Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:02

Leonard Cohen vient de nous dire au revoir à l' âge de 82 ans.Celui qui a mené une carrière exemplaire de poète et troubadour, loin des vanités du monde du spectacle, avait sorti son dernier album il y a moins d' un mois.Un disque en forme de testament.

Cohen avait perdu en Juillet dernier Marianne, celle qui fut sa muse et compagne durant de nombreuses années.Marianne est partie emportée par une leucémie.

Marianne vivait désormais en Suède et quelques jours avant son décès le poète canadien lui avait envoyé ces quelques mots.

'Well Marianne it's come to this time when we are really so old and our bodies are falling apart and I think I will follow you very soon. Know that I am so close behind you that if you stretch out your hand, I think you can reach mine,"

"'And you know that I've always loved you for your beauty and your wisdom, but I don't need to say anything more about that because you know all about that. But now, I just want to wish you a very good journey. Goodbye old friend. Endless love, see you down the road.'"

« Nous sommes arrivés au point où nous sommes si vieux que nos corps tombent en lambeaux, et je pense que je te rejoindrai bientôt. Sache que je suis si près derrière toi, que si tu tends la main tu pourras atteindre la mienne. Et tu sais que j’ai toujours aimé ta beauté et ta sagesse, et je n’ai pas besoin d’en dire plus parce que tu sais tout cela. Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage. Au revoir, ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin. »

je n' ai rien à ajouter aux paroles d' un poète qui dit au revoir de la plus tendre des manières à celle qui fût sa muse éternelle.

 

Photo de Marianne au dos de la pochette du disque SONGS FROM A ROOM

Photo de Marianne au dos de la pochette du disque SONGS FROM A ROOM

Au revoir Leonard...Nous reste ta voix tranquille, profonde et sereine, pleine d' amour, d' humanité et de sagesse, pour nous tenir chaud comme un bon feu de bois au coeur de l' hiver.

So long...

Like a bird...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fatizo 12/11/2016 22:10

Je dois avouer qu'à part les titres ses plus connus, je connais très mal l'oeuvre de L. Cohen.
Jeff Buckley a surement permis avec sa version, d'Hallelujah de faire découvrir Cohen à des plus jeunes.
Perso j'aime j'ai un faible pour la version de Rufus Wainwright
https://www.youtube.com/watch?v=SNcpL0-TxVk
Bonne soirée l'ami.

alea-jacta-est 13/11/2016 09:19

Par le plus grand des hasards, Steve ( l' écossais de mon groupe choral) m' avait parlé il y a quelques semaines de Jeff Biuckley prématurément disparu et que je ne connaissais pas.
La version de Wainwright est superbe également.
Moi aussi, je ne connais pas bien l' oeuvre de Cohen.J' ai surtout écouté SONGS FROM A ROOM...
J' attends d' étudier l' anglais un peu plus en détail pour aller vers le texte et entrer vraiment un jour dans son univers...Avec Cohen la langue et le texte priment sur la musique même si c' est un tout bien évidemment.
Bonne journée l' ami

rosemar 12/11/2016 14:00

Une belle voix chargée d'émotion, pleine de vérité, mais je connais mal son répertoire : un vrai poète, dit-on. Certains disent même qu'il méritait le prix Nobel, plus encore que Dylan... Qu'est-ce que tu en penses ?

Belle journée, AJE

alea-jacta-est 12/11/2016 17:39

C' est vraiment difficile de comparer les 2 poésies.Comme si on demandait à un peintre de choisir entre 2 couleurs...
Dylan est très fécond, prolifique,torrentiel parfois...
Cohen c' est une douce musique murmurée par une rivière tranquille.Cohen nous parle comme une voix intérieure...c' est une poésie introspective , qui touche l' âme et une poésie douloureuse aussi.Cohen est peut-être plus littéraire.
Je vais répondre à ta question par une petite pirouette: Cohen est le seul poète qui a fait un peu d' ombre à Dylan.
Bonne fin de soirée l' amie
PS: j' aime beaucoup cette photo de Marianne que j' ai mis dans l' article.J' ai la pochette originale chez moi...J' imagine bien le poète amoureux de sa muse, quelque part en vacances en Grèce...