Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 07:30

Bonjour les amis,

Cet article est la suite de celui que j' avais consacré au défi séparatiste catalan qui doit théoriquement culminer avec une tentative de célébration d' un scrutin référendaire durant la journée du 1er Octobre prochain.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2017/09/catalogne-rien-ne-peut-s-ameliorer-jusqu-au-1-er-octobre.html

Comme je l' annonçais, chaque jour qui passe en Espagne nous apporte son lot de sentences judiciaires et d' interventions de la garde civile pour tenter de rendre impossible la consultation illégale et anticonstitutionnelle.

Rajoy a décidé de répondre à cette crise, non pas de manière politique, mais en faisant appliquer la loi.

Les juges interdisent des meetings, la garde civile entre dans les rédactions de certains journaux pour faire des perquisitions et saisit du matériel électoral dans des imprimeries.

Les juges menacent les maires disposés à enfreindre la loi de poursuites judiciaires.

La réponse des indépendantistes ne s' est pas faite attendre car hier, ce sont plus de 700 maires qui, avec le soutien du président de région Carles Puigdemont et la maire de Barcelone Ada Colau,ont décidé de braver le pouvoir central en scandant  " NOUS VOTERONS ! "

La tension est monté d' un cran, et il ne fallait pas être grand prophète pour le prévoir.

Il reste 15 jours avant la célébration du scrutin, et ça risque d' être très très long à tenir...Je croise les doigts pour qu' il n' y ait aucun incident grave dans la rue, ni débordements d' ici là.

Face à cette crise d' une gravité sans précédent pour le pays, j' aimerais partager quelques observations avec vous.

1. Rajoy en s' appuyant UNIQUEMENT sur la loi, et en ne tentant pas de résoudre de manière politique le conflit, est tombé dans le piège des séparatistes.

Si plus de 40% d' une population est prête à commettre une illégalité, au nom d' une autre légalité qu' ils se sont donnés, l' application de la loi n' est plus en mesure de faire respecter la légalité.

Rajoy est débordé qu' il le veuille ou pas.Plus il utilise ses juges avec leurs sentences pour brandir des interdits, et plus les citoyens en faveur d' un référendum seront tentés de les braver.C' est un cercle vicieux.

Si dans un village vous installez un feu rouge mais que 40% des habitants n' en veulent pas et qu' ils ne le respectent pas, ce feu rouge ne signifie plus rien.Pire encore: les habitants auront à coeur de passer le feu au rouge.

Moralité: la LOI avec un grand L a ses limites, et dans le cas du conflit catalan, on voit bien qu' elle n' est plus en mesure de ramener un minimum de normalité dans le pays.Au contraire, l' application de la LOI envenime les esprits.

2. Les séparatistes jouent à fond la carte de la victimisation.Le fait que le gouvernement utilise contre eux des instruments répressifs leur permet  de créer un élan de sympathie à leur égard, y compris au niveau international.La presse britannique a commencé à publier des articles désignant Mariano Rajoy comme principal responsable de la situation créée.

Chaque jour qui passe depuis 2 semaines donne de la force à l' indépendantisme et on entre peu à peu dans la zone rouge.Le bras de fer bénéficie aux séparatistes.

3. Pendant qu' on parle de répression et de démocratie, on ne parle plus de ce que supposerait l' indépendance de la Catalogne.Le débat se focalise sur le droit de voter, et on oublie de parler des conséquences de ce vote.Pour les indépendantistes, c' est le scénario parfait....On parle de liberté, de démocratie tout en omettant le débat de fond et les terribles conséquences néfastes pour tout le monde d' une indépendance.

4. Comme le référendum est illégal,il n' y a pas de campagne pour le NON à l' indépendance afin de ne pas légitimer une consultation illégale.Du coup, ne sont réellement en campagne que les partisans du OUI....Encore une fois, le scénario est parfait pour les séparatistes, vu qu' on n' entend qu' eux.

Tout le monde sera d' accord aujourd' hui pour dire que le problème est d' une énorme complexité.Je vois avec effarement le chef du gouvernement espagnol qui veut transmettre de la sérénité à la citoyenneté mais qui n' est plus du tout maître du jeu.Je vois un Mariano Rajoy dont l' incompétence et la passivité  pourraient nous faire perdre l' une des régions les plus importantes du pays.

Alors, quelle est la possible solution ? 

Reste t' il une solution ?

Le pouvoir central peut-il prendre une initiative politique à 15 jours du scrutin ?

La réponse est OUI mais malheureusement Mariano Rajoy ( qui s' est toujours caractérisé par son inaction politique) ne va rien entreprendre et continuera de se protéger, de manière de plus en plus inefficace, derrière les juges et la garde civile.

