Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 21:18

Bonjour les amis,

J' ai pris la peine d' écouter la conférence donnée par Jean-Marc Jancovici aux Arts et Métiers en janvier 2016 devant un parterre de futurs jeunes ingénieurs.

La vidéo dure 1 h 55 minutes et mérite vraiment la peine d' être vue jusqu' au bout

C' est bien plus passionnant que n' importe quel film à l' affiche car là, c' est de notre futur à tous qu' il s' agit..

L' auteur y parle de notre avenir et des problèmes graves que devra affronter l' humanité.

Jancovici brisera pendant cet exposé nombre d' idées reçues sur ce futur qui nous attend comme, par exemple,les effets réels du réchauffement climatique ( avec une sérieuse mise en garde à 1 h 17 min au vu de ce qui s' est déjà produit par le passé).

Il casse certains mythes et axiomes économiques, comme par exemple, la loi de l'offre et de la demande complètement prise en défaut avec le prix du barril de pétrole.Le prix dudit barril va conditionner les coûts de n' importe quelle entreprise, et comme celui-ci est hautement chaotique et imprévisible, les managers ne peuvent pratiquement rien anticiper et en sont réduits à imaginer différents scénarios avec différents prix, comme un skipper de voilier qui ne sait s' il aura le vent en poupe ou non.

Il montre que les outils d' étude de la macroéconomie sont complètement inadaptés pour aborder les mutations nécessaires dont nous avons besoin.

Il démontre, par exemple, que notre richesse se base quasi exclusivement sur l' accès "gratuit" aux sources d' énergie, et que dès que le volume de celui-ci baisse le PIB baisse également aussi sûrement que 2 et 2  font 4.Les nouvelles technologies ne sont à même de contrecarrer la baisse de richesse provoquée par les carences énergétiques.Notre vraie richesse c' est le travail des machines qui convertissent les énergies fossiles et qui mettent à notre disposition l' équivalent de 200 à 300 esclaves pour chacun d' entre nous.

L' auteur y affirme haut et fort que sur les dernières 15 années c' est l' utilisation croissante du charbon ( qui n' est pas du tout en 2016, contrairement à une idée reçue, une énergie du passé) qui nous a permis de maintenir notre niveau actuel de richesse en compensant les premiers signes de carence pétrolière depuis 2005,  alors que les nouvelles énergies alternatives ont un poids complètement anecdotique quand on fait un bilan planétaire global.

Les énergies alternatives nouvelles, même dans les scénarios les plus optimistes, ne sont pas en mesure de compenser le dixième du futur défaut énergétique des énergies fossiles, ni aujourd' hui, ni demain, même si on couvrait toute notre surface planétaire de capteurs solaires et d' éoliennes ! Les graphiques et différents " camemberts" montrés au public permettent de situer de manière réaliste les énormes différences d' ordres de grandeurs entre la part apportée par les énergies fossiles par rapport au reste des autres énergies.

Prenez la peine d' écouter Jancovici car à partir de 50 minutes ça devient passionnant.

A 1 h 45 minutes sa petite démo sur l' identité de Yoichi Kaya vaut vraiment le déplacement.On se rend compte que les leviers sur lesquels peuvent jouer réellement les gouvernants pour réduire de deux tiers les émissions de CO2 d' ici 2050 sont finalement bien peu nombreux ( surtout si on prétend en même temps accroître notre PIB) et qu' ils auront donc un effet bien plus limité que ce dont l' humanité aurait vraiment besoin pour échapper à une grave crise majeure.

La récession paraît absolument inévitable si on suit de simples règles de bon sens arithmétique.

L' auteur s' amuse à utiliser la simple règle de trois qu' on apprend en primaire, et le premier principe de la thermodynamique qu' on apprend dans tous les écoles préparatoires pour nous démontrer que les promesses électorales de croissance des partis politiques tous confondus sont aussi illusoires que la croyance au père Noel.Il compare ces promesses au système pyramidal  frauduleux de Ponzi utilisé par Madoff ( à 1 h 09 min).

C' est un document exceptionnel.L' auteur utilise de nombreux graphiques pour étayer son argumentation ,et même ceux qui n' ont pas reçu de formation mathématique approfondie pourront la suivre...

Son exposé se termine à 1 h 54 minutes sur une pensée de Confucius que je vous laisse découvrir, et qui semble très prémonitoire...

