Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2016 4 29 /12 /décembre /2016 22:41

Bonjour les amis,

Je ne laisserai pas finir 2016 sans vous parler de Hunt for the wilderpeople de Taika Waititi, une comédie fraîche et originale qui nous vient de Nouvelle-Zélande...

L' argument est simple.

Un enfant de 10 ans, difficile et à problèmes, est recueilli dans une famille vivant à la campagne ( précisons que la campagne néo-zélandaise, c' est pas la Corrèze, c' est un peu plus sauvage...).

Suite à un malentendu le jeune enfant et son tuteur vont devoir prendre la fuite et se réfugier dans le Bush.Toutes les autorités du pays sont à leur recherche.

Commence alors un film d' aventures dans la savane et dans la jungle néo-zélandaise.

La comédie fonctionne sur le schéma classique du duo formé par 2 personnages que tout sépare et oppose,Rick l' enfant des villes, obèse, mal alimenté et imprégné de culture citadine, et Hector le vieux chasseur analphabète bourru, qui connaît tous les secrets de la jungle, interprété par Sam Neill, au sommet de son art.

L' une des originalités du film réside dans le fait que le duo est composé cette fois-ci par deux asociaux: l' asocial des villes et l' asocial des champs...

 

 

Hunt for the wilderpeople...une comédie hilarante et décalée...
Hunt for the wilderpeople...une comédie hilarante et décalée...

Au cours de leur expédition, nos compères vont croiser toute une galerie de personnages tour à tour attendrissants, naifs, un peu ploucs,excentrés,marginaux, voire carrément extravagants.

A chaque fois, ces rencontres donneront lieu à des réactions inattendues et à des  situations drôles et décalées.

Rick est imprégné de culture cinématographique et , à chaque péripétie il s' imagine dans un de ses films qu' il affectionne tandis que Hector lui est complètement ignorant de tout ce qui peut alimenter l' imaginaire de Rick.

Le réalisateur s' amuse à intercaler des scènes extraites des infos à la télé pendant que nos deux héros vivent dans la jungle des aventures à la Rambo, et là encore, le décalage est assez savoureux ( entre ce que vivent les protagonistes et ce que racontent les médias).Waititi à travers son humour et sa dérision nous propose une belle critique sociale....On n' éclate pas de rire mais on sourit souvent...

Il y a aussi des personnages et des  caractères typiques à la nouvelle Zélande.Le milieu rural qui y est très touchant parfois dans sa rudesse et dans sa simplicité authentique, et qui s' exprime avec un accent anglais si particulier.

On croise un groupe de chasseurs un peu ras du plafond dignes d' un sketch des " inconnus".On pense un peu au cinéma des frères Coen ( celui de Fargo)...Il y a aussi les marginaux, ceux qui retrouvent refuge dans la nature.

Parmi les personnages les plus drôles il y a sans doute la responsable de l' assistance familiale ( qui a regardé trop de séries américaines) et qui est convaincue qu' Hector est un dangereux pervers qu' il faut mettre hors d' état de nuire et qui se prend pour TERMINATOR.

Et puis, il y a une scène absolument hilarante.quand l' un des personnages secondaires rencontre nos 2 compères recherchés par toutes les polices: sa première réaction est de leur demander de faire des selfies avec eux.Il en fait toute une série où il prend plusieurs poses destinées aux réseaux sociaux..impayable...l' un des moments les plus drôles du film.

Enfin, il faut souligner que ça reste un vrai film d' aventures, plein de rebondissements, filmé dans des paysages réellement somptueux.Le cadre et la photo sont magnifiques.D' ailleurs, la beauté des paysages donnera lieu à un dialogue savoureux entre Rick et Hector.

Certains pourraient conclure que des films comme ça qui fonctionnent sur un duo invraisemblable on en a vu plein, et c' est vrai.Seulement, ici la différence est dans le traitement de Taika Waititi, qui est à la fois sensible, original et déroutant.

Il mêle parfois le rire à l' horreur.Son film sort des sentiers battus et n' obéit pas aux standards habituels d' une comédie à l' américaine.

Sa comédie commence presque comme une histoire plutôt dramatique puis devient énorme, vraiment énorme.Et tout son talent est de savoir apporter à cette énormité  de vraies touches originales et inattendues de sensibilité, d' humanité et de tendresse pour ses deux personnages.

Je terminerai en saluant la performance de Sam Neill qui sait être touchant sans en faire des tonnes.La dernière scène est sublime...

