peut tirer de cette petite histoire, c' est que toute décision cruelle et injuste peut parfois se retourner contre ses promoteurs.En effet, Cuba, en devenant un immense laboratoire d' agriculture biologique pourrait se convertir en un exemple à suivre pour les autres pays et ainsi remettre en cause partiellement la toute puissance des grandes multinationales américaines de la biotechnologie.

L' embargo américain pourrait donc involontairement se convertir en une version moderne de l' arroseur arrosé.

Les abeilles cubaines sauvées grâce à l' embargo américain !

Pour finir sur une petite note d' humour, je vous propose une version revisitée de l' internationale socialiste pour ces vaillantes abeilles, infatigables travailleuses fidèles au régime de Castro !

" C' est la RUCHE finale

groupons nous et demain

L' internationale

SAUVERA le genre humain"

 

27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 09:31

Il n' y a pas d' âge pour entreprendre des études musicales.

Voici la preuve en images, avec monsieur Rivera qui a démarré à l' âge de 32 ans, mais pour bien me comprendre, n' oubliez pas d' allumer vos enceintes et d' aller jusqu' au bout de ce document qui ne dure que 18 secondes

 

 

Published by alea-jacta-est - dans musique piano apprentissage solfège
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 13:36

Bonjour les amis

Je viens d' apprendre la disparition du chef de la révolution cubaine Fidel Castro. 

Celui qui restera l' un des symboles politiques les plus marquants du XX ème siècle vient de s' éteindre.

Alors que je m' apprête à lire dans les heures qui viennent de nombreux hommages et articles relatant la longue carrière politique du lider maximo, je ne peux m' empêcher de partager avec vous, et à chaud, ce que sa disparition évoque chez moi.

Castro représentera toujours pour moi la fierté et la dignité d' un petit peuple qui aura tenu tête vaillamment à la plus grande puissance impérialiste du monde, une superpuissance qui est à moins de 150 km leurs côtes.Un peuple qui aura su résister pendant plus de 20 ans à un embargo aussi inhumain que stupide.

Qui aurait parié un kopeck en 1956 sur les chances de perdurer de la révolution cubaine ?

Ils en avaient ces guérilleros ! De la vaillance et de la générosité ! ...Pas mal quand même.

Le seul grand reproche de taille qu' on peut faire au lider maximo, c' est sans doute les atteintes qu' il a portées à la libre pensée.Il se considérait comme le gardien du temple et de l' orthodoxie révolutionnaire, ce qui l' a amené à avoir des positions très dures contre tous types de dissidences.Je ne défendrai pas cet aspect sans doute le plus sombre de sa carrière politique.

Simplement il serait injuste que Castro ne soit réduit qu' à ça...L' histoire ne l' absoudra pas de certains crimes mais les resituera dans un contexte politique dur de lutte sans merci contre un ennemi impérialiste prêt à toutes les pires manoeuvres pour mettre fin à la révolution cubaine.

En cela Castro est comparable à Robespierre.Tous les deux ont commis des excès, portés par leur idéal et par leur utopie révolutionnaire.

Le castrisme est aujourd' hui dépassé, mais pas l' espoir que Castro a apporté à tous les peuples d' Amérique Latine.

Fidel, malgré tous ses défauts, n' aura jamais été corrompu et n' aura jamais renoncé à ses idéaux...il s' en va à 90 piges la tête haute.

Castro n' aura jamais tergiversé avec ses valeurs. Pas question de transiger.Le consensus mou. il ne connaissait pas. Pas le genre de la maison !

Aussi bien du côté de ses alliés que de ses adversaires, personne n' osait mettre en doute son intégrité morale.

Il est devenu le dernier des leaders communistes.Un leader qui pouvait défendre son bilan sans avoir à rougir de honte.

Castro est au communisme ce que le Pape est à la chrétienté.Une référence.Une  icône qui incarne pour les marxistes des valeurs sacrées inaliénables.

Il faut donc aussi lui reconnaître que, sans lui, l' idée même du communisme aurait disparu.

Fidel portait dans son prénom sa principale qualité: il est resté fidèle à ses principes.

Ses adversaires l' auront critiqué,haï, vilipendé mais n' auront jamais réussi à le salir...Il part droit dans ses bottes.

HASTA SIEMPRE COMANDANTE !

 

HASTA SIEMPRE COMANDANTE !

PS:J' ai eu l' occasion par le passé de discuter avec de farouches adversaires de Fidel, des ex-militaires espagnols ou des réfugiés cubains,et ce qui est frappant, c' est que tous, je dis bien tous finissaient, tôt ou tard dans la conversation, par reconnaître qu' ils lui vouaient malgré tout un certain respect...

