Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:51

Bonjour les amis  

Hier soir je regardais un programme de la télé espagnole EL INTERMEDIO et l' un des présentateurs était revenu du Darfour du Sud avec des images à la fois horribles et complètement déconcertantes du conflit qui règne là-bas...Tout simplement inhumain.

 De nouveau un pays africain est en plein conflit ethnique: cette fois-ci ce sont les dinkas contre les Nuers qui s' opposent avec des combats d' une rare violence, très meurtriers et surtout avec de nombreuses victimes civiles hommes, femmes et enfants qui sont massacrés sans discrimination autre que leur ethnie d' origine. 

En fait, plus que des combats au sens traditionnel du terme, il s' agit davantage de génocides ponctuellement menés de part et d' autre.Je suis sidéré de voir qu' un pays aussi pauvre et démuni ( l' un des plus pauvres du monde...il ne possède qu' un seul pont qui enjambe le Nil qui le traverse) puisse maintenir un conflit aussi sanglant.Cette fois-ci tout la communauté internationale a l' air d' accord pour arrêter ce massacre absurde et ce génocide , et pourtant les solutions tardent à venir.... 

Je n' ai pas envie de jouer les Roger Gicquel du web en vous rapportant toutes les semaines tous les malheurs du monde dans mes billets.Je ne vais pas tomber non plus dans la facilité, en disant "il n' y a qu' à ...il n' y a qu' à..." mais pourtant chers amis vous conviendrez qu' il est des moments où on se demande sur quelle sorte de planète on vit...on se dit que les historiens dans un siècle ou deux se gratteront la tête pour nous comprendre et mettre en parallèle à la fois, notre degré d' évolution philosophique et technique d' une part et notre profonde inefficacité politique d' autre part...En attendant je vous laisse avec un article du JDD qui résume bien la situation ainsi qu' un court reportage absolument édifiant.

 

 

 

 

  

 

 

http://www.lejdd.fr/International/Afrique/Soudan-du-sud-l-ONU-peut-elle-empecher-un-autre-genocide-663593

 

Soudan du sud : l'ONU peut-elle empêcher un autre génocide?

AUTOUR DU MONDE- La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Navi Pillay se rend lundi au Soudan du Sud pour une mission de deux jours après les massacre de centaines de civils à Bentiu (nord) et à Bor (est).

Elle y sera lundi pour une visite de deux jours aux allures de mission impossible. Accompagnée du conseiller spécial de l'ONU sur la prévention du génocide, la haut-commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, va tenter de rétablir un semblant de paix dans un Soudan du Sud en proie aux tueries. Derniers massacres en date, l'attaque, la semaine dernière, d'une base de l'ONU abritant des milliers de réfugiés (58 morts) puis l'assassinat de plus de 200 civils à Bentiu. Toby Lanzer, adjoint au représentant spécial pour le Soudan, a décrit "des piles et des piles de corps. Sans doute les tueries les plus atroces depuis le déclenchement de la guerre civile".

Pays frontalier de la Centrafrique, du Soudan, de l'Éthiopie, du Kenya, de l'Ouganda et de la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud n'a que trois années d'existence. Sa création remonte à l'organisation d'un référendum d'autodétermination suivi d'une sécession en 2011. Mais dès sa naissance, des combats éclatent du côté nord de la frontière entre les forces armées soudanaises et le Mouvement pour la libération du peuple soudanais, entraînant l'exode de près de 200.000 personnes. Démilitarisation de la frontière mais surtout partage des ressources pétrolières et de l'eau continuent d'envenimer les relations entre les deux voisins. Mais le Sud est aussi déchiré par de fortes tensions ethniques. Une guerre sans merci depuis décembre 2013 entre les troupes loyales au président Salva Kiir (de l'ethnie dinka) et les rebelles de l'ethnie nuer emmenés par l'ex-vice-président Riek Machar. Les combats ont fait des milliers de morts et forcé 78.000 personnes à chercher refuge dans des sites de l'ONU ou dans les pays voisins.

MSF dénonce l'escalade de la violence

À plusieurs reprises, Médecins sans frontières a dénoncé l'escalade de la violence. À Malakal, MSF a dû interrompre temporairement ses activités avant de découvrir une scène d'horreur : "Il y avait onze cadavres dans l'hôpital, des patients tués dans leur lit, explique Carlos Francisco, chef de projet à Malakal. Le centre de nutrition avait été incendié et les réserves pillées. L'hôpital était méconnaissable." MSF a permis à plusieurs dizaines de personnes d'être sauvées en étant transférées dans un camp des Nations unies mais là encore, les conditions de survie sont épouvantables. "Plus de 20.000 personnes sont entassées dans un camp surpeuplé, dans de terribles conditions", ajoute Carlos Francisco. Les réfugiés manquent cruellement d'espace et d'eau potable et les conditions sanitaires sont très mauvaises.

