Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 17:56

Bonjour les amis, 

J' ai reçu cette semaine cette petite photo d' un fumoir très original.

Je vous laisse admirer.

fumoir0587_2710601121726344107_n.jpg

 

Je ne vous ferai pas un exposé sur le talent indéniable de l' auteur de cette oeuvre réaliste ( ou hyperréaliste).

Non, simplement je ne peux que souligner la perversité de l' artiste qui transforme le fumeur impénitent en spectateur de son propre enterrement.Chapeau l' artiste ! C' est plus original que les terribles photos de tumeurs buccales que nous trouvons sur les paquets de clopes espagnols.

Difficile de ne pas y voir une forme de perversité...une façon de gâcher le plaisir de celui qui est obligé de s' isoler dans un fumoir pour s' adonner à son vice favori.

Je mettrais ma main à couper que l' auteur est un ancien gros fumeur trop content d' avoir vaincu son addiction et désirant culpabiliser ceux qui n' y sont pas arrivés.Les récents convertis sont en général plus intolérants que ceux qui n' ont jamais touché une cigarette.Malgré tout la stratégie n' est pas forcément aussi efficace qu' on pourrait le croire: en effet, les fumeurs n' ont en général pas peur de la mort étant donné que celle-ci est notre lot à tous ( tôt ou tard on y passera)... non c' est plutôt la forte probabilté d' une souffrance que provoque une longue et cruelle maladie qui peut éventuellement pousser le fumeur à abandonner son vice.

Allez, je vous laisse avec Gainsbourg qui fût peintre avant d' être compositeur et qui,je suis sûr aurait apprécié cette oeuvre ( lui qui se prévalait d' avoir enterré trois cardiologues...)...Il aurait pris un certain plaisir à fumer dans ce local...ça lui aurait permis de tutoyer Dieu et de lui faire un petit clin d' oeil rigolard !

 

 

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 08:31

Bonjour les amis,

Alors qu' en France le mécontentement social fait surtout les affaires du Front National de Marine Le Pen, dans votre pays voisin la crise, les plans d' austérité et les innombrables affaires de corruption ont permis l' émergence d' une nouvelle force politique à gauche.

Il s' agit de PODEMOS ( Nous pouvons) qui est un parti créé en 2014 par Pablo IGLESIAS :

 

podemos2014022018455026981.jpg

 

Voici ce qu' en dit la Wikipedia :

HISTOIRE :

L’initiative citoyenne Podemos, lancée publiquement le 17 janvier 2014 à l’initiative du professeur de Sciences politiques et présentateur de télévision Pablo Iglesias Turrión, d’un groupe d’enseignants réunis autour de lui et d’Izquierda Anticapitalista, s'est enregistrée comme parti politique le 11 mars 2014 avec comme objectif immédiat de présenter une liste aux élections européennes. Dans ces élections ils ont obtenu cinq sièges, en finissant comme 4e force en Espagne.

Le projet est parti d'un manifeste, signé par une trentaine de personnalités de la gauche sociale, politique et culturelle, intitulé Mover Ficha ("Prendre les choses en main").

IDEOLOGIE

Podemos a publié un document de 36 pages exposant sa ligne politique dans lequel les titres des six sections se terminent tous par Construire la démocratie.

  • 1. Redresser l'économie en renforçant le contrôle public, en réduisant la pauvreté et en instaurant la dignité sociale via un revenu de base pour tous. Cela comprend le contrôle des lobbys et de l'évasion fiscaledes grandes entreprises et multinationales, ainsi que le soutien aux petites entreprises.
  • 2. 3. 4. Promouvoir la liberté, la fraternité et l'égalité en abattant les barrières à travers l'Europe et en permettant la coopération entre les personnes sans collecte de renseignements ou inhibitions sociales, qui sont théoriquement des formes d'Antiterrorisme.
  • 5. Redéfinir la souveraineté en révoquant ou en troquant le Traité de Lisbonne, en abondant les mémoranda d'entente, en retirant l'Espagne de certaines zones de libre-échange et en promouvant leréférendum pour toutes les réformes constitutionnelles majeures.
  • 6. Récupérer la terre en réduisant la consommation de combustibles fossiles, en promouvant les transports en commun et les Énergies renouvelables, en réduisant les cultures de rente industrielles et en stimulant la production agricole locale par de Petites et moyennes entreprises.

Le 5 juin 2014, le leader de Podemos, Pablo Iglesias Turrión, se déclare opposé à l'indépendance de la Catalogne, mais néanmoins favorable au droit à l'autodétermination pour les Catalans et les Basques. Dans le même article, Iglesias expose la volonté de Podemos d'un référendum sur le maintien de la monarchie espagnole.

