Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 12:31

Bonjour les amis,

Ceux qui travaillent dans le monde de l' éducation peuvent tous témoigner du fait qu' il s' agit d' un univers obsédé par un désir constant de se réformer sans cesse afin de diminuer le taux d' échec scolaire.Un monde dans lequel, chaque matin ( ou presque), vous tombez sur un petit malin  qui vient vous expliquer que ce que vous faites n' est pas adapté,ne donne pas envie aux élèves de travailler et que tous vos échecs ne sont que la juste conséquence de méthodologies inadaptées.

Un monde dans lequel , certains veulent tout supprimer: les examens, les devoirs,les obligations,les rangées de pupitres alignés, les murs ( oui je ne plaisante pas: certains projets expérimentaux consistent à changer les espaces et supprimer les murs qui séparent physiquement les classes les unes des autres).J' en passe et des meilleures.

C' est un monde où, au lieu de s' appuyer sur 2000 ans d' expérience pédagogique pour améliorer ce qui peut l' être tout en préservant ce qui fonctionne bien, certains n' ont comme seul mot d' ordre " Du passé faisons table rase ! " ...un peu comme les injonctions du chant révolutionnaire l' internationale

Imaginez qu' on explique pendant plus de 30 ans à un boulanger que sa recette pour faire du bon pain n' est pas la bonne, et que tous les 6 mois quelqu' un prétende la changer, la retoucher sans que ce ne soit jamais vraiment concluant !

Imaginez que, années après années,réformes après réformes, toutes ces fausses bonnes idées en matière d' éducation n' aient fait que compliquer inutilement la tâche de l' enseignant,lui aient fait perdre un peu plus de cohérence, de crédibilité et d' efficacité EN ECHANGE DE RIEN...

J' aimerais vous parler aujourd' hui de certaines nouvelles idées qui font fureur en Europe, comme par exemple, la création de " communautés d' apprentissage".C' est la grande idée novatrice en ce début de XXI ème siècle.

Je vous donne un exemple précis.Un professeur de biologie va par exemple proposer des activités à un groupe d' une trentaine d' élèves.Comme on sait parfaitement que nombre d' entre eux ne feront absolument rien,ou ne feront que recopier le travail des autres, on décide de faire appel à des bénévoles ( en général ce sont de sympathiques retraités qui veulent rendre service) qui vont s'occuper de prendre en charge pour chacun d' entre eux un groupe de 5 à 6 élèves.Ils vont vérifier que tout le monde participe aux activités proposées par le prof.Ils vont intervenir en tant qu' arbitre en cas de conflit ou de partage des tâches.Bien souvent, leur seule présence fera que les élèves qui d' habitude ne font absolument rien se sentiront obligés de s' impliquer.Le résultat est de ce point de vue concluant: l' assistanat permet de lutter efficacement de manière positive contre l' objection scolaire mais il démontre aussi que là où il fallait un seul prof par le passé il faut maintenant une batterie de 5 ou 6 assistants ( par ailleurs non rétribués) pour suppléer au manque d' autorité du professeur qui ne peut obliger à lui seul tous les élèves de travailler si tels ne sont pas leurs désirs.Par ailleurs l' intervention de ces assistants doit être encadrée par le professeur car ceux-ci n' ont pas les éléments de connaissances ni la formation professionnelle nécessaires pour dissiper certains doutes de l' élève.L' assistant est là pour stimuler, pour animer,pour organiser mais pas pour expliquer...ça c' est le boulot et LA RESPONSABILITÉ du prof.Mes collègues de sciences qui se sont prêtés à ces expériences éducatives sont assez enthousiastes, et j' en prends donc acte.

Malgré tout, ces idées ne me semblent applicables que dans certains cas bien précis comme pour aider au bon déroulement de certains travaux dirigés, expériences de laboratoires,ateliers, etc.... Mais personnellement, et dans la branche que j' enseigne,à savoir les mathématiques, j' estime que la présence d ' assistants serait parfaitement incongrue.Quand je démontre le théorème de Pythagore au tableau j' ai besoin de discipline et d' attention de la part des élèves: les assistants ne me sont d' aucune utilité ( si ce n' est de calmer et de contrôler les éventuels  éléments perturbateurs, mais ça j' y arrive encore tout seul).Quant au fait que la présence des assistants incite tous les élèves à s' impliquer et à fournir des efforts, alors là, c' est la démonstration qu' on a enlevé au professeur l' autorité qui lui permettait de mettre tout le monde au boulot.Je préfère qu' on restitue mon autorité plutôt que de m' envoyer une batterie d' assistants dont je n' ai nul besoin.Si ma classe n' est pas surchargée, je peux parfaitement superviser les activités de tout un chacun.Excusez mon manque de modestie mais j' en fais une question d' honneur professionnel !

