Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 08:39

Bonjour les amis,

Cette fois-ci je n' ai pas attendu 6 mois pour voir JACKIE le biopic de Pablo Larraín sur les 3 jours qui suivirent l' assassinat de JFK.

Ce fut, comme chacun sait, un attentat qui créa une vive commotion internationale et dont les répercussions marqueront pour très longtemps l' imaginaire collectif de la planète.

Larraín revient donc sur ces trois jours, et nous propose une reconstitution très minutieuse de cet épisode dramatique, vu à travers les yeux de Jackie.

Jackie qui saura faire des funérailles du président un moment-clé de notre histoire du XX ème siècle avec deux images fortes.

Elle-même accompagnant le cortège funèbre avec beaucoup de force, de courage, d' élégance et de dignité, et le salut de son fils devant la dépouille mortelle du père.

Deux moments, et deux images  qui vont parachever la naissance du Mythe des Kennedy dans l' imaginaire américain.

 

Le film commence quelques jours après l' attentat avec Jackie qui reçoit un journaliste pour lui raconter comment elle a vécu ces événements marquants qui ont secoué le Monde.

Alors qu' elle est encore traumatisée, on sent également chez elle une volonté de soigner l' héritage qui doit rester de son mari afin de l' installer dans l' histoire avec un grand H.Cette interview doit être aussi une possibilité pour elle de forger une image d' un JFK qui aurait pu devenir le Lincoln de sa génération. 

Alors, tout le monde sera d' accord pour dire que l' interprétation de Natalie Portman est impressionnante et extraordinaire.Le mimétisme avec son modèle est troublant.Elle est littéralement habitée par son rôle.

J' ai vu le film en version originale sous-titrée, et on peut apprécier le vrai travail que Portman a fait sur sa diction.

Jackie, à chaque fois qu' elle s' adresse à la télé ou aux journalistes, adopte un accent très affecté ( de la côte Est) presque doucereux.L' entendre parler de cette manière aujourd'hui  paraît exagéré mais quand on va voir les documents historiques, on se rend compte que cet accent excessivement glamour est bien fidèle à celui de son modèle.

Larraín nous montre une Jackie tourmentée,torturée mais a préféré ne pas égratigner le personnage , certainement plus complexe et ambigu que ne le montre le film, et s' attacher aux grandes qualités de son héroïne comme s' il voulait lui-aussi apporter sa contribution à l' élaboration du mythe des Kennedy.

C' est un point de vue qui est respectable mais parfois il pousse le bouchon un peu loin.Il y a un moment involontairement risible dans le film, quand Jackie dit au journaliste qu' elle aurait pu aussi rêver de devenir sténo ou vendeuse.Alors, sachez pour la petite histoire qu' elle faisait partie de la jet set,de l' " aristocratie américaine", que son père était un très riche agent de change à Wall Street, qu' elle est née le cul dans la soie et qu' elle ne risquait absolument pas de devenir ni vendeuse , ni sténo...lol !

Je terminerai en disant que le film de Larraín est un bon film, mais que ce n' est pas un film d' histoire, mais au contraire,qu' il raconte l' histoire d' une histoire... C' est un film qui nous raconte comment JACKIE a réussi à faire de son mari le personnage historique qu' il est devenu aujourd'hui, et comment elle a participé de manière très active à l' élaboration d' un mythe moderne.

 

Jackie...de Pablo Larraín

Notez dans ce film la dernière apparition de John Hurt ( décédé en ce 28 Janvier 2017) en prêtre confesseur de JACKIE, ce qui donne lieu à quelques bons dialogues. 

Jackie...de Pablo Larraín

Et puis, j' ai un petit souvenir personnel lié à ce film.

On entend dans un des salons de la Maison blanche le génial violoncelliste catalan Pau Casals interpréter devant le couple présidentiel EL CANT DELS OCELLS...le chant des oiseaux.

Jackie...de Pablo Larraín

Or, nous avons interprété également cette chanson  avec notre chorale en 2010...

Ne soyez pas surpris par la mauvaise qualité de l' éclairage: nous étions entrés un par un en chantant dans l' obscurité, éclairés par la seule lueur des bougies (et avec la caméra en pilotage automatique qui se perd complètement dans ses mises au point sauf à la fin du clip...par contre la bande son est correcte...et c' est ce qui est finalement le plus important).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rosie 06/02/2017 13:27

Sa famille a connu le déclin ! Et elke l avait tres mal vécu ! Ce qui est normal .... d où sa peur compulsive de manquer d argent et cette dérive .... c est une presse sérieuse qui raconte cela ...... on connait pour autant les difficultés qye vivent ces personnes regardées par le monde entier .... mon propos n etait pas calomnieux .....

Rosie 06/02/2017 06:41

Je n ai pas vu le film .... mais les depenses outrancieres de J k etaient connues .... son exagération compulsive a mis en evidence le fait que c etait presque 1 problème devenu une pathologie psychiatrique
....

alea-jacta-est 06/02/2017 08:54

Ce thème n' est pratiquement pas abordé dans le film.Elle était née et avait vécu dans un monde où l' argent était une évidence.Avec Jackie il n' y avait aucune vulgarité, aucun étalage mais c' est évident qu' elle pouvait tout envisager dans sa vie...sauf de manquer d' argent(je crois qu' il n' y a rien de psychiatrique là-dedans...dans son monde à elle on ne pouvait manquer d' argent).
Bonne journée Rosie

rosemar 04/02/2017 17:44

Un film qui apparemment souligne bien toute l'importance des images dans le monde moderne : l'enterrement de Kennedy est savamment orchestré pour en faire une légende...
Et notre monde accorde de plus en plus de place aux images...

