Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 20:40

Bonjour les amis,

ma fille a été obligée de lire un roman français pour se présenter à un examen de l' école officielle de langues.

Un court roman de Philippe Claudel intitulé " La petite fille de Monsieur Linh".

J' ai jeté un bref coup d' oeil sur le début du texte et, dans un premier temps, je n' ai eu aucune envie de continuer et de lire ce livre.

Ma fille l' a lu et n' a pas aimé.

Ma mère qui n' est pas une grande lectrice l' a lu elle aussi et m' a dit qu' elle a été bouleversée.

Alors, du coup, et bien que le thème ne m' attirait pas, et comme le livre n' était pas très épais, je l' ai lu moi-aussi...

Voici une belle présentation que j' ai trouvé sur le site critiques libres.

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/9302


Monsieur Linh a quitté un pays en guerre, un village en ruine et ravagé pour un ailleurs autrement plus étrange. Une ville, immense, bondée de gens qui vont et viennent, où l'on parle une langue différente de la sienne. Qu'importe pour ce vieil homme, il a auprès de lui sa petite fille, Sang Diû. Un bébé de quelques semaines qu'il a sauvé, après la mort de ses propres parents, dont le fils de Monsieur Linh. Homme seul et égaré, il s'est réfugié dans un dortoir avec d'autres exilés mais il ne s'intègre pas auprès d'eux. C'est en se baladant dans les rues de la ville qu'il fait la connaissance d'un homme, gros et imposant, Monsieur Bark. Entre eux deux, une bienveillante relation s'établit...

L'histoire de Monsieur Linh entraîne le lecteur d'entrée de jeu ! C'est la magie des mots, du style de Philippe Claudel, c'est la puissance d'une histoire sans tralala. Tout passe par l'émotion et la pureté. C'est ouah ! Au coeur du roman, la personnalité de Monsieur Linh est lumineuse, bien qu'étant un être marqué et désamparé. Pourtant cet homme est d'une grande noblesse, sa petite fille nichée dans le creux de ses bras, calme et silencieuse et on souhaite au vieillard des jours meilleurs. L'auteur, fidèle à ses proses écorchées, n'en reste pas là... et c'e
st un "ravissement" qui laisse sans voix !

La petite fille de Monsieur Linh...

Je ne peux pas en dire plus sans révéler un élément important de l' histoire, alors j' ajouterai simplement que le personnage m' a complètement habité.

J' ai vécu , senti ,et respiré avec lui. J' ai partagé ses angoisses , ses préoccupations,ses joies et espérances, page après page.

Ce roman parle du déracinement des réfugiés bien sûr, mais aussi de l' amitié et de la communication qui ne passe pas que par les mots...Il m' a fait la même sensation qu' un autre roman très fort intitulé Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit où tout est vécu à travers les yeux du protagoniste.

L' auteur nous raconte ce que son héros perçoit, et le lecteur imagine ce qui se passe...

Quand j' ai refermé la dernière page, j' ai été aussi bouleversé que ma maman, frappé par l' abnégation, la dignité et la noblesse du héros.

Je n' oublierai jamais Monsieur Linh et sa petite fille.

Bonne fin de soirée les amis

PS: Voici ce que dit un des intervenants du site critiques libres.

Je finirai cette critique par une phrase tirée de la chanson de Michel Berger, Mademoiselle Chang, qui m’est venue à l’esprit après avoir refermé ce livre si intense et bouleversant car elle correspond en tous points à ce que doit ressentir Monsieur Linh : « Loin de ses origines, de son histoire, Elle cherche à perdre la mémoire. Loin de la mousson et du ciel bleu noir, Dans un monde qui n'a rien à voir, Déracinée par le hasard... »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fatizo 22/02/2016 20:08