PS: Ne brûlez pas les étapes.Prenez la peine d' écouter patiemment sa longue introduction qui vous permettra ensuite de mieux comprendre ses éléments de démonstration, notamment l' évaluation de notre richesse en équivalents " esclaves-machines" qui convertissent une énergie fossile gratuite mais non-renouvelable.

Quand le principe de réalité prend en défaut tous les modèles de croissance promis par les leaders politiques...

Pour mieux connaître l' auteur

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Jancovici

Voici ci-dessous son site internet MANICORE

Repost 0
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 09:23

Bonjour les amis,

Parmi le flot d' informations qui nous vient de Cuba depuis la mort de Fidel Castro, il en est une qui est complètement anecdotique mais qui ne manque pas de pìquant.

En effet, Cuba est depuis plus de 25 ans victime d' un embargo très dur de la part des autorités américaines.Cet embargo a eu pour effet d' étouffer l' activité économique de l' île en l' isolant le plus possible du reste du monde et de faire supporter au peuple cubain d' inutiles et de cruelles souffrances (manque de médicaments, d' équipements et de matériel médical, etc...).

Curieusement, aucune mesure ne saurait être négative à 100 %.Même la pìre des sanctions économiques peut amener involontairement des effets secondaires positifs.

C' est le cas pour l' apiculture cubaine qui se porte à merveille depuis l' embargo.En effet, comme Cuba n' a pas eu accès aux pesticides américains, ses abeilles ne sont pas en voie de disparition et se portent mieux que partout ailleurs sur le continent américain.

Lisez donc cet article mis en lien ci-dessous

Pendant que le reste du monde condamne à juste titre les atteintes portées contre les droits de l' homme par le régime de Fidel, il n' est pas inutile de rappeler que si les hommes ont des droits les animaux en ont également.

C' est donc l' occasion de redire une fois de plus qu' en sauvant les abeilles, et par voie de conséquences la pollinisation des fleurs, l' homme se sauvera lui-même d' une possible extinction...

L' une des morales que l' on peut tirer de cette petite histoire, c' est que toute décision cruelle et injuste peut parfois se retourner contre ses promoteurs.En effet, Cuba, en devenant un immense laboratoire d' agriculture biologique pourrait se convertir en un exemple à suivre pour les autres pays et ainsi remettre en cause partiellement la toute puissance des grandes multinationales américaines de la biotechnologie.

L' embargo américain pourrait donc involontairement se convertir en une version moderne de l' arroseur arrosé.

Les abeilles cubaines sauvées grâce à l' embargo américain !

Pour finir sur une petite note d' humour, je vous propose une version revisitée de l' internationale socialiste pour ces vaillantes abeilles, infatigables travailleuses fidèles au régime de Castro !

" C' est la RUCHE finale

groupons nous et demain

L' internationale

SAUVERA le genre humain"

 

Repost 0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 09:31

Il n' y a pas d' âge pour entreprendre des études musicales.

Voici la preuve en images, avec monsieur Rivera qui a démarré à l' âge de 32 ans, mais pour bien me comprendre, n' oubliez pas d' allumer vos enceintes et d' aller jusqu' au bout de ce document qui ne dure que 18 secondes

 

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans musique piano apprentissage solfège
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 13:36

Bonjour les amis

Je viens d' apprendre la disparition du chef de la révolution cubaine Fidel Castro. 

Celui qui restera l' un des symboles politiques les plus marquants du XX ème siècle vient de s' éteindre.

Alors que je m' apprête à lire dans les heures qui viennent de nombreux hommages et articles relatant la longue carrière politique du lider maximo, je ne peux m' empêcher de partager avec vous, et à chaud, ce que sa disparition évoque chez moi.

Castro représentera toujours pour moi la fierté et la dignité d' un petit peuple qui aura tenu tête vaillamment à la plus grande puissance impérialiste du monde, une superpuissance qui est à moins de 150 km leurs côtes.Un peuple qui aura su résister pendant plus de 20 ans à un embargo aussi inhumain que stupide.

Qui aurait parié un kopeck en 1956 sur les chances de perdurer de la révolution cubaine ?

Ils en avaient ces guérilleros ! De la vaillance et de la générosité ! ...Pas mal quand même.

Le seul grand reproche de taille qu' on peut faire au lider maximo, c' est sans doute les atteintes qu' il a portées à la libre pensée.Il se considérait comme le gardien du temple et de l' orthodoxie révolutionnaire, ce qui l' a amené à avoir des positions très dures contre tous types de dissidences.Je ne défendrai pas cet aspect sans doute le plus sombre de sa carrière politique.

Simplement il serait injuste que Castro ne soit réduit qu' à ça...L' histoire ne l' absoudra pas de certains crimes mais les resituera dans un contexte politique dur de lutte sans merci contre un ennemi impérialiste prêt à toutes les pires manoeuvres pour mettre fin à la révolution cubaine.

En cela Castro est comparable à Robespierre.Tous les deux ont commis des excès, portés par leur idéal et par leur utopie révolutionnaire.

Le castrisme est aujourd' hui dépassé, mais pas l' espoir que Castro a apporté à tous les peuples d' Amérique Latine.

Fidel, malgré tous ses défauts, n' aura jamais été corrompu et n' aura jamais renoncé à ses idéaux...il s' en va à 90 piges la tête haute.

Castro n' aura jamais tergiversé avec ses valeurs. Pas question de transiger.Le consensus mou. il ne connaissait pas. Pas le genre de la maison !

Aussi bien du côté de ses alliés que de ses adversaires, personne n' osait mettre en doute son intégrité morale.

Il est devenu le dernier des leaders communistes.Un leader qui pouvait défendre son bilan sans avoir à rougir de honte.

Castro est au communisme ce que le Pape est à la chrétienté.Une référence.Une  icône qui incarne pour les marxistes des valeurs sacrées inaliénables.

Il faut donc aussi lui reconnaître que, sans lui, l' idée même du communisme aurait disparu.

Fidel portait dans son prénom sa principale qualité: il est resté fidèle à ses principes.

Ses adversaires l' auront critiqué,haï, vilipendé mais n' auront jamais réussi à le salir...Il part droit dans ses bottes.

HASTA SIEMPRE COMANDANTE !

 

HASTA SIEMPRE COMANDANTE !

PS:J' ai eu l' occasion par le passé de discuter avec de farouches adversaires de Fidel, des ex-militaires espagnols ou des réfugiés cubains,et ce qui est frappant, c' est que tous, je dis bien tous finissaient, tôt ou tard dans la conversation, par reconnaître qu' ils lui vouaient malgré tout un certain respect...

PS nº 2: A un moment de notre histoire où il est de bon ton de penser que Cuba c' est un régime du passé, je vous demande de regarder les pays qui sont tout autour et dans quelles conditions de violences et de misère vivent les habitants d' Haiti, de la Jamaïque,du Honduras, du Nicaragua,du Salvador, du Mexique, etc...Et je vous pose une simple question.Si vous deviez vivre dans l' un de ces pays lequel choisiriez-vous ?

Et bien, je réponds que Cuba n' est certainement pas le pire d' entre eux.Il y a encore de la misère certes, mais pas de mafias, ni de violences sociales...mais plutôt de la solidarité et une forte conscience citoyenne.

Vous pouvez vous promener tranquillement dans les rues de La Havane tard le soir sans risquer de vous faire trucider pour quelques pesos.

 

Repost 0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 10:10

Bonjour les amis,

Aujourd' hui je vous propose de fantasmer 35 secondes sur un document qui n' a pas été produit par un grand laboratoire de shampoings, ni réalisé par un célèbre photographe assisté par une armada de techniciens.

Il s' agit simplement d' une belle chevelure soyeuse qui se dénoue et qui se libère sous  nos yeux ébahis.Les 6 premières secondes de la vidéo sont magiques.

Ici tout y est...la longueur infinie, l' aspect soyeux, et les ondulations harmonieuses 

Admirez la magie de cette chevelure qui se dénoue peu à peu.

Et puis cette façon faussement innocente et ludique avec laquelle la demoiselle joue avec ses attributs capillaires

Que seraient les poètes sans la magie et la beauté que leur apportent les femmes ?

Qui doute encore que ce sont elles qui détiennent le vrai pouvoir ?

Mais ta chevelure est une rivière tiède, où noyer sans frissons l' âme qui nous obsède,et trouver ce néant que tu ne connais pas !

Stéphane Mallarmé-Poésies

 

PS: A contrario de cette simple scène filmée magnifiant la beauté des cheveux, vous vous souvenez tous de cette citation de Nabilla:

Allo ? allo ? T' es une fille et t' as pas de shampoing ? non mais allo quoi !

Et oui ! Nabilla, sans posséder le style puissant de Mallarmé, avait complètement raison elle aussi.

PS nº 2: J' en profite aussi pour vous remettre en mémoire un hommage néo-romantique de Saint- Preux intitulé YOUR HAIR, inspiré d' un poème de Baudelaire intitulé La chevelure.

Les arrangements sont exagérément sirupeux,à la sauce violons, mais le thème musical n' était pas si mal....On avait dansé quelques slows là dessus dans les années 70, en citant quelques vers de Baudelaire à nos jeunes partenaires  de l' époque,sur la piste de danse de la discothèque, pour essayer d' avoir l' air fin,sensible, cultivé et romantique...-)

 

PS nº 3:Bon, pour ceux qui ne se rappellent vraiment plus qui était Saint Preux, voici le morceau qui l' avait rendu célèbre...DABADA ...DABADA... OUAAA !!!..Ça vous dit quelque chose ?

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 09:04

Bonjour les amis

J' ai vu la semaine dernière Mademoiselle de Park Chan-Wook.

Pour ceux qui ne savent rien de ce film, je conseillerai de lire tout d' abord la critique et présentation de notre ami Fatizo sur le lien ci-dessous

http://fatizo.over-blog.com/2016/11/mademoiselle-de-park-chan-wook.on-est-proche-de-la-perfection.html

MADEMOISELLE de Park Chan-Wook...un OVNI du  7ème art

Ce film est d' une extraordinaire beauté formelle, d' une esthétique extrêmement soignée et raffinée qui allie exotisme. érotisme et sensualité, mais il est aussi envoûtant, déroutant, surprenant et parfois un peu dérangeant. A mi-chemin entre le rêve et le cauchemar...C' est un labyrinthe où le réel s' échappe sans cesse,s'inverse et où le spectateur perd pied parfois.

C' est comme un kaléidoscope, un jeu complexe de miroirs et de faux semblants.

Il y a un parti pris de l' auteur qui peut parfois agacer mais qu' il faut accepter: ses personnages masculins sont tous assez repoussants.Nous sommes en 1930, à une époque où les femmes dans la société japonaise sont au service des hommes et doivent leur apporter la beauté, l' art, la poésie et doivent aussi les assouvir de leurs fantasmes.Le déséquilibre homme-femme dans le film est très fort et on n' a de sympathie pour aucun MAIS VRAIMENT AUCUN des personnages masculins.Ils sont soit nuls,soit manipulateurs, soit pervers,et parfois ils sont tout ça à la fois, comme le faux comte japonais parfaitement antipathique...

En contrepoint de l' univers aliénant,étouffant,dur, pervers et sophistiqué des hommes, la relation trouble et sensuelle qui lie la servante et sa maîtresse nous plonge au coeur d' une grande histoire d' amour.On reste scotché.... certaines scènes d' une grande sensualité nous laissent momentanément au bord de l' apnée...

Il est parfois difficile pour un spectateur occidental de juger de la vraisemblance psychologique des protagonistes car s' agissant de personnages extrême-orientaux, on ne connaît pas bien leur culture et on ne sait pas toujours ce qui est "normal" chez eux, et ce qui l' est moins...

Juste un exemple: la maîtresse au début du film fait un cauchemar et dort encore avec une poupée qui tient lieu de mascotte, comme si c' était encore une grande enfant...Difficile de savoir pour ceux qui ne connaissent rien à la culture asiatique si ce détail serait habituel ou pas dans les années 30 ( on suppose qu' il ne l' est pas) .

La servante a parfois des réactions qui me semblent très européennes ( ce qui paraît logique si on sait que l' histoire est tirée d' un roman anglais) mais finalement j' ai quand même des doutes sur sa vraisemblance psychologique qui m' a paru culturellement parlant "hybride".

Seuls des japonais ou des coréens pourraient m' éclaircir sur ce point !

Mais peu importe, ce film n' a pas pour objet de nous peindre un tableau fidèle à la mentalité d' une époque et d' une culture, pas plus que le Marquis de Sade n' avait l' intention de nous offrir un portrait psychologique et sociologique exact de son époque, mais plutôt d' inscrire une histoire forte et complètement originale dans un contexte historique donné.

Il y a aussi les préjugés racistes entre les japonais et les coréens qui, au début du film, sont sous-jacents dans les rapports entre la maîtresse japonaise et sa servante coréenne ( là, par contre,on imagine bien que le mépris, le dédain et l' arrogance affichés par les japonais étaient bel et bien réels...mais les spectateurs asiatiques comprendront certainement mieux que nous certaines intentions du metteur en scène et sa relation d' amour-haine vis-à-vis des japonais).

Voici une interview de Park Chan Wook qui nous éclaire un peu sur la perception qu' un Coréen comme lui a de la société et de la culture japonaise

http://www.telerama.fr/cinema/park-chan-wook-pour-un-coreen-la-culture-japonaise-a-quelque-chose-d-effrayant,149458.php

 

 

MADEMOISELLE de Park Chan-Wook...un OVNI du  7ème art

MADEMOISELLE est vraiment un beau film étrange, envoûtant et original qui sait nous toucher au plus profond de notre sensibilité et de notre être.Le film sait nous troubler grâce à l' immense talent de son metteur en scène et aussi grâce à l' interprétation hors-pair et pleine de sensibilité et de finesse des deux héroïnes.Elles sont inoubliables...toutes les deux !

Elles restent gravées dans mon imaginaire.

MADEMOISELLE, c' est un OVNI du 7 ème art qui ne ressemble à rien d' autre...

Je pense que je vais le revoir au moins une deuxième fois car c' est le genre d' histoire qui, tout comme le 6 ème sens de Shyamalan, donne envie d' être revisionnée en sachant tout depuis le départ.

Par ailleurs, je vais sans doute lire le roman de Sarah Waters pour en savoir davantage sur ce qui a inspiré Park Chan-Wook, et ce qui tient de sa patte personnelle.

MADEMOISELLE de Park Chan-Wook...un OVNI du  7ème art
Repost 0
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 07:46

Bonjour les amis,

L' orthographe peut nous jouer quelques vilains tours...Parmi les perles qu' on trouve ça et là,j' ai apprécié particulièrement celle-ci qui date de 2014 et que j' ai vue ce matin en me levant.Il semble que ce ne soit pas une photo-montage mais bien une vraie erreur (  dont s' est fait l' écho le  journal OUEST FRANCE)

 

 

Où sont les femmes ?

Là , on se dit que la direction départementale de l' équipement met vraiment la barre un peu haut...

On a juste envie de faire observer au responsable de la signalisation que ce n' est déjà pas si simple de trouver une fille qui soit d' accord...alors deux !!!

D' autres usagers y verront sans doute l' alibi parfait pour laisser libre cours à leurs fantasmes...

D' autres, enfin, se plieront à ces exigences bon gré mal gré: " Bon, bin...si vous insistez ! "

Ne leur reste plus,  à tous ceux-la, qu' à se poser une seule et  même question:

" Où sont les femmes ? "

Repost 0
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 08:57

Bonjour les amis,

Suite à l' article de Fatizo, j' attendais avec impatience de voir COMANCHERIA, le film américain de l' écossais David Mc Kenzie. 

Notre ami résume très bien dans son article toutes les qualités de ce grand film.

L' interprétation des personnages principaux et secondaires, le contexte de crise sociale et économique, les paysages omniprésents du Sud profond,la photographie extraordinaire accompagnée d' une musique de Nick Cave aussi obsédante que celle de Ry Cooder dans Paris,Texas.

C' est souvent filmé en plans successifs très travaillés qui forment des véritables tableaux.

Tout simplement magnifique !

Je ne suis jamais allé au Texas mais là, pas de doute: on y est !

 

 

Comancheria...Du grand Art !

Le duo formé par les deux frangins est très attachant.Tanner, l' aîné qui a l' expérience des armes ( et de la taule) va filer un coup de main à Toby le jeune frère pour mener à bien son projet d' attaques de succursales bancaires pour sauver la propriété familiale.

L' aîné, qui est sympathique mais un peu impulsif, annonce la couleur dès le départ.Ces histoires-là ne finissent jamais bien.Il ' agit donc de faire quelques coups vite faits bien faits et de se retirer définitivement avant d' être repérés...

C' est un moment-clé du scénario qui va expliquer l' engrenage dramatique qui suivra:

Le jeune frère demande à l' aîné pourquoi, dans un tel contexte de risque, celui-ci accepte de l' aider.Tanner lui répond:

" parce que tu me l' as demandé frérot..."

Vraiment , ce film, c' est du grand art.Une histoire simple mais très bien construite avec beaucoup de soin, avec en contrepoint du duo formé par les frangins, un duo de rangers lancé à leurs trousses formé par Jeff Bridges, à deux doigts de la retraite, et de son acolyte commanche Alberto.

Il y a pas mal d' humour décalé dans le film dû au caractère particulier des texans qui sont bien sympas, mais tous un peu excités de la gâchette.

Par exemple, lors d' une attaque bancaire tous les otages restent généralement au sol et attendent gentiment la fin du hold-up.

Au Texas c' est pas pareil.Tout le monde a une arme, et rêve de s' en servir un jour ou l' autre...même les vieux papis rabougris !

Pendant le film je pensais à cette citation de JF Kennedy.

Il avait dit à Jacky le jour de l' attentat de Dallas:

" Aujourd' hui on va chez les dingos ! "

Revenons au film.

Jeff Bridges, amène beaucoup d' humanité, de bon sens et d' humour et c' est à lui que revient de tout faire rentrer dans l' ordre.Il est comme Dieu en personne...C' est lui qui donne au film une dimension et une fin shakespearienne.Il est LA CONSCIENCE même.La dernière scène du film, le dernier dialogue est simplement grandiose...J' ai a-do-ré !!!

On est passé peu à peu d' un bon film d' action, un peu western, un peu thriller à un drame en 4 actes qui n' a rien à envier aux plus grandes oeuvres du théâtre classique et où la force du destin s' abat de manière implacable sur chacun des personnages.

Comancheria c' est vraiment du grand Art !

Comancheria...Du grand Art !

PS: Il y a un détail du scénario qui est quand même assez savoureux.Les voleurs utilisent le cynisme des banquiers qui ne collaborent pas toujours avec la justice , et qui sont prêts à laisser fuir un délinquant pour ne pas perdre un futur  bon client...bien vu !

Je n' en dis pas plus...ceux qui auront vu le film me comprendront.

Repost 0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 08:02

Leonard Cohen vient de nous dire au revoir à l' âge de 82 ans.Celui qui a mené une carrière exemplaire de poète et troubadour, loin des vanités du monde du spectacle, avait sorti son dernier album il y a moins d' un mois.Un disque en forme de testament.

Cohen avait perdu en Juillet dernier Marianne, celle qui fut sa muse et compagne durant de nombreuses années.Marianne est partie emportée par une leucémie.

Marianne vivait désormais en Suède et quelques jours avant son décès le poète canadien lui avait envoyé ces quelques mots.

'Well Marianne it's come to this time when we are really so old and our bodies are falling apart and I think I will follow you very soon. Know that I am so close behind you that if you stretch out your hand, I think you can reach mine,"

"'And you know that I've always loved you for your beauty and your wisdom, but I don't need to say anything more about that because you know all about that. But now, I just want to wish you a very good journey. Goodbye old friend. Endless love, see you down the road.'"

« Nous sommes arrivés au point où nous sommes si vieux que nos corps tombent en lambeaux, et je pense que je te rejoindrai bientôt. Sache que je suis si près derrière toi, que si tu tends la main tu pourras atteindre la mienne. Et tu sais que j’ai toujours aimé ta beauté et ta sagesse, et je n’ai pas besoin d’en dire plus parce que tu sais tout cela. Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage. Au revoir, ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin. »

je n' ai rien à ajouter aux paroles d' un poète qui dit au revoir de la plus tendre des manières à celle qui fût sa muse éternelle.

 

Photo de Marianne au dos de la pochette du disque SONGS FROM A ROOM

Photo de Marianne au dos de la pochette du disque SONGS FROM A ROOM

Au revoir Leonard...Nous reste ta voix tranquille, profonde et sereine, pleine d' amour, d' humanité et de sagesse, pour nous tenir chaud comme un bon feu de bois au coeur de l' hiver.

So long...

Like a bird...
Repost 0
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 07:31

Mercredi 9 Novembre 2016

Il est 7 h 25 du matin.

J' allume mon PC.

Sur mon écran s' affiche le résultat provisoire suivant:


Trump 244- Clinton 215


Je ne rêve pas ? Ce n' est pas un cauchemar ?
Je suis bien dans le monde réel ? C' est ça ????
On n' est pas le 1 er Avril ? Ce n' est pas une blague de mauvais goût ?

Suis-je bien dans le monde réel  ?
Repost 0