Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 15:27

Bonjour les amis,

Si vous avez vu l' excellent film oscarisé BIRDMAN vous vous souvenez tous de la scène finale où l' acteur est sur le point de se suicider sur scène...Le public croit que c' est du théâtre mais Riggan se tire réellement sur lui-même...même si on apprendra plus tard qu' en fait il a dirigé l' arme sur son nez juste au dernier moment et qu' il ne succombera pas à ses blessures.Suite à cette "interprétation",Riggan sera acclamé par la critique new-yorkaise et on le considèrera comme le père d' un nouveau théâtre "hyperréaliste".

Et bien ce matin j'ai été assez stupéfait en lisant cette nouvelle provenant d' Italie :

Le parquet de la ville de Pise (centre) a ouvert vendredi une information judiciaire après la mort sur scène d’un acteur qui jouait le rôle d’un personnage devant être pendu. Raphael Schumacher, 27 ans, a été déclaré mort jeudi. Il était dans le coma depuis samedi dernier.

Il était censé simuler une pendaison sur scène. Un spectateur horrifié s’est alors rendu compte de ce qui se passait réellement. L’acteur n’a pas pu être sauvé. Deux directeurs et deux techniciens du théâtre se sont vu notifier qu’ils faisaient l’objet d’une enquête

Difficile de ne pas faire une analogie avec le film BIRDMAN même si l' enquête dira s' il s' agit d' un stupide accident ou alors si l' acteur est allé jusqu' au bout de son interprétation...

Quoi qu' il en soit, que ce soit volontaire ou pas,il est diffficile de ne pas penser que l' interprète ait voulu interpréter son rôle de la manière la plus réaliste possible, un peu comme ces représentations du Moyen-âge où certains acteurs jouant la PASSION DU CHRIST par exemple se faisaient réellement crucifier.L' acteur italien s' inscrit donc dans une certaine tradition ( même s' il ne l' a pas fait nécessairement de manière consciente).

Il existe une certaine tradition de recherche d' authenticité et de vérité chez certains interprètes.

Nombreux sont les acteurs de cinéma qui ont voulu vivre vraiment ce qu' ont vécu leur personnage, comme par exemple Robert De Niro qui pour interpréter le boxeur Jake la Motta dans RAGING BULL prendra puis perdra plus de 27 kg...(Bon , moi je suis capable de les prendre mais plus de les perdre...).

D' autres acteurs , comme Depardieu, font exactement le contraire, rigolent bien fort et pètent un grand coup juste avant d' interpréter une scène dramatique d' une grande intensité...et, finalement, ils sont excellents aussi et très crédibles ( enfin pour Depardieu je devrais dire qu' il était excellent ).

Moralité: il n' y a pas de règle générale pour l' interprétation, mais à choisir entre De Niro et Depardieu je m' inscrirais plutôt à l' école de ce second, celle des bons vivants qui ne se prennent pas trop la tête et qui ne se torturent pas l' esprit.On ne se refait pas: mon école préférée reste celle de l' hédonisme.

PS: si vous n' avez pas vu BIRDMAN ne lisez pas cet article car il contient des éléments qui révèlent une partie de la fin du film...Lol...Malgré tout, soyez tranquille, je n' ai pas tout dit...

PS nº2: J' essaie de me souvenir du nom d' un acteur français très connu ( Brialy peut-être ? ) qui racontait aux dossiers de l' écran qu' une fois il avait dû interpréter au théâtre le rôle d' un amant éconduit à un moment de sa vie où il vivait réellement un grand chagrin d' amour.Son rôle se superposait à ce qu' il vivait dans la réalité et finalement il avouait qu' il ne jouait pas bien... il en faisant trop, il était trop sincère...Il surjouait.

PS nº 3: Jean Pierre Léaud racontait comment Truffaut le dirigeait lors du tournage de " Baisers volés".Dans une scène Léaud devait traverser une rue, et il demande à Truffaut "comment" il doit la traverser, et le réalisateur qui n' aimait pas les interprétations trop intériorisées et trop psychologiques de lui répondre.

