Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 18:04

Bonjour les amis

Aujourd'hui je vous traduis quelques petites affiches espagnoles vues ici ou là sur les réseaux.La grande majorité d' entre elles n' est pas compréhensible si on ne connaît pas leur actualite et j' ai donc choisi certaines qui sont un peu plus traduisibles.

Commençons par cette affiche où apparaissent 3 personnalités politiques de ma région qui ont été soit condamnées pour corruption ou qui ont dû démissionner ( comme l' ex-président de région Francisco Camps à droite de la photo).Comme vous pourrez le constater ils sont impeccablement sapés dans des costards Armani (allusion à l' affaire des costumes cadeaux que recevaient ces élus).

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

La question posée sur l' affiche est la suivante: " Qu' est ce qui est le plus important en politique ? L' éthique ou l' esthétique ? "

Et bien, ça aurait pu être un excellent sujet au bac philo de cette année.

Un sujet piège...moi-même j' aurais été très embarrassé pour y répondre !

Voici une autre affiche qui imite les sessions de thérapie de groupe chez les alcooliques anonymes...mais cette fois-ci la maladie n' est plus la même.

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

Traduction du contenu de l' affiche:

"- Bonjour, je m' appelle Georges et je vote pour des corrompus

- Bonjour Georges

-Bonjour Georges

Le premier pas c' est de le reconnaître "

Et oui Jules-Edouard, cette affiche rappelle qu' il y aurait moins de corrompus si les gens ne votaient pas pour eux en parfaite connaissance de cause.Reconnaissons aussi qu' en 2015 les choses ont enfin changé !

Voici une affiche un peu plus longue à expliquer.Notre ministre d' éducation Wert a démissionné il y a quelques mois et est parti en voyage de noces à Miami avec sa secrétaire d' Etat.Bien qu' il ait été le ministre le plus critiqué du gouvernement à cause de sa réforme archaïque et très controversée Rajoy lui a offert en "cadeau de mariage" un parachute doré, un poste d' embassadeur de l' OCDE à Paris tout près d' où travaillera sa charmante épouse, elle même recasée également pas loin de son époux dans la même structure.Un appartement de fonction avenue Foch plus un salaire de 10 000 euros par mois.Le syndicat des diplomates s' est indigné en exprimant officiellement par voie écrite que ce genre de poste était destiné à des personnes ayant une expérience diplomatique et ne pouvait faire l' objet de "récompenses" pour services rendus.La gauche a réclamé une comparution de Rajoy au congrès mais celui-ci est en vacances.

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

L' affiche est une parodie de celle du DERNIER TANGO A PARIS mais cette fois-ci c' est le dernier "TONGO" à Paris."Tongo" en espagnol veu dire magouille...Les photos sont celle de WERT( Marlon Brando) enlaçant Gomendio( Maria Schneider)

Continuons avec cette affiche qui parle du problème de l'émigration espagnole des jeunes gens qualifiés qui ne trouvent plus de boulot au pays:

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

Traduction en haut de l' affiche : " Ceux qui restent" ( les participants désoeuvrés d' émissions de télé réalité débiles qui ne foutent rien de leurs dix doigts )

en bas de l' affiche: " Ceux qui partent" ( c' est à dire ceux qui ont réussi leurs études après un parcours scolaire brillant)

Continuons avec ce nouveau panneau de signalisation routière à l' approche d' une zone scolaire...Bin oui, le nouveau danger est là...bien palpable et j' en suis témoin tous les jours

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

Il y a beaucoup d ' injonctions sur les réseaux sociaux à prendre la vie du bon côté, des injonctions à sourire...c' est bon pour la santé, ça fait travailler les muscles du visage,ça rend plus beau...etc..etc...

Mais celle-ci est plus originale

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

Traduction: SOURIEZ...ÇA ENERVE L' ADVERSAIRE

ou alors SOURIEZ...ÇA ENERVE L' ENNEMI

Effectivement, moi qui suis trop bonne pomme, je n' avais jamais vu les choses sous cet angle là....utiliser son sourire comme une arme pour énerver l' adversaire.C' est particulièrement tordu et efficace.De même que ces personnes qui terminent toujours leurs phrases avec un sourire mécanique quelque soit le contenu de ce qu' elles vous ont balancé auparavant ( je ne pense à aucun chinois en écrivant cela si ce n' est Bruce Lee l' inventeur de ce procédé)...C' est particulièrement éneeervant !!! Comme dirait Obélix

C' est excessivement éneeeervant comme dirait un des personnages du film belge DIKKENEK

Voici une petite affiche qui remet un peu les pendules à l' heure:

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

Traduction:- D' abord Dieu créa l' homme

- Ensuite il eut une meilleure idée...

Passons enfin au message typique mettant en garde contre les abus de l' alcool

Humour et dérision d' outre- pyrénées...

Traduction: "La consommation excessive de vin peut provoquer le risque de vous faire croire que vous chantez bien...."

Ce à quoi je répondrai que ce n' est pas si grave car l' excès d' alcool chez mes auditeurs fera que ceux-ci également croiront que je chante bien...L' alcool c' est un tout: c' est pour ça que ça marche super bien entre copains.

Allez ! Je vous laisse sur ces belles paroles et sur cette chanson de TRI YANN avec ces quelques vers pleins de bon sens.

"L'eau ne fait rien que pourrir le poumon
Boute, boute, boute, boute compagnon
Vide-nous ce verre et nous le remplirons"

Repost 0
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 10:06

Bonjour les amis,

J' étais dans le Nord de la France il y a une quinzaine de jours pour assister au mariage de ma nièce Florence ( Flo, c' est la fille de ma soeur, et c' est moi qui ait choisi son beau prénom qui, aujourd' hui, va comme un gant à cette grande brune à la chevelure bouclée, au regard profond et au teint de porcelaine).Toute la famille était en ébullition avec tous les préparatifs du mariage, une famille désireuse de se retrouver et de passer de très bons moments tous ensemble pendant trois jours, d' autant plus qu' il y avait en arrière-fond de cette célébration un deuil terrible qui venait à peine de nous frapper.Vito,notre cousin bien-aimé, venait de disparaitre dans des circonstances si brutales qu aucun d' entre nous n' avait encore ni réalisé, ni accepté cette trop cruelle absence.

Quand je suis arrivé à l' église je suis rentré parmi les premiers invités et me suis soigneusement choisi une place à 45 degrés à droite derrière Flo pour ne rien perdre de la cérémonie.

D' un seul coup, je me rends compte que la dernière fois que je suis entré dans cette église, c' était pour les funérailles de mon père durant lesquelles j' avais prononcé moi-même l' hommage que je voulais lui rendre...Et puis, bien évidemment, il faut vous dire aussi que mon père adorait Flo.

Flo c' était sa petite-fille aimante et studieuse.Quand elle était petite, elle et son frère allaient manger tous les jours chez papi et mamie qui vivaient près du collège.Plus tard, quand Flo est alléee à la fac de médecine de Lille, papi continuera de lui préparer avec amour le dimanche des tupperwares avec des petits plats mijotés qu' elle pouvait consommer pendant la semaine.Papi voyait avec inquiétude sa petite fille travailler beaucoup,perdre du poids et ne cessait de lui rappeller, avec son chaud accent italien, que pour bien étudier il faut bien s' alimenter...