PS nº 2: A un moment de notre histoire où il est de bon ton de penser que Cuba c' est un régime du passé, je vous demande de regarder les pays qui sont tout autour et dans quelles conditions de violences et de misère vivent les habitants d' Haiti, de la Jamaïque,du Honduras, du Nicaragua,du Salvador, du Mexique, etc...Et je vous pose une simple question.Si vous deviez vivre dans l' un de ces pays lequel choisiriez-vous ?

Et bien, je réponds que Cuba n' est certainement pas le pire d' entre eux.Il y a encore de la misère certes, mais pas de mafias, ni de violences sociales...mais plutôt de la solidarité et une forte conscience citoyenne.

Vous pouvez vous promener tranquillement dans les rues de La Havane tard le soir sans risquer de vous faire trucider pour quelques pesos.

 

26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 10:10

Bonjour les amis,

Aujourd' hui je vous propose de fantasmer 35 secondes sur un document qui n' a pas été produit par un grand laboratoire de shampoings, ni réalisé par un célèbre photographe assisté par une armada de techniciens.

Il s' agit simplement d' une belle chevelure soyeuse qui se dénoue et qui se libère sous  nos yeux ébahis.Les 6 premières secondes de la vidéo sont magiques.

Ici tout y est...la longueur infinie, l' aspect soyeux, et les ondulations harmonieuses 

Admirez la magie de cette chevelure qui se dénoue peu à peu.

Et puis cette façon faussement innocente et ludique avec laquelle la demoiselle joue avec ses attributs capillaires

Que seraient les poètes sans la magie et la beauté que leur apportent les femmes ?

Qui doute encore que ce sont elles qui détiennent le vrai pouvoir ?

Mais ta chevelure est une rivière tiède, où noyer sans frissons l' âme qui nous obsède,et trouver ce néant que tu ne connais pas !

Stéphane Mallarmé-Poésies

 

PS: A contrario de cette simple scène filmée magnifiant la beauté des cheveux, vous vous souvenez tous de cette citation de Nabilla:

Allo ? allo ? T' es une fille et t' as pas de shampoing ? non mais allo quoi !

Et oui ! Nabilla, sans posséder le style puissant de Mallarmé, avait complètement raison elle aussi.

PS nº 2: J' en profite aussi pour vous remettre en mémoire un hommage néo-romantique de Saint- Preux intitulé YOUR HAIR, inspiré d' un poème de Baudelaire intitulé La chevelure.

Les arrangements sont exagérément sirupeux,à la sauce violons, mais le thème musical n' était pas si mal....On avait dansé quelques slows là dessus dans les années 70, en citant quelques vers de Baudelaire à nos jeunes partenaires  de l' époque,sur la piste de danse de la discothèque, pour essayer d' avoir l' air fin,sensible, cultivé et romantique...-)

 

PS nº 3:Bon, pour ceux qui ne se rappellent vraiment plus qui était Saint Preux, voici le morceau qui l' avait rendu célèbre...DABADA ...DABADA... OUAAA !!!..Ça vous dit quelque chose ?

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 09:04

Bonjour les amis

J' ai vu la semaine dernière Mademoiselle de Park Chan-Wook.

Pour ceux qui ne savent rien de ce film, je conseillerai de lire tout d' abord la critique et présentation de notre ami Fatizo sur le lien ci-dessous

http://fatizo.over-blog.com/2016/11/mademoiselle-de-park-chan-wook.on-est-proche-de-la-perfection.html

MADEMOISELLE de Park Chan-Wook...un OVNI du  7ème art

Ce film est d' une extraordinaire beauté formelle, d' une esthétique extrêmement soignée et raffinée qui allie exotisme. érotisme et sensualité, mais il est aussi envoûtant, déroutant, surprenant et parfois un peu dérangeant. A mi-chemin entre le rêve et le cauchemar...C' est un labyrinthe où le réel s' échappe sans cesse,s'inverse et où le spectateur perd pied parfois.

C' est comme un kaléidoscope, un jeu complexe de miroirs et de faux semblants.

Il y a un parti pris de l' auteur qui peut parfois agacer mais qu' il faut accepter: ses personnages masculins sont tous assez repoussants.Nous sommes en 1930, à une époque où les femmes dans la société japonaise sont au service des hommes et doivent leur apporter la beauté, l' art, la poésie et doivent aussi les assouvir de leurs fantasmes.Le déséquilibre homme-femme dans le film est très fort et on n' a de sympathie pour aucun MAIS VRAIMENT AUCUN des personnages masculins.Ils sont soit nuls,soit manipulateurs, soit pervers,et parfois ils sont tout ça à la fois, comme le faux comte japonais parfaitement antipathique...