Si vous voulez en savoir plus sur ce thème vous pouvez aller sur ce lien

https://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_d%27apprentissage

Mais revenons au thème principal de mon article, à savoir les nouvelles idées pédagogiques.

Aujourd' hui toutes les fausses bonnes idées éducatives sont abondamment relayées dans les réseaux sociaux et sur internet où on fait passer l' école publique pour une institution ringarde animée par des tarés d' un autre âge qui torturent inutilement les esprits neufs et pleins de promesses de nos chère têtes blondes.

Pire ! L' éducation nationale ne serait qu' un lieu qui bride l' intelligence, la créativité, qui ne génère que tristesse, monotonie et médiocrité.Un lieu où on apprendrait des règles , des normes, des formules,  et beaucoup de contenus parfaitement inutiles dans la vie quotidienne.Un lieu où serait privilégié l' apprentissage " par coeur " au détriment du développement de la capacité d' analyse et de production personnelle de l' élève.

Tous ces faux reproches font tristement sourire les professionnels de la profession dont je fais partie.Autant de naïveté dans ces propos relayés par certains intellectuels, assez irresponsables et démagos qui donnent des conférences un peu partout, est parfaitement risible.

A les entendre nous aurions le pouvoir de transformer l' or en plomb.Nous assassinerions quotidiennement des millions de Mozart potentiels que la société nous confie.

Ce matin j' ai lu dans le quotidien espagnol EL PAIS une interview très intéressante d' une conseillère en éducation du gouvernement suédois qui vient casser certains mythes, qui vient apporter un peu de bon sens et qui nous invite à revenir un peu sur Terre.

Cet article, je vous le mets d' abord sur le lien ci-dessous,en version originale espagnole, et ensuite j' essaierai d' en traduire les parties les plus intéressantes en français.

Extraits choisis et traduits à partir de l' article d' EL PAIS.
Pas facile de trouver un avis comme celui d'  Inger Enkvist (Värmland, 1947). Alors que la plupart des gourous de l'éducation préconisent la fin des rangées de pupitres avec des formats de classe corsetés et veulent donner plus de liberté aux étudiants en classe, Enkvist, ex-conseillère du ministère suédois de l'éducation, pense qu' il faut récupérer la discipline et  l'autorité des enseignants dans la salle de classe. Elle affirme:

" Les enfants ont besoin de développer des habitudes de travail systématiques et ont besoin d'un adulte pour les guider.

L'apprentissage exige des efforts et si les élèves sont autorisés à choisir, ça ne se produit pas...tout simplement ".

Elle affirme également:

Si l' élève n' a pas appris à être ordonné en primaire, il est peu probable qu' il le devienne par la suite.

 

Question: dans votre livre,vous remettez en cause le fait que tous les élèves désirent apprendre et que c' est donc une bonne initiative pédagogique qu' ils essaient d'apprendre par eux-mêmes.Quels sont vos arguments contre ce point de vue ?

Réponse:Les choses n' ont jamais été ainsi.Ça c' est une idée romantique qui vient de Rousseau.L' homme naturellement bon, innocent et bien intentionné.Un enfant qui va se concentrer sur une tâche de par sa propre initiative ne le fera dans la majorité des cas que pour le jeu.Mais apprendre à lire, ou les principes arithmétiques élémentaires requièrent des tels efforts que les élèves ne les feront jamais spontanément.Ils ont besoin d' appuis solides, de stimulations et de récompenses aussi, comme le sourire et les encouragements d' un professeur, les félicitations des parents.

Question: Que faut il récupérer de l' école traditionnelle?