Belle soirée, AJE

alea-jacta-est 04/02/2017 19:02

J F Kennedy a su apporter aux américains une image de rêve de leur pays, en projetant l' image d' un président jeune et moderne en prise avec son temps, mais aussi grâce au couple très glamour qu' il formait avec Jackie.
Ils formaient le premier couple présidentiel dont on peut dire qu' ils étaient des wonderful people.
Le film de Larraín montre à quel point la personnalité et le caractère de Jackie seront influents et permettront à JFK d' accéder au statut de mythe.On voit bien dans le film de Larraín que Jackie préparait avec minutie ses apparitions ( en fait c' était une 1 ère dame hyper pro)...et le jour où le destin l' a frappé durement, elle a su projeter une image digne de grande héroïne tragique.
A partir de ce moment, la légende pouvait s' installer définitivement dans tous les imaginaires.
Le film de Larraín rend hommage à Jackie (dont l' image a été trés écornée par l' épisode de son mariage avec Onassis) et lui redonne l' éclat qu' elle mérite ( sans cacher pour autant, comme le rappelle Fatizo, certaines ambiguités)
Bonne fin de journée l' amie

fatizo 04/02/2017 17:14

Je ne pense pas qu'il faille voir une oeuvre de cinéma comme une oeuvre historique.
D'ailleurs, qui peut sonder totalement la psychologie d'un personnage comme Jackie Kennedy?
Et puis je ne suis pas d'accord avec toi. Jackie ne nous est pas présenté sous un jour si positif.
J'ai trouvé qu'il y avait un passage intéressant qui justifierait son mariage avec Onassis, lorsqu'elle dit qu'elle et ses enfants pourraient ne pas avoir tout ce qu'il faut dans leur avenir.
Et puis j'ai trouvé la réalisation magnifique.
Mais bon, c'est la magie de l'art. Chacun a son ressenti sur chaque oeuvre.
Je pense que ce film sera dans mon top 10 à la fin de l'année, même si je ne le considère pas comme un chef-d'oeuvre.
Pour le Neruda du même Larrain, j'ai bien aimé le début, une critique féroce de ses élites qui défendent le peuple. Mais hélas après cela part dans un truc totalement farfelu.
Bonne soirée l'ami.

alea-jacta-est 04/02/2017 18:45

Je ne ressens pas de vrai désaccord entre tes propos et les miens.Je suis ouvert à tous types de films et ce projet de Larraín c' est son projet à lui, et j' en accepte complètement le principe.Je ne pense pas trahir Larraín en disant que son film aborde le rôle majeur de Jackie dans la création du mythe d' un président moderne du XX ème siècle, et aussi d' un grand président.
Effectivement il montre aussi certaines des ambiguités de Jackie mais l' oeuvre est de nature à consolider le mythe et la vision que les américains en ont ( et c' est son droit de le faire, d' autant plus qu' il le fait avec beaucoup de talent...).Le couple Kennedy fonctionnait sur le même principe qu' un couple princier, avec une grande importance accordée à l' image projetée vers l' extérieur.C' est le premier couple présidentiel qui saura utiliser les médias.Une utilisation très judicieuse sans s' exposer trop mais en travaillant avec soin chaque apparition, et en ne laissant rien au hasard.Notons qu' une fois que Jackie ne sera plus la première dame, elle sera être aussi très discrète, et ne fera rien, ni ne dira rien qui soit de nature à nuire à l' image de son mari.
A tel point que lorsqu' elle annonça son mariage avec Onassis , les américains le prirent très mal.Leur princesse qui se marie avec un " métèque" milliardaire...Ça cassait le personnage de tragédie qu' elle incarnait.
Effectivement la réalisation de Larraín est magistrale mais il m' est arrivé parfois de m' ennuyer car certains des passages narrés étaient hyper connus, et j' avais très envie qu' on passe rapidement à autre chose...Finalement, ce sont les passages avec son confesseur que j' ai le plus apprécié.Une vraie réflexion sur la vie, sur le pouvoir et sur les moteurs de notre existence à tous.
Globalement c' est un très bon film, très bien réalisé qui laisse une forme d' impact car on se replonge complètement dans l' état de commotion et de stupeur qu' ont provoqué ces événements.
Bonne fin de soirée l' ami

L. Hatem 04/02/2017 09:05

Je suis impressionné que tu puisses reconnaître les accents tel celui de l'Est.... chapeau !
Il faut saluer la performance du réalisateur, un chilien...
Bon WE l'ami.

alea-jacta-est 04/02/2017 11:32

Oui excellente réalisation de Larraín.Une grande maîtrise.Je vais sans doute essayer de voir son NERUDA...un sujet qu' il doit connaître sur le bout des doigts, je suppose...
Pour ce qui est de l' accent de Jackie, je ne suis pas du tout un spécialiste des différentes variantes et accents anglais de la planète mais la diction de Natalie Portman est tellement frappante que je suis allé réécouter sur youtube la vraie Jackie pour vérifier...
Bon samedi l' ami