Bien, voilà pour les grandes lignes idéologiques, mais en fait pour bien comprendre l' irruption de cette force, il faut revenir au terreau social sur lequel s' est produit cette émergence : celui d' une Espagne en crise bien-sûr dont l' actuel président Mariano Rajoy a trahi, une à une, toutes ses promesses d' amélioration de la vie sociale ( taux de chômage record de 26% dans la population et 42 % chez les jeunes), mais aussi, une Espagne qui a été complètement trahie par l' ensemble des partis de pouvoir corrompus qui ont endetté ce pays de manière irresponsable et qui , aujourd' hui l' ont abandonné aux forces du grand Capital, et ont même modifié en une seule nuit la Constitution du pays pour mettre le remboursement de la dette au dessus du bien commun et de l' intérêt général.

Le Leader Pablo Iglesias avait depuis plusieurs années débattu longuement sur tous les plateaux télé dans les émissions politiques afin de mettre en avant ses idées de rendre à la citoyenneté la possibilité de prendre en mains son avenir.C' est donc naturellement qu' au printemps 2014 il a fini par présenter un parti auquel il appellait à souscrire tous ceux qui partageaient ses idées.

Devant le grand succès de cette première candidature ( 8% des votes) les partis classiques sont tout de suite montés au créneau en jouant du programme de Pablo Iglesias comme d' un épouvantail, et en prédisant mille maux pour la société espagnole en cas de victoire de celui-ci :

Que n' a t' on entendu à propos d' IGLESIAS ?

- pro-ETA

- suppot bolivarien financé par le Venezuela

- utopiste qui créera une méfiance des marchés et qui provoquera une fuite de capitaux et une ruine du pays

L' ancien président Felipe Gonzalez a dit que leur arrivée au pouvoir serait une catastrophe et qu' au bout de quelques mois la seule chose qu' ils répartiraient serait la misère...

Bref tout le monde s' est mis à diaboliser Pedro Iglesias.La droite quand à elle s' est amusée à un jeu dangereux : celui d' attaquer bassement avec des arguments très douteux ce parti ( accusé d' être pro-ETA et financé par des capitaux étrangers), de très mauvais arguments qui ne résistent pas à à l' analyse et qui en fait ne font que renforcer ce parti.L' intérêt est électoralement évident : plus PODEMOS croît et plus ce sera aux dépens du parti socialiste...oui, mais cette stratégie est également dangereuse car la somme PS+ Podemos peut donner lieu à une majorité.

L' année prochaine auront lieu des élections municipales et régionales et voici les premières intentions de vote dans ma région de Valencia.

Bon je n' ai pas réussi à agrandir l' image et voici le lien

sondeo-1412803527_291317_1412803539_noticia_normal.png

 

Sur le camembert on voit bien qu' avec seulement 17% des votes une coalition de gauche peut facilement renverser la droite qui est au pouvoir depuis plus de 20 ans dans ce bastion...un prélude de ce que pourraient devenir les élections générales de 2015... 

Enfin, je suis témoin du fait que dans ce pays toute une jeunesse désabusée, majoritairement au chômage, écoeurée par les innombrables affaires de corruption, a envie de se retrousser les manches, de se réunir dans des assemblées populaires, en dehors des appareils des grands partis pour reprendre son destin en main et virer toute cette oligarchie qui les a conduit à la ruine.Il y a beaucoup de fraîcheur, d' enthousiasme et d' espoir dans ce mouvement et rien que pour ça je lui souhaite de rencontrer le plus grand succès.PODEMOS veut remettre le citoyen au coeur de la démocratie....vaste programme comme aurait dit le général.

assam1413546605016pablo-iglesias-galc4.jpg

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 11:44

Bonjour les amis.,

l' autre jour je vous racontais le scandale provoqué en Espagne par l' attribution de cartes bancaires opaques qui permettaient à des responsables de se payer tous leurs petits caprices de manière gratuite et quasi-illimitée.Voici un extrait de l' article précédent:

BANKIA est une des banques espagnoles ( regroupant plusieurs caisses d'épargne comme CAJA MADRID) qui a ruiné des milliers de retraités en leur vendant des obligations pour couvrir ses pertes et en leur faisant croire que c'était des produits à rendement garanti.BANKIA a ensuite bénéficié d'un plan de sauvetage qui a coûté plus de 24 milliards d'euros au contribuable. Eh bien, figurez-vous que cette banque s'est permis le luxe de distribuer ces dernières années des cartes bancaires "fantômes" à 86 heureux bénéficiaires qui pouvaient en faire l'usage qu'ils voulaient, pour des frais personnels, voyages, cadeaux et restaurants jusqu' à hauteur d'un montant global de 40 000 à 60 000 euros annuels (frais gratuits sans la moindre justification, ni la moindre déclaration au fisc). Le montant de la fraude s'élève à 15,2 millions d' euros ! Pour des banquiers qu'il a fallu sauver de la faillite avec notre argent, c'est quand même pas mal !!!

Les bénéficiaires sont des directeurs de Banque comme Rodrigo Rato, ( ancien directeur du FMI), Miguel Blesa ( 448 000 euros de frais sans justifications) inculpé par ailleurs pour malversations, des cadres bien sûr mais aussi des syndicalistes.

