Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 14:50

Bonjour les amis,

Hier mon village a organisé la 31 ème édition des rencontres de toutes les écoles publiques de mon canton qui défendent l' usage du valencien au sein des institutions scolaires.

Une fête revendicative à laquelle se sont associées de nombreuses écoles, collèges et lycées, qui a rassemblé plus de 15 000 personnes, et qui a essentiellement deux objectifs:

1.Défendre l' implantation du valencien à l' école comme langue d' apprentissage et pas seulement langue d' étude.

L' objectif n' est pas d' apprendre LE valencien ( ça c' est déjà acquis) mais d' apprendre EN Valencien...nuance .

Ce qui veut dire que les élèves doivent pouvoir accéder aux connaissances de n' importe quelle matière ( math, physique, chimie. histoire, géo, musique, etc...) dans leur langue, comme c' est le cas dans mon lycée par exemple.

Je précise pour les non-spécialistes que cette langue est la même que le catalan et le mallorquin et qu' elle est donc parlée par plus de 8 millons de personnes, ce qui est plus que le danois, l' islandais, etc...et ce qui lui confère un certain statut.

2. Défendre l' école publique et la qualité de l' enseignement

Ces rencontres sont conçues de manière festive avec organisation de défilés, d' ateliers scolaires, d expositions,de musiques et de danses traditionnelles, de soupers populaires, de concerts.C' est la fête de la langue du pays.

Cette journée a aussi été marquée par des discours, et cette année, nous avons pu compter avec la présence du Président de notre Région, le socialiste Ximo Puig ( et oui les amis, n' oubliez pas qu' on revote le 26 Juin...).

Voici un choix de photos qui vous donnera une petite idée de cette journée qui a été assez dense et qui a terminé tard dans la nuit...

Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Discours du président Ximo Puig

Discours du président Ximo Puig

Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
exécution d' une dansà...accompagnée au son des tambours et des dolçainas

exécution d' une dansà...accompagnée au son des tambours et des dolçainas

votre serviteur éxécutant un pas de danse, accompagné par des élèves du lycée jouant de la dolçaina et du tambourin

votre serviteur éxécutant un pas de danse, accompagné par des élèves du lycée jouant de la dolçaina et du tambourin

Grand succès pour les rencontres des écoles en valencien...
série de concerts ska et rap, chantés en valencien bien sûr, qui a terminé vers 3 heures et demi du mat'

série de concerts ska et rap, chantés en valencien bien sûr, qui a terminé vers 3 heures et demi du mat'

Et pour finir, un petit reportage vidéo d' une minute sur la venue du Président de Région.

Ecoutez bien, toutes les interventions et commentaires sont en valencien et non pas en castillan...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans langue valencien école linguistique
commenter cet article
20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 13:12

Bonjour les amis,

Je ne suis pas très friand des images de Cannes ni de de tout ce qui tourne autour, ni de tous ces wonderful people s' offrant en spectacle sur la croisette.

je n' ai regardé aucune émisson, ni aucun reportage cette année et je ne m' en porte pas plus mal.Par contre, j' ai lu un article assez réjouissant sur Marianne.

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous le travail d' un journaliste qui a "traduit" une interview de Léa Seydoux.C' est à mourir de rire...une belle démolition en règle, parfaitement méritée.

On ne peut que féiliciter l' auteur de cet article.Et oui, ça suffit comme ça, ces leçons de philosophie venant de la part de personnes qui ont eu la chance d' être ce qu' elles sont, simplement pour être nées au sein de familles hyperprivilégiées.

Léa Seydoux est une des héritières de 2 empires, Schlumberger et Seydoux. C' est une fille à papa et à maman, alors,quand elle parle de certains thèmes, on lui demande juste un peu de décence.

Bien évidemment, je ne mets en doute aucun de ses talents personnels en tant qu' actrice.Simplement elle semble avoir fini par croire que c' est sa propre personnalité qui l' a projettée sur l' avant-scène internationale.

Alors,Il ne faut surtout pas qu' elle se la pète la petite car si elle était née dans une famille de métallos à Longwy il est fort peu probable qu' on parlerait d' elle ( malgré son talent que je ne nie pas, mais qui reste malgré tout discutable contrairement à sa plastique qui, elle, ne l' est pas...)

Quand on a autant de privilèges dès le berceau, et qu' en plus, on a la chance de ne pas être vilaine physiquement, on se contente juste de remercier la providence, et , surtout, on ne la ramène pas...Léa Seydoux a vécu dans un autre monde,au dessus du commun des mortels,alors, quand elle ose venir nous parler de l' école de la vie cela a franchement de quoi nous faire mourir de rire ...

Elle n' a jamais su et ne saura jamais ce que c' est que de travailler pour des salaires de misère.A son niveau, aller bosser c' est presque une manière intelligente de tromper l' ennui et de ne pas se faire chier.Avec sa fortune, elle pourrait presque le faire gratuitement ou alors reverser son salaire à une ONG... Les galères artistiques, la précarité, les difficultés pour arriver à la fin du mois, elle ne sait pas ce que c' est ( contrairement à de nombreux artistes qui en ont bavé avant de réussir).

