Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 17:57

Bonjour les amis,

Je viens de voir Manchester by the sea de Kenneth Lonergan qui nous raconte l’histoire des Chandler, une famille de classe ouvrière, du Massachusetts.

Après le décès soudain de son frère Joe (Kyle Chandler), Lee (Casey Affleck) est désigné comme le tuteur de son neveu Patrick (Lucas Hedges). Il se retrouve confronté à un passé tragique qui l’a séparé de sa femme Randi (Michelle Williams) et de la communauté où il est né et a grandi.

Alors, autant vous dire tout de suite que j' ai été bouleversé par ce film qui décrit d' une manière juste ,  sensible et humaine l' histoire de Lee Chandler, simple agent d' entretien qui vit seul et éloigné de sa ville natale, après y avoir vécu un drame.

C' est un film qui décrit très bien l' ambiance des " blue collars" de l' Amérique profonde et où apparaissent des personnages au parler souvent vulgaire, et aux manières un peu brusques et parfois rustres mais qui ont aussi des vraies valeurs humaines avec lesquelles ils ne transigent pas.

On les suit dans leurs parties de pêches, leurs sorties, leurs virées bien arrosées entre potes un peu macho ( parfois un peu beaufs mais sympas) , qui aiment bien leurs femmes ( à leur manière mais toujours en les respectant) et leur famille.

C' est la partie la plus réussie du film.Le portrait de ces "ordinary people" est d' une telle justesse qu' on en est sincèrement troublé.

Moi qui suis né au coeur d' un bassin minier et sidérurgique du Nord de la France,j ' ai reconnu chez ces prolos américains les mêmes comportements, codes et valeurs qu' il y avait dans mon environnement social et familial.

Des hommes et des femmes qui peuvent être parfois très crus mais qui ont aussi le coeur sur la main et qui sont d' une grande générosité.Tout cela est filmé avec énormément de sensibilité, sans vouloir être démonstratif.

Les personnages sont criants de réalisme, de vérité, et d' authenticité dans leur façon d' être, de s' engueuler,de s' habiller de manière un peu négligée, d' éduquer leurs gosses...

Le film n' est jamais mélodramatique et n' essaie pas de nous soutirer des larmes.De nombreuses scènes sont filmées à mi-distance, et sont sans dialogues.On comprend tout rien qu' avec les regards et les expressions échangées.C' est du cinéma minimaliste mais du très grand cinéma.

L' interprétation de Casey Affleck est simplement bouleversante. Pas de numéro d' acteurs,mais une sobriété remarquable.Il est énorme...renversant ... ( et pour ma part je lui attribuerais l' Oscar 2017).

Il vit un drame personnel en prenant tout sur lui avec beaucoup de dignité.

Il faut parler des dialogues aussi.Parfois les personnages bredouillent, ne savent pas exprimer ce qu' ils portent en eux, mais il en ressort une émotion qui crève l' écran.Une des scènes avec l' ex-femme de Lee qui veut lui dire des choses sans trouver ses mots est très émouvante.

Le film dure 2 heures et 28 minutes et je n' ai pas vu le temps passer.On progresse avec Lee qui a un gros problème à résoudre avec la garde de son neveu.Une relation compliquée s' installe entre ces deux personnages en crise: Lee fait face courageusement à ses responsabilités, ne va pas trahir la famille, ni son sang, mais traîne son drame personnel qui l' empêche de prendre en charge les problèmes du jeune orphelin en pleine crise d' adolescence.Il ne peut céder à tous les souhaits de son neveu.

Le montage du film est très subtil, avec des flash backs judicieux qui nous amènent peu à peu à comprendre le drame de Lee.

Un Lee qui ne se plaint pas,un Lee taciturne qui ne partage pas ses problèmes et qui n' essaie même pas de se relancer dans la vie quand l' amour vient frapper à sa porte.Un Lee qu' il ne faut pas chatouiller non plus, qui sombre dans la bière, et qui peut décocher un coup de poing dans la figure si on le regarde un peu de travers...Lee qui garde des instincts du milieu dans lequel il a vécu, où l' honneur se défend à coups de poings.

Notons aussi les belles images maritimes qui apportent du champ, du lyrisme et de la profondeur au film.

La musique est clairement différenciée selon que l' on vit les scènes dans l' entourage de Lee ( musique moderne) ou selon qu on entre peu à peu grâce aux flash backs au coeur de son drame ( musique classique lente et dramatique, adagios, etc...).

Les images maritimes sont accompagnées de choeurs à capella avec des magnifiques harmonies.Des voix fraîches très présentes, voire omniprésentes, qui amènent de la vie et du relief.

Lonergan n' essaie pas de nous bluffer avec une fin qui remettrait en perspective toute l' histoire du film.

Non, c' est une fin naturelle, douce amère...comme la vraie vie, avec des gens ordinaires qui font face comme ils peuvent aux aléas du destin.