Notre petit groupe de blogueurs apprécient les voyages en Asie orientale en ce moment ;-)
Une histoire émouvante entre une petite fille et un grand-père.
Je n'ai pas beaucoup de temps pour lire en ce moment.
Il y a quelques semaines j'ai lu ça, une polar passionnant qui a connu un grand succès en France
http://salon-litteraire.com/fr/joel-dicker/review/1802267-joel-dicker-la-verite-sur-l-affaire-harry-quebert-une-enquete-labyrinthique-menee-au-pas-de-charge .
Bonne soirée l'ami.

fatizo 22/02/2016 22:04

A propos de chanteur engagé, je prépare un billet sur John Mellencamp.
Après avoir bien tapé sur Reagan, dans les années 80 voici une petite chanson sympa pour Bush
https://www.youtube.com/watch?v=YpNtVADtmcM

Quant au livre de Baltimore, j'attends que ma bibliothèque l'ai en réserve.
Bonne soirée l'ami.

alea-jacta-est 22/02/2016 21:32

Moi aussi j' ai lu l' affaire Harry Québert avec beaucoup de plaisir.Dicker s' est fait accuser de plagiat du livre de Philip Roth " La Tâche" dont j' avais parlé il y a quelques temps.Mais bon, c' était pas méchant...il a juste piqué quelques idées.
Là j' ai en attente son dernier bouquin: Le livre des Baltimore"...je vous en dirai plus une fois que je l' aurai lu...

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/46633

Bonne fin de soirée l' ami

PS: là je suis sur une traduction espagnole d' un livre américain dédié à la protest song.
C' est écrit par Dorian Lynskey un excellent journaliste qui connait très bien son sujet
L' auteur resitue bien le contexte de création de chacune des chansons...ça commence en 1935 avec les lynchages dans les Etats du sud et Billie Holiday qui chante " les fruits étranges des arbres du Sud" sous-entendu "les pendus"....Ça passe par le Chili avec Victor Jara...et aussi par l' Afrique du Sud...


http://www.telegraph.co.uk/culture/8412014/33-Revolutions-Per-Minute-A-History-of-Protest-Songs-by-Dorian-Lynskey-review.html
C' est pas encore traduit en français mais, à mon avis, ça ne saurait tarder...

PS: j' ai un Stephen King de retard aussi, intitulé REVENGE !!!

rosemar 22/02/2016 13:15

Une histoire attachante, en effet, un bon conseil de lecture et un texte brûlant d'actualité qui adopte le point de vue de l'exilé, c'est ce qui fait la force de ce récit.

Belle journée, AJE

alea-jacta-est 22/02/2016 16:13

Oui l' histoire est attachante, et surtout la personnalité de Monsieur Linh.Il est âgé, son village a été complètement dévasté, et on sent bien dès les premières lignes que si ça ne tenait qu' à lui il préfèrerait mourir là où il a passé toute sa vie et où il a perdu tous les siens.Seulement il y a le bébé à protéger.Monsieur Linh se sent investi d' une mission primordiale pour laquelle il n' accordera plus aucune importance à ses états d' âmes personnels....C' est écrit sans pathos, sans gros effets mélos, et ça n' en est que plus bouleversant.
Un roman écrit il y a 11 ans maintenant, et le moins qu' on puisse dire, c' est qu' il est d' actualité...
Bonne fin de journée l' ami

L. Hatem 21/02/2016 22:20

Ça donne envie de le lire... même si le sujet est tous les jours devant les yeux aux infos...

alea-jacta-est 21/02/2016 22:31

J' ai eu la même réaction que toi.Je me suis dit que j' avais déjà du mal à regarder les reportages quotidiens, alors je n' avais pas envie de me mettre dans la peau d' un réfugié...Simplement il y a la prose de Claudel, volontairement simple et très efficace.Une prose sans chichis... je me suis très vite laissé complètement prendre par les pérégrinations de son héros...Rien que la fin à elle seule mérite qu' on lise ce livre.
Bonne fin de soirée l' ami