 

Cette affaire de corruption aurait sans doute fait grand bruit il y a 5 ans, mais aujourd' hui , dans le contexte de l' Espagne actuelle qui souffre terriblement ( plans d' austérité, gel et diminution des salaires des fonctionnaires, fraude massive de milliers de petits de personnes âgées qui ont perdu toutes leurs épargnes dans des produits frauduleux émis par Bankia, expulsions de milliers de familles entières qui n' ont pu faire face aux échéances de leur hypothèque, salaires de misères, mini-jobs très peu rémunérées, contrats de travail poubelle qui permettent au patronnat de se défaire de n'importe quel employé d' un seul claquement de doigts,etc...) l' affaire est en train de prendre une autre tournure.

Aujourd' hui les journaux télévisés sont en train d' informer de manière très détaillée de la voracité avec laquelle les responsables ont fait usage de ces cartes jusqu' à la dernière minute...Certains d' entre eux comme Rodrigo Rato ex-directeur du FMI ( et possible présidentiable genre DSK ) ou Miguel BLESA le directeur qui s' était octroyé un salaire princier de 3,5 millions d' euros par an n' avaient pas hésité à les utiliser très fréquemment, y compris quelques heures seulement avant leur destitution...

La citoyenneté comprend mieux aujourd' hui que l' affaire des cartes opaques c' est un peu l' arbre qui cache la forêt ! Ces 15 millions de frais permettent de mieux comprendre le trou de 24 milliards d' euros qu' a laissé cette banque.

En effet, cet argent occulte, ces salaires au black,servaient à mouiller tous les responsables et directeurs financiers qui, en temps normal auraient dû exercer un contrôle plus strict et demander des comptes à leur directeur Miguel BLESA ou émettre des doutes sur sa gestion.Il n' en a rien été.Les instances bancaires de contrôle n' ont absolument pas joué leur rôle.Tous les responsables votaient la confiance d' une manière soviétique et pour cause : qui oserait émettre des doutes sur une gestion quand il a lui-même été copieusement " arrosé" par des salaires illicites ? Personne.Tous les systèmes d' alerte ont été annulés un par un...ce qui a provoqué ensuite un Tchernobyl financier.

Aujourd' hui, on le sait, le pays le sait...l' une des plus grosses banques du pays fonctionnait comme la COSA NOSTRA et sa coupole était achetée.Elle appartenait au Grand Chef ( the fucking master of the universe) qui les avait tous mouillé ( y compris les syndicalistes de gauche...).

Le pays sait que les hauts salaires princiers des directeurs de la finance ne prémunissent pas contre la corruption.Le fait qu' ils gagnaient ce que je ne dépenserai pas en 100 vies ne les empêchait pas de taper dans la caisse comme de vulgaires voleurs à la petite semaine.L' argent facile ne rassasie jamais ses bénéficiaires....

Revenons sur la nomination du directeur Miguel BLESA à la tête de CAJA MADRID : celui-ci n' avait aucune compétence particulière dans le domaine de la gestion bancaire.Il était simple inspecteur des impôts, et surtout, surtout, grand ami de Jose Maria Aznar.Son grand talent, c' était d' être le grand copain du président du gouvernement de l' époque, ce qui lui a permis d' accéder à ce poste.

Aujourd' hui Aznar évite de répondre aux journalistes sur cette nomination de son ami de 30 ans...Il sourit aux journalistes sans leur répondre !

Quant à Rodrigo Rato, le pays se rend compte que celui qui aurait pu devenir leur président s' est comporté comme le pire des malfrats, a tapé dans la caisse, et doit répondre aux questions du juge qui lui a fixé pour l' instant une caution de 3 millions d' euros ( et 16 millions pour Blesa).

Notez au passage que personne n' est allé en prison pour le trou de 24 milliards ( l' incompétence n' est pas un délit, et on le sait depuis l' affaire du crédit lyonnais sous la direction de Haberer)...par contre, il y aura des inculpations pour cette " petite" affaire de fraude de 15 millions...C' est un peu comme Al Capone qui se fait finalement avoir pour une affaire de fraude fiscale !

Finlement cette affaire des cartes opaques va sans doute permettre à l' Espagne de mieux se confronter à sa propre crise financière et de mieux en comprendre tous les ressorts.Comment fonctionne l' Espagne d' aujourd' hui ?

Comme un pays exsangue où la pire des oligarchies continue de vivre dans un autre monde de luxe et de volupté, de jet set,de yachts, de haute couture, de sacs Louis Vuitton, de gastronomie fine et de bons vins,de prostitution de luxe, de safaris, de voyages dans des pays exotiques ...

bleca13864970620349_997x0.jpg

NB : j' ai mis une photo de Blesa posant après avoir tué un buffle en Afrique, mais sachez qu' il s' est payé le luxe d' aller flinguer un ours de plus de 400 kg en Roumanie dans les Carpathes...et oui, l' argent permet tout...et les cons, par ailleurs, ça ose tout...