Alors, qu' elle continue de vivre comme elle l' entend ses belles petites aventures glamour de pauvre petite fille riche....et qu' elle ne vienne surtout pas nous faire de dissertation sur " l' école de la vie"...

"L' école de la vie" des filles à papa...
Repost 0
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 21:49

Bonjour les amis,

Ce billet est la suite de celui consacré à Mama Cass chanteuse des Mamas & the papas, et de la fausse rumeur selon laquelle celle-ci, obèse, serait morte étoufée en mangeant un sandwich au jambon: une rumeur humiliante pour une personne qui avait souffert toute sa vie de son problème de surcharge pondérale.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2016/05/la-deuxieme-mort-de-mama-cass.html

Alors, en continuant mes investigations je suis tombé sur un clip étonnant.

Le voici:

Oui, vous avez bien vu la chanteuse Michelle Phillips, super mignonne, qui mange une banane pendant qu' elle interprète California dreamin' ( au risque de s' étrangler d' ailleurs).

Alors, me direz-vous, pourquoi mange t' elle une banane ?

C' est une question qui m' a intrigué toute cette après-midi.

Il ne s' agissait évidemment pas de faire de la pub pour les productions bananières du Costa-Rica, tout comme le chanteur Carlos le faisait pour une certaine boisson exotique et fruitée.

" Mais qu' est-ce que tu manges dou-dou-di-don ?"...Non, ne faisons pas fausse route, la réponse à ma question est ailleurs...

J' imagine déjà certains d' entre vous, rigolards, pensant que cette banane croquée à pleine dents par cette ravissante Lolita est une allusion aussi évidente que ne l' étaient les sucettes à l' anis de Gainsbourg composées pour l' innocente France Gall.mais je ne le crois pas...

On n' est pas encore à l' époque de LIO et de son BANANA SPLIT qui a fait flasher toute une génération de mecs qui ont fantasmé sur les petites bimbos sexys et un peu coquines.

D' autres me rétorqueront que 10 ans avant cette chanson des Mamas & the papas,en 1957, Little Richard avait déjà composé son TUTTI FRUTTI qui, en argot américain, signifiait bien autre chose qu' une glace italienne aux mille saveurs !

Ou alors, certains connaisseurs du Rock me rappelleront que Tina Turner avait une façon bien à elle, très explicite et non équivoque, de sussurrer dans son micro et de le caresser de ses longs doigts sur scène.

Mais non, je ne crois pas à une explication aussi triviale pour Michelle.

Par ailleurs,les paroles de la chanson ne permettent absolument pas d' expliquer cette dégustation en direct de la chanteuse.California dreamin' n' était pas un tube exotique de l' été mais plutôt une chanson d' hiver...

Alors, j' ai une petite explication qui vaut ce qu' elle vaut.

A l' époque les artistes qui chantaient en play-back aimaient faire des clins d' oeil à leur public en leur montrant qu' ils ne se cachaient pas de faire semblant de chanter.D' ailleurs , Michelle mange à un moment où elle est supposée chanter car on entend sa voix ( à 34 secondes).

Je pensais être enfin soulagé et avoir trouvé une explication définitive mais un internaute ( je suis allé vérifier) prétend qu' il ne s' agit pas d' un play-back et que le groupe chante vraiment par dessus la bande-son, et il en veut pour preuve qu' à la fin de la chanson Mama Cass fait une note qui n' est pas sur l' original.

Voici ce qu' il écrit:

No, they are not lip-synching, but they are singing along with their own recording, as Michelle Phillips told in her autobiography, kind of like one more overdub as she put it. Notice the long loud note by Cass at the end - That is not on the original recording of this song. Yes Michelle with the banana is way cool.

Notez au passage que lorsque je fais du journalisme d' investigation, je suis assez objectif,sérieux et très méticuleux dans mes recherches systématiques d' indices et d' explications, n' hésitant pas à donner la parole à d' autres intervenants qui pourraient infirmer mes théories.

Alors je crois que finalement la dégustation de la banane était pour Michelle une façon cool d' interpréter leur tube, et que ça correspondait bien à l' esprit bon enfant et un peu kitch de l' époque...

Donc, Honni soit qui mal y pense !

Laissez-moi donc garder mon esprit fleur bleue s' il vous plait, et ne me pervertissez pas ma petite Michelle qui était l' une des plus chanteuses les plus angéliques que le Rock nous ait jamais donné.

Pourquoi une banane ?
Pourquoi une banane ?

Alors , pour tous mes gentils lecteurs qui espéraient peut-être des révélations salées et qui sont restés un peu sur leur faim, je vous envoie la suite des autres chansons citées ci-dessus, qui elles, par contre, n' offrent pas la moindre ambigüité.

Petite démo de "Hot" Tina avec son micro à 35 secondes...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans chanson banane humour bimbo
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 10:59

Bonjour les amis,

Aujourd' hui il fait une journée splendide, et c' est un vrai plaisir que d' aller se balader dans la nature.