Que peuvent faire les Nations unies pour éviter un nouveau Darfour, voire un autre Rwanda? Dix mille employés de l'ONU sont déployés sur le terrain et gèrent cinq camps. Contrairement au dossier syrien, les membres permanents du Conseil de sécurité parlent d'une même voix, y compris la Chine, qui a beaucoup investi dans le pétrole sud-soudanais. Mercredi, le Conseil de sécurité de l'ONU a ainsi condamné "les attaques systématiques contre les civils sur une base ethnique" et menacé de prendre "des mesures appropriées" contre les responsables d'exactions. Dans la foulée, les autorités ont libéré quatre ex-dignitaires du régime et appelé les accusés libérés à "coopérer" en vue de la réconciliation. Une très timide éclaircie dans un ciel terriblement assombri.

Alexandre Duyck - Le Journal du Dimanche

dimanche 27 avril 2014

 

 

  

 

 

 

 

 

   

      

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article

commentaires

fatizo 30/04/2014 19:22


Je ne comprendrais jamais l'être humain. La vie ourrait être si belle sans ses histoires de tribus, de religion, de frontières pour les états.


Mais on retrouve ces batailles à plus petites echelles dans la vie de tous les jours pour un salaire lus élevé que celui du voisin, pour une histoire de c.., etc...


La vie pourrait être si simple.


Bonne soirée l'ami.

alea-jacta-est 30/04/2014 21:25



Bonsoir fatizo


J' essaie en ce moment de retrouver sur le net l' expérience d' un anthropologue dont j' ai oublié le nom et qui s' était amusé dans une école à faire deux groupes d' élèves.Ceux qui portent
un maillot bleu et ceux qui portent un maillot rouge...dans toutes les classes il y avait certains élèves avec un maillot bleu et d' autres avec un maillot rouge...L' attribution avait été faite
au hasard et de manière mathématiquement parfaitement aléatoire.Et bien , quelques semaines plus tard il pouvait constater qu' il y avait de l' animosité entre les bleus et les rouges..qu' il y
avait des réputations qui s' étaient installées tant sur les rouges que sur les bleus...et bien évidemment tout ça avait fini par provoquer des agressions entre les uns et les autres.Ces
phénomènes de clan et d' appartenance sont connus et étudiés: seule une école publique de qualité peut nous libérer de ces dérives et de ces fantasmes des uns au sujet des autres( c' est un point
de vue très bien développé par daniel Pennac).Malheureusement au darfour, le pays est si pauvre qu' il n' y a même pas d' école ou de structure éducative.


Mis à part ça quand on voit l' équipement léger des guerriers( armes à feu et machettes) on se dit que les bélligérants pourraient être désarmés en 2 temps 3 mouvements: il ne manque qu' une
volonté d' intervenir et de mettre fin à ce massacre absurde.


Bionne fin de soirée



rosemar 29/04/2014 21:16


Encore des massacres : c'est interminable ! La barbarie existe partout, hélas ! et plus encore dans ces pays déshérités où les populations sont misérables. Ce sont toujours les plus
pauvres qui souffrent !


Bonne soirée AJE

alea-jacta-est 29/04/2014 22:50



Bonsoir Rosemar: c' est vrai que ce sont les plus déshérités qui souffrent mais là,en plus, il ne s' agit même pas de combats au sens traditionnel du terme...ce sont des massacres de civils
de part et d' autre complètement absurdes.Demain soir la SEXTA passera la 2 ème partie du reportage et  j' avoue que les témoignages que j' ai entendu m' ont mis la chair de poule.Le
responsable de l' ONG qui parlait et qui en avait déjà  vu des vertes et des pas mûres à travers le monde racontait que c' est la pire situation à laquelle il a jamais été confronté.En fait
c' est une guerre civile qui se livre à coup de génocides...je ne comprends pas qu' il n' y ait pas déjà eu l' envoi d' une force d' interposition 


Bonne fin de soirée



L. HATEM 29/04/2014 20:43


L'Union des pays d'Afrique, comme l'UE, apportera sûrement la paix au continent, comme c'est le cas aujourd'hui en Europe... mais dans combien de décénies ?


Les responsables il faut toujours les capturer et les mener à La Haye...


Merci pour l'info cher ami !

alea-jacta-est 29/04/2014 21:50



Bonsoir L' Hatem


Sans être un expert,là on a quand même l' impression qu' une force d' interposition pourrait mettre rapidement fin à cette boucherie..les combattants ont des moyens très légers...


Je ne comprends pas pouquoi la communauté internationale n' a pas déjà réglé ce problème....le fameux devoir d' ingérence si cher à Kouchner.


Bonne fin de soirée l' ami...



Présentation

  • : Le blog de alea-jacta-est
  • Le blog de alea-jacta-est
  • : Adepte du vieux dicton qui dit que c' est au pied du mur qu' on voit mieux le mur....
  • Contact

Recherche