Et puis, en écrivant ce papier plus de 24 heures après avoir vu le film, je me rends compte à quel point le personnage de Casey m' obsède et m' accompagne.Ce film, je vais le revoir...

 

 

Manchester by the sea...pudique et bouleversant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L. Hatem 21/02/2017 02:26

Un personnage tourmenté qui fait de son mieux pour prendre les bonnes décisions concernant son neveu... la dernière sera la meilleure car il n'en pouvait plus de cette grande responsabilité...
Lorsque son ex femme lui dit je t'aime... il répond non, il ne faut pas.. et il se sauve ! Intègre jusqu'au bout.
Moi non plus je n'ai pas vu le temps passer.

alea-jacta-est 21/02/2017 07:28

Oui c' est un personnage tourmenté qui ne se cherche pas des fausses excuses.La scène dans le bureau de police est assez déchirante.Effectivement il est très intègre, et raconte absolument tout aux flics, y compris des détails qu' ils n' ont pas besoin de savoir et qu' ils pourraient utiliser contre lui.Son incompréhension aussi est touchante: il ne comprend pas qu' il ne va pas aller en prison et les flics lui expliquent gentiment qu' oublier un pare-feu de cheminée n' est quand même pas un crime ! Quant à la fin de cette scène, elle est terrible.C' est vraiment un mec-mec qui ne se pardonne pas à lui-même...Quelle interprétation ! Je parie sur lui pour les Oscars.
C' est un film qui me parle beaucoup.L' ambiance chez les prolos, je connais très bien ça car je suis issu de cet univers-là, et là, j' ai bien retrouvé dans ce film les codes et valeurs du monde ouvrier.J' ai même été frappé de voir qu' aux Etats-Unis, malgré le contexte culturel très différent par rapport à l' Europe, la similitude avec le monde prolétarien européen est totale.C' est une oeuvre universelle.
Je n' ai pas vu le temps passer mais le personnage égocentrique de l' ado m' a souvent bien énervé ( j' avais vraiment envie de le baffer car encore une fois je reconnaissais bien dans ce film les manières égoistes et cyniques que les jeunes emploient pour essayer de tout obtenir des adultes...ils ne voient qu' eux-mêmes, même dans les pires circonstances).
Bonne journée l' ami

rosemar 20/02/2017 21:30

Je suis allée voir les critiques : certains parlent de chef d'oeuvre ! Je n'ai pas vu ce film, mais on perçoit un mélange de sensibilité, de réalisme, une construction intéressante, et une performance d'acteur magnifique...

Belle soirée, AJE

alea-jacta-est 20/02/2017 21:56

C' est un film qui prend le temps d' installer le spectateur au coeur d' un drame familial.La peinture sociale du milieu dans lequel évolue Lee est très juste, très sensible et on reste assez scotché par toutes les situations qu' il traverse.
L' oeil du réalisateur est à la fois précis, sans complaisance,et terriblement humain et proche de ses personnages.La composition de Casey Affleck est absolument bouleversante.Un vrai héros existentialiste.
Il me fait penser aussi à certains personnages de Stephen King.
Il crève l' écran et on a une furieuse envie de le serrer dans nos bras.
Bonne fin de soirée l' amie

fatizo 20/02/2017 18:19

Pour ma part j'ai trouvé le film trop long.
Casey Affleck est remarquable, 2 ou 3 scènes très fortes, mais honnêtement je m'attendais à mieux, surtout après avoir lu tant de critiques dithyrambiques.
Bonne soirée l'ami

alea-jacta-est 20/02/2017 21:31

Pas mal la petite composition de Mathew Broderick en beau-père hyper religieux mais finalement parfaitement faux-cul...
J' ai aimé aussi la manière très juste et très bien décrite avec laquelle le jeune neveu très égoiste et assez nombriliste fait du chantage émotionnel à son oncle Lee ( il lui sort toute la gamme)...Bon, la situation évolue et ça s' arrange un peu au cours du film.

alea-jacta-est 20/02/2017 19:23

Je n' ai lu aucune critique et je ne savais rien d' autre que les 3 premières lignes de mon billet quand je suis allé voir ce film.On peut le trouver long, je n' en disconviens absolument pas, mais moi, je n' ai pas vu le temps passer.
J' ai trouvé le portrait de cet Amérique-là très réaliste et aussi assez universel.Le monde prolétarien a ses codes, ses valeurs familiales,ses hobbies( sport, alcool, virées entre potes, etc...).Je me laissais porter par chacune des situations de ce film qui nous propose une peinture sociale à la fois subtile et juste.Les familles destructurées, recomposées, etc...J' ai vite compris qu' il ne fallait pas attendre du scénario des rebondissements mais plutôt une longue descente patiente au coeur de la problématique de Lee.
Casey m' a vraiment impressionné comme si il avait été lui-même prolo toute sa vie.Il est touchant, humble, digne et d' une telle pudeur...
Bonne soirée l' ami