La seule manière de désamorcer le conflit, c' est de faire comme les britanniques avec l' Ecosse, ou les canadiens avec le Québec.

Rajoy devrait proposer un pacte avec les catalans avec la promesse d' un référendum d' autodétermination, avec la promesse d' une modification de la constitution pour qu' une telle consultation ait lieu.Ce serait l' Etat central qui reprendrait l' initiative et qui  définirait la loi électorale avec des conditions qui garantissent la démocratie du scrutin.Il ne reste plus qu' une seule solution: organiser un référendum et le gagner.On n' aurait jamais dû en arriver là, mais maintenant on y est.

C' est la seule manière d' éviter le choc frontal le 1er Octobre prochain.

Alors que va t' il se passer le 1er Octobre prochain ?

Personne ne le sait, et quand je dis personne, c' est personne....mais j' imagine déjà un scénario qui est tout à fait possible ( voire probable).

Le 1er Octobre prochain les élections seront marquées par pleins d' incidents mais les gens iront voter quand même ( un certain nombre...).Il y aura des villes où les gens ne pourront pas voter, et d' autres où ça se fera malgré l' illégalité du scrutin.

Et là, même avec un pourcentage faible de participation, le OUI va triompher vu que les partisans du NON ne se seront majoritairement pas déplacés.

Et j' ai bien peur les amis, que le 2 Octobre prochain nous allons vivre une autoproclamation uniatérale d' indépendance.

Ne vous méprenez -pas: je n' ai pas dit qu' il y aura l' indépendance.

Je dis que nous allons assister à une scène où le président Carles Puigdemont entouré de tous ses partisans annonceront au peuple de Catalogne et au monde entier l' indépendance de leur région.

 

En attendant voici quelques images de la manifestation d' hier avec les 700 maires entrés en rebellion...de quoi méditer...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fatizo 18/09/2017 21:46

Ils en ont parlé dans un reportage ce week-end. Il semblerait que d'après les sondages les indépendantistes ne représentent qu'environ 40%.
Mais c'est vrai qu'il faut les prendre avec des pincettes. On a vu d'autres surprises il y a peu de temps.
Bonne soirée l'ami.

alea-jacta-est 18/09/2017 22:39

Le groupement de partis qui a fait liste commune aux dernières élections régionales pour pouvoir mettre en marche le processus de réferendum a réussi à réunir 48% des voix.Bon, ce ne sont pas 48% d' indépendantistes mais 48% qui voulaient un référendum.C' est énorme et quand les socialistes ont laissé le pouvoir à Rajoy, c' était bien moins.La grande, l' immense erreur de Rajoy ça a été de ne rien faire politiquement en pensant que tout pourrait s' arranger tout seul.
Aujourd' hui la situation de la Catalogne est très proche de celle de l' Ecosse avec l' Angleterre mais avec une grosse différence.Cameron a affronté un reférendum et l' a gagné.
Rajoy lui s' abrite derrière la constitution qui empêche ce type de consultation( alors qu' en GB il n' y a pas de constitution).Son rempart constitutionnel est en train de montrer ses limites.La manifestations des 700 maires prêts à braver la justice espagnole démontre que l' issue ne peut-être que politique et non judiciaire...Moi, l' impression que j' ai c' est que la Catalogne est en train de filer à vitesse grand V et que le temps ne joue pas en faveur de Madrid.Une répression judiciaire avec rien d' autre en contrepartie, nous amène droit dans le mur.Choc frontal...
Bonne soirée l' ami

rosemar 17/09/2017 18:35

Une situation étrange : est-ce que la Catalogne pourrait rester dans l'Europe si elle acquiert son indépendance ? Est-ce que son économie est suffisamment solide pour ne pas pâtir de cette indépendance ? N'est-ce pas un danger pour la construction de l'Europe qui décidément a du plomb dans l'aile ?

Belle soirée, AJE

alea-jacta-est 17/09/2017 19:25

Une précision: Les séparatistes ne sont pas idiots et ne disent jamais qu' ils désirent sortir de l' Espagne par manque de solidarité.Non, ils disent que l' Espagne les vole....Par ailleurs, leur discours c' est d' affirmer qu' en cas d' indépendance tout le monde serait bénéficiaire:ça c' est le cheval de bataille d' Oriol Junqueras.
Mais au fond leur électorat a bien compris le message subliminal gros comme une maison.