A huit mois des élections municipales et régionales les partis sentent l' énorme danger pour tout l' équilibre su système politico-financier. Mariano Rajoy évite de prononcer le nom de Rodrigo Rato qui a été son compagnon de route durant toute sa vie politique.Rajoy est prêt à offrir à la citoyenneté, et sur un plateau la tête de Rodrigo Rato mais ce ne sera pas suffisant....La droite essaie de faire fonctionner le ventilateur à fond pour éclabousser tout le monde et démontrer que le Parti populaire n' est pas le seul impliqué ( ce qui est vrai , mais ce parti était depuis de longue date le principal bénéficiaire...).La porte-parole du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria a fait une déclaration cette semaine en disant que le gouvernement, lui aussi était profondément indigné par cette affaire...Seulement, plus personne ne croit qu' on peut laisser une ardoise de 24 miilliards d' euros sans de solides complicités à tous les niveaux.

Cette brèche risque de provoquer une hémorragie de votes en direction des nouvelles plateformes citoyennes qui sont dirigées par des personnes et des professionnels issues de la société civile et qui ne font pas partie du sérail...Des gens honnêtes dont le programme sera d' abord de nettoyer les écuries d' Augias, de mettre en place des mécanismes de transparence, et ensuite de s' attaquer à l' énorme dette qu' ont laissé cette bande de mafieux.La première mesure sera d' auditer cette dette et de ne payer que ce qui est moralement juste comme en Islande ( ce qui sera énorme de toutes façons...).

J'aimerai simplement ajouter que je suis témoin dans ma vie quotidienne de l' énorme écoeurement qui saisit la société espagnole complètement trahie par ses élites ( pour reprendre une expression bien connue).Je suis témoin quand je vais acheter ma baguette de pain, chez mon épicier, au centre de santé près de chez moi, et aussi dans les organisations caritatives pour lesquelles je collabore parfois.

J' espère que le printemps prochain sera espagnol et qu' il se passera dans ce pays un petit tremblement de terre politique et que les citoyens honnêtes essaieront de reprendre leur destin en mains...C' est peut-être utopique de ma part, mais sait-on jamais ? Le mouvement PODEMOS est déjà crédité de plus de 20 % des intentions de vote...largement de quoi faire tomber plus d' une majorité municipale ou régionale...

Enfin je vous laisse avec un petit clip plein d' humour qui date de 2012, quand BANKIA délogeait des familles entières qui ne pouvaient payer leur hypothèque.

C' est un document où des danseurs font subitement irruption dans une agence bancaire, sous les yeux perplexes et surpris des simples employés, pour leur interpréter un flamenco ( une buleria) qui dit en gros :

" Ay Bankia bankia...pour toi 6 poumons et pour moi, pas même des branchies..."

faisant allusion au plan de sauvetage dont a bénéficié la banque.Ces milliards de Draghi qui ne sont malheureusement jamais arrivés jusqu' au simple citoyen ...Les banquiers ont préféré se servir eux-mêmes et leurs actionnaires ( toute charité bien ordonnée....)

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 16:09

Bonjour les amis,

L' autre jour en faisant des recherches sur google je suis tombé sur des collections de pierres tombales, d' épitaphes et de plaques commémoratives.

Certaines étaient très convenues comme on est en droit de s 'y attendre , mais d' autres essayaient de faire preuve d' un peu plus d' imagination...sinon d' humour .

Voici un petit échantillon ( avec les traductions):

ricardimages.jpg

Ci-gît GUTIERREZ GUZMAN.

SOUVENIR de tes enfants ( sauf Ricardo qui n' a rien donné)

 

Pffff!!! vraiment un ingrat ce Ricardo !



A11.jpg

 

Ci-gît Pancrazio JUVENALES

Bon époux, bon père, mauvais électricien bricoleur...


Certaines plaques tentent de revendiquer quelque chose une dernière fois ( effectivement c' est la dernière occasion et il vaut mieux essayer d' en profiter):

plaque_claudel.jpg

C' est un point de vue parfaitement défendable auquel je serais moi-même tenté d' ajouter.."...Et philippe Sollers aussi  " 

 


Certaines  épitaphes arrivent à résumer toute une vie en une seule phrase

dean-IMG_8288.JPG

la voici d' un peu plus près

dean1190_116942606898.jpg

C' est écrit: " Everybody loves somebody sometimes"

Allez je vous la repasse celle-là:

 

 

 

 

 

Certaines ont le sens de  la formule...rappelez-vous certains l' aiment chaud !

wilder.png

 

Et vous cher lecteur, je sais que votre épitaphe n' est pas un sujet qui est à l' ordre du jour et qu' elle ne vous préoccupe probalement pas mais, avez-vous pensé à un dernier aphorisme à laisser pour l' éternité ?