" Essaie de ne pas te faire écraser..."

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans théâtre cinéma
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 08:25

Bonjour les amis,

Il y a une fonction qui est bien pratique quand on écrit des SMS, c' est le correcteur automatique d' orthographe qui propose le mot entier avant même qu' on ait écrit la 3 ème ou 4 ème lettre.

Pour ceux qui ont une certaine habileté ça permet d' aller très vite mais quand l' usager s' appelle Alea Jacta Est les choses se compliquent un peu.

D' abord j' ai des gros doigts qui font que je tape souvent deux ou trois touches en même temps, et du coup apparaissent des mots qui n' ont rien à voir avec ce que je veux écrire.

Par ailleurs j' ai un clavier qui est programmé en espagnol ( plus exactement on dit castillan car en réalité l' espagnol n' existe pas en tant que langue tout comme le suisse, le canadien ou le belge n' existent pas non plus).

Or il m' arrive souvent d' écrire des messages en français et en valencien, et du coup pendant ma rédaction ne cessent d' apparaître des mots castillans, ce qui devient vite assez pénible.

Résumons-nous:

Entre le fait que je suis assez pataud avec le clavier et que, par ailleurs, je suis bombardé de mots qui n' ont rien à voir avec ce que j' écris, je finis par perdre un temps fou juste pour écrire: " Salut ! Ça va toi ? "

Petit message destiné aux concepteurs d' I-phones
Petit message destiné aux concepteurs d' I-phones

Alors , je voudrais juste envoyer un bref message à tous les ingénieurs-concepteurs de correcteurs automatiques d' orthographe:

Chers messieurs les concepteurs,

Afin que vos correcteurs soient les plus efficaces possibles je vous suggère de prendre en compte le simple fait suivant:

JE SAIS CE QUE JE VEUX ÉCRIRE !!!

D' avance merci

Signé: AJE

PS: ce matin mon modem a mis du temps à se mettre en route...Pendant cinq minutes j' ai cru à une défaillance.Je pourrais vous faire une longue dissertation pour vous expliquer comment je me suis senti durant ces 5 minutes qui m' ont paru éternelles, mais il y a un dessin qui résume tout ça à la perfection...

Petit message destiné aux concepteurs d' I-phones
Repost 0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 12:54
Sauvons les accents...
Sauvons les accents...
Sauvons les accents...
Sauvons les accents...
Sauvons les accents...
Sauvons les accents...
Sauvons les accents...
Sauvons les accents...

"Comme trop souvent l'élégance, la politesse et le respect, l'orthographe est tenue aujourd'hui pour aléatoire, facultative et démodée"

Tweet de Bernard Pivot

Sauvons les accents...

PS: je me permets d' ajouter à cette série de dessins satiriques un dernier commentaire ( personnel cette fois-ci) fait sur l' excellent article de Rosemar consacré à cette réforme aberrante.

"Une personne comme moi qui vit à l' étranger perçoit de manière encore plus vive à quel point une langue est un trésor qui a été façonné au cours des siècles et qu' il faut protéger.
On n' ampute pas une langue de la même manière qu' on ne défigure pas La Joconde.
La langue nous donne des racines et sert à " être".Ne plus la respecter et ne pas la défendre est une forme de trahison, de soumission à la médiocrité et au nivellement réducteur...
Le fait de donner le choix la rend aléatoire alors qu' elle ne l' était pas.Cette réforme génèrera du doute chez les jeunes là où les anciens avaient des certitudes...
Bref, c' est tout simplement consternant.
Enfin, on est quand même en droit d' exiger de la part de ceux qui n' ont pas su défendre la qualité de l' enseignement du français le devoir, au moins, de ne pas l' appauvrir.
Un dernier détail: sur n' importe quel PC on peut accéder à des correcteurs d' orthographe.La modernité c' est donc de la respecter et non pas de la simplifier, sachant qu' on a tous des outil
s pour pallier à nos carences."

http://rosemar.over-blog.com/2016/02/la-reforme-de-l-orthographe-un-nouveau-renoncement-a-notre-culture-et-notre-passe.html

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans orthographe humour réforme
commenter cet article
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 18:10

Bonjours les amis,

Bon, les hommages, on a l' habitude.On en connait des biens, des médiocres qui ressemblent à des espèces d' enterrements d' artistes, des bons, des très bons et des exceptionnels...