alea-jacta-est 17/09/2017 19:03

C' est l' argument économique qui pourrait faire la différence.De très nombreux catalans pensent que leur situation serait meilleure s' ils n' avaient pas à aider les régions plus pauvres et plus déficitaires.
Si la Catalogne sortait de l' Espagne, elle se retrouverait ipso facto en dehors de l' UE, devrait faire la demande de sa réintégration, ce qui prendrait plusieurs années.Par ailleurs les dirigeants de l' UE n' ont aucune envie de voir la communauté exploser en une myriade de petits pays et n' offriraient donc aucune facilité aux catalans.C' est la même menace qui avait plané sur l' Ecosse.
Théoriquement un petit pays comme la Catalogne qui a la taille du Danemark est économiquement plus que viable, d' autant plus que la richesse industrielle du pays y est davantage concentrée que sur le reste de la péninsule( 20% du PIB) mais il resterait le pb de la dette qui est couverte par la BCE, via Madrid.En cas d' indépendance il faudrait que les catalans négocient avec Madrid....un divorce qui pourrait être extrêmement coûteux pour tout le monde.Certains économistes disent qu' en cas de vraie indépendance la situation de la Catalogne serait pire que celle de la Grèce ( super endettée mais dont la dette est couverte par la BCE).
Pour les indépendantistes tout ça c' est du chantage ignoble et ils éludent toutes ces réserves d' un revers de la main.
Mais aujourd' hui,toutes ces questions qui sont au coeur de ce référendum sont complètement éludées par les mesures que le gouvernement prend pour empêcher le vote du 1er Octobre.Le débat et la tension se focalisent sur les mesures répressives, et donc, on ne parle plus du tout du fond...Les indépendantistes crient à l' Etat autoritaire qui censure les opinions, et ils gagnent des voix tous les jours.
Le débat s' est déplacé sur un autre terrain, celui de la démocratie,de la liberté de choisir, et ça convient parfaitement aux indépendantistes.
C' est pour cela que je dis que si rajoy ne reprend pas une initiative politique pour couper l' herbe sous le pied des séparatistes on va droit vers un choc frontal de 2 trains.
Bonne soirée l' amie

L. Hatem 17/09/2017 11:21

Y el rey ? Qué ha dicho el rey ?

Lorsque tu dis qu'avec une modification de la constitution les catalans pourront accéder à un référendum légal, et c'est mon souhait, ce serait grave aussi car les autres régions vont en profiter un jour ou l'autre de ce cadre légal ! Donc Rajoy ne peut pas leur donner ce cadre et préfère la répression !

Bon dimanche l'ami

alea-jacta-est 18/09/2017 13:55

J' ai fait un raccourci, c' était un statut proche de celui du pays basque proposé il y a 4 ans( rien à voir avec une autonomie)...et le tribunal constitutionnel a supprimé 14 articles, et ça a mis un peu le feu aux poudres.La réaction ça a été : puisque vous ne voulez pas nous donner certaines compétences maintenant on veut une séparation pure et dure...donc ça a été un peu une erreur politique.La droite, à ne rien vouloir céder risque de tout perdre

L. Hatem 18/09/2017 11:41

Tu dis que le nouveau statut de la Catalogne a été approuvé par le parlement régional, ET par le parlement national à Madrid ? Alors c'est légal !

alea-jacta-est 17/09/2017 13:12

Si l' Espagne évolue vers un statut fédéral( comme le désirent les socialistes espagnols), il ne faut pas se limiter à la Catalogne.Que tout le monde en profite.L' Espagne deviendrait un état plurinational.En fait, c' est déjà le cas: le Pays basque est pour moi déjà un Etat dans l' Etat...Si le pays évolue, ma région de Valencia pourrait être bénéficiaire du nouveau statut.

alea-jacta-est 17/09/2017 11:55

Très bien observé l' ami.le Roi pourrait intervenir et peut-être qu' il le fera.Mais sa situation en Catalogne est très difficile: il a été sifflé lors de la manifestation unitaire après les attentats( ça a été cruel pour lui...).
Si le Roi intervenait ce serait pour offrir ce pacte référendaire dont je parle.Il devrait se réunir avec le chef du gouvernement et il pourrait prendre cette initiative.
L' autre possibilité, plus habile pour la droite, serait que Rajoy aille consulter le Roi pour offrir ce pacte mais il ne le fera pas...motif pour lequel je suis très inquiet.
Si Rajoy avait été plus habile et n' avait pas eu recours au triobunal constitutionnel pour rejeter le nouveau statut de la Catalogne approuvé par le parlement régional, et par le parlement national à Madrid, on n' en serait jamais arrivé là.Mais maintenant on y est.Comme disait Coluche y' a plus le choix, y' a que l' embarras.
Un dernier point: L' immobilisme de Rajoy a bien fonctionné pour pouvoir gouverner le pays.Rajoy n' a rien fait, n' a tendu la main à personne et a laissé que l' opposition fragmentée s' autodétruise.Mais ce qui a bien marché au niveau national( attendre et ne rien faire) est un terrible échec avec la Catalogne.
Bonne journée l' ami