Réponse:Il faut que ce soit le professeur qui organise le travail en classe.Si les élèves planifient leur propre travail, cela devient difficile d' obtenir de bons résultats et cela démotive le professeur qui n' a pas envie de se sentir responsable de ce qui ne fonctionne pas.Ces nouvelles méthodologies éloignent les professeurs les plus compétents.On considère à tort que ce n' est pas le professeur qui doit dispenser un savoir mais que celui-ci doit pousser ses élèves à s' y intéresser par eux-mêmes en suivant leur propre rythme.Dans un tel contexte il est difficile d' enseigner car il n' y a plus la confiance nécessaire envers le professeur.Vivre dans l' immédiateté sans exigences est tout le contraire d' une bonne éducation

Question: vous avez qualifié le concept d' auto-apprentissage d' idée fallacieuse et contreproductrice. Or il est clair que les citoyens qui seront amenés à se recycler ont besoin de cette capacité à apprendre par eux-mêmes.Ne trouvez-vous pas que c' est une bonne idée d' apprendre aux enfants dès le plus jeune âge à prendre des initiatives personnelles dans leur apprentissage ?

Réponse: C' est la grande imposture des nouvelles pédagogies.Les élèves doivent d' abord apprendre des contenus, et non pas le fameux "apprendre à apprendre".Rien que le fait que certaines décisions puissent appartenir aux élèves vous garantit le fait qu' elles ne se prendront pas. Je ne donnerai qu' un seul exemple.Le gouvernement suédois offre des plans de formation pour adultes, et il est désespéré de constater que les seuls qui en profitent vraiment possèdent déjà un niveau de formation élevé. Celui qui possède une bonne base de connaissances et des bonnes habitudes de travail a la confiance nécessaire pour penser qu' il pourra apprendre  à nouveau.Plus l' élève possède une discipline, et plus il aura confiance en lui pour aborder des situations limites.

Question: Il y a un grand débat sur l' utilité des examens.Certains experts pensent que dans la vie réelle les citoyens ne sont jamais confrontés à ce type de difficultés et qu' il serait plus judicieux de leur apprendre à s' adapter aux capacités et compétences que requièrent leur environnement.

Réponse:Ça c' est la vision d' une personne qui ne connaît pas comment fonctionne le monde des enfants.Dans la vie réelle nous avons des dates limites pour effectuer certaines tâches, et cela s' apprend dès l' école avec le respect des délais pour rendre un travail.Avec les examens l' élève apprend à faire face à des responsabilités.S' il ne se présente pas à un examen, on n' en fera pas un autre rien que pour lui.Plus tard si il ne fait pas face à ses obligations dans la vie professionnelle, il sera écarté.Les examens aident à créer des habitudes et une discipline de travail nécessaires dans la vie active.

 

Question: L' école tue la créativité selon le pédagogue britannique Ken Robinson

Réponse:Le plus simple est de penser à un musicien de jazz.On a l' impression qu' il improvise en jouant.Comment peut-il le faire ? En réalité il connaît par coeur de l' ordre de 500 mélodies et sait les utiliser de forme élégante.Il les a répétées tant de fois qu' on a l' impression qu' il le fait sans efforts.La théorie est nécessaire pour que surgisse la créativité.

 

Je n' ai pas grand-chose à ajouter aux propos de cette ex-conseillère qui sont frappés au coin du bon sens.On a souvent l' impression qu' on va finir par redécouvrir le fil à couper le beurre.

J' aimerais conclure par certaines réflexions.Il y a en matière d' éducation des points de passage obligés, comme par exemple, la connaissance de la part de l' élève de la structure grammaticale de sa propre langue sans laquelle aucun d' entre eux  n' est capable d' émettre des messages cohérents et intelligibles.

Pour un prof de maths, c' est impossible d' imaginer qu' un élève de 11 ans ne soit pas familiarisé avec les simples règles de la proportionnalité ( la fameuse règle de trois).Si cette compétence n' est pas acquise rien de stable ni de consistant ne se construira.La connaissance est un comme un édifice qui a besoin de solides fondations.C' est à partir de la connaissance que naît la créativité et pas le contraire.

L' une des missions de l' école est de former des citoyens libres, or il n' y a de vraie liberté qui puisse s' exercer sans un minimum de connaissances scientifiques et culturelles.

L' ignorance, ou l' illusion de connaissances propagée par l' accès aux nouvelles technologies de l' information, permet de créer des citoyens manipulables et asservis.La connaissance et la rigueur de la pensée qui s' apprennent à l' école sont les plus grande alliées de la démocratie et de la liberté.