Celui -ci que je vous propose aujourd' hui est plutôt à mettre dans la catégorie " exceptionnel".

Que du beau linge ! La crème de la crème... et puis une interprétation absolument impeccable de la part de Sting.

Ecoutez et regardez jusqu' au bout.

Et puis à 2 minutes 45 secondes le président Obama se lève, et là, tout le monde fait de même, et rapidement c' est la STANDING OVATION...

Moi, dans ces cas-là, je reste assis par esprit de contradiction. Et puis je n' aime pas les phénomènes de moutons de Panurge, du genre, le chef rigole alors tout le monde rigole,ou alors, le chef applaudit alors tout le monde applaudit, etc...

Sauf que dans le cas présent je crois bien que je me serais levé également, tout d' abord parce que le Boss le mérite, et ensuite parce que Sting lui offre une magnifique interprétation de sa chanson...Ça monte en puissance jusqu' à l' explosion finale.Quel hommage mes amis ! Mais quel hommage !

Y' a pas à dire ! Les américains savent y faire quand même !

Repost 0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 18:34

Bonjour les amis,

Ceux qui me connaissent un peu savent que l' athée que je suis est peu suspect de christianophilie, comme le démontre, par exemple, ce bref article rageur que j' ai écrit il y a un an.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/article-incroyable-derapage-du-pape-fran-ois-dommage-125385626.html

Ceci dit, les prises de position du Saint Père dénotent parfois d' un extraordinaire esprit d' ouverture auquel nous sommes que peu habitués.

J' en veux pour preuve une de ses déclarations traduite ici en français:

"Il n'est pas nécessaire de croire en Dieu pour être une bonne personne. Dans un sens, la notion traditionnelle de Dieu est dépassée. On peut être spirituel mais pas religieux. Il n'est pas nécessaire d'aller à l'église et de donner de l'argent - Pour beaucoup, la nature est une église. Quelques unes des meilleures personnes de l'histoire ne croyaient pas en Dieu, tandis que certains des pires actes l'ont été en Son nom"

C' est une magnifique intervention à laquelle je ne peux que souscrire personnellement, et qui me rappelle, par son contenu, les réflexions du philosophe athée André Comte-Sponville dans son excellent livre: " De l' esprit de l' athéisme".

Là, en reléguant au second plan l' importance de la croyance en l' existence de Dieu, le Pape va bien plus loin, dans son discours que le simple oecuménisme de la plupart des leaders religieux...Il tend la main à tous les hommes dont l' action est louable, indépendamment de leurs croyances ou non-croyances.Il admet également qu' il peut y avoir une spiritualité sans Dieu.

J' aimerais simplement ajouter qu' il nous aura fallu attendre près de 2000 ans pour avoir enfin un Pape qui remet l' Homme et l' Amour du prochain ( quel qu' il soit ) au coeur de la pratique religieuse chrétienne.C' est méritoire.

Enfin, au moment où sort le film SPOTLIGHT sur les scandales des abus sexuels au sein de l' Eglise, je voudrais simplement témoigner que le Pape François a sur ce sujet une position impeccable et inflexible.

Par exemple, il n' a pas hésité à rencontrer les victimes d' exactions de la part de religieux dans la région de Grenade en Andalousie pour leur transmettre son soutien personnel.Il a également créé une commission au Vatican chargée d' analyser les faits et de proposer des mesures préventives.

François 1er serait-il le premier Pape philosophe de la Chrétienté ?
Repost 0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 15:47

Bonjour les amis,

On vient de m' envoyer la chronique radiophonique de Bruno Donnet sur France Inter, suite à une de émission télé de Benjamin Hanouna...

Ecoutez le commentaire de Bruno Donnet.Ce qu' il raconte est assez édifiant...

Bon, je ne regarde pas la télé française depuis de longs mois, et ce que raconte Bruno Donnet ne me surprend naturellement pas.

Son commentaire est impeccable et montre bien que l' abjection dans notre société devient acceptée et normalisée, même à la télé....Après ça , comment s' étonner du nombre incalculable de victimes d ' harcèlements à l' école, dans les entreprises , etc...si la télé montre le mauvais exemple et fait même de l' audience en utilisant ces moyens inavouables.

J' imagine bien que le présentateur dira pour se défendre que c' est " pour rire". Le problème c' est que premièrement ce n' est pas drôle, mais en plus il y a des milliers de vraies victimes anonymes tous les jours qui souffrent de ce genre de vexations...

D' autres diront que le Matthieu se prête volontairement à ce jeu pitoyable, mais ça n' enlève absolument rien à l' abjection de ceux qui le pratiquent.

Si vous voulez voir la scène originale, suivez le lien ci-dessous.Je n' ai regardé que le début car c' est très pénible et lamentable, sous tous les aspects.

Finalement, la télé est un fidèle reflet de notre société, et parfois,au lieu d' en corriger les défauts, elle ne fait souvent que les" normaliser", ce qui est quand même le comble...

PS:Là je viens de voir la riposte d' Hanouna ...Selon lui " Les jeunes aujourd' hui ne font que se charrier, s' amuser et se vanner"

A vous de juger...

Moi j' ai mon idée là-dessus, sur cette façon de " rigoler"....Je suis témoin privilégié, en tant que prof, de la manière avec laquelle certains élèves ( garçons ou filles d' ailleurs) se fixent sur une victime et braque tout un groupe contre elle,en lui rendant la vie impossible et en la poussant parfois au bord du suicide...

Ça me rappelle aussi que dans les affaires de viol collectif, les juges entendent parfois de la part des agresseurs des phrases pour se justifier du genre: " On voulait juste rigoler un peu..."

Repost 0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 19:59

Bonjour les amis,

Je vous emmène aujourd' hui en Sicile pour écouter VITTI 'NA CROZZA ( J' ai vu un crâne), l' une des ballades les plus populaires de l' île que tout sicilien digne de ce nom connait par coeur.Cette chanson anonyme qui remonte au XIX ème siècle est née dans des conditions confuses, sans doute à l' époque de Garibaldi.

Elle est devenue ensuite une des chansons italiennes les plus emblématiques contre la guerre en général.

Je vous mets d' abord les paroles en dialecte sicilien, accompagnées ensuite d' une traduction française.

C'è nu giardinu ammenzu di lu mari
tuttu 'ntissutu d'aranci e ciuri,
tutti l'aceddi ci vannu a cantari,
puru li pisci ci fannu l'amuri.

Senti li trona di lu Mungibeddu
chi ghietta focu e fiammi di tutti i lati ;
oh Bedda Matri, Matri addulurata,
sarva la vita
mia e d' 'a mia amata.

Vitti na crozza supra nu cannuni,
fui curiusu e ci vosi spiari.
Idda m'arrispunniu cu gran duluri :
"Murivi senza toccu d
i campani".

Sinni eru, sinni eru li me anni
chiangennu sinni eru, cun gran duluri...
ca' si putissi ancora chiuù nun vurria,
cchiù nun vurria muriri chi pi amuri.

...Ah si putissi ancora, chiuù nun vurria,
cchiù nun vurria muriri chi pi amuri.



Je connais un jardin au milieu de la mer

qui déborde de fruits et de fleurs,

tous les oiseaux vont y chanter,

et les poissons vont y faire l'amour.

J'entends tonner le Mongibello

qui répand le feu et les flammes ;

oh Sainte Vierge, Mère des Douleurs,

sauve-moi, avec celle que j'aime.

J'ai vu un crâne au sommet d'une tour,

par curiosité, je l'ai interrogé.

Et tristement, il m'a répondu :

"Je suis mort sans que pour moi sonne le glas."

Elles s'en vont, elles s'en vont mes années

tristement, elles s'en vont dans la douleur...

et si c'était encore possible, je ne voudrais,

je ne voudrais mourir que par amour...

Voici pour commencer une version populaire de référence de Domenico Modugno

Le protagoniste de la chanson est 'na Crozza, ou un crâne. Le crâne, à travers son histoire, est l'organisateur d'une forte critique sociale, dirigée principalement contre certaines pratiques de l'Eglise catholique du passé. "La plupart des gens ont toujours cru que le fameux canon «Cannuni 'où repose le crâne, dans la chanson, était une pièce d' artillerie utilisée à des fins militaires, et que la chanson fait référence à un événement tragique de la guerre. Mais il n' en est rien"...écrit le professeur Francesco Meli de l' Université de Milan. L'histoire retrace les conditions d' exploitation très dures imposées par l'Eglise aux mineurs dans les solfatares.Des conditions de travail inhumaines qui ne cesseront que vers 1940. Les dépouilles mortelles des mineurs étaient non seulement souvent restées enfouies à jamais dans l'obscurité éternelle de ces mines, mais également exclues de toutes funérailles et n' étaient même pas honorées, insiste le crâne de la chanson, d' un simple son de cloche ! Le glas ne sonnait pas pour eux !

La chanson a connu ensuite de multiples interprétations et évoque de manière générale la souffrance et parfois le martyre du peuple sicilien.

Il y a eu plein de versions, dont celle-ci

Laura Pausini aussi

La reine du Fado Amalia Rodrigues en a fait une version également

On l' entend aussi dans le film de Pietro Germi de 1950 il cammino della speranza...le "chemin de l' espoir" qui raconte les grèves de l' après-guerre dans les mines de Sicile.

Cette chanson , les amis, je l' ai entendu des dizaines de fois dans ma petite enfance sur le tourne-disques familial...et bien évidemment, mon père calabrais la connaissait par coeur.Cette simple ritournelle, s' est tout simplement convertie peu à peu en l' hymne des damnés de la terre...

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 17:18

Bonjour les amis,

Suite à mon petit hommage à François Béranger ICI je me suis rendu compte par vos réactions que nombre d' entre vous ne le connaissent que très peu, alors aujourd' hui je vais repasser une petite deuxième couche, comme dirait Bruno Gaccio.

J' explicais à note ami Fatizo, que Béranger s' inscrivait dans une tradition de protest -song ouvrière, qu' il était un peu notre Woody Guthrie à nous, vous savez,ce vagabond américain qui passait sa vie entre deux wagons dans le far-west pendant les années de la grande dépression à composer sur sa guitare des chansons commme THIS LAND IS YOUR LAND...

Cette terre est la vôtre, à ceux qui travaillent, à ceux qui la font...

Voici donc pour illustrer mon propos une chanson emblématique de Béranger.

LE BLUES PARLÉ DU SYNDICAT

Ecoutez ces paroles, c' est très drôle...impossible de ne pas se reconnaître parfois...La filiation avec Woody est évidente.

Par ailleurs Béranger ne peut pas s' empêcher de se moquer de tout le monde...écoutez attentivement...

Continuons avec TRANCHES DE VIE, un texte qui parle bien de l' exode rural des années soixante...adieu ma Normandie...

L'ALTERNATIVE avec un son country bien sympa.

L' alternative c' est pas malin.Ecoutez pourquoi...

TOUS CES MILLIERS DE KILOMÈTRES avec de belles guitares rock un peu planantes qui laissent soudainement place à une jolie mélodie acoustique au piano pour le refrain ( 1 minute 21 secondes sur le clip....)

Et puis pour finir AMOURS ENVOLÉES

"Elles sont parties mes amours loin d' ici

Dans le matin d' un beau jour endormi

Et la fumée des turbines obscurcit

Le ciel et mon coeur a peur aujourd' hui

Oh revenez amours envolées..."

Oh revenez, amours envolées...Même Villon et Ronsard auraient été d' accord.

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Chanson française protest-song
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 21:54

Bonjour les amis,

Je viens de sortir de la séance des 8 salopards très enthousiasmé mais j' ai pris la décision de vous en dire le moins possible dans votre propre intérêt..En fait, j' en ai déjà trop dit dans mon titre.

je vais simplement ajouter que c' est du très bon Tarantino filmé en 70 mm Panavision.Grands paysages américains...photo très soignée.

Vous dire qu' on retrouve bien tous les ingrédients du grand maître.Dialogues percutants ( au propre comme au figuré), intrigues, montées en tension, déchaînements de violence,etc...On ne s' ennuie pas une seule minute et on est tenu en haleine jusqu' à la dernière seconde de ce film qui dure presque 3 heures.

Alex et moi on s' est régalé et on s' est bien laissé prendre au jeu...

Je n' en dis pas plus.

SI ! J' ajoute un dernier commentaire...Un fan de Tarantino ne peut pas ne pas aller le voir, ce serait un pêché...

Les 8 salopards...ou Agatha Christie au far-west

PS: Ne lisez pas les critiques.Laissez vous porter par le savoir-faire de Tarantino et profitez pleinement des surprises du scénario.Moins vous en saurez et mieux ça vaudra...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans cinema western
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 12:01
Chanter c' est pas vivre mais c' est l' espérer...

Bonjour les amis,

J' ai eu l' occasion de voir François Béranger à la fête de l' huma à la fin des années 70.J' ai même pu le croiser et il m' a dédicacé l' un de ses albums.

Je n' ai jamais été un inconditionnel de ses productions qui étaient de qualité variable, mais il a écrit certains morceaux qui sortent vraiment du lot et que je n' oublie pas. Commençons par JOUE PAS AVEC MES NERFS.

Cette chanson très rock est un cri de révolte de quelqu' un profondément exaspéré de voir que l' humanité ne s' améliore pas, qu' elle est incapable de faire disparaître la barbarie de la face de notre planète.Les paroles ont été écrites dans un contexte international dur à la fin des années 70 lors de la première révolution islamique en Iran.Béranger est sidéré de voir qu' un personnage issu du moyen-âge puisse commander une nation entière.

Le Shah se fait virer

par un vieux puritain

sorti du moyen-âge

lançant des anathèmes

Plus loin il poursuit:

Pourtant ça comntinue

c'est ça qui est fantastique

Ça fait des millénaires qu' on respire le même air

Qu' on se tire dessus

comme des élastiques

Enfin il s' interroge:

J' pourrais être l' enfant

J' pourrais être le nazi

Quel est le Dieu vicieux

bien planqué dans les cieux

qui décide de tout ça

Qu' on lui tire la barbe...

Vous le voyez le contexte historique a changé mais la barbarie n' a pas été erradiquée, au contraire !

Pauvre Béranger qui serait sidéré s' il voyait les ravages commis par Daesh aujourd' hui.

Il nous a lancé un cri de desespoir, il a tenté de réveiller nos consciences mais il semblerait que tout reste à faire.Malheureusement en 2016 il m' arrive encore de fredonner ses vers rageurs.

" Joue pas avec mes nerfs.J' ai un flip de travers, une arête dans le gosier,J' peux plus respirer"

Sa chanson est restée d' une dramatique actualité...

Béranger nous a legué également un très beau texte d' une grande simplicité sur les chansons populaires.

"Tous ces mots terribles qui font des chansons" et qui sont comme la vie...pleines de tristesse, de mélancolie mais aussi d' espoir sans cesse renouvellé.

"Chanter c' est pas vivre mais c' est l' espérer..."

Et puis je vous laisserai avec une chanson d' une incroyable tendresse qu' on pourrait dédier à toutes les grands-mères qui nous ont tant aimés sans jamais rien attendre en retour...Magnifique texte et musique de Béranger qui, à travers un hommage à sa grand-mère, nous livre une chanson universelle.

Repost 0