Tout ça est présent dans mon esprit quand d' un seul coup la cérémonie commence et les musiciens se mettent à interpréter le TRUMPET VOLUNTARY de Purcell.

Ecoutez ça mes amis...cette trompette brillante qui emplit tout l' espace de l' église...c' est tout simplement magique !

Je me sens bien évidemment transporté par cette musique au moment où je vois Florence, au bras de son père, entrer de manière solennelle au rythme cadencé et majestueux de cette magnifique marche, et là, il y a d' un seul coup un trop-plein d' émotions qui me prend à la gorge, par surprise.

Je craque...ma vue se trouble.Cette entrée solennelle est si belle que je pense à papa qui ne voit pas ça, qui rate ça...Je n' ai rien pour sécher mes larmes.Je réclame désespérement un mouchoir à Alex...C' est bien la première fois de ma vie que je pleure à une cérémonie de mariage mais ce sont aussi, bien évidemment, des larmes de joie et de bonheur.

On m' a envoyé hier une première série de clichés ( pour l' instant encore avec peu de définition) mais ce moment unique pour moi, il se trouve que le photographe l' a capté.

On voit Flo embrassant son père... et moi derrière, avec mon regard qui en dit long,vraiment trop ému.

Quand l' émotion vous surprend...

Le prêtre avait très bien préparé ce mariage avec les époux.Il connaissait les familles, et surtout je l' ai trouvé très charismatique.Quand il a parlé de l' amour de Dieu j' ai ressenti plus qu' un discours entendu plus de mille fois mais un véritable souffle,un langage du coeur,un amour communicatif pour l' humanité toute entière, tant et si bien que lorsqu' il a proposé à ceux qui le désiraient de communier je me suis surpris moi-même en allant prendre l' hostie...Oui, j' ai eu envie de communier.

Je vous laisse avec deux autres clichés pris à la fin de cette cérémonie qui pour moi aura été magique de bout en bout.

Quand l' émotion vous surprend...

Sortie de la messe où notre joie peut enfin éclater de manière collective !

Quand l' émotion vous surprend...

Vive les mariés !

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans mariage amour purcell
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 10:02

Bonjour les amis,

Vendredi prochain commenceront les fêtes populaires de Sant Jaume dans mon village.Hier soir nous sommes allés monter le garito qui est le petit local où on se retrouvera tous les jours pour souper ensemble avant de partciper aux festivités nocturnes ( bals,disco-mobil, rallyes humoristiques, etc...).Des tables sont dressées dans la rue pour souper et ce sont une cinquantaine de penyas ( groupes d' amis) qui se cotoient tous les soirs, chacune préparant sa tambouille, ou la commandant à un catering,partageant avec les penyas voisines musiques, boissons,plaisanteries , etc...

Le garito de ma penya est situé près des arènes et nous sommes donc au coeur de la fête.

Lors du souper d' hier soir on a parlé de l' accident de Pedreguer.Ma voisine de table qui travaille à l' hôpital de Dénia ( service facturation) nous dit que chaque année à Pedreguer il y a toujours au moins un blessé grave, et que cette année, il y a eu carrément un mort...

L' un de nos amis nous explique que le touriste qui s' est fait choper avait fait des photos et des enregistrements avec son portable toute l' après-midi, et que plusieurs fois les villageois lui avaient dit qu' il était trop près des animaux et qu' il devrait rester dans les ratières pour prendre ses photos en toute sécurité...Par 2 fois il a été écarté...la 3 ème fois il n' a pas vu arriver un taureau qui était en retard par rapport au reste du troupeau.Les deux coups de cornes sur le thorax et l' abdomen ont été extrêmement violents...les 2 blessures ont été mortelles.Les villageois ont immédiatement transporté la victime à l' abri dans les ratières mais la mort a été quasi instantanée.Les services de santé de la croix rouge n' ont pu que constater le décès.

Donc c' est bien l' imprudence et le manque d' expérience qui sont à l' origine du tragique accident.Il y a une règle d' or qu' il ne faut jamais oublier dans ce genre de manifestations, c' est de garder toujours un oeil sur les animaux...on peut boire un coup, rigoler et discuter avec un groupe d' amis, mais toujours garder un oeil sur l' endroit où se trouvent TOUS les animaux...

Du coup, notre conversation entre amis se poursuit et l' ensemble des participants affirme qu' il faudrait purement et simplement supprimer ces jeux.Un de nos copains n' est pas du tout d' accord.Il rappelle que personne n' est obligé d' y aller, que celui qui n' aime pas ces activités peut rester chez lui, de la même façon qu' on n' oblige personne à aller voir un match de foot.Il rappelle que sans ces activités taurines nous n' aurions pas tous les soirs nos arènes pleines à ras-bord de gens venus des 4 coins de notre canton.

Ce à quoi je lui réponds qu' il faudrait demander aussi l' avis des vachettes et des taureaux et que les animaux aussi souffrent.Ils sont stressés...ils courent sur l' asphalte, glissent, tombent,se font mal et essaient vainement de trouver le chemin du coral.Il y a dans ces jeux une dimension forcément humiliante pour les bovins même si la grande majorité des participants les respectent et leurs vouent un véritable culte.

Malgré tout je pondère un peu ce jugement.D' une part ceux qui savent vraiment courir ( ils sont peu...) ne brutalisent pas les bestiaux, et on peut considérer qu' ils produisent un vrai spectacle par leur art d' esquiver les coups de cornes.Savoir faire une couse devant un taureau et passer juste devant 2 cornes mortelles est toujours impressionnant et produit une vraie sensation esthétique ( tout comme un joueur de foot qui esquive un ou deux défenseurs par l' habileté de ses feintes).

Je modère aussi mon réquisitoire en rappellant que condamner les jeux, c' est à terme condamner l' espèce qui va disparaître purement et simplement.En effet sans l' argent des jeux taurins l' élevage de ces animaux n' est pas du tout rentable.

Un de mes amis me répond immédiatement qu' on ne peut justifier un type d' élevage rien que pour produire des jeux qui font souffrir les animaux.Je lui réponds que, d' un point de vue éthique et moral, il a complètement raison mais qu' il ne doit pas perdre de vue qu' une prohibition condamnera plus de 99% des élevages.La diversité disparaitra...Par ailleurs il ne faut pas oublier que ces animaux doivent vivre en liberté pour être performants lors des jeux et que leur sort est probablement bien plus enviable que celui des veaux élevés en batterie pour la consommation humaine et qui savent à peine marcher lors de l' abattage.Les vachettes ont une vie heureuse dans leurs champs ( voir mon petit reportage précédent)...il n' y a qu' au moment des jeux qu' elles sont stressées et ça dure pour chacune d' entre elles une vingtaine de minutes.

Ma belle-soeur nous explique que, non seulement ces jeux nécessitent toute une infrastructure et une logistique de protection ( barrières démontables, personnel,croix-rouge, présence policière, etc..) mais que de plus en plus de commandos anti-taurins viennent tenter d' empêcher ces activités,faire le coup de poing lors des fêtes et que les autorités municipales doivent parfois prévoir des dispositifs policiers afin d' éviter des heurts, des troubles et de la castagne entre ceux qui sont pour et ceux qui sont contre...cette année il y a eu une manifestation ( parfaitement pacifique celle-là) près de chez moi à Dénia.

Bon...Il faut reconnaitre qu' ils n' étaient pas bien nombreux...mais ils gagnent en force dans d' autres villes

Bon...Il faut reconnaitre qu' ils n' étaient pas bien nombreux...mais ils gagnent en force dans d' autres villes

Vous le voyez les amis, la société espagnole est parfaitement divisée sur cette affaire.Certaines villes ont déjà prohibé toute forme de jeux avec les animaux.Sur le long terme je ne me fais aucune illusion...ces jeux vont disparaître.Je suis plutôt d' accord d' ailleurs, même si, au fond de moi, une petite voix me glisse que l' Espagne ne sera plus tout à fait l' Espagne sans ses villageois allant braver ses nobles taureaux.D' autres me répondront que mon argument est aussi ridicule que si je disais que Rome n' est plus Rome depuis la disparition des jeux du cirque...

Je ne vais pas polémiquer et je vais donner plutôt donner raison aux anti-taurins mais simplement je voudrais rappeller que si on veut parler de souffrance animale alors là, les amis, il y a bien pire que le traitement des vachettes et des taureaux...bien bien pire !

Si on me donnait à choisir entre la vie d' un bovin promis à la consommation de viande et celle d' un bovidé qui doit participer à des jeux taurins, et bien je n' hésiterais pas une seule seconde...La vie du deuxième sera plus longue et bien plus heureuse que celle du premier.

En attendant vendredi soir à 24 heures, et après le chupinazo prononcé par les quintos sur le balcon de la mairie devant des centaines de villageois laissant exploser leur joie ( 1 minute 55 secondes le la vidéo ci-dessous),seront lâchés 8 vachettes et taureaux et les arènes seront pleines...

PS: notez à 13 minutes de la vidéo une partie de foot-vachette...interdit de toucher l' animal ( petite vachette pas trop dangereuse ou taurillon)...il faut marquer des buts en tentant de l' éviter...tout ce qu' on risque, ce sont quelques bleus ou ecchymoses.

PS nº 2: Pierre m' a envoyé un petit mail au sujet de l' incident qui a bien failli lui couter la vie.

Il me dit que sa version est un mélange de la mienne et de celle de Daniel.

Cette terrible mésaventure me rappelle un film de Woody Allen ( Accords et désaccords) où chaque participant raconte sa version ...du coup le film a 3 ou 4 fins possibles, je ne sais plus.

Là, Daniel Pierre et moi, on est un peu comme les évangiles et chacun raconte son point de vue.

Je dois voir Pierre dans quelques jours et donc j' aurai l' occasion d ' apporter d' éventuelles mises au point complémentaires.C' est quand même lui qui s' est retrouvé nez à nez avec " el bicho" même si moi, j' ai eu droit à la vue panoramique...Décidément, quel dommage que cette scène d' anthologie n' ait pas été filmée ne serait-ce que sur un simple portable !

Repost 0
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 09:07

Bonjour les amis,

Le tragique accident de lundi dans le village voisin de Pedreguer me donne l' occasion de vous raconter une petite anecdote personnelle qui s' est produite quand votre serviteur venait de débarquer en Espagne et ne connaissait pas bien les risques liés aux élevages bovins de la région.

C' était en 1989 et je venais d' acheter un nouvel appareil photo réflex et j' avais envie de faire ma première pellicule dans une zone protégée près de chez moi.Il s' agit d' anciennes rizières ( aujourd' hui partiellement réhabilitées) dans lesquelles il y avait entre autres, un élevage de taureaux et de moutons...

Je prépare donc mon matos et j' indique à mon épouse que je vais aller à la marjal de Pego faire quelques photos animalières.

J' arrive dans la zone en fin d' après-midi quand la lumière est moins crue et violente, et je commence par faire quelques clichés des moutons s' abreuvant dans les canaux des rizières.

toutes les photos ont été prises par l' auteur

toutes les photos ont été prises par l' auteur

Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...

Je finis mes premières photos, et je décide d' attaquer les choses sérieuses avec les prises de vues des vachettes et des taureaux.J' aperçois au loin le jeune pasteur, un homme d' une trentaine d' années, et je lui demande s' il m' autorise à photographier ses animaux.Je sens tout de suite qu' il est content que je lui demande son autorisation.Je perçois aussi qu' il est très fier de la qualité de ses animaux qui méritent largement un petit reportage.Il me dit de le suivre et je lui emboîte le pas...

je commence par quelques clichés pris d' assez loin...

Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...

Puis mon pasteur insiste sur le fait qu' il a de beaux spécimens à me montrer et m' indique de le suivre.Simplement, il y a un petit problème: pour accéder à la zone qu' il m' indique il faut carrément traverser à pied tout le troupeau.J' hésite mais finalement je me dis que je suis en sécurité avec lui vu qu' il est le pasteur, et je le suis mais cette fois-ci collé pratiquement à son corps...On traverse le troupeau: il y a les vaches accompagnées de leur leur petit qui s' agitent un peu lors de notre passage et montrent quelques signes d' agacement mais se tiennent finalement plutôt tranquilles...

Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...

Mon pasteur insiste et me demande de ne plus bouger de là où je suis car il veut à tout prix me montrer ses plus beaux bestiaux.Il commence à parcourir la zone en commençant des manoeuvres destinées à ramener les animaux vers moi, de manière à ce que je puisse faire de beaux clichés...vraiment sympa, le mec...

Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
beau portrait de specimen dit " manso"

beau portrait de specimen dit " manso"

Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...
Le jour où j' ai failli mourir "bêtement"...

Arrivé à ce point de mon reportage je suis déjà complètement satisfait mais le pasteur insiste sur le fait qu' il a un novillo qui est très brave.Il tient à tout prix à me le présenter et me fait comprendre que ce serait vraiment dommage d' avoir fait tout ce déplacement sans aller le voir.Il me demande d' être patient et s' en va pour me le ramener...

Au bout de quelques minutes, il parvient à ce que l' animal se rapproche de la zone où je suis.Et là, mes amis, d' un seul coup, sans doute pris par l' enthousiasme ou l' euphorie je ne sais, je me plante bien en vue devant le taureau pour essayer d' obtenir le meilleur cliché possible.L' animal est en arrêt, il m' observe et je sens que ma photo va être trop statique, alors du coup je le provoque un peu en tapant du pied...Celui-ci m' observe en grattant le sol en réponse et en baissant le cou plusieurs fois de manière inéquivoque.Il indique clairement qu' il est sur le point de charger mais moi, comme le pasteur est à côté, je pense que celui-ci contrôle son bestiau tout comme un maitre-chien contrôle l' agressivité de son berger allemand, donc je n' hésite pas., et je crie:

" VAMOS TORO VA ! " en tapant du pied.

Finalement je prends la photo du mieux que je peux sans obtenir exactement ce moment précis où la menace se fait sentir...

Bon ça ne se voit pas là, mais à ce moment précis il est menaçant...

Bon ça ne se voit pas là, mais à ce moment précis il est menaçant...

Quelques jours plus tard je vais récupérer mes clichés et je les montre à mon beau-père qui s' y connait car il a travaillé dans les champs durant toute sa jeunesse.Mon beau-père apprécie, regarde le portrait du manso et me demande :

" T' étais où toi ? "

Je lui réponds:

" Moi ? j' étais juste en face...sans utiliser le zoom pour avoir la meilleure définition possible ! "

Il me regarde très étonné, un peu surpris, et du coup je le rassure:

" De toutes façons, il n' y avait pas de danger car le pasteur était juste à côté"

Et là, mon beau-père s' esclaffe et m'explique longuement que les taureaux ne sont pas des chiens qui obéissent au doigt et à l' oeil...que si le taureau m' avait chargé le pasteur n' aurait rien pu faire...

Et là, du coup, j' ai repensé à ce moment d' inconscience, quand je me suis mis devant le taureau et que je l' ai provoqué en lui criant:

" Vamos toro va !!! "

Aujourd ' hui les amis , après avoir vu des dizaines d' entrées de taureaux dans les fètes populaires et connaissant beaucoup mieux de quoi ils sont capables, je peux vous assurer que si vous me proposiez un million d' euros cash sur la table pour refaire ce que j' ai fait ce jour-là je n' accepterais pas...Ça a été de la pure folie car j' étais dans un champ boueux sans échappatoire possible.

J' imagine encore aujourd' hui la perplexité du bovin que j' ai provoqué ce jour-là:

" C' est à moi que tu parles ? parce que là je ne vois personne d' autre autour de moi ! Tu veux vraiment que je charge ? You speaking to me ??? "

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans animaux taureaux moutons Espagne
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 13:47

Bonjour les amis,

les fêtes de mon village voisin ont été endeuillées hier soir à une heure du matin quand un taureau a encorné un touriste français de 44 ans.Voici deux brefs articles relatant cette regrettable tragédie sur les liens ci-dessous

image d' archives: fêtes de Pedreguer

image d' archives: fêtes de Pedreguer

image d' archives: fêtes de Pedreguer

image d' archives: fêtes de Pedreguer

Je précise avant toute chose pour les non-initiés que ces jeux n' ont rien à voir avec les corridas.En l' occurrence, ce sont les participants qui mettent en péril leur intégrité physique.Ceux qui participent à ces courses ( et dont je ne fais pas partie) sont des passionnés qui aiment bien les montées d' adrénaline provoquées par le fait de courir quelques mètres ( et parfois quelques centimètres) devant un ou plusieurs animaux potentiellement extrêmement dangereux.

Je ne dispose pas de statistiques officielles mais une chose est certaine: parmi le nombre de victimes mortelles de jeux taurins en Espagne il y a une très grande proportion de touristes, sans doute une très nette majorité.

J' ai moi-même, en 25 ans, été témoin de nombreux incidents qui auraient pu (ou dû) avoir des conséquences tragiques.Je vous en citerai seulement deux.

Le premier exemple concerne un touriste russe complètement bourré (circonstances qui sont loin d' être exceptionnelles) qui, dans les arènes de mon village, s' est brusquement lancé devant le taureau en le provocant de manière délirante et inconsciente.Quand j' ai vu la scène j' ai pensé: " il va mourir dans quelques instants"...et il s' est produit une espèce de petit miracle: au moment où le taureau l' a chargé, le russe complètement kamikaze s' est précipité vers lui ( donc vers sa mort) et a trébuché juste devant la bête qui du coup est passée sur son corps mais ne l' a pas encorné...il a été piétiné...il en est ressorti indemne, le corps couvert de plaies sanglantes et de bosses, mais sain et sauf....

Le deuxième incident qui aurait pu être tragique s' est produit en compagnie de deux personnes françaises qui me sont proches et qui étaient avec moi durant les fêtes de mon village, il y a une dizaine d' années.Je change juste les prénoms, disons que l' un s' appelle Daniel et l' autre Pierre.

Cet épisode s' est produit pendant les fêtes populaires de Sant Jaume qui durent une dizaine de jours.Nous avions assisté tous les trois à l' un des nombreux bals du village qui s' était terminé vers 4 h du matin.A la fin du bal, il y avait une dernière entrée nocturne de taureaux.Moi j' étais fatigué et j' avais envie de rentrer chez moi mais Daniel et Pierre avaient envie de courir devant les vachettes et les taureaux avant qu' on aille se coucher.Je vais donc avec mes deux compères aux arènes et je m' installe tranquilos dans les gradins car je ne cours jamais, au grand jamais, devant des bêtes à cornes...J' assistais donc au spectacle à moitié endormi quand, tout d' un coup, un taureau saute la première rambarde et se retrouve dans le premier couloir qui borde les arènes qu' on voit sur la photo ci-dessous.

Un touriste français tué par un taureau lors des fêtes populaires de Pedreguer

Quand ce genre d' incident se produit c' est extrêmement dangereux pour ceux qui sont piégés dans le couloir avec un taureau qui va débouler à toute vitesse vers eux.Ils doivent donc impérativement sauter à l' intérieur des arènes pour être à l' abri des cornes de l' animal.Il se trouve que Pierre était dans ce premier couloir et qu' il avait suffisemment d' expérience pour savoir ce qu' il avait à faire.Il saute de l' autre côté de la rambarde tant bien que mal ( il n' a plus 20 ans...) mais, malchance pour lui, il n' a même pas le temps de se recevoir sur ses deux jambes à l' intérieur des arènes que le responsable des portes qui permettent au taureau de se réincorporer dans la place à déjà ouvert la porte qui était très proche de l' endroit du saut du taureau.Bref, quand Pierre a fini de se recevoir sur ses deux jambes à l' intérieur des arènes,dos collé à la rambarde, il se retrouve nez à nez avec le taureau qu' il tentait de fuir et qui vient de rentrer à nouveau...et là, il n' y a plus d' échappatoire pour Pierre...j' assiste à la scène estomaqué...il va se faire tuer...embroché directement sur la paroi en bois...Il va être punaisé comme un vulgaire moustique...On entend un grand cri dans la foule...le temps s' arrête, et là, chers amis, il s' est produit un miracle.Le taureau qui tenait Pierre au bout de ses cornes ( il n' avait juste qu' à pousser) s' écarte sans raison et court derrière d' autres participants...Pierre est revenu nous rejoindre dans les gradins, blanc comme un linge...Daniel qui a assisté lui aussi à toute la scène n' en revient pas non plus.On a été à un millimètre d' une tragédie alors que Pierre avait suffisemment d' expérience pour ne pas se faire piéger bêtement.

Moralité: un seul moment de distraction, une seule approximation ou manque d' anticipation peuvent se réveler fatals quand on court devant de tels bestiaux..

je ne connais pas les circonstances exactes de l' accident d' hier soir.Je ne sais pas si la victime était inconsciente des dangers comme c' est très très souvent le cas, si elle était distraite et s' est faite surprendre ou si simplement elle a eu beaucoup de malchance.Une chose est sûre: quand on court devant des taureaux on joue VRAIMENT avec sa vie...Comme dit Daniel: " on n' est pas sur une play-station. Y' a pas de touche STOP "....Ce sont cinq à six-cents kilos d' énergie pure à l' état sauvage qui peuvent se déchaîner avec une puissance terrifiante et inouïe.Enfin , ceux qui décident de participer à ces activités doivent être lucides et savoir se situer à la bonne distance en fonction de leurs propres capacités...Moins on a d' expérience et mieux vaut rester loin du taureau pour se laisser une marge de sécurité.

Bonne fin de journée les amis

PS: un jour je vous raconterai comment en 1989 j' ai joué sans m' en rendre compte avec ma vie, non pas lors de fêtes populaires, mais en photographiant des élevages de taureaux dans la nature...ce jour là aussi il y a eu un ange pour veiller sur moi...à l' époque je ne connaissais pas bien ces animaux, trop habitué à mes bovins pacifiques du Nord de la France, et j' ai bien failli, moi-aussi, me faire embrocher d' une manière parfaitement stupide...

PS nº2:

Je vais rajouter un petit commentaire en relation avec l'accident d' hier.Il y a quelques années, j' avais assisté à une entrée de taureaux à Pedreguer avec un couple d' amis, enseignants dans le Nord de la France.La copine qui avait passé sa jeunesse dans une ferme du Nord me disait que les vachettes espagnoles étaient en réalité inoffensives et qu' elle pourrait les ramener gentiment au coral avec une simple corde.Cette remarque m' avait fait franchement rigoler car j' avais été témoin des centaines de fois des difficultés qu' ont les pasteurs à faire rentrer leurs bestiaux dans l' enclos qui leur est réservé.J' explique gentiment à ma copine que ces bovins là sont le fruit d' une sélection qui s' est opérée pendant des siècles, et que , même si ils sont très paisibles dans leur milieu naturel ils n' ont pas du tout les mêmes réactions face aux humains que les bovins sélectionnés pour la production de lait ou pour l' alimentation .J' ai eu l' occasion de voir aussi, en milieu naturel des taureaux s' agresser entre eux, avec des chiens dressés pour ces élevages qui savent les séparer......impressionnant !
En fait, je crois qu' il y a beaucoup de touristes qui sous-estiment la dangerosité de ces animaux et qui pensent tout avoir compris après les avoir observé quelques minutes. Moi, après avoir vu des dizaines d' entrées, je pense que je saurais comment m' y prendre, comment courir en zig-zag pour ne pas me faire choper...malgré tout je n' ai jamais essayé de mettre en application mes connaissances.La théorie est une chose, la pratique en est une autre, et quand on sent le souflle de l' animal qui vient chauffer les fesses, avec deux cornes bien effilées sur lesquelles peuvent s' exercer une à 2 tonnes de poussée, ce n' est pas facile de garder toute sa lucidité et de faire ce que la théorie indique de faire

PS nº3:

Daniel qui vient de me lire et à qui j' ai demandé de corroborer ou de corriger ma version vu mon état de fatigue ce soir-là vient rectifier certaines erreurs IMPORTANTES de mon récit où j' ai simplifié l' histoire et complètement et injustement minimisé son rôle et son intervention courageuse et solidaire.
Voici donc sa rectification:..sa version, c' est la bonne, la définitive !

Mon cher ami,

Pour être tout à fait exact, je me dois de rectifier un peu ta version.

La vérité est en effet, d’après mes propres souvenirs, beaucoup plus à l’avantage de Daniel que dans situation de simple témoin tel que tu le présentes.

En effet, celui-ci (Daniel) se trouvait dans la même situation que Pierre au moment où le taureau (monstrueux je précise !) saute la premiére barriére. Il n’a pas choisi alors de revenir dans l’arène au moment où la bête fonçait sur lui. On dira, pour la beauté du récit, que c’était par clairvoyance (là, j’ai un petit doute tout de même).

Sauvé en ce qui le concerne par l’ouverture de la porte, il a pu en effet assister au franchissement (laborieux) de Pierre et , à c’est à ce moment-là qu’il y a une nuance de poids avec ta version. En effet, Daniel assiste en direct et à proximité à l’effondrement de Pierre lors de sa mauvaise réception et au retour de la bête et là, n’écoutant que son courage et dans un réflexe digne de Bruce Willis dans le pilotage du taxi de 5éme élément, il attrape Pierre par le col et le hisse en une fraction de seconde (ou 2) du bon côté de la palissade, ¼ de seconde avant le choc fatal car c’est uniquement après ça que le taureau, certainement par dépit, s’est remis à « courir après d’autres participants » non sans avoir , au passage, salué ce geste splendide de Daniel d’une ruade discrète signe chez cet animal d’un hommage appuyé à son adversaire.

Voilà , MONSIEUR, comment ça c’est vraiment passé. Tu peux me croire …j’y étais (et moi, je dormais pas !)

Repost 0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 13:07

Bonjour les amis,

Cet article est la suite de mon billet " Opération sauvetage Martinet" que vous pouvez lire ICI.

Opération" SAUVETAGE MARTINET"...mise en application du plan B

Comme promis je vous donne des nouvelles de mon petit martinet après 15 jours de soins prodigués sans relâche afin qu' il puisse survivre et aller rejoindre le plus tôt possible ses congénères.

15 jours durant lesquels votre serviteur s' est occupé 6 à 7 fois par jour d' alimenter du mieux possible ce charmant petit oiseau très attachant, et très vaillant aussi.

Quand je l' ai recueilli il ressemblait à ça

Opération" SAUVETAGE MARTINET"...mise en application du plan B

Maintenant il ressemble plutôt à ça

Opération" SAUVETAGE MARTINET"...mise en application du plan B
Opération" SAUVETAGE MARTINET"...mise en application du plan B

Vendredi dernier nous avons appellé le centre de prise en charge des espèces protégées de Santa Faz près d' Alicante pour savoir si nous faisions ce qui était correct, notamment avec les exercices d' entraînement quotidiens de vols.Notre interlocuteur nous a expliqué qu' il faut être particulièrement attentif avec l' état du plumage car notre martinet bien-aimé doit faire un voyage de plus de 7000 km au mois d' août, un voyage qui doit l' emmener dans la moitié sud du continent africain.Si son plumage n' est pas en parfait état il n' arrivera pas à sa destination et tous les efforts pour le sauver auront été parfaitement inutiles.

Notre interlocuteur nous demande si nous voulons bien leur céder la prise en charge de notre martinet, prénommé CHARLIE GASTON, afin qu' ils puissent maintenir au mieux ses bonnes conditions physiques, et bien évidemment, je n' hésite pas une seule seconde et j' accepte de bon gré, parfaitement conscient que je ne suis pas la personne la mieux à même de gérer au mieux ses chances de survie.

Puis je retourne voir mon petit oiseau, en le regardant de près au fond des yeux, et je lui glisse à l' oreille:

" Bin dis donc mon pote...tu vas en voir du paysage !!!!..."

Regardez la carte de son itinéraire ci-dessous...impressionnant, hein ?...il pèse à peine 40 grammes !

Opération" SAUVETAGE MARTINET"...mise en application du plan B

Impressionnant aussi, le fait que tout est programmé dans son petit cerveau.Ses parents n' ont rien à lui apprendre...tout est dans son ADN...Miracle de l' évolution et de la nature...

J' ai profité de mes dernières heures avec Charlie pour l' observer attentivement.Tout, chez lui, est une merveille de design naturel et d' adaptation: ses petites pattes fines et griffues qui lui permettent de s' accrocher à n' importe quelle surface....la forme de ses ailes...leur galbe parfait surtout quand ils les ramène sur lui et se tapit sur ma main.

Voilà, je vous passe les détails de notre séparation.Le responsable qui est venu le récupérer m' a dit que son plumage était impeccable et que c' était évident que je m' en étais très bien occupé pour obtenir un tel résultat.Il m' explique qu' au centre de récupération ils sont équipés de volières adaptées dans lesquelles Charlie pourra bien développer sa musculature et qu' il pourra décoller dans une quinzaine de jours.

AJE était satisfait, un peu fier de lui et très ému aussi au moment de lui dire au revoir pour une dernière fois...J' espère que dans un petit coin de son cerveau Charlie se souviendra qu' il a un bon ami espagnol quand il reviendra par ici...et à partir de l' année prochaine, quand j' observerai les vols de martinets à travers mon jardin je pourrais toujours imaginer que ce sont les descendants de Charlie.

Au revoir Charlie...et bonne chance...so long !

Signé: ton ami pour toujours

Opération" SAUVETAGE MARTINET"...mise en application du plan B

Liste de remerciements.

Ont participé à l' opération " Sauvons CHARLIE"

- Les établissements vétérinaires NEXO , et particulièrement le Dr Alberto qui a fait une auscultation gratuite du volatile

- Le centre de récupération de la faune Santa Faz qui s' occupe du plan B

- L' entreprise Mealworm qui a fourni les vers de farine qui ont fait les délices de Charlie

- L' entreprise italienne RAFF qui a fourni le pâté d' insectes

- Mes 3 chats Mishina, Gaia, et Balou qui ont résisté à leurs instincts criminels de serial-bird-killers et qui n' ont pas agressé Charlie...Souvent ils m' observaient très attentivement quand je lui donnais à manger, et au fond de leurs regards perplexes, je croyais deviner des pensées du genre: " Il est bizarre notre boss en ce moment...là, franchement, il se complique un peu la vie quand même, parce que nous, on pourrait lui résoudre son "problème-charlie" en 5 secondes chrono..."

- Mes amis lecteurs bloggers et autres qui nous ont soutenu, y compris dans les moments "d' angoisses et de doutes"...

- Un certain bon ami qui a relevé un paradoxe qui m' avait échappé et que je n' oublierai pas.Il m' avait écrit:

" Salut AJE. Au moins tu peux passer ta journée à vider des vers sans te saouler la gueule...! "

Effectivement, c' est bien vu et tout le monde ne peut pas en dire autant...

-Mes deux enfants qui m' ont aidé à alimenter Charlie sans lui faire mal...Ça nous a valu quelques bonnes engueulades ( je n' ose pas dire prises de becs) sur la meilleure façon de s' y prendre.Leila a été indiscutablement la plus talentueuse pour lui ouvrir délicatement le bec.

Repost 0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 07:27

Bonjour les amis,

Comme nombre d' entre vous , je suis avec beaucoup de préoccupation les développements de la crise grecque, et je lis avec attention les commentaires des uns et des autres.Surtout j' essaie de comprendre s' il existe un argument, un seul argument, qui fasse qu' il ne faudrait pas accéder aux demandes réitérées d' Alexis Tsipras d' offrir une chance réelle à son pays de sortir de cet engrenage infernal créé par une dette qui s' élève à 170 % du PIB, c' est à dire, selon tous les économistes, une dette pratiquement impossible à rembourser sans une annulation partielle et sans une relance vigoureuse de l' économie.

Le rachat par le passé de la dette grecque par la BCE aura surtout eu comme effet de sauver les banques créancières essentiellement françaises et allemandes, plus qu' aider réellement les citoyens grecs qui ne verront pas un seul euro entrer dans leurs porte-monnaies.

Les différents plans proposés aux grecs n' ont fait qu' enfoncer davantage ce petit pays dans une crise humanitaire grave réduisant son PIB de 25 %.

Quand Bernard-Henri Lévy donne des leçons de démocratie...

Dans ce contexte dramatique de situation d' urgence j' ai lu l' article de BHL intitulé: " Ce n' est pas la démocratie qui a gagné en Grèce"

Rarement je n' ai lu un article d' une telle mauvaise foi, faisant fi du martyre imposé au peuple grec , un martyre cruel et parfaitement inefficace.Jamais BHL ne fait mention du fait que l' UE n' a pas pris acte de la victoire électorale de SYRIZA et du clair souhait exprimé par les grecs de sortir de l' engrenage absurde et infernal imposé par la Troika.

Jamais BHL ne fait mention du fait que Tsipras a été l' objet de fortes pressions extérieures indignes et révoltantes visant à l' affaiblir, à l' isoler de la communauté internationale.

C' est dans un contexte de guerre froide que ce référendum a été organisé et gagné.Tsipras a réussi à créer une cohésion nationale autour de son projet pour la survie de son pays.

Ses adversaires visaient à le faire tomber et la manoeuvre a échoué.Quand je parle de manoeuvre je devrais plutôt dire ingérence directe quasi-illégale comme celle de la BCE interrompant l' accès des grecs à leur argent juste quelques jours avant le scrutin.Jamais de mémoire un pays n' aura été si ouvertement attaqué pour obtenir la chute électorale de son leader.

Dans ce contexte de peur et de terreur orchestrées par les instances européennes le résultat de dimanche dernier peut être salué comme un petit miracle,une leçon de courage et de dignité.

Enfin, Tsipras aura eu le mérite d' interpeller l' ensemble des européens sur le fonctionnement de l' UE et sur ses carences.Partout en Europe des lignes de fracture se dessinent autour de l' attitude à adopter face à la Grèce.Partout en Europe les forces sociales -démocrates sont mises en porte-à-faux,tiraillées entre leur discours qui se veut empreint de justice sociale, et une pratique politique qui n' hésite pas à livrer des peuples entiers à l' appétit cannibale et sans scrupules des forces néolibérales.

Moi aussi je suis partial, partiel. et sans doute de mauvaise foi, mais je me place du point de vue du faible,de celui qui est sacrifié avec l' acceptation complice de ses associés et qui n' a aucune chance de s' en sortir sans un fort acte de rébellion et sans la solidarité des forces populaires responsables au sein de l' union.

Je terminerai ce billet en rappellant que de nombreux pays de l' UE sont en situation vulnérable, avec des dettes très lourdes à assumer de l' ordre de 100 % du PIB, et l' échec patent des politiques austéritaires devraient incliner tous les responsables à sortir de leurs dogmes, de leur sainte orthodoxie de contrôle des déficits et à réfléchir à de nouveaux mécanismes de sortie de la crise et de meilleure répartition des richesses.

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Grèce Démocratie Crise Dette
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 16:36

Bonjour les amis,

Depuis dimanche dernier nous avons un nouveau locataire à la maison.Ma fille est revenue d' un village voisin avec un martinet tombé du nid...En espagnol , martinet se traduit par " vencejo", prononcer " veine-cé-ro" avec accent tonique sur le cé ,mais le r est une approximation car c' est la fameuse jota qu' il faut prononcer.

L' oiseau est déjà bien formé mais ne sait pas encore voler de ses propres ailes.

Il ressemble à celui qui est sur la photo ci-dessous

Opération sauvetage martinet...
Opération sauvetage martinet...
Opération sauvetage martinet...

Le problème c' est que le martinet est un insectivore et qu' il ne survit pas en captivité.Le nôtre n' ouvre pas bien son bec spontanément pour manger et il faut le forcer un peu, délicatement avec les doigts, et séparer les 2 mandibules sans lui faire mal.

Je lui donne des vers de farine et il a l' air de se régaler.Il déglutit bien, assez goulûment et avec force...Ça c' est plutôt bon signe !

Par ailleurs la peau du ver est trop dure ( il la rejette), et il faut donc que je vide l' intérieur de l' insecte pour lui offrir en bouillie...une purée pleine de protéines bien nourrissante et hydratée.

Ça a l' air simple mais pour arriver à lui concocter 2, 5 millilitres a de bouillie d' insecte 4 à 5 fois par jour, ça requiert pas mal de boulot ( ça tombe bien car je suis presque en vacances).

J' ai appellé un centre de prise en charge d' oiseaux protégés mais, d' une part c' est un peu loin de chez moi, et d' autre part ils me disent qu' ils sont un peu débordés avec les martinets...

Ils m' ont expliqué que eux utilisent une sonde et injectent directement dans l' estomac avec une seringue une bouillie faite de croquettes pour chatons mélangée avec un oeuf dur.Tous les 3 repas ils donnent aussi quelques criquets ou une sauterelle...malheureusement j' ai fait quelque recherches près de chez moi mais je n' ai pas trouvé ce genre d' insectes .Par ailleurs je n' ose pas le gaver de peur de lui faire mal, surtout que l' oiseau fait bien l' effort de déglutir par lui-même...

Voila, les amis, je fais ce que je peux mais je suis pessimiste pour mon petit martinet auquel je suis déjà très attaché.Je ne lui donne pas une chance sur mille car il faut à tout prix qu' il arrive à voler de ses propres ailes.

Et puis je vous fais une dernière confidence:les petits oiseaux tombés du nid me font énormément de peine...J' imagine leur incompréhension et leur désarroi:passer d' un nid douillet pour tomber dans un monde hostile où la maman protectrice a disparu...c' est atroce !

Enfin, je pense que j' ai été traumatisé dans ma petite enfance par un de mes voisins à peine plus âgé que moi,un vrai connard celui là, qui prenait plaisir à torturer les animaux et qui avait zigouillé de manière atroce des oisillons sous mes yeux .Vous n' allez pas me croire mes amis mais cette scène insupportable, je m' en souviens encore parfaitement plus de 45 ans plus tard...et si un jour, par malheur, quelqu' un faisait du mal à des oisillons sous mes yeux il pourrait déclencher chez moi une réaction violente..

Opération sauvetage martinet...
Opération sauvetage martinet...

Bonne fin de journée les amis.J' aimerais bien que cette histoire se termine bien et que je puisse vous annoncer dans quelques jours ou semaines l' envol définitif de notre martinet mais rien n' est moins sûr.

PS: j' ai 3 chats très intelligents qui, malgré leur instinct et un regard sur notre martinet qui parfois en dit long et ne trompe pas, ont parfaitement compris qu' on ne peut pas le croquer ...les autres martinets oui, mais pas celui-là...pasque çui là c' est le nôtre !

PS nº2 :Aujoud' hui c' est l' anniversaire d' Alex.

20 ans déjà pour mon petit bonhomme !

Lui aussi, tout comme Leila, est largement mis à contribution dans l' opération " sauvetage du martinet "

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans oiseaux especes protégées
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 12:41

Bonjour les amis,

Tous les fans de rock progressif sont tristes cette semaine car Chris Squire, ex-bassiste très charismatique du groupe YES nous a laissé, victime d' une forme rare de leucémie foudroyante qui avait été diagnostiquée il y a moins d' un mois seulement...

Squire dans les années 70

Squire dans les années 70

Chris Squire s' en est allé...

Chris Squire faisait partie de ces bassistes qui ne se contentaient pas de faire de l' accompagnement répétitif de manière un peu mécanique mais, au contraire, il était parvenu à intégrer ses lignes instrumentales dans la structure mélodique des morceaux.

Il avait un jeu très personnel qu' on pourrait qualifier de très dynamique,d' énergique, d' agressif et aussi de mélodique...Il accompagnait vocalement avec beaucoup de bonheur Jon Anderson qui, lui, chante dans un registre très aigü ( haute-contre) et lui faisait un contrepoint harmonieux .

Chris Squire a su imposer un son ( avec sa Rickenbaker), des effets ( il fut l' un des premiers à utiliser des pédales wah wah sur une basse) et aussi un style qui fera école.

Mais plutôt que de longs commentaires, faisons une petite démo musicale et écoutons certains passages d' un album emblématique,FRAGILE, que votre serviteur a dû écouter quelques millions de fois seulement...

Dès le début à 42 secondes, sur le morceau intitulé ROUNDABOUNT, on reconnaît tout de suite son style vif et très rapide ( on est très loin des bassistes tagada tagada tsoin tsoin des bals du samedi soir...)

A 21 min 03 secondes ,sur LONG DISTANCE écoutez de quelle manière sa basse ponctue les phrases d' Anderson...tout simplement superbe, on en redemande !

Et puis maintenant un MAGNIFIQUE RIFF à la basse: c' est juste après l' introduction d' HEART OF THE SUNRISE, très EXACTEMENT à 30 minutes 02 secondes...une superbe ligne mélodique très dynamique qui démarre toute seule et qui monte en puissance et en intensité avec l' appui des synthés et des percussions...ça c' est du caviar les amis !....je décolle sec !

Allez, je vous laisse sur un des morceaux d' anthologie du groupe pendant les années 80 : le OWNER OF A LONELY HEART,avec le jeu magique et si caractéristique de Chris Squire qui a définitivement gagné une place de choix dans le coin du paradis réservé aux pères fondateurs du Rock...

Allez ! Ecoutez-ça et ne me dites pas surtout pas qu' il n' avait pas la pêche !!!

Chris Squire s' en est allé...

PS: hors-sujet...vous pouvez profiter du premier lien et découvrir ( pour ceux qui ne connaitraient pas l' album FRAGILE),une magnifique pièce pour guitare acoustique composée par Steve Howe dans un style un peu baroque et très hispanique intitulée MOOD FOR A DAY... c' est superbe et et c' est à 26 minutes 30 secondes...

PSnº 2: L' Hatem m' a envoyé dans ses commentaires un clip où en entend la partition de la basse toute seule et isolée du reste des instruments sur HEART OF THE SUNRISE ( justement le morceau que j' adore et que j'ai commenté ci-dessus)...un clip qui permet d' apprécier toute la richesse et l' originalité du Jeu de Chris Squire avec, entre autres, des phrasés parfois très rapides...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Rock Musique Bassiste chant
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 10:43

Bonjour les amis,

De même qu' il y a des films-cultes peu connus du grand public mais vénérés par un noyau de fervents admirateurs à travers le monde, il y a aussi des albums ROCK-culte, qui ont eu au début un succès plus confidentiel, mais dont les fans ont formé , peu à peu, une étrange secte d' initiés qui se reconnaissent à travers tous les pays de la planète: ROCK BOTTOM est un de ces albums-là...Il a été édité en 1974 et on pourrait lui coller une étiquette de rock progressif ou de jazz-rock sans que ce soit mensonger , sauf que c' est une oeuvre si singulière qu' elle déborde largement du cadre artistique dans lequel elle est née...ROCK BOTTOM est une espèce d' OVNI un peu inclassable qui a laissé une profonde empreinte chez ceux qui, comme moi, ont fait avec lui une rencontre du 3 ème type .

Avant de parler de l' album, il faut revenir à la genèse de l' oeuvre et aux conditions de sa création.Le compositeur Robert Wyatt, musicien et batteur du groupe Soft Machine, avait eu un accident stupide après une soirée un peu trop arrosée.Il était tombé d' une fenêtre, ce qui aura comme conséquence dramatique de le laisser paraplégique sur un fauteuil roulant après un long séjour à l' hôpital, une situation qui l' obligera à abandonner son groupe.

ROCK BOTTOM...ce cri qui vient de l' intérieur

Le concept de cet album était né en 72 avant cet accident qui aura donc une influence sur le résultat final mais qui n' explique pas tout car certains morceaux avaient déjà été travaillés avant le drame, même si une partie du disque a été pensée alors que Wyatt était cloué sur un lit d' hôpital et essayait d' échapper à une terrible dépression.Ne voir en ROCK BOTTOM qu' une longue plainte neurasthénique faite de mélopées lancinantes serait une terrible erreur de lecture.

ROCK BOTTOM...ce cri qui vient de l' intérieur

Alors, allons-y avec le lien youtube ci-dessous où figure l' album complet et faisons un plongeon dans cette oeuvre de 39 minutes qui ne se laisse pas aborder en zappant de manière superficielle.Non, chaque morceau est uni au suivant.Chaque thème se raconte et se développe en utilisant la formule du leit-motiv parfois volontairement martelé, mais sans se répéter vraiment .Les morceaux regorgent souvent de trouvailles, de surprises et d' inventivité...Parfois , à la manière de King Crimson, le thème se répète faussement avec de subtiles variations harmoniques à chaque reprise.

Commençons donc avec SEA SONG..."la chanson de la mer", le premier morceau dont le thème se développe de manière lancinante, avec une voix qui s' envole à partir de 3 min 42 s...

Voici le texte de SEA SONG:

Wyatt a une écriture sensorielle et n' essaie pas de donner à ses paroles un sens immédiat et direct.Lui-même dira: "Je pense qu'une bonne chanson, qu'une bonne musique doit pouvoir être appréciée de quelqu'un qui ne parle pas un mot d'anglais"

You look different every time
Tu sembles differente à chaque fois

You come from the foam crested brine
Tu viens de l'écume mousseuse de la mer
Your skin shining softly in the
Ta peau brille doucement au
Moonlight.
Clair de lune.
Partly fish, partly porpoise, partly
Une partie de poisson, une partie de marsouin, une partie
Baby sperm whale.
De sperme de bébé baleine.
Am I yours, are you mine
Suis-je à toi, es-tu mienne
To play with ?
Pour jouer ensemble ?

Joking apart,
Blague à part,
When you're drunk y
ou're terrific,
Quand tu es ivre tu es formidable
When you're drunk I like you mostly
Quand tu es ivre je t'aime la plupart du temps
Late at night, you're quite alright.
Tard dans la nuit, tu es parfaitement bien.
But I can't understand
Mais je ne peux pas comprendre
The different you in the morning
Les differents toi
le matin
When it's time to play at being
Quand il est temps de jouer a être
Human for a while.
Humain pour quelques temps.
Please smile.
Souris s'il te plaît.

You'll be different in the spring, I know
Tu seras differrente au printemps, je sais
You're a seas
onnal beast,
Que tu es une bête de saison,
Like a starfish that drift in with the tide.
Comme une étoile de mer qui dérive avec la marée.
So until your blood runs to meet
Ainsi jusqu'a ce que ton sang coule à
The next full moon,
La prochaine pleine lune,
Your madness fits in nicely
Ta colère s'accomodera agréablement
With my own.
Avec la mienne.
Your lunacy fit
s neatly with my own,
Ta folie s'accordera habilement avec la mienne,
My very own.
Avec la mienne.
We're not alone.
Nous ne sommes plus seuls.

Continuons avec LAST STRAW ( 6 min 27 s) de facture très jazz...Wyatt continue de déclamer des mélopées intérieures et fait de drôles de vocalises pendant que l' accompagnement dérive vers d' étranges digressions harmoniques...

A 12 min 33 sec surgit un petit joyau, une perle !..A LITTLE RED RIDING HOOD HIT THE ROAD

Après une longue intro musicale pleine de rythme et de vitatilité avec des cuivres, apparait la voix de Wyatt (à 14 min 46 sec) qui nous emporte vers l' extase et vers le beau...à cet instant il défie momentanément les lois de la gravité et se transforme en oiseau.Wyatt s' envole...

ALIFIB ( 19 min 58 s) est un morceau qui commence encore une fois avec une longue introduction musicale...La thème de cette chanson d' amour apparaît à 23 min 33 s.

Et puis ALIFIE enchaîne avec une écriture complètement free-jazz qui se permet toutes les désarticulations possibles.

On finit en apothéose avec le dernier thème A LITTLE RED RIDING HOOD HIT THE ROAD à 33 min 27 sec.

Quand, à 33 min 55 sec la guitare reprend le thème à la manière de Robert Fripp ( qui était au sommet de son art à l' époque et qui avait déjà marqué bon nombre d' instrumentistes) alors là les amis, c' est le NIRVANA:...2 ou 3 guitares ( je ne sais plus ) vont se conjuguer autour du thème jusqu' à la 35 ème minute....Là,je suis au bord des larmes...même encore maintenant.

Ce qui est beau est immortel et défie le temps

Voici le lien wiki avec la liste de tous les intervenants: rien que du beau linge et des pointures chez les musicos, avec entre autres ce bon vieux Mike Oldfield, ainsi que la production confiée à Nick Mason de Pink Floyd...

Le critique de Rock Alain Dister écrira à propos de Rock Bottom dont le succès ne s' est plus jamais démenti et qu' on retrouvera toujours dans les classements internationaux de meilleurs albums:

« Rock Bottom l'un des chefs-d'œuvres les plus originaux de l'histoire du rock »

Quant à moi les amis, je terminerai ce bref hommage avec un vers extrait de la chanson " Noir et Blanc" de Bernard Lavilliers :

" De n' importe quel pays, de n' importe quelle couleur

La musique est un cri qui vient de l' intérieur..."

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Rock jazz
commenter cet article