Moi j' ai une petite idée, mais en fait je l' ai piqué à quelqu' un et je n' ai pas réussi à retrouver une photo de cette pierre tombale.

Je l' ai entendu à la radio et je crois qu' elle fait partie du livre des épitaphes: le défunt avait désiré laisser un dernier message du genre:


 " Ici, continue de se reposer  Albert D......."


Bon j' ai encore du temps  pour m' en trouver une qui me soit complètement personnelle.

Me surnommant ALEA JACTA EST, je pourrais laisser un truc du genre" Les dés sont définitivement jetés" mais c' est un peu trop facile...bon c' est pas ma priorité du moment( du moins je l' espère).


En attendant donc, je suis allé sur la wikipedia et là, j' ai trouvé un petit trésor

xviiie siècle

Ci-gît Piron, qui ne fut rien,
Pas même académicien.
Ci-gît Louis, ce pauvre Roi,
On dit qu'il fut bon... mais à quoi ?
  • Benjamin Franklin (17 janvier 1706 - 17 avril 1790) écrivit sa propre épitaphe à l'âge de 22 ans, mais celle-ci ne fut pas inscrite sur sa tombe.
Le corps de
B. Franklin, imprimeur,
(Tel la couverture d'un vieux livre,
dépouillé de ses feuilles,
de son titre et de sa dorure)
Repose ici, pâture pour les vers.
Mais l'ouvrage ne sera pas perdu
et reparaîtra, c'est la foi de Franklin,
dans une nouvelle édition, plus élégante,
revue et corrigée
par l'auteur.
Passant, ne pleure pas ma mort
Si je vivais tu serais mort...

xixe siècle

  • John Keats (31 octobre 1795 - 23 février 1821)
Here lies one whose name was writ in water.
(« Ici repose celui dont le nom était écrit dans l'eau »)
Mes chers amis, quand je mourrai,
Plantez un saule au cimetière.
J'aime son feuillage éploré ;
La pâleur m'en est douce et chère
Et son ombre sera légère
À la terre où je dormirai.
  • Amanz Gressly (17 juillet 1814 - 13 avril 1865) (traduit du latin)
Ci-gît Gressly, qui mourut d'un étrange amour pour les pierres;
qu'il ramenait à la maison, ne calmant pas sa faim.
Posons cette pierre. De pierre entièrement couvert, par Dieu!,
Reposant entre des roches, il a assez de pierres..
Une mémoire pure de sang humain.
  • Général Boulanger (29 avril 1837 - 30 septembre 1891), après s'être suicidé sur la tombe de sa maîtresse :
Ai-je bien pu vivre 2 mois 1/2 sans toi !
Dieu fit Selles,
Dieu défit Selles,
Et aux vers mit Selles.
In Loving Memory of my Beloved Son, Murdered by a Traitor and Coward Whose Name is not Worthy to Appear Here.
(« À la mémoire de mon fils aimé, assassiné par un traître et lâche dont le nom ne mérite pas de figurer ici. »)

xxe siècle[modifier | modifier le code]

Ci-gît Allais - sans retour.
Je suis un fils des monts, adopté par la mer.
  • Yvan Goll (29 mars 1891 - 27 février 1950)
Je n'aurais pas duré plus que l'écume
Aux lèvres de la vague sur le sable
Né sous aucune étoile un soir sans lune
Mon nom ne fut qu'un sanglot périssable
Il a donné des ailes au monde.
Je n’ai jamais rien demandé, la vie m’a tout donné. J’ai fait ce que j’ai pu, j’ai peint ce que j’ai vu.
  • En 1955, Marilyn Monroe (1er juin 1926 - 5 août 1962) suggéra elle-même que son épitaphe fût la suivante :
Ici repose Marilyn Monroe, 97 - 62 - 92 (ne figure pas sur sa plaque)
Free at last. Free at last, Thank God Almighty, I'm free at last.
(« Enfin libre. Enfin libre, merci Dieu tout-puissant, je suis enfin libre. »
Laissez-moi dormir ! J'étais fait pour ça !
Je vous l'avais bien dit que j'étais malade ! (ne figure pas sur sa plaque)
  • Georges Brassens (1921-1981), extrait de sa chanson Supplique pour être enterré sur la plage de Sète :
Est-ce trop demander, sur mon petit lopin,
Plantez je vous en prie une espèce de pin,
Pin parasol de préférence (figure sur un écriteau près de sa tombe et de l'arbre en question)
Il n'y a pas de manque dans l'absence ; l'absence est une présence en moi.
Priez le Je ne sais Qui — j'espère Jésus Christ
Garder le CAlme !!! Devant la DISSONANCE !!!
  • Françoise Sagan (1935-2004), elle écrit sa propre épitaphe en 1998 suite à la proposition d'un journaliste :
Sagan Françoise. Fit son apparition en 1954, avec un mince roman, Bonjour tristesse, qui fut un scandale mondial. Sa disparition, après une vie et une œuvre également agréables et bâclées, ne fut un scandale que pour elle-même.