En contrepoint de l' univers aliénant,étouffant,dur, pervers et sophistiqué des hommes, la relation trouble et sensuelle qui lie la servante et sa maîtresse nous plonge au coeur d' une grande histoire d' amour.On reste scotché.... certaines scènes d' une grande sensualité nous laissent momentanément au bord de l' apnée...

Il est parfois difficile pour un spectateur occidental de juger de la vraisemblance psychologique des protagonistes car s' agissant de personnages extrême-orientaux, on ne connaît pas bien leur culture et on ne sait pas toujours ce qui est "normal" chez eux, et ce qui l' est moins...

Juste un exemple: la maîtresse au début du film fait un cauchemar et dort encore avec une poupée qui tient lieu de mascotte, comme si c' était encore une grande enfant...Difficile de savoir pour ceux qui ne connaissent rien à la culture asiatique si ce détail serait habituel ou pas dans les années 30 ( on suppose qu' il ne l' est pas) .

La servante a parfois des réactions qui me semblent très européennes ( ce qui paraît logique si on sait que l' histoire est tirée d' un roman anglais) mais finalement j' ai quand même des doutes sur sa vraisemblance psychologique qui m' a paru culturellement parlant "hybride".

Seuls des japonais ou des coréens pourraient m' éclaircir sur ce point !

Mais peu importe, ce film n' a pas pour objet de nous peindre un tableau fidèle à la mentalité d' une époque et d' une culture, pas plus que le Marquis de Sade n' avait l' intention de nous offrir un portrait psychologique et sociologique exact de son époque, mais plutôt d' inscrire une histoire forte et complètement originale dans un contexte historique donné.

Il y a aussi les préjugés racistes entre les japonais et les coréens qui, au début du film, sont sous-jacents dans les rapports entre la maîtresse japonaise et sa servante coréenne ( là, par contre,on imagine bien que le mépris, le dédain et l' arrogance affichés par les japonais étaient bel et bien réels...mais les spectateurs asiatiques comprendront certainement mieux que nous certaines intentions du metteur en scène et sa relation d' amour-haine vis-à-vis des japonais).

Voici une interview de Park Chan Wook qui nous éclaire un peu sur la perception qu' un Coréen comme lui a de la société et de la culture japonaise

http://www.telerama.fr/cinema/park-chan-wook-pour-un-coreen-la-culture-japonaise-a-quelque-chose-d-effrayant,149458.php

 

 

MADEMOISELLE de Park Chan-Wook...un OVNI du  7ème art

MADEMOISELLE est vraiment un beau film étrange, envoûtant et original qui sait nous toucher au plus profond de notre sensibilité et de notre être.Le film sait nous troubler grâce à l' immense talent de son metteur en scène et aussi grâce à l' interprétation hors-pair et pleine de sensibilité et de finesse des deux héroïnes.Elles sont inoubliables...toutes les deux !

Elles restent gravées dans mon imaginaire.

MADEMOISELLE, c' est un OVNI du 7 ème art qui ne ressemble à rien d' autre...

Je pense que je vais le revoir au moins une deuxième fois car c' est le genre d' histoire qui, tout comme le 6 ème sens de Shyamalan, donne envie d' être revisionnée en sachant tout depuis le départ.

Par ailleurs, je vais sans doute lire le roman de Sarah Waters pour en savoir davantage sur ce qui a inspiré Park Chan-Wook, et ce qui tient de sa patte personnelle.

MADEMOISELLE de Park Chan-Wook...un OVNI du  7ème art
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 07:46

Bonjour les amis,

L' orthographe peut nous jouer quelques vilains tours...Parmi les perles qu' on trouve ça et là,j' ai apprécié particulièrement celle-ci qui date de 2014 et que j' ai vue ce matin en me levant.Il semble que ce ne soit pas une photo-montage mais bien une vraie erreur (  dont s' est fait l' écho le  journal OUEST FRANCE)

 

 

Où sont les femmes ?

Là , on se dit que la direction départementale de l' équipement met vraiment la barre un peu haut...

On a juste envie de faire observer au responsable de la signalisation que ce n' est déjà pas si simple de trouver une fille qui soit d' accord...alors deux !!!

D' autres usagers y verront sans doute l' alibi parfait pour laisser libre cours à leurs fantasmes...

D' autres, enfin, se plieront à ces exigences bon gré mal gré: " Bon, bin...si vous insistez ! "

Ne leur reste plus,  à tous ceux-la, qu' à se poser une seule et  même question:

" Où sont les femmes ? "