 

PS: En cadeau bonus je vous offre un des chants qu' on entend dans le film...SCHEDRYK, un chant de Noël ukrainien de Mykola Dmytrovych Leontovych,  ici interprété par un choeur de Vilnius...C' est prodigieux ce qu' ils font.Appréciez la qualité technique et l' harmonie des masses vocales à la fois denses et bien "polies"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fatizo 30/12/2016 19:13

J'ai surtout été séduit par les magnifiques paysages de ce film .
On sent en effet que c'est un bon film pour Noël pour être vu en famille.
Je n'ai pas le sentiment que ce film a été distribué en France.
Bonne soirée l'ami.

alea-jacta-est 30/12/2016 20:43

Oui c' est un film pour être vu en famille,On pense un peu AUX DIEUX SONT TOMBÉS SUR LA TÊTE qui lui, à l' époque nous faisait mieux connaitre l' Afrique du Sud el les bushmans.Mais la comparaison s' arrête là, car les temps ont changé.Le personnage de Rick nous interpelle.Il n' a pas de vrais repères affectifs si ce n' est tout ce qu' il a ingurgité, la culture rap, les play station, la mal bouffe. les films violents,...
Il y a aussi du 2 ème degré dans le film ( c' est du cinéma qui parle du cinéma, donc du métacinéma) car comme Rick a vu plein de films, il cite sans arrêt pendant le déroulement de l' action les films auxquels ses aventures lui font penser: crocodile dundee, scarface, Rambo, le seigneur des anneaux,etc...
Le film presente différents degrés de lecture.Simple film d' aventures rigolotes pour les petits avec une première morale entre les bons et les méchants.
Pour les adultes le film est plus subtil.Par exemple Bella apparaît comme une tutrice pleine d' amour jusqu' au moment où on est effrayé de voir de quelle manière elle éxecute presque de manière sadique un gros sanglier.Une scène horrible et grotesque à la fois.On doute...on ne sait plus si Bella est une femme très aimante ou une personne un peu despote qui aime dominer son entourage.Hector quant à lui se révèle peu à peu, laisse finalement paraître ses frustrations toujours de manière très pudique et touchante.Il résume en une seule phrase terrible le regard sans concessions qu' il porte sur la vie qu' il a mené avec Bella.Il dit à Rick qu' elle l' a recueilli comme un chien sans collier...
A travers la critique sociale,l' humour et la dérision, le réalisateur nous interpelle sur ce que notre société génère.Le personnage de Rick représente ces enfants qu' on ne veut pas voir, ou qu' on ne voudrait pas qu' ils existent...Seulement voilà, ils existent et c' est notre société qui a génèré leurs problèmes...Et pour Waititi il n' y a qu' un seul vaccin: l' amour et l' humanité.
Finalement ce film est bien plus riche, original et interessant que la majorité des grosses productions américaines que j' ai vu cette année...y' a pas photo...et pourtant il n' a même pas été convenablement distribué en France.
Bonne fin de journée l' ami

rosemar 30/12/2016 08:53

Une comédie atypique qui a l'air sympa, de magnifiques paysages, on est tout de même dans la caricature, et c'est une bonne façon de tourner en dérision certains aspects de la société.

Belle journée, AJE

alea-jacta-est 30/12/2016 10:13

Rien que la photo et les paysages valent à eux-seuls le déplacement.On ne connaît généralement pas très bien cette partie du monde.Par ailleurs, le film nous plonge au sein de la société néo-zélandaise: une société à la fois anglo-saxonne, très américanisée, mais qui a gardé aussi des caractères très propres liés à ses habitants natifs qui ont une culture ancestrale forte.Par exemple Rick aime créer des haikus, sortes de poèmes pour exprimer ce qu' il porte en lui et extérioriser ses sentiments, auxquels il adjoint des éléments de la culture rap.Tradition et modernité.
Rick nous provoque une sorte de répulsion au début du film.Ses rêves, ce qu' il aimerait faire de sa vie, ses désirs ( fruits de tout ce que la société de consommation a généré en lui) nous saisissent d' horreur.
Oui, on est souvent dans la caricature mais une caricature qui se base toujours sur une observation assez fine.Par exemple le sermon du curé lors de funérailles , interprété par le propre metteur en scène est assez ridicule, et puis, on se dit qu' on a dû tous entendre des choses aussi énormes et grotesques dans la vraie vie...
Ce film est un très beau conte de Noël atypique, à voir en ce moment, avec un très beau message d' amour à la clé.
Bonne journée l' amie

L. Hatem 29/12/2016 22:55

J'ai regardé la chorale jusqu'au bout... c'était court... des voix sublimes, des filles belles et pleines d'énergie...
Le film est de cette année... je ne l'ai pas apperçu à l'affiche.

alea-jacta-est 30/12/2016 08:19

J' ai l' impression qu' il n' a pas été distribué par chez vous alors que dans le monde anglo-saxon le film a été très bien reçu.Moi c' est ma copine écossaise qui avait attiré mon attention, et c' est pas un hasard...c' est l' anglo-saxonne de notre chorale qui m' en a parlé.
Je crois que toi qui est très curieux des autres cultures, et des autres cinémas, tu apprécierais bien ce film qui nous fait mieux connaître la société néo-zélandaise.
Un film dont le ton surprend parfois.Un gros éclat de rire qui surgit après un moment d' horreur
Bonne fin de soirée l' ami
PS: Des choeurs comme ceux-là ça fait rêver...Quel frisson !
PS nº 2: Toi aussi t' as remarqué qu' elles sont belles les lituaniennes...-)