Mettre en danger l' école de manière irresponsable et démagogique en niant la qualité de son rôle formateur, en voulant dynamiter ses principes de base qui sont le fruit d' une longue expérience qui remonte à l' antiquité,porte atteinte directement à nos fondements démocratiques.

 

J' aime l' image d' un professeur qui reste le maître à bord... un maître qui guide, qui oriente...

J' aime l' image d' un professeur qui reste le maître à bord... un maître qui guide, qui oriente...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fatizo 16/07/2017 19:34

Dans le monde animal les petits apprennent de leurs parents, leurs aînés,respectent des règles pour survivre, mais depuis quelques décennies l'homme, se croyant toujours plus intelligent, a décidé d'inverser l'ordre établi en permettant à l'enfant d'être son égal, en ne lui fixant plus de règles.
Bonne soirée l'ami.

alea-jacta-est 16/07/2017 21:18

Plus l' élève choisit, et plus on prend le risque comme l' indique l' ex-conseillère que sa décision soit de ne rien faire.Par ailleurs les obligations imposées par les ensiegnants créent des astreintes certes, mais elles rassurent aussi: il s' établit un lien de confiance.Un monde sans astreintes chez l' enfant est un monde qui crée de l' angoisse.En matière d' enseignement de la musique personne ne remet en cause la pédagogie très astreignante des profs, ni la discipline qu' ils exigent de la part de leurs élèves.Curieusement ce qui est communément accepté et admis pour la musique l' est beaucoup moins quand on parle de l' enseignement scolaire.
Bonne soirée l' ami

L. Hatem 15/07/2017 10:20

J'ai lu ce billet hier soir avant de tomber dans les bras de Morphée...
Tu parles d'improvisation dans le Jazz par exemple... Le musicien, avant de pouvoir improviser, il a dû apprendre la théorie puis au moins 500 mélodies...
Je suis entièrement d'accord avec la suédoise prof d'espagnol !
S'il y a un ou deux élèves surdoués, tous les autres doivent fournir un travail constant et méthodique sous la surveillance du prof... il n'y a pas de miracles. Et cela est valable pour les maths comme pour le françias...

alea-jacta-est 15/07/2017 10:39

L' ex-conseillère détruit un mythe durablement installé depuis plus de 30 ans, à savoir que c' est l' élève qui devrait tout découvrir par lui-même.Or, ceci est une très belle idée mais qui va complètement à l' encontre de la réalité pédagogique de ce qui est réellement formateur pour l' élève.Souvent, il faut d' abord apprendre des contenus et l' assimilation vient avec le temps, avec la maturation de l' esprit...Il arrive un moment où l' élève a assimilé et finit par comprendre réellement.Vouloir dès le départ arriver à ce degré de maturité est irréaliste et parfaitement inefficace

rosemar 14/07/2017 20:40

Les enseignants ont l'impression désagréable d'être des cobayes : je me souviens de ces tests d'évaluation de français en début de seconde, avec des codages très compliqués, qui exigeaient beaucoup de temps de correction, puis on les a mis au rebut et abandonnés.
Pour le reste, oui, il est essentiel pour les élèves d'apprendre des connaissances : c'est ce que nous faisons nous-mêmes tout au long de notre vie.
Il faut développer leur curiosité et cela passe par de multiples apprentissages.

Belle soirée, AJE

alea-jacta-est 14/07/2017 21:26

Ah, les réformes présentées comme la meilleure des panacées, puis finalement abandonnéees.On pourrait en faire tout un roman (assez volumineux...).Le ton de mon billet volontairement pamphlétaire pourrait paraître outrancier, et pourtant j' exagère à peine.J' ai été très agacé durant ces derniers mois par certaines publications fallacieuses sur facebook qui reçoivent des millions de LIKE d' internautes crédules.
Quant à l' expérience d' assistanat menée dans mon lycée, elle va être reconduite l' année prochaine.Je ne vois pas d' un mauvais oeil l' intrusion de personnes de la société civile dans mon bahut.J' aime l' idée que nous soyons ouverts de façon transparente au reste de la société.D' ailleurs j' accueille les bénévoles avec une sympathie sincère.Je leur fais sentir qu' ils sont les bienvenus.Simplement, je ne peux m' empêcher de penser au fond de moi-même: " Toi, mon pote,c' est pas demain la veille que tu vas entrer dans ma classe..." pour les motifs que j' ai exposé dans mon billet.
Bonne soirée l' amie et bonne fête du 14 Juillet..