Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 14:18

Bonjour les amis,

Je viens d' apprendre avec tristesse la disparition de Laura Antonelli qui fût une icône du ciné italien des années 70...Laura Antonelli était tout un mythe,un vrai sex-symbol, à une époque où il fallait nécessairement entrer dans une salle obscure pour pouvoir admirer sa plastique.

En fait, je crois n' avoir jamais vu aucun de ses films mais, par contre, je me souviens parfaitement l' avoir admirée avec une certaine régularité pendant mes années d' adolescence sur les affiches du cinéma NOVEAC de la place d' Armes à Valenciennes .

Il y avait notamment celle du film MALICIA, une affiche qui a alimenté l' imaginaire de plus d' un adolescent.

Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...

Oui,cette affiche représentait à elle toute seule un gros fantasme pour toute une partie de la jeunesse de l' époque.Le gros fantasme de l' ado qui rêve d' être initié aux délices de l' amour par une femme mûre, voluptueuse, sensuelle, aux hanches parfaites, et pleine de formes généreuses...

Il y avait l' affiche bien sûr, pour attirer le spectateur, et aussi quelques photos exposées en vitrine qui permettaient de se faire une petite idée plus précise ( même si parfois il fallait coller son nez sur la vitre et mettre ses 2 mains autour de ses yeux pour éviter les reflets du soleil ...)

Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...
Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...

Des affiches comme celle de Malizia, il y en a eu beaucoup durant cette décade des années 70 .

Umberto Eco dit que certains livres de notre bibliothèque , et non des moindres , sont destinés à ne pas être lus: en effet , on les a contemplés tant de fois qu' on a l' impression de savoir ce qu' ils contiennent sans en avoir lu ne serait-ce qu' une seule page ...d' ailleurs Umberto Eco s' empresse d' ajouter que ce phénomène étrange ne se produit pas avec les photocopies...

Et bien, avec les affiches de cinéma c' est un peu la même chose qui se produit.Celles-ci sont réalisées avec un tel sens graphique de la synthèse qu' elles arrivent, en une seule image, à nous laisser imaginer le film tout entier.

Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...
Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...
Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...

Finalement, je n' ai vu aucun de ces films de Laura Antonelli car, même si elle a travaillé aussi avec de grands réalisateurs , elle a joué à l' époque dans d' innombrables navets.

Je ne les ai pas vus donc, et je ne les verrai sans doute jamais,mais ça n' a aucune importance car un mythe existe surtout grâce à notre imaginaire, et pour le nourrir, il ne suffit parfois que d' une seule image ou d' une seule scène.C' est là que réside la toute puissance et la magie du cinéma...

Regardez ce tableau de Goya,l' un des plus célèbres qui soient: LA MAJA DESNUDA

Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...

Et maintenant, admirez cette photo (ou oeuvre) extraite d' un des films interprétés par Laura Antonelli, intitulé DIVINE CRÉATURE

Ces films qu' on connaît sans les avoir vus...

Une conclusion s' impose les amis: le titre du film n' était pas mensonger...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans cinéma sex symbol erotisme
commenter cet article
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 08:12

Bonjour les amis,

Suite à une réponse à Fatizo, je me suis replongé cette semaine dans l' atmosphère de "Phantom of the Paradise" qui est le premier film de Brian de Palma qui le consacrera comme l' un des plus grands metteurs en scène d' Hollywood.

Phantom of the Paradise est une comédie musicale dramatique,un opéra-rock ,très librement inspiré du roman "Le fantôme de l' Opéra" de Gaston Leroux.

Phantom of the Paradise...un chef d' oeuvre qui mérite d'être revisité

Voici une brève présentation du film, selon wiki.

Winslow Leach, compositeur de talent, se fait aborder par la célèbre maison de production Death Records, afin que sa musique soit celle de l'ouverture du Paradise, la salle de concert colossale que Swan, le mystérieux directeur de Death Records, vient de faire construire. Winslow pense être le seul à pouvoir chanter la cantate de 300 pages qu'il a écrite. Mais Swan est convaincu du manque de charisme de celui-ci et décide de voler les partitions qui l'intéressent et d'organiser un énorme casting pour trouver des chanteuses pour les chœurs. Winslow décide de profiter de ce casting pour se confronter à Swan. Il y rencontrera une jeune candidate nommée Phœnix dont la voix le fera immédiatement tomber sous son charme mais n'arrivera pas à revendiquer la paternité de sa musique. Il se fait emprisonner suite à un complot du diabolique producteur et, rongé par la rancœur, décide de s'évader et d'organiser un attentat contre Death Records. Malheureusement, celui-ci tourne mal et Winslow Leach se trouve défiguré. Cachant son visage affreux sous un masque, il retourne au Paradise afin d'y fomenter sa vengeance.

Bon, ça c' et pour l' histoire mais ça ne dit absolument rien de la mise en scène brillante, ni du rythme échevelé que Brian de Palma imprimera à son oeuvre.C' est pratiquement une leçon de cinéma.Après une mise en place d' une dizaine de minutes, le film nous emporte dans une histoire fole folle folle dans laquelle le spectateur reconnaîtra plein de références littéraires ( Faust, le portrait de Dorian Gray, Dracula, Frankenstein, Proust..) mais aussi de beaux clins d' oeil à de grands maîtres du cinéma ( Hitchcock, Wells,etc..).

Juste un petit détail à ce sujet.De Palma reprend avec beaucoup de drôlerie la scène de la douche d' Hitchcock dans Psychose mais avec une fin surprenante et pleine d' humour décalé, que je ne dévoilerai pas.D' ailleurs il réinventera cette scène, à chaque fois de manière originale, dans la majorité de ses films ( c' est devenu sa marque de fabrique...un clin d' oeil récurrent..tout comme sir Hitch qui s' amusait à faire de brèves apparitions dans ses propres films)

Tous les nombreux thèmes abordés par le film sont très bien expliqués dans cet article de wikipedia

C' est une vraie leçon de cinéma, disais-je, où chaque plan apporte quelque chose à l' histoire.

S' agissant d' une comédie musicale , la question du rythme est primordiale et là, De Palma ne rate pas le coche et nous emporte dans un tourbillon de situations qui nous tiendront en haleine jusqu' à la dernière seconde de son film.

Enfin, il y a la musique dont la composition a été confiée à Paul Williams.Nous sommes dans les années 70 en pleine explosion de la musique Rock à une époque où ce genre a déjà 20 ans d' existence.Le film nous fait faire un voyage musical à travers les premiers âges du rock ( rockabilly avec le groupe Juicy fruits, ensuite le rock décadent avec le chanteur travesti et aussi le rock progressif plus planant)

Commençons par le thème récurrent du film interprété avec beaucoup de sensibilité ...

Continuons avec un peu de Rockabilly avec " Good bye Eddy Goodby"...les choeurs sont " très années 60"...les Beach Boys ne sont pas loins.

Continuons avec ce qui deviendra quelques années plus tard le rock décadent ( le film est pratiquement précurseur du genre).Ça commence à 3 min 40 s et puis avec un autre morceau hilarant à 7 min 34 s.

Je terminerai ce billet avec l' une des plus belles chansons d' amour que je connaisse: le OLD SOULS interprété par Jessica Harper qui y donne toute la pleine mesure de son énorme talent.Là je reste scotché, les amis,sans respiration,...Notons à partir de 48 secondes le son du mellotron qui apporte à la musique un caractère nostalgique et mélancolique qui me met la chair de poule...Tout, dans cette chanson, est si subtil et si sensible.

Voici le compositeur Paul Williams ( qui joue le rôle de Swan dans le film) qui parle très bien de cette chanson dans cette interview

Enfin je dédie ce petit billet à un copain de prépa ( Oudin pour le pas le nommer) qui, en 1978, fût le premier à me parler de ce film à la cantine du Lycée Baggio.Il avait été tellement ébloui et en parlait en des termes tellement enthousiastes que bien évidemment, j' étais allé vérifier par moi-même, et force était de constater qu' il était encore en dessous de la réalité ...Ce film, il faut le voir au moins deux fois: une première fois pour se laisser complètement emporter par cette histoire ..une deuxième fois pour en apprécier tous les détails, l' extrême soin apporté à chaque plan et toute la richesse.

Quand à la chanson de Jessica Harper, elle continue de provoquer en moi d' étranges résonnances 35 ans plus tard...Quelle chanson d' amour !


"OLD SOULS"
Our love, is an old love baby
Is older than all of our years
I had seen in strangers eyes
Familiar tears
We're old souls, in a new life baby
They gave us a new lifeto live and learn
Some time to touch old friends and still return
Our paths have crossed and parted, this love
Affair was started long... long ago
This love survives the ages
In it's story
lives are pages... filled them all
Made all slow
Oh oh oh
Our love is stronger baby
We give it all and still receive
And so in empty arms
We must still believe
Old souls last forever
So we need never fear a goodbye
A kiss when i must go
No tears.....
In time, we kiss....... Hello!

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans cinéma Rock comédie Fantastique
commenter cet article
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 11:51

Eh oui les amis, vous m' avez bien lu...Un cinéma équipé avec des lits !

Comment n' y avoir pas pensé plus tôt ?

C' est 18 euros la place et on a le droit d' être 2 adultes sur un même lit...

Allez donc voir la vidéo de présentation sur le lien ci-dessous

Quand je pense au nombre de fois où je me suis irrémédiablement assoupi dans une salle obscure, je ne peux que regretter qu' il ait fallu attendre 2015 pour que quelqu' un ait eu cette brillante idée de mettre à disposition des spectateurs de beaux matelas moelleux.

Parmi les films qui m' ont provoqué un gros choc des paupières et que j' aurais pu voir dans ce cinoche, je citerai en vrac:

" La femme de l' aviateur" d' Eric Rohmer

" Sarah" de Maurice Dugowson

" Eraserhead" de David Lynch

" Rosetta" des frères Dardenne ( en plus ils s' y sont mis à deux...)

" Le seigneur des anneaux" désolé mais j' arrive pas à entrer dans cette saga

" Conan le barbare" ou plutôt " connard le barbant"...

" Startrek: le film (1980)" j' aime la SF mais je n' ai jamais pu encadrer la série...alors le film, n' en parlons pas...

Bien évidemment les goûts et les couleurs ne se discutent pas, et ma liste est complètement subjective, et je conçois que certains spectateurs aient pu suivre avec la plus grande attention les oeuvres citées ci-dessus.

Mais de toutes façons, ami lecteur, reconnaissez que vous aussi, vous avez piqué de sacrés et magnifiques roupillons lors de certaines projections, alors n' hésitez pas à m' envoyer la liste des films que vous aimeriez revoir dans ce ciné de Budapest.

Le premier cinéma en Europe équipé avec des lits ouvre ses portes à Budapest
Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans cinéma
commenter cet article
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 06:33

Bonjour les amis,

L' absence douloureuse des êtres chers qui nous ont laissé est un thème qui a été souvent traité au cinéma, en musique et dans la littérature.Je pense au moins à 2 films: LA CHAMBRE VERTE de Truffaut, et aussi à AU-DELÀ de Clint eastwood.Dans ce dernier film, il y a entre autres deux frères jumeaux séparés par la mort, ce qui laisse celui des deux qui a survécu avec un sentiment de culpabilité et de désarroi qui l' empêche de vivre.

Je vous propose le regard de deux artistes sur le thème de l' absence.

Tout d' abord le magnifique " Wish you were here" de Pink Floyd, composé à la mémoire du fondateur du groupe Syd Barret qui avait abusé des acides de son époque et qui est parti prématurément après être sombré dans une forme de folie.

Le morceau commence avec une recherche de station sur une vieille radio à lampes et la musique apparait comme une vieille réminiscence lointaine du passé.

Le thème musical est traité avec sobriété après une longue intro très blues à la guitare 12 cordes interprétée avec énormément de sensibilité...C' est étrangement beau, simple,et mélancolique.Les effets sonores sont extrêmement soignés et nous plongent dans une atmosphère de nostalgie.Gilmour est au sommet de son art.Quand sa voix déclame " Oh how I wish you were here" c' est tout simplement déchirant...

Le jour c' est la vie et il est réservé aux vivants qui requièrent toute notre attention et notre amour, mais c' est la nuit que l' absence se fait sentir.

Ecoutons l' ami Brel qui vient se recueillir sur la tombe de celui qui l' a accompagné toute sa vie, celui qui a été de tous les combats et avec qui il a fait les 400 coups...Jojo !

Avec ce vers magnifique:

" Jojo...j' ai plaisir à te dire que la nuit sera longue à devenir demain...."

Ce à quoi Bashung,sentant son propre départ assez proche, ajoutera quelques années plus tard:

" Plus rien ne s' oppose à la nuit..."

Je dédie ces 3 belles chansons à celui qui m' a laissé il y a 32 jours et 32 nuits....des nuits agitées qui, pour la plupart d' entre elles, sont devenues interminablement longues, pleines de questions sans réponse, de doutes et de regrets aussi.

Bon dimanche les amis

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 07:55

Bonjour les amis,

je viens de terminer avec plus d' un an de retard la lecture du livre de Zemmour consacré au suicide français, livre dans lequel l' auteur explique avec un indéniable talent qu ' une partie bien-pensante de la population française est atteinte d' une haine de soi, dûe à notre passé colonial, raciste, impérialiste...une haine de soi dûe aux mille et un crimes sur lesquels s est construite une part importante de notre richesse.

C' est cette haine de soi qui a fait que nos représentants politiques n' ont pas réagi ou ont été d' une extrême indulgence face au mépris affiché dans les banlieues envers ce qui représente la France, ses valeurs républicaines, ses institutions,ses écoles,sa police,et même ses pompiers !..Une France vilipendée sur laquelle crachent les rappeurs avec la complicité active de certaines radios...

La plus belle métaphore du livre de Zemmour concerne probablement le passage sur la coupe du monde France 98 où le pays a voulu ériger, face aux yeux de la planète toute entière, sa vertu intégratrice black-blanc-beur pour finalement tomber quelques années plus tard dans la pire des humiliations dans un autobus en Afrique du Sud où une bande de joueurs mal-élevés,ignorants et analphabètes s' est mise en grève.On apprit plus tard que certains de ces joueurs traitaient leur entraîneur d' "enculé"...qu' il régnait au sein de l' équipe une ambiance de caïds de banlieues imposant leurs règles de voyous millionnaires.Une nouvelle barbarie qui était née depuis des décennies éclatait dans les médias devant un grand public international médusé.

En 2015, après les attentats de Charlie et la mise en évidence qu' une partie salafiste des populations des banlieues n' était pas mécontente de cette vengeance promise et annoncée, et après la "relecture" par Emmanuel Todt des manifestations de rejet du 11 Janvier, une conclusion s' impose: Zemmour ne dit pas que des conneries !

Le salafisme dans nos banlieues a créé un ennemi intérieur qui, pour des raisons démographiques évidentes, ne peut que gagner du terrain si la société française n' est pas capable d' en faire une bonne analyse .

L' Islam radical, qu' on le veuille ou pas, donne des ailes et fournit un alibi moral à tous ceux qui haïssent la France...Moi, cette haine je l' ai connue dans la périphérie Lilloise ,et dans le Pas de Calais ( plus exactement à Hénin-beaumonrt...vous savez, juste là où Marine a fait un carton).J' en ai été témoin à une époque où ce mépris n'était encore soutenu par aucune idéologie...aujourd' hui cette haine s' est trouvée un drapeau, celui de l' EI...

Quand on lit le livre de Zemmour on se dit qu' il aura fallu beaucoup d' incompétence, d' indulgence complaisante et d' aveuglement pour en arriver là...et c' est pas fini: vous en voulez une preuve ? Il n' y a qu' à lire le dernier bouquin et les théories fumeuses d'Emmanuel Todt !

Je concluerai de manière très personnelle que la France est aujourd' hui à la croisée des chemins sous l' emprise de 3 haines affichées.

1.La haine de l' étranger et de l' autre, incarnée par une partie importante de l' électorat Lepeniste

2.La haine et le mépris de la France de la part d' une partie des populations issues de la 2ème et 3 ème génération immigrée, incarnée par la jeunesse dieudonniste et les rappeurs.

3. La haine de soi de la gauche progressiste, et bien-pensante qui croit devoir renoncer à ses valeurs fondatrices et protectrices, et à sa laicité, au nom d' un relativisme culturel et d' une conception erronée du respect de l' autre.

Après le mythe de la France Black-blanc-beur nous voici revenu sur Terre dans une France en crise devenue le pays des 3 haines...

PS: certains lecteurs pourront me rétorquer que 3 haines c' est finalement pas beaucoup...c' est vrai et j' accepte l' argument d' autant plus que je connais des pays ravagés par de nombreuses haines bien plus dévastatrices.La différence, c' est que là je parle de la France , du pays où je suis né et où je ne vis plus, et pour lequel je me sens toujours profondément attaché.

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 07:22

Bonjour les amis,

Le FMI, par la voix de sa directrice Christine Lagarde, a fait part de ses propositions économiques pour l' Espagne.

Augmenter la TVA , réduire les frais en matière de santé et d' éducation et rendre les licenciements moins chers...!!!

Et pourquoi ne pas demander aussi le sacrifice de 12 vierges , tant qu' ils y sont ?

J' ai l' impression que le FMI reste complètement indifférent à la situation de pauvreté ou de grande pauvreté dans laquelle se trouve déjà 27 à 29 % de la population.Le FMI continue de croire que c' est le peuple qui doit se faire hara-kiri quand, dans le même temps, toutes les grandes multinationales opérant sur le territoire ibérique continuent d' être les grandes championnes de l' évasion fiscale à travers des systèmes sophistiqués de sociétés-écran dans des paradis fiscaux.

Décidément, le FMI ne nous donne pas d' autres choix que de lui tourner définitivement le dos et de rechercher par nous-mêmes d' autres solutions à la crise...

Ils sont en train de faire le lit de PODEMOS et ne se rendent pas compte qu' un pays ne peut se réduire à un indice de croissance,alors que dans le même temps, les emplois créés sont d' une extrême précarité et ne permettent pas à 27% de la population de faire face à ses besoins de première nécessité.

L' évasion fiscale en Espagne est évaluée à 79 milliards d' euros et que propose le FMI ? Rien, nada, nothing !!!!

Les dirigeants FMI vivent-ils sur une autre planète ? Et bien parfois je me pose la question...

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 18:26

Bonjour les amis,

L' Espagne a voté il y a 15 jours et, contrairement à la France le système électoral est à un seul tour.Ce sont donc les partis qui, fort de leurs résultats, vont essayer de former des gouvernements stables tant au niveau des régions que des municipalités.

La tâche sera d' autant plus ardue qu' en Novembre il y aura des législatives et il ne s' agit donc pas d' hypothéquer des résultats nationaux à cause de pactes locaux mal ficelés.

Par ailleurs l' échiquier national s' est brutalement élargi avec 2 mouvements supplémentaires PODEMOS à gauche et CIUTADAN'S à droite, sans parler de certains partis régionaux qui ont pris du poids comme par exemple la formation COMPROMIS dans la communauté de Valencia.

La campagne électorale est terminée et il s' agit de trouver des pactes réalistes et qui ne soient pas en contradiction flagrante avec le contenu des programmes électoraux....

Nous sommes dans la phase dure et délicate avec d' une part, les exigences des partis pour accepter de former une coalition crédible,mais aussi l' obligation morale de rechercher des points communs, des accords pour former des alliances à 2,à 3 voire à 4...C' est au parti le plus voté de la coalition à qu' il revient de séduire les autres ( personnage central de ma photo ci -dessous...)

La saison des pactes est lancée...

Oui, durant cette brève période euphorique ( tout le monde s' aime et tout le monde sourit dans la rue) il y a comme un ballet et un jeu de séductions...La chanson de Gainsbourg et Birkin est des plus adaptées...la voici avec des sous-titres espagnols

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 18:39

Bonjour les amis,

Les choses ont enfin bougé comme je l' espérais, à savoir que la droite perd de nombreux fiefs de gouvernance mais que le PSOE( socialistes espagnols) n ' en retire que très peu de dividendes, relégué parfois en 3 ème position...

Mon petit village lui aussi a basculé et ma belle-soeur entrera au conseil municipal pour le groupe COMPROMIS...énorme satisfaction hier soir après 14 ans dans l' opposition...les bouchons de champagne( plus exactement de cava) ont sauté...

La région de Madrid reste à droite mais la capitale va passer aux mains d' une juge à la retraite représentante des plateformes citoyennes, et chose inouie la 2 ème capitale Barcelone passe également aux mains de Ada Colau présidente d' une autre plateforme.Il y a 3 mois seulement c' était tout simplement IMPENSABLE...les 2 plus grandes villes d' Espagne qui ne sont plus aux mains des grands partis traditionnels, c' est tout simplement fou

je vous incite à lire ces 2 articles.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/05/25/seisme-politique-en-espagne_4639684_3214.html

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/05/25/a-madrid-manuela-carmena-la-rouge-a-toutes-les-chances-de-l-emporter_4639692_3214.html

Un énorme souffle d' air frais balaie la péninsule.

Et quand à moi, je suis épuisé et j ' ai du mal à y croire encore ...

Le groupe COMPROMIS et les socialistes vont pouvoir gouverner Valencia tenu par la droite depuis plus de 24 ans...Toute la clique de corrompus va devoir laisser les clés du pouvoir....c' est trop beau.

I feel good....so good !

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 11:29

Bonjour mes amis,

Je reviens vers mon blog vous donner quelques nouvelles en passant après une période de silence.

Il s' appelait Vito et c' était mon cousin.J' ai grandi avec lui et c' était un frère, ou plus exactement un grand frère de six ans de plus que moi.

Fils d' immigré italien venu travailler dans les mines du Nord il avait choisi l' enseignement, était devenu prof, puis chef des travaux de l' éducation nationale.

Quand il m' avait dit un jour qu' il allait postuler pour une place de chef de travaux, je lui avais répondu:

" T' es fou ! ...Tous les problèmes vont être pour toi..."

En effet, ceux qui connaissent un peu les lycées techniques savent bien que le chef des travaux concentre sur lui toute la frustration des profs qui travaillent sous sa responsabilité.Il faut avoir un caractère bien trempé pour se faire respecter à ce poste.Il faut être compétent, très bosseur, sans cesse disponible mais, en plus, il faut savoir prendre sur soi. Mon cousin était tout cela à la fois mais avait aussi un fort charisme personnel,une bienveillance à toute épreuve,une attitude modeste et un humour pince-sans.rire en toutes circonstances...Il commençait par rire d' un problème avant de s' y attaquer sérieux ( de ce point de vue-là c' était mon parfait contraire...moi je peste...je rumine...et j' en ris 3 ans plus tard ).

Il s' en est bien tiré à ce poste.Il y a gagné le respect...Certains le surnommaient parfois affectueusement " Don VIto".

Les honneurs le faisaient bien rigoler...il a refusé les palmes académiques ( encore un bon point pour lui)...Les vrais honneurs sont venus de la part des collègues des plusieurs lycées où il est passé et des professeurs qu' il a formé avec l' amour du métier et qui sont venus le pleurer avec des mots si justes et parfois drôles dans lesquels que je reconnaissais bien mon Vito à moi.

Voici sa chanson favorite...celle qui a été choisie pour débuter la cérémonie d' Adieu.Une chanson qui lui va si bien...qui parle du Sud, de l' Italie, et puis aussi du bonheur qui peut pas durer tout le temps.Dès les premières notes de la chanson toute la nombreuse assistance a vibré et notre esprit était avec lui.Un moment magique de grande communion qu' il nous a fait partager.

C' est lui qui m' avait fait connaître les Creedence dont il était un grand fan.Impossible à partir d' aujourd' hui d' entendre une de leurs chansons sans avoir un terrible pincement au coeur.Vito me manque déjà terriblement....la vie va être longue sans lui...probablement plus d' un million d' années, comme dit la chanson.

Le hasard a fait que le dernier cadeau que je lui ai offert ait été le livre de Carl Aderhold "MORT AUX CONS"...Je ne sais pas si il a eu le temps de le lire à l' hosto mais je suis content de lui avoir offert ce bouquin,lui qui aimait fustiger la connerie et se moquer des trous du cul, mais qui savait bien qu' au fond, on risque toujours d' être soi-même le con de quelqu' un...que personne n' est à l' abri.

Ma famille est durement frappée cette fois-ci: c' est un grand chêne vigoureux, protecteur et rassembleur qui vient d' être abattu.

Normalement ses chances de guérison complète étaient très bonnes .Il avait subi une transplantation de moelle osseuse prélevée sur son fils cadet et la greffe avait bien pris au début.On a été à deux doigts de vivre une histoire extraordinaire et magnifique: une personne qui a donné la vie à un fils qui lui-même la lui rend plus tard.Oui, ça aurait pu devenir un merveilleux conte de Noël mais le destin en a voulu autrement .

Notre désarroi et notre stupéfaction en sont d' autant plus grands.

Je n' ai même pas la consolation de me dire que je vais le retrouver un de ces jours là-haut car lui, comme moi, on n' a jamais trop crû aux gentilles salades de Monsieur le Curé.

Non, ce lundi 11 Mai la terre s' est dérobéee sous nos pieds et une terrible blessure s' est ouverte qui ne refermera plus jamais.Comme dit Renaud, la vie continuera certes, mais tellement moins bien.

Pour tous les siens,ce maudit 11 Mai,Vito est parti et il nous a tous tué.

Pour sa femme, sa mère, ses enfants, sa famille, et tous ses proches, c' est un prince qui est parti, un seigneur...

But heart ! heart ! heart !

O the bleeding drops of red

Where on the deck my captain lies

Fallen cold and dead

Extrait du poème "O captain, my Captain" de Walt Whitman

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 05:32

Bonjour les amis,

Cette semaine j' ai eu l' occasion de voir Disconnect, un film qui nous parle de la criminalité du XXI ème siècle liée aux réseaux, à internet et aux nouvelles technologies de la communication.

C' est un film où sont reliées 3 histoires en parallèle qui n' ont rien à voir au début mais qui finiront par avoir un lien grâce à un scénario habilement construit.

Le film nous parle des nouvelles délinquances à travers les réseaux, et notamment de prostitution de mineurs, de harcèlement, de mystification,de manipulation de personnes et de vols...

Les 3 histoires sont intéressantes: l' une d' entre elle est assez prévisible dans son développement mais les 2 autres maintiennent bien le niveau d' intrigue et de suspense jusqu' à la fin.

Voici une brève critique trouvée sur Allociné à laquelle je souscris à 100 %

Très bon film. Les histoires sont suffisamment crédibles et bien reliées entre elles. Certes le film est assez sombre mais c'est normal, son but est de montrer a quel point la société est encore novice en matière d internet. Le scénario expose habilement comment nos relations humaines en sont affectées voire faussées. Le final est vraiment prenant avec une scène au ralenti stupéfiante et émouvante. Pour ceux qui critiquent la fin justement, parfois il faut simplement comprendre qu'une intrigue ne se conclut pas toujours. On ne peut qu'imaginer la suite et c'est bien comme cela.

Vous savez que je n' aime pas trop révéler le contenu des films que je vois donc je n' en dirais pas plus, si ce n' est que c' est un film de notre temps qui décrit bien les effets très pervers provoqués parfois par l' utilisation des nouvelles technologies.Un film qui nous met en garde également sur notre vulnérabilité dès qu' on accède et qu' on utilise en toute bonne foi et avec une certaine ingénuité certains réseaux.

J' aimerais juste ajouter que le casting est excellent et que les personnages sont très bien interprétés: ils sont tous très crédibles....

Et puis, il y a la présence lumineuse de Paula Patton qu' on avait vu récemment dans le dernier Mission Impossible.Son personnage a un rôle assez classique et candide qu' elle interprète avec sobriété mais Dieu qu' elle est belle !...Une sorte de Claudia Schiffer noire.Même si elle se contentait de nous lire le bottin téléphonique je trouverais ça intéressant....

Disconnect...un film de notre temps
Disconnect...un film de notre temps
Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article