Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 13:00

La récente tournée réalisée par le ministre grec de l' économie Varoufakis ne laisse rien présager de bon pour les grecs.Cette tourneée s' est effectuée à l' envers en terminant par le pays à qui la Grèce doit le plus d' argent, c' est à dire l' Allemagne.Les entrevues avec les partenaires anglais et français n' ont rien donné de concluant et il fallait être bien naïf pour croire que le gouvernement grec entamerait la solidarité des Etats du Nord de l' Europe.Ce calendrier à l' envers n' a fait qu' agacer davantage les allemands.

Revenons maintenant à la méthode du gouvernement grec, qui à mes yeux fait tout à l' envers et ne peut provoquer que l' affolement et l' effondrement des marchés.

D' abord Tsipras déclare officiellement le soir des élections la fin de l' austérité...Là on frise un peu l' inconscience quand les caisses sont vides et qu' on doit 320 milliards à la troika ( c' est à dire nous...vu que c' est nous, en dernier lieu, qui mettront la main au porte-monnaie).Aucun gouvernement ne peut décréter la fin de l' austérité mais peut déclarer des intentions de lutter contre elle avec des mesures qui sont dans le programme de SIRIZA : mesures dont je partage certaines idées pour relancer l' économie ( sauf que , encore une fois,ça fait sourire de voir qu' ils proposent un smic plus élevé que celui de l' Espagne alors que celle-ci paie ses dettes et pas la Grèce...encore une fois il y a un certain irréalisme dangereux car il ne peut créer que d' énormes frustrations au sein d' une population grecque déjà très éporouvée..là,on joue avec le feu...).. 

Ces effets d'annonce n' ont eu que des effets négatifs : prime de risques qui s' envole, fuites de capitaux( à commencer par ceux des grecs qui ont 3 ronds et qui n' ont absolument aucune confiance sur le réalisme de leurs gouvernants, sans même parler des autres...)...et, et, et...et risque de Corralito comme en Argentine en 2001.C' est à dire manque de liquidités : les distributeurs bancaires qui ne distribuent plus rien du tout, le troc qui fait sa réapparition, l' extrême pauvreté qui revient au galop et qui s' accroît encore plus, les salaires non versés, les hôpitaux qui ne peuvent plus fonctionner normalement,carences de produits de première nécessité et un très très long etcétéra de calamités....Bref, et j' espère me tromper en écrivant ça, mais la méthode Tsipras ressemble pour l' instant au suicide annoncé d' une nation.

En fait,ce n' est pas la peine de faire marcher notre imagination pour savoir ce qui pourrait arriver ,car cette situation s' est déjà produite par le passé :

Faisons un petit rappel sur la situation de l' argentine en 2001.Voici ce que nous raconte Madame Wiki :

Corralito (prononcé ko.raˈli.to) est le nom informel donné aux mesures économiques prises en Argentine le 1er décembre 2001, lors de la crise économique, par le ministre de l'économie Domingo Cavallo dans le but de mettre fin à une course à la liquidité et à la fuite des capitaux. Prévu à l'origine pour une durée de 90 jours, il fut maintenu parEduardo Duhalde, investi président en janvier 2002, jusqu'au 1er décembre 2002. Le mot espagnol corralito est le diminutif de corral, qui sert à restreindre le mouvement des animaux.

Le corralito limite les retraits d'argent à 250 pesos par semaine et interdit tout envoi de fonds à l'extérieur, pour lutter contre la fuite des capitaux1. Prévue à l'origine pour une durée de 90 jours, cette mesure provoqua la panique, chacun tentant de retirer ses dépôts des banques1 et entraîna la chute du gouvernement de Fernando de la Rúa trois semaines plus tard1.

Le corralito eut pour conséquence immédiate de provoquer une baisse importante du commerce intérieur et extérieur, entre autres en raison d'un manque de terminaux de paiement électronique chez les commerçants2.

En vigueur pendant presque une année complète, les mesures ont en pratique gelé les avoirs bancaires et interdit tout retrait des comptes de banque en devises dollars, tandis que les retraits en pesos eux-mêmes ont été fortement limités ; jusqu'à l'abrogation de la loi de convertibilité le 7 janvier 2002, un peso valait un dollar. Cette mesure a été étendue à tous les comptes bancaires argentins : ainsi, même les Argentins à l'étranger, qui dépendaient de tels comptes, ont vu leurs retraits très fortement limités (tout au plus l'équivalent de quelques centaines d'euros, environ 300, pouvaient être retirés dans le mois)

 

Voilà le spectre immonde qui s' annonce pour les grecs s' ils continuent de s' y prendre aussi mal.

Le fait que SIRIZA gagne les élections ne leur donne pas de légitimité pour que ce soit les allemands, les français, les espagnols, etc...qui mettent la main au porte-monnaie.

Il faut être solidaire avec les grecs car on ne peut laisser une nation entière mourir sous nos yeux , mais c' est aussi aux gouvernants grecs d' être réalistes et de proposer un chemin sur lequel l' UE pourra les suivre...Or, balancer un smic superieur à celui de l' Espagne quand la Grèce est en situation de banqueroute n' est malheureusement pas viable.Ça fait sourire tristement tous les experts, y compris de gauche...

J' écris cela avec une certaine tristesse mais il faudrait quand même arrêter les délires et revenir un peu sur Terre.Au fond, je souhaite une vraie réussite à ce gouvernement qui a raison de rompre avec les recettes de la troika qui n' ont apporté que malheur et désolation...Ceci dit, il faut compter avec les autres et proposer un itinéraire réaliste pour que puisse s' exercer la solidarité que nous souhaitons tous...et le réalisme ce n' est pas de créer des milliers de postes de fonctionnaires qui vont peser encore un peu plus sur la dette sans créer aucune richesse.

Moi, je me sens grec....mais la méthode TSIPRAS me paraît très très erratique...à mi-chemin, entre le bluff,l' aventure, le chantage et aussi en jouant sur les aspirations légitimes d 'un peuple au risque de provoquer de cruelles désillusions.

grece4643518-6949905.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article

commentaires

fatizo2 08/02/2015 21:41


Je suis convaincu que l'Europe, le monde du fric, le FMI, vont faire tout ce qu'ils peuvent pour que le nouveau pouvoir grec échoue. 


Pour eux et leur beau modèle ce serait terrible qu'un autre système fonctionne, ce serait comme dire aux peuples des autres pays, "allez-y, mettez dehors tous ces enfoirés qui s'engraissent sur
votre dos".


Après évidement que le pouvoir grec commet des erreurs, mais accordons-lui la jeunesse, et puis il ne peut pas en faire plus que ce pouvoir mondial.


Bonne semaine l'ami.

alea-jacta-est 08/02/2015 23:18



Bonsoir Fatizo,


Je me souviens souvent de Keating dans le club des poètes disparus disant à ses élèves qu' un bon capitaine doit savoir naviguer par vents contraires, sauf qu' ici c' est un ouragan contraire que
Tsipras doit affronter.Lui qui est grec devrait s' inspirer d' Ulysse qui est très vaillant et courageux mais qui sait aussi utiliser l' astuce pour vaincre le cyclope.Tu as remarqué que j' ai
été choqué par LA MÉTHODE Tsipras mais pas par ses idées car effectivement il doit se donner des vrais possibilités de relancer l' économie.


Les mesures qu' ils préconise ne vont pas contre l' orthodoxie capitaliste( ni contre la troika): on pourrait les qualifier de keynesiennes.S' il est habile il arrivera à trouver les appuis
nécessaires en Europe mais il doit donner aussi des gages de crédibilité, et pour l' instant, il ne peut distribuer avec largesse un pouvoir d' achat dont il ne dispose pas...Il a mis tout de
suite la barre très haut sans en avoir les moyens.Ses résultats électoraux, pour flatteurs qu' ils soient ne peuvent à eux seuls ouvrir des mannes financières.


Enfin, je suis sûr que la majorité de ses contradicteurs de la troika sont convaincus que la situation actuelle créée ne peut perdurer: à lui donc de savoir profiter de cet état de fait en sa
faveur( le seul en fait dont il dispose) pour en retirer des dividendes pour son pays.Tsipras a une fenêtre d' action qui lui est ouverte à condition qu' il soit habile...et c' est justement
cette habileté qui semble lui faire cruellement défaut.Un dernier exemple: quel besoin avait -il de s' acoquiner avec un parti xénophobe alors qu' il ne lui manque que 2 députés que peuvent lui
apporter n' importe quel parti de gauche ?


Dès le départ, je suis très critique sur la méthode mais pas sur ses finalités qui me paraissent vitales pour le peuple grec.


Bonne fin de soirée l' ami


PS: je ne sais pas si ce papier passera sur agora mais si tel est le cas, je vais me faire étriller...peu importe, au fond, je fais partie de ceux qui ont peur que Tsipras rate son coup et son
opportunité historique de sauver le peuple grec.



ASTOR 08/02/2015 18:55


AJE se sent grec. Je suis triste pour eux car je garde un bon souvenir d'eux lors de mes deux voyages là-bas.Va-t-on devoir trouver un graphisme pour écrire Je suis grec ?


Rien de très sérieux dans ce questionnement mais c'est attristant de voir la situation d'individus tributaires de choses tellement loin d'eux,
tellement indépendante de leurs propres actions.


A + !

alea-jacta-est 08/02/2015 19:44



Bonsoir Astor


J' ai connu la Grèce en 82 avant son entrée dans l' Europe et puis en 2011.Il n' y a malheureusement pas photo.C' était un pays archaïque du point de vue de son organisation administrative mais
ils vivaient plutôt bien.L' entrée dans l' Europe en falsifiant les comptes a été un cadeau empoisonné qui s' est refermé, tel un terrible piège à 2 mâchoires sur le peuple grec qui se retrouve
mathématiquement ruiné pour des décennies...Il a fallu beaucoup d' irresponsabilités de part et d' autres pour en arriver là...Il y a là un vrai sujet de méditation sur la nature de l' UE...


En fait l' affaire grecque pourrait bien faire voler en éclats cette union...chacun reprenant ses billes et retrouvant sa pleine souveraineté.C' est la première vraie crise qui va permettre de
tester la résilience des institutions européennes.


Bonne fin de soirée l' ami et merci de ton passage



L. HATEM 08/02/2015 16:46


Ton looong article que j'ai lu avec intérêt prouve une chose : qu'il n'y a pas d'autre voie que celle du Capitalisme... au point que l'URSS et la Chine s'y sont mis...


Toutefois le Capitalisme encourage l'endettement des nations à un taux exhorbitant... ces nations payent plusieurs fois la dette... et c'est ce point qu'il faut réguler collectivement pour
qu'aucune nation ne s'endette à la légère et n'ait à payer sa dette X fois !


Voilà mon sentiment.


Si l'Ecuateur a pu réduire sa dette de 75% par la négociation... la Grèce doit pouvoir l'obtenir aussi !


Bonne fin de WE cher ami.

alea-jacta-est 08/02/2015 19:35



Bonsoir L' Hatem


La BCE laisse l' argent aux ETATS pratiquement à taux zéro...Draghi a émis des euros et fait enfin une politique monétaire expansive, un peu comme les américains.L' euro s' est réajusté par
rapport au dollar...La BCE a réagi pour redynamiser le marché européen.C' est évident . L' Equateur a réussi à effacer une partie de sa dette car elle était illégitime mais ce n' est pas le cas
des pays européens qui ont eu des mauvais gouvernants assez irresponsables...En espagne l' argent a servi à enrichir une oligarchie vivant de la construction et de la spéculation immobilière
jusqu' à finir par créer la bulle immobilière la plus importante de tous les temps.On se retrouve aujourd' hui avec des dizaines de millers de logements qui attendent des acquéreurs...et
maintenant il ne reste plus qu' à payer cette folie...pareil avec les aéroports sans avions, les tgv sans passagers,les mégaprojets sans usagers, etc....


Bonne fin de soirée l' ami


PS: Je vous ai appris aujourd' hui un mot espagnol corralito qui n' a pas vraiment de traduction.


Voici un morceau de rock parodique espagnol vraiment hilarant...le refrain et le riff de guitare restent vraiment dans la tête !!!


https://www.youtube.com/watch?v=At7c5Xmz2Dk



rosemar 08/02/2015 16:41


La fin de l'austérité et l'augmentation du SMIC faisaient partie du programme de Siryza, il est normal que Tsipras essaie d'appliquer ces mesures. La partie va être difficile : certains
annoncent déjà la fin de l'Europe. Le système est vicié et pervers : on a emprunté de l'argent à des taux dérisoires pour accorder des prêts aux grecs et eux doivent nous rembourser en payant des
taux exorbitants ! Est-ce normal et décent ? Je n'y connais rien en économie mais apparemment des solutions seraient possibles : un article intéressant sur Médiapart :


http://blogs.mediapart.fr/blog/pier...


 


Belle journée, AJE

alea-jacta-est 08/02/2015 19:25



Bonsoir Rosemar.


Et d' abord merci pour cet article qui offre une très bonne synthèse technique que j' ai lu( mais que je vais relire une 2 ème fois à tête reposée).Quoiqu' il en soit SIRIZA ne peut pas brandir
des promesses que devront assumer les partenaires européens...Ça ne va pas le faire du tout car tous les pays ont une lourde dette il y a PODEMOS en embuscade chez nous avec un risque MAJEUR de
contagion...Rappellons que les 3/4 de la dette avaient déjà été effacées.Moi ce qui me choque c' est la fanfarronerie de Varoufakis qui a enervé tout le monde en n' obtenant RIEN DU TOUT en
échange.C' est tout ce qu' il a gagné pour l' instant: enfoncer son pays un peu plus( si c' est encore possible...).Ne pas reconnaître la troika qui possède l' essentiel de la dette ressemble
plus à un coup de poker sauf qu' il n' a rien dans son jeu à opposer.Pour l' instant j' observe et je vois que dans 3 semaines son pays va plonger dans une crise très profonde...Enfin la Grèce ne
rembourse pas du tout des taux exorbitants, simplement elle ne peut rembourser...Si la BCE efface cette dette comme le préconise ton article, c' est une crise européenne qui va s' ouvrir car les
autres pays qui sont soumis à d' énormes efforts d' austérité vont dire, nous aussi on désire une restructuration, et ça la BCE ne voudra pas supporter un tel poids avec l' espagne, le Portugal
et l' Irlande... 


Ici, en espagne(qui a prêté 23 milliards et qui a fait d' énormes coupures budgétaires) cela n' a échappé à personne ce smic grec supérieur à celui du pays qui prête.Le comble  pour eux !


Je reviens au début de mon article: crois-tu sérieusement que Tsipras pouvait annoncer la fin de l' austérité ? Ce n' était certainement pas la meilleure manière d' engager les négociations...


Bonne fin de soirée l' amie et merci pour le lien



Présentation

  • : Le blog de alea-jacta-est
  • Le blog de alea-jacta-est
  • : Adepte du vieux dicton qui dit que c' est au pied du mur qu' on voit mieux le mur....
  • Contact

Recherche