Épitaphes d'anonymes

Maudit soit le destin, qui à nous t'a ravi,
Si ton cœur s'est éteint, dans le nôtre tu vis.
  • Par J. du Lorens, France
Ci-gît ma femme : ho! qu'elle est bien!
Pour son repos et pour le mien.
  • Sur une tombe, au xviie siècle, France
Jean sous cette pierre close
Repose (si on peut bien
Sans faillir dire : « Il repose »
D'un qui ne fit jamais rien).
  • D. de La Monnoye sur la tombe de l'abbé de La Rivière, qui avait promis par testament, cent écus à celui qui ferait son épitaphe, France
Ci-gît un très grand personnage,
Qui fut d'un illustre lignage,
Qui posséda mille vertus,
Qui ne trompa jamais, qui fut toujours fort sage…
Je n'en dirai pas d'avantage,
C'est trop mentir pour cent écus.
« Enfin seul ! ».
  • Anonyme
Un jour vous vous rendrez compte que j'avais raison!
  • Anonyme Omar B.
Live together, die alone. (Vivre ensemble, mourir seul)
  • Anonyme
« J'étais ce que vous êtes, vous serez ce que je suis » (Corneille : « On m'a vu ce que vous êtes, Vous serez ce que je suis. »)
« J'ai peur mais quand faut y aller, faut y aller. »
  • Anonyme
« A été sauvée par des quenelles une fois… mais ça peut pas marcher à tous les coups ! »

 

« Si toutefois un jour ma mémoire oubliait, mon cœur se souviendrait »

Bon allez les amis, je vous laisse avec une épitaphe musicale d' un groupe que j' aime bien

interprétée par la voix divine de Greg Lake...un ange venu du ciel apporter un peu d' amour, de musique et de paix

 

 

Et puis pour le même prix je vous en mets deux: voici "the sage" avec le trio ELP Emerson Lake and Palmer

 

 

Pour la petite histoire sachez que je pouvais jouer the sage sur ma guitare, ily a quelques années...là il faudrait que je m' y recolle un peu pour pouvoir l' interpréter à nouveau

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 11:33

Bonjour les amis,

Rajoy est venu à l' hôpital Carlos III, lieu très symbolique,là où a eu lieu la contagion, pour rassurer tout le monde.Bon moi je suis rassuré de toutes façons par les professionnels de la santé et je ne cède pas à la parano .

 

L' intervention a été minutieusement préparée et filmée par la télévision publique.Vous l' avez probablement vue sur vos chaînes TV.

rajoy-carlosIII-galc4.jpg

       

Sur les réseaux sociaux,et notamment TWEET, cette même photo était reprise par des bloggers facétieux qui avaient changé le vrai texte de Mariano et sous-titré :

" Je tiens à rassurer tout le monde.La corruption n' est pas contagieuse.Je le répète : la corruption n' est pas contagieuse..."

NB : Le monsieur à gauche sur la photo, c' est Ignacio Gonzalez,le président de la communauté de Madrid et son épouse était l' année dernière sous enquête pour une affaire de blanchiment d' argent dans l' achat d' un magnifique apart' à Marbella.

Enfin il faut savoir que cette comparution devant les caméras ne s' est pas passée dans le calme car derrière , il y avait des personnels soignants qui manifestaient leur colère sans se dégonfler.

Regardez ces images de voitures officielles qui fuient sous les insultes.La foule leur crie.FUERA !!! ce qui veut dire " Dehors"

Ces images-là, on ne les a pas vues sur les chaînes publiques

 

       

Semaine dure et chargée donc,pour Mariano.Tout se complique...très mauvaise communication avec l' Ebola...scandale des cartes bancaires Bankia...à moins de 8 mois des élections, ça sent le soufre tout ça !

 

Mariano a réagi vite cette fois-ci...Celui qui dans son parti a eu la mauvaise inspiration de propager l' idée que toute la faute retombait uniquement sur les épaules de l' aide-soignante a précipité le Parti Populaire droit dans le mur, parce que les gens dans la rue ( y compris leurs partisans) pensent tous que Teresa est une victime, qu' elle pourrait être leur soeur et que ces responsables politiques du système sanitaire sont bien lâches...

Rajoy rectifie le tir et affiche maintenant une solidarité sans faille avec l' aide-soignante.Ouf ! il était moins une !!!

Pas fou Rajoy... il n' avait pas parlé à l' époque des accusations sur l' infirmière, ce qui lui permet aujourd' hui de reprendre les rênes d' une bonne communication...