Le bonheur c' est souvent de savoir profiter de l' instant présent sans penser, par exemple, aux montagnes de corrections qui m' attendent patiemment sur mon bureau...ou à la reprise du lundi matin.

Nous devrions nous inspirer parfois des animaux qui, eux, ne se projettent pas dans l' avenir et qui savent savourer chaque moment de bonheur dans son instant.

Démonstration par l' image

Regardez-moi ça...Il roule une fois, deux fois, trois fois ! Elle est pas belle la vie ?

Avouez que ce chien-là sait ne pas se prendre la tête contrairement à celui des Bidochon...

Un peu de philosophie animalière...

Bon, rassurez -vous les amis.Je ne vais pas aller me rouler dans l' herbe...Juste essayer de profiter pleinement de ce joli dimanche de Mai...

Et je me réserve pour ce soir la lecture de cet article de Kant sur l' homme, la nature et l' animal.

Il y a une dernière question importante qui n' est pas abordée dans ce texte:

Immanuel Kant aimait-il se rouler de manière insouciante dans l' herbe du printemps ? hein ?

C' est une question sur laquelle les artistes et les poètes, eux, se sont toujours positionnés sans ambigüité...

Repost 0
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 17:52

Bonjour les amis,

Je viens de terminer cette semaine la lecture de LOLA BENSKY de Lily Brett prix Médicis étranger 2014.

Un livre en grande partie autobiographique ( qui m' a été offert par une bonne amie) et qui m' a fait plonger avec délice au coeur des années pop et rock durant les années 60 en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Voici un résumé:

Londres 1967 : Lola Bensky, jeune journaliste pour le magazine australien Rock-Out, n a que 19 ans quand elle se retrouve au coeur de la scène musicale la plus excitante du moment !
Sans diplôme mais douée, trop grosse et toujours au régime, trop sage pour les sixties, quelles questions cette drôle de fille qui ne connaît rien au rock, n a jamais étudié le journalisme et dont le seul bagage et pas des moindres est d être l enfant de deux survivants d Auschwitz, va-t-elle bien pouvoir poser à ces rock stars en devenir ?
Armée de son magnétophone et tartinée de fond de teint, Lola observe, écoute, écrit. À Londres, elle parle bigoudis avec Jimi Hendrix et sexe avec Mick Jagger. À Monterey, elle échange avec Mama Cass sur leurs régimes respectifs et aborde l amour entre filles, la drogue et l alcool avec Janis Joplin. Un jour, elle prête même ses faux-cils à Cher...
Subtiles, drôles, personnelles, les questions s enchaînent, dévoilant des portraits inattendus de ces dieux du rock, mais révélant surtout la quête identitaire que Lola mène inconsciemment. Épouse, mère, aut
eure reconnue, Lola Bensky continue à s interroger sur ce qui fait la force d un être humain.

La deuxième mort de Mama Cass...

Voici ce qu' en dit une internaute:

Nous sommes dans les années 60. Lola Bensky est une jeune journaliste qui travaille pour le magazine Rock-Out, un magazine de musique australien. Née juste après la guerre dans un camp de transit allemand, Lola a vécu et a été élevée en Australie. Elle est la fille d'Edek et Renia, deux juifs polonais, survivants d'Auschwitz.
Elle n'a pas eu une enfance comme les autres...et tout la ramène à ces terribles événements qui ont rendu muets ses parents et troublé son enfance.
Renia et Edek ne lui ont pourtant pas épargné certains de leurs souvenirs : à quatre ans elle savait déjà précisément ce qui se passait dans les chambres à gaz, à tel point que le jour de l'appel à l'école, elle court se cacher...
A 19 ans à peine elle interviewe les groupes les plus connus du moment à Londres mais aussi à New York, Los Angeles : Jimi Hendrix, Mick Jagger,Cat Stevens, Janis Joplin, Sonny and Cher, Jim Morrison...
Ils ne l'impressionnent pas vraiment car ils ont le même âge ! Elle les questionne avec candeur sur leur enfance, leur rapport avec leurs parents, leur vie quotidienne et pas vraiment leur musique. Car sans diplôme particulier et n'ayant jamais eu d'expérience journalistique, elle ne sait pas que leur poser comme question car, en plus, elle n'y connaît rien en musique rock !
Complexée par son poids, elle se met constamment au régime et se cache sous un maquillage trop abondant et maladroit (et des faux-cils très à la mode à l'époque !). Elle n'en est pas moins craquante...
Armée de son magnétophone, elle écoute ces rock-stars en devenir, parler de leurs problèmes et de leur vision du monde, de musique, de drogue, de sexe et nous raconte en détails ses interviews...
On les découvre sous un autre visage, plus humain.
Mais pour Lola, la confrontation avec ce monde composé uniquement d'hommes est une véritable révolution. Elle se surprend à leur parler d'elle-même, de son sur-poids et de ses régimes, de son enfance, de ses parents et des camps.
Ils lui donnent leurs avis sur la question d'une manière toujours très honnête, la taquinent souvent, et la draguent parfois...
Peu à peu elle reconstitue les pièces du puzzle qu'elle avait commencé à assembler durant son enfance, reconstituant les pièces manquantes de sa vie familiale, peuplée des fantômes de ses dix parents disparus (oncles et tantes), tous victimes de la Shoah...une famille entière.
Comment vivre en portant ainsi les souffrances de ses parents et leur culpabilité d'avoir survécu à leur famille ?
Alors Lola, pour avancer dans la vie, fait des listes, de régimes à suivre ou des membres de sa famille disparue, c'est selon...
Le roman est un constant va-et-vient entre l'enfance de Lola, les sorties en famille, la vie quotidienne de ses parents, avec les amis ou connaissances de la famille, leurs silences ou les bribes de souvenirs des camps.
Puis le roman revient vers les interviews et les découvertes de Lola sur les stars, leur maison ou leur vie et enfin, elle nous raconte quelques instants passés avec ses amies journalistes ...
Malgré le drame présent en toile de fond tout au long du roman, c'est un livre pudique, empli de bienveillance et d'humanité, qui vous fera aussi beaucoup rire, tant l'héroïne est d'une naïveté désarmante et touchante.
Le rire est le penchant du drame, la légèreté de la gravité et c'est ce qui fait la force de ce roman.
Car finalement Lola ne sait pas comment vivre avec tout ça enfoui au fond d'elle. Elle questionne les autres pour y voir plus clair en elle-même...
Elle a beau se faire draguer par des chanteurs qui deviendront populaires, se lier d'amitié avec Cher, elle n'en est pas moins très mal dans sa peau, se trouve trop grosse (surtout aux yeux d
e sa mère pour qui la grosseur est synonyme de "corruption") et n'y connaît rien au sexe.
Des années après, elle va souffrir de crises d'angoisse voire de panique, de vertiges paralysants, d'insomnies, d'agoraphobie et toujours faire de fréquents cauchemars.
Elle va souvent avoir des fantasmes éveillés où elle sauve quelqu'un de proche, ou un parfait inconnu, d'un accident, arrête une hémorragie, soigne des plaies...et se retrouve félicitée par les proches.
Ce roman, bouleversant est largement autobiographique.
C'est une petite merveille qui se lit toute
seule.
Pour en savoir plus...

http://www.babelio.com/livres/Brett-Lola-Bensky/607703​

A la fin du roman Lily Brett raconte une anecdote terrible au sujet de Cass Elliott, la chanteuse de Mamas & the papas qui souffrait d'une obésité, dûe très sans doute à un dérèglement hormonal contre lequel il n' y avait pas de vraie solution.

La deuxième mort de Mama Cass...

Mama Cass, fera contre mauvaise fortune bon coeur et saura traiter avec humour cet énorme handicap durant toute sa vie...un handicap qui lui aura fait perdre des opportunités professionnelles dans sa jeunesse.Elle compensera cette injustice grâce à son talent qui s' imposera...

En 1974, elle meurt d'une crise cardiaque à Mayfair à Londres, après deux semaines de représentations à guichets fermés au Palladium. Quatre ans plus tard, le batteur des WHO Keith Moon meurt dans la chambre où Cass Elliot avait succombé, lui aussi à l'âge de 32 ans.

Des mauvaises langues, apprenant son décès, firent courir le bruit qu’elle s’était étouffée avec un sandwich : la police, en effet, en avait retrouvé un, à moitié mangé, dans sa chambre ; or, à l’autopsie, aucune espèce de nourriture ne fut retrouvée dans la trachée. Plus prosaïquement, on raconte qu’elle fut victime dans son sommeil d’une crise cardiaque. En réalité elle mourut d’athérosclérose (ou artériosclérose), une affection liée à son problème de poids.

Et là, les amis, on se dit que la vie est terriblement injuste.Non seulement Mama Cass a souffert toute sa vie d' une maladie qui faisait sourire son public, mais, en plus, même au moment de sa mort, il y aura des rumeurs humiliantes sur les motifs du décès...Rumeurs qui seront répercutées également par Zappa dans une de ses chansons et par Austin Powers dans l' un de ses films parodiques...

On pleure la mort d' Hendricks. de Brian Jones, de Janis Joplin, de Keith Moon, etc...mais on continue de railler les gros et les grosses même quand le destin les frappe durement.

On les humilie même quand ils ne sont plus là pour rectifier des rumeurs infondées.

C' est , comme disait Jean Yanne, tout simplement dégueulasse...

Qui plus est, on sous-entend de façon pernicieuse que le destin a frappé Mama Cass , de manière biblique et divine: punie par là où elle a pêchée.C' est tout simplement révoltant !

Alors, oublions la médisance imbécile de ceux qui ont la chance de ne pas savoir ce que c' est que de souffrir d' une maladie ou d' une injustice génétique qui affecte l' apparence physique, et réécoutons Mama Cass et sa voix extraordinaire.

Repost 0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 18:17

Bonjour les amis,

Aujourd' hui je n' ai pas beaucoup de temps d' écrire et je voulais juste partager avec vous cette page TRÈS INSTRUCTIVE ( comme aurait Michel Serrrault dans Garde à vue) .

Et simplement ajouter que Tariq Ramadan ( petit fils du fondateur des frères musulmans et qui n' a jamais condamné les agissements de son grand-père Hassan al-Banna),Tariq celui qui se dit " perquisitionnable", a demandé la nationalité française.

Bien évidemment,j' espère que les autorités françaises ne donneront jamais la nationalité à un être aussi pernicieux, spécialiste du double langage,jouant la séduction sur les plateaux de télé européens mais tenant des propos bien plus durs sur les radios du Moyen-Orient...

Reconnaissons que le refus serait purement symbolique et que ça n' empêcherait pas Ramadan d' être très toxique d' ailleurs car il est déjà accueilli comme un Messie dans certains quartiers de la République.

La dernière provocation de Tariq...
Repost 0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 17:48

Bonjour les amis,

J' essaie de suivre de loin ( d' Espagne où je vis) le mouvement NUIT DEBOUT et ce que disent certains de ses "maîtres à penser".

J' ai écouté un discours de Frédéric Lordon que vous pouvez suivre sur le lien ci-dessous

C' est un discours particulièrement sectaire qui justifie de bien piètre et de bien pauvre façon l' éviction honteuse de Finkielkraut.Un discours vide,trop facile, anti-tout, fait de slogans naifs, à la limite du néo-anarchisme..." Mettre des grains de sable partout" C' est ce qu' il propose.Le joli programme ! Digne de Bakounine et des anarchistes du siècle dernier.Nous servir de telles recettes au XXI ème siècle ! On croit rêver...Voici ce que dit un blogger:
"En économie ses opposants sont Piketty ou Varoufakis, qui pensent que le système économique actuel doit être maintenu en corrigeant ses effets pervers, alors que Lordon dit que c'est le système lui même qui génère les abus, moyennant quoi selon lui il faut mettre fin au système en entier, en vertu du principe de causalité.L'ennui est que, une fois qu'il a dit ça, Lordon ne dit pas par quoi le remplacer et c'est là que cela devient hasardeux..."

.
C' est plus qu' hasardeux, c' est complètement suicidaire et irresponsable...

On voudrait juste rappeller à ses nombreux fans que l' histoire est pleine de nations qui se sont suicidées.Pas la peine de faire preuve d' imagination, il faut juste faire fonctionner sa mémoire...

La Grèce, par exemple, qui après avoir tenté un coup de force très mal préparé vis-à-vis de ses créanciers s' est vite retrouvée sans un euro au distribanque et a dû signer rapidos un accord pour ne pas être tout simplement asphixiée.

Le Vénézuela de Chavez avait mis la condition des pauvres au coeur de son programme d' une manière assez populiste et un peu naïve, mais aujourd' hui la seule chose que répartit au peuple le gouvernement de Nicolas Maduro c' est la misère,alors que le pays possède d' énormes gisements de pétrole.

Et oui, l' enfer est pavé de bonnes intentions...

Alors,quand je vois ce Frédéric Lordon, avec ses airs d' imprécateur, qui, au lieu de tendre la main vers tous ceux qui pourraient s' adjoindre à ce mouvement et l' enrichir, préfère désigner à la vindicte populaire des noms jetés en pâture, je suis au bord de la nausée.

Ah, il est beau ce nouveau Robespierre...Très peu pour moi.Ce n' est pas lui qui va fédérer ni générer des mouvements de confluence dans la société.

Il sent la suffisance,le mépris, l' intolérance, le maximalisme irresponsable...tout ça, en parlant au nom du peuple, bien sûr.

Même Danny le rouge en 68 n' est jamais tombé dans de tels travers.Les chefs de file de mouvements savent séduire par leurs idées.Celui-ci, avec son langage de guerre civile et ses lèvres pincées, fait tout simplement froid dans le dos...Brrrr !!!

L' imprécateur

Quant aux tenants du grand capital, de la finance internationale et des grandes banques, avec des adversaires comme Lordon ils peuvent dormir tranquilles...Ça me rappelle LA VIE DE BRIAN le film des Monthy Python, quand il y avait 4 pelés et 3 tondus du front de libération de la Palestine qui prétendaient libérer leur pays de l' Empire Romain...à 10 minutes sur la vidéo, et à 18 minutes également.Hilarant !

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans nuits debout
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 14:04

Bonjour les amis,

Etonnante coincidence cette semaine, alors que j' avais fait un billet sur le choeur des esclaves du Nabucco de Verdi sur lequel nous travaillons avec notre groupe vocal CADENZA et que vous pouvez lire sur le lien ci-dessous.

Si vous n' êtes pas un spécialiste de Verdi vous y apprendrez des choses étonnantes et assez paradoxales.

 

 

Je rappelais dans cet article l' histoire assez extraordinaire de cet oeuvre et son énorme impact politique dans le climat enfiévré de l' Italie prérévolutionnaire.J' y rappelais également de quelle manière Ricardo Muti avait profité en 2011 d' une représentation à Rome pour dire devant l' infâme et vulgaire Silvio Berlusconi à quel point il avait ressenti de la honte à être représenté par une telle classe politique.

Et maintenant, ne voilà t' il pas qu'en ce 30 Avril dernier,Verdi, après un sondage sur facebook, s'est invité lui aussi aux NUITS DEBOUT ...

Cet article de l' Express vous expliquera en détail comment s' est organisé cette manifestation culturelle...

Comme dit l' un des musiciens participants:

"ça montre une autre image de ce mouvement, trop souvent réduit à des violences ou du vandalisme".

On ne saurait mieux dire !

Repost 0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 08:38

Bonjour les amis,

Je viens de lire une interview du neurologue et psychiatre Boris Cyrulnik qui me laisse un peu perplexe et pensif.

La voici sur le lien ci-dessous:

Cyrulnik qui aime cultiver le sens du paradoxe et une certaine forme d' humour nous dit:

« La catastrophe implique qu’un filet de vie continue à couler. Sinon, ce n’est plus une catastrophe, c’est un désastre (sourire). »

Chacun appréciera la subtile différence sémantique entre catastrophe et désastre !

On peut quand même émettre des doutes sur la comparaison entre la catastrophe prévisible qui nous attend et celles que l' humanité a déjà surmontées et qui n' ont jamais été irréversibles.

Ce qui m' interpelle, c' est le fait que nos 2000 ans de civilisations et de progrès scientifiques et techniques ne sont pas en mesure d' éviter l' inéluctabilité du chaos ...La surpopulation humaine va génerer un épuisement global et mathématique de nos ressources et une destruction iirréversible de la biodiversité dont nous serons les seuls coupables.Je parle au futur mais c' est un mensonge car, en ce qui concerne la destruction de la biodiversité, c' est au présent et au passé qu' il faut parler si l' on veut être partiellement honnête.Le mal irréversible est déjà fait pour des dizaines de milliers d' espèces déjà disparues.La seule chose qui nous console c' est que pour l' instant ces disparitions n' affectent pas encore notre espèce ( jolie mentalité que la nôtre !!!)

On voudrait nous faire croire que tout ça fait partie d' un cycle naturel de la vie et que , d' une certaine manière, celle-ci renaît toujours de ses cendres.

L' île de Pâques sur laquelle existaient des dizaines de milliers de palmiers est aujourd' hui déserte.Les statues de pierre regardent une nature vide, jadis si riche, détruite par l' homme.Un biologue pourrait penser que d' ici quelques milliers d' années, le cycle de la vie reprendra ses droits, que tout n' est qu' une question de temps et qu' il faut se mettre à l' échelle géologique et compter en dizaines de milliers d' années...

Selon Cyrulnik, nous serions donc aujourd' hui comme le capitaine du Titanic qui voit poindre à l' horizon l' énorme iceberg, et qui sait déjà qu' il est bien trop tard pour l' éviter.

Imaginons un instant que l' on puisse remonter dans le temps au moment de la révolution industrielle en connaissant d' avance tous les problèmes écologiques auxquels nous serons confrontés si nous ne gérons pas mieux nos activités.

Peut-on penser que cette connaissance changerait quoi que ce soit au déroulement ultérieur de notre histoire ? je pense que non...et pourquoi?

Sans doute,parce que notre organisation économique est basée sur la propriété privée. Notre façon de penser en terme de compétition et non de solidarité ne peut que générer le type de société marchande dans laquelle nous vivons.La propriété privée ne peut amener que l' exploitation à outrance de notre environnement et donc l' épuisement à terme de nos ressources.Rappelons malgré tout que c' est gràce à cette recherche constante de compétitivité que la société a progressé et n' est pas restée féodale,et que la médecine par exemple a permis de doubler, voire de tripler notre espérance de vie.Bizarre cette affaire..Ce sont les mêmes mécanismes qui nous ont permis d' améliorer nos conditions de vie quotidienne qui risquent finalement de mettre en danger notre propre survie.

Par ailleurs, aucun des pays surpeuplés de la planète n' accepte de limiter son taux de natalité de manière à ce que le prélèvement effectué sur la nature soit compatible avec sa perennité.Enfin, il faudrait imaginer une gestion politique mondiale de ces problèmes.Il ne sert à rien qu' un pays ait une politique écologique et de natalité responsable si les pays environnants n' en font pas de même.Comment ne pas pointer du doigt l' irresponsabilité et l' aveuglement imbécile de certains leaders religieux qui poussent leurs fidèles à se reproduire comme des lapins...Nous devons affronter les problèmes du XXI ème siècle avec une partie importante de l' humanité qui pense encore comme au Moyen-âge.

Je reconnais à Boris Cyrulnik au moins un grand mérite: celui de ne pas nous faire croire au père Noël.A défaut de nous apporter des réponses sur la manière politique de répondre à l' immense défi que nous devrons relever, Cyrulnik nous met en garde sur les fausses réponses qui ne feront que retarder les problèmes sans jamais les résoudre...

Tout comme lui, je considère qu' il faut rester optimiste tout en n' étant pas ingénu ou idiot.Kasparopv disait que l' intelligence se caractérise par notre capacité à anticiper les problèmes et à y répondre...

Anticiper les problèmes n' est pas difficile, mais y répondre de manière efficace et collective, c' est une autre paire de manches...

Notre organisation politique en pays défendant leurs propres intérêts ne permet pas à l' intelligence humaine de s' exercer de manière collective.La grande crise de l' humanité arrive trop tôt dans notre histoire, à une époque où nous n' avons pas résolu certains grands chocs civilisationnels et culturels, à une époque où ce sont encore nos égoismes nationaux qui prévalent, à une époque où certaines religions aveuglent des centaines de millions de personnes qui croient en la bienveillance divine tout comme un enfant de 5 ans croit au père Noël, ou tout comme les habitants de l' île de Pâques étaient persuadés d' être protégés par leur Dieu jusqu' à ce qu' ils disparaissent jusqu' au dernier.

Enfin, comment peut-on croire que l' humanité va résoudre des problèmes écologiques réellement difficiles quand elle est incapable d' apporter des solutions à des problèmes techniquement simples comme la crise syrienne, un problème qui se résume en un simple conflit d' intérêts multiples, et qui aurait pu être résolu en deux temps trois mouvements s' il y avait eu une réelle volonté collective en ce sens.

L' histoire va trop vite et nous engloutira probablement avant que l' humanité n' ait pu se doter des instruments politiques nécessaires à sa propre survie.Oui, on court à la catastrophe...même si cela ne doit pas empêcher de tout tenter pour en minorer les effets.

Repost 0
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 11:44

Bonjour les amis,

Nous continuons de former un nouveau répertoire avec notre groupe vocal CADENZA, et , nous avons commencé la répétition du choeur des esclaves du Nabucco de Verdi.

C' est un air que j' ai un peu trop entendu dans ma jeunesse, et dont je me suis vite lassé, mais, à chaque fois qu' on entreprend l' interprétation d' une oeuvre très connue, il faut un peu oublier notre sentiment de saturation antérieur et l' appréhender sans à priori, comme si on la découvrait pour la première fois.

Revenons d' abord sur la genèse de cette pièce qui se convertira plus tard en symbole de ralliement de tout un pays.

Verdi écrit Nabucco à un moment de sa vie où il est extrêmement déprimé par la perte de son épouse et de ses deux enfants.Il est presque anéanti...au bord du suicide.L' article du Figaro que j' ai mis en lien relate très bien les conditions difficiles dans lesquelles fut créée cette oeuvre.

Nabucco va pensiero...

Quand Verdi s' attaque à l' écriture de NABUCCO l' Italie est en pleine effervescence révolutionnaire.Milan faisait partie de l' Empire austro-hongrois et le pays entier aspirait à l' indépendance et la la réunification.

Cet opéra-drame politique évoque l'épisode biblique de l'esclavage du peuple juif exilé à Babylone symbolisé par le «Va, pensiero» des hébreux auxquels s'identifiait la population milanaise alors sous occupation autrichienne.

Sur les rives de l'Euphrate les Hébreux, vaincus et prisonniers, se rappellent avec nostalgie et douleur leur chère patrie disparue.

Ecoutons les vers du choeur des esclaves:

Va, pensiero, sull'ali dorate;
Va, ti posa sui clivi, sui colli,
Ove olezzano tepide e molli
L'aure dol
ci del suolo natal !
Del Giordano le rive saluta.
Di Sïonne le torri atterrate
Oh mia patria si bella e perduta !
Oh membranza si cara e fatal !
Arpa d'òr dei fatidici vati,
Perche muta dal salice pendi ?
Le memorie nel petto raccendi,
Ci favella del tempo chefu !
O simìle di Solima ai fati
Traggi un suono di crudo lamento,
O t'ispiri il Signore
un concento
Che ne infonda al patire virtu, x 3
Al patire virtu !

Va, pensée, sur tes ailes dorées ;
Va, pose-toi sur les pentes, sur les collines,
Où embaument, tièdes et suaves,
Les douces brises du sol natal !
Salue les rives du Jourdain,
Les tours abattues de Sion ...
Oh ma patrie si belle et perdue !
Ô souvenir si cher et funeste !
Harpe d'or des devins fatidiques,
Pourquoi, muette, pends-tu au saule ?
Rallume les souvenirs dans le cœur,
Parle-nous du temps passé !

Rappelle-nous le sort de Solime
Dans une compla
inte aux tristes accents,
Laisse le Seigneur t'inspirer une harmonie
Qui nous donne la force d'endurer nos souffrances !

.

.

Les paroles sont évidemment écrites avec un sens caché pour échapper à la censure mais le public ne s' y trompera pas et comprendra, dès la première interprétation, ce vers désormais célèbre.

Oh mi patria si belle e perduta

Oh ma patrie si belle et perdue

L' opéra sera un succès retentissant.Prévu pour 8 représentations il y en aura 64 en moins d' un an !!!

J' imagine bien dans le public des patriotes exaltés criant: VIVA ITALIA !

Verdi sera ensuite victime de tentatives de censure.Son opéra suivant I Lombardi alla prima crocciata(1843) sera dénoncé par le cardinal archevêque de Milan Gaetano Gaisruk qui écrivit une lettre au chef de la police dans laquelle il menaçait également d' écrire à l' Empereur Ferdinand d' Autriche.Mais Verdi sut s' appuyer sur des relations puissantes comme la comtesse Maffei pour déjouer la censure de la police de l' époque.

Si les artisans politiques de l' unité italienne furent Garibaldi, Cavour et Mazzini il est clair que Verdi, grâce à son génie créateur, fut leur meilleur porte-parole.

Il se convertira vite dans l' esprit des italiens en Père de la Patrie.

Nabucco va pensiero...

Parlons un peu de ce choeur des esclaves maintenant qui présente une particularité.Les 4 voix du choeur (soprano,contre-altos,ténors et basses) chantent à l' unisson durant les 28 premières mesures...Et puis, à la 29 ème mesure, le choeur se sépare en 4 voix différentes , ce qui donne un relief lyrique saisissant.

C' est à à 2 minutes 22 secondes sur la vidéo ci-dessous, au moment où le choeur chante,Arpa d'òr dei fatidici vati, et puis, Le memorie nel petto raccendi.

Voici quelques images de nos répétitions

Nabucco va pensiero...
Nabucco va pensiero...

Enfin, je terminerai en vous disant qu' il m' est difficile de travailler sur cette partition sans penser à mon père qui n' imaginait sans doute pas qu' un jour son fils s' attellerait sérieusement à cette oeuvre de Verdi.Moi, l' enfant du Rock qui rigolait et me moquait toujours gentiment des sentiments patriotiques des personnes un peu plus âgées.

Aujourd' hui , je pense à toi papa, italien jusqu' au bout des ongles, pour qui ce morceau représentait quelque chose.Toi qui a toujours été fier de ton pays, de son peuple et de ses immenses artistes.Aujourd' hui, je te retrouve aussi à travers l' Opéra...Je ne peux m' empêcher de penser à toi et à mes racines quand je chante cet air du Nabucco de Verdi...Je le fais avec tristesse, avec mélancolie, mais aussi avec la profonde satisfaction de ne pas avoir perdu le lien qui nous unit.

Alea Jacta Est va pensif...

Nabucco va pensiero...

PS: Sachez pour la petite histoire que lors des festivités de 2011 en l' honneur du 150 ème anniversaire de la réunification italienne Ricardo Muti avait dirigé cette oeuvre à l' Opéra de Rome devant un parterre de personnalités, dont Silvio Berlusconi.

Avant d' accepter le Va pensiero en bis, Ricardo Muti a fait un bref discours pour le public dans lequel il a balancé un beau missile en direction de l' infâme Silvio...

Muti : Je n'ai plus 30 ans et j'ai vécu ma vie, mais en tant qu'Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j'ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j'acquiesce à votre demande de bis pour le "Va Pensiero" à nouveau. Ce n'est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Choeur qui chantait "O mon pays, beau et perdu", j'ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l'histoire de l'Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie, serait vraiment "belle et perdue".

[Applaudissements à tout rompre, y compris des artistes sur scène]

Muti : Depuis que règne par ici un "climat italien", moi, Muti, je me suis tu depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant... nous devrions donner du sens à ce chant ; comme nous sommes dans notre Maison, le théatre de la capitale, et avec un Choeur qui a chanté magnifiquement, et qui est accompagné magnifiquement, si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble.

C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves.Tout l' opéra de Rome s' est levé.Et le Choeur s' est lui aussi levé.Ce fut un moment magique dans l' Opéra.

Vous pouvez voir cette intervention de Muti ainsi que ce bis mémorable sur le lien ci-dessous.

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/silvio-berlusconi-renverse-par-91522

PS nº 2: Il y a une anecdote assez savoureuse dans la biographie de Giuseppe Verdi.

En 1831 le conservatoire de musique de Milan rejettera sa candidature en tant qu' élève à cause d' une technique pianistique considérée comme déficiente et des connaissances jugées insuffisantes.

Le conservatoire de Milan entrera dans l' histoire de la musique comme celui qui a recalé Verdi...Les examinateurs responsables n' ont pas su, tout comme les employeurs de Bach un siècle auparavant, reconnaître les compositeurs de génie de leur temps.

Paradoxalement le conservatoire de Milan s' appelle aujourd' hui le CONSERVATOIRE GIUSEPPE VERDI...! C' est le comble, non ?

Ils ont mis en application la célèbre citation latine:

Errare humanum est, perserverare diabolicum

L' erreur est humaine mais perséverer ( dans l' erreur) c' est l' oeuvre du diable

Repost 0