 

PS : Dans ces histoires de propagande il y a toujours des gros nazes qui en font trop...qui n' ont pas tout compris, comme cette présentatrice sur une chaine régionale qui a fait de l' humour et qui s' est moquée de l' erreur de Teresa.Tout simplement lamentable et d' une rare bassesse.Regardez la vidéo et vous penserez à la phrase d' Audiard : Les cons ça ose tout et c' est même à ça qu' on les reconnait 

 

Elle dit " un simple geste ? ou une simple erreur ? ..même les plus grands et les plus vaillants commettent des erreurs..."

Le pire c' est que je crois que malgré les protestations, ils ne l' ont pas virée...évidemment, aujourd' hui le discours officiel du PP a changé : cette présentatrice n' est plus dans la nouvelle ligne du parti, et on va vite enterrer ces images honteuses d' une propagandiste qui voulait bien se faire voir par ses chefs et qui s' est transformée en une honte nationale !

 

http://www.eldiario.es/clm/VIDEO-CM...

 

 

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 10:55

Bonjour les amis,

Je suis très en colère par rapport à tout ce qui se passe en ce moment en Espagne.

Je crois que notre actualité nationale ( Ebola, Bankia, mensonges éhontés du gouvernement au sujet des nos performances économiques,etc...) est en train de m' éneeeeerver d' une manière difficilement communicable.

Je n' ose pas publier le millième de ce que je pense mais vous pouvez facilement imaginer le regard que je porte sur tout ça.

je dois aussi vous témoigner qu' il y a beaucoup de personnes de mon entourage proche en Espagne,plus courageuses que moi, artistes, écrivains, professeurs,simples citoyens et amis qui souffrent beaucoup en ce moment.Il y a une énorme frustration qui s' exprime à travers les réseaux sociaux...à tel point que même cet inepte de Rajoy se rend compte qu' il est en train de perdre la bataille de la communication...que plus personne ou presque ne le croit...qu' il y a une dégradation palpable de la cohabitation citoyenne. Too much is too much...

 J' ai un peu la haine, et j' ai besoin de me reprendre un peu moi aussi...de respirer un peu d' air pur, et de sentir que je fais partie d' une communauté humaine,fraternelle et chaleureuse.

C' est ce que je ferai ce soir.J' ai un concert de bienfaisance pour l' association chrétienne CARITAS avec mon groupe coral.Nous chanterons dans une belle église restaurée.

Et au programme il y aura , entre autres cette pièce tirée du film LA MISSION et composée par Ennio Morricone.

 

 

 

Puissent les anges nous accompagner ce soir et apporter un peu d' harmonie et de bien-être partagé. 

Angele Dei qui custos es mei me tibi comissum pietate superna, ilumina, custodi, rege et guberna. Amen.

 


Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:39

Bonjour les amis,

Suite à la contagion d' une infirmière espagnole qui avait soigné le curé rapatrié, la polémique grandit dans la péninsule ibérique car on sait maintenant qu' il y a eu toute une série de manquements aux règles élémentaires de suivi des personnels soignants dans cette affaire.

La prise en charge de l' infirmière infectée a été complètement déficiente selon un rapport accablant du médecin qui l' a soigné .Dans ce contexte LOURD d' erreurs qui pourraient avoir des conséquences graves , les déclarations du responsable de santé madrilène Javier Rodriguez ont mis le feu aux poudres sur les réseaux sociaux espagnols.

Mercredi dernier il accusait l' infirmière d' être probablement une " menteuse" qui aurait caché ses symptômes.Il affirmait que c' est elle-même qui se serait infectée suite à une mauvaise manipulation en se touchant le visage avec un gant.

Plus tard, alors qu' on reprochera au conseiller le peu de temps de préparation des personnels pour se familiariser aux protocoles de sécurité, celui-ci aurait répondu : " Pas la peine de faire un master pour apprendre à enfiler une combinaison".

 

del1412839223_114322_1412839693_noticia_grande.jpg

 

Encore une fois, on assiste EN DIRECT LIVE à la manière de gouverner du Parti Populaire espagnol qui,dès qu' il y a un problème grave, ne veut pas surtout pas en assumer la responsabilité.

La stratégie est BÊTE ET MÉCHANTE, et c'est toujours la même:NE RIEN RECONNAÎTRE ET CHERCHER UN BOUC ÉMISSAIRE.

Dans le cas présent, le bouc émissaire est cette pauvre infirmière, qui s' était portée volontaire pour soigner le malade, qui est aujourd' hui dans un état très grave et qui ne peut se défendre des graves accusations portées à son encontre par le responsable madrilène.

Cette affaire est tout simplement écoeurante...Le pays est révulsé et ne se reconnaît pas dans ces comportements politiques indignes pour ne pas dire misérables...Je connais des gens du même parti que Rajoy qui sont scandalisés.

Moi aussi je suis indigné, scandalisé, en colère aussi face à un gouvernement incompétent qui a réussi à importer l' Ebola en Europe...je suis tout ça à la fois, mais je ne suis pas étonné car je les connais trop bien ces irresponsables du PP qui rejettent toujours la faute sur les autres.

Allez , je vous rafraîchis la mémoire avec ce simple résumé.

COUPABLES selon le PP

- Contagion de l' Ebola : l' infirmière et son chien

- Catastrophe du pétrolier Prestige : le Capitaine

- Crash de l' avion militaire YAK-42 : le pilote

- accident du train AVE de Santiago : le conducteur

-Accident du métro de Valencia : le conducteur

-Attentat du 11-M à Madrid : ETA

- crise de BANKIA : le juge

- cas de corruption GURTEL : le juge

- tragédie De Ceuta : les immigrés

- la mégadette dûe à la bulle immobilière : les coupables sont les socialistes et surtout pas Jose Maria Aznar qui a modifié la loi d' aménagement du sol afin de contruire et de bétonner comme des malades dans la pénisule...

- Corruption:c' est un problème de personnes mais JAMAIS celui du parti.... !!! la corruption est provoquée par les méchants corrompus qui sont nés comme ça et qui se glissent au sein des gentils partis victimes de leurs agissements...

Que vous dire de plus, mes amis, si ce n' est que ce gouvernement de Rajoy est définitivement dans les cordes, qu' il ne convaint plus personne et qu' il inquiète ses propres partisans qui voient avec inquiétude s' approcher une catastrophe électorale inéluctable pour les municipales et régionales de l' année prochaine.Rajoy ressemble de plus en plus au commandant du Titanic...

En attendant je terminerai ce billet avec une pensée pour Teresa , cette infirmière qui a bon dos, qui s' est portée volontaire et qui est malheureusement à l' heure où j' écris ces lignes dans un état très grave.Je croise les doigts pour elle et j' espère qu' elle pourra être sauvée.

PS: en photo l' ignoble délégué accompagné de la ministre Ana Mato qui par ailleurs traîne les casseroles de corruptions de l' ex-mari.C' était elle qui voit son mec revenir à la maison avec une belle Jaguar et qui ne lui demande pas d' où sort le blé pour payer la caisse...c' est elle aussi qui ira a eurodisney avec ses enfants( séjour tous frais payés directement avec la carte bancaire de Francisco Correa, chef de la trame corrompue dite gurtel...) ...c'est elle qui présentera une facture de plusieurs millers d'euros de confettis payéspar la trame gurtel pour un anniversaire à la maison...je crois bien qu' au JO de Barcelone ils n' ont pas dépensé autant en confettis...

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 08:24

Bonjour les amis,

Je poursuis le billet au sujet d' Elena, avec un autre cas qui traite du lourd héritage familial...héritage qui peut parfois être assez insupportable.

Il y a quelques années j' avais été nommé professeur principal ( ici en Espagne on dit tuteur) d' un groupe de seconde.

Dès la première heure, je sens qu' il y a dans ce groupe, non pas un leader qu' il faudra  " mater" rapidement, mais carrément un groupe de 5 ou 6 élèves qui vont me tenir tête et que j' ai intérêt à réduire illico-presto toute vélléité de rébellion sinon ce sera la croix et la bannière durant tout le reste de l' année scolaire.Il ne faut pas faire de demi-mesures dès le départ et les élèves doivent sentir qu' il n' y aura pas la moindre entorse aux normes de fonctionnement de la classe et qu' il y aura des principes avec lesquels on ne transigera pas.

Tout pédagogue sait parfaitement que les premières heures de classe avec un groupe sont déterminantes et si, par malheur, un élève réussissait à mettre en échec l' autorité de l' enseignant,celui-ci risquerait d' en patir durant tout le reste de l' année scolaire.

C' est donc dans un contexte "tendu" et menaçant que j' avais fait ma première heure de classe à l' issue de laquelle j' avais demandé la réalisation de devoirs à la maison pour la prochaine session.

Lors de la 2 ème rencontre avec ce groupe, je savais pertinemment avant d' entrer en classe que certains n' auraient pas fait leurs devoirs et qu' il faudrait en profiter pour faire un bon exemple qui limiterait ensuite les " vocations"...

Seulement, voilà, ce jour-là je commets une petite erreur technique: je ne connais pas encore mes élèves et je ne m' attaque pas au " bon client".

J' interroge Nestor qui me paraît très distrait et je lui demande s' il a fait ses devoirs, et il me répond ( comme je le supposais) que non...

J' en profite aussitôt, j' embraye, lui passe un savon, et je conclue en m' exclamant de manière assez théatrale que toute à l' heure j' appellerai sa mère...

Et Nestor me répond très calmement: " je ne crois pas, non..."

Et d' un seul coup se forme dans la classe un énorme silence...plus aucun murmure ! un silence assourdissant ! Je me rends compte immédiatement que j' au dû commettre une gaffe, et j' embraye en disant rapidement:


" Et bien j' appellerai ton père...."

Et Nestor de me répondre..." Je ne crois pas, non...à la rigueur ma soeur...."


Définitivement, je sens que plus j' avance , et plus je m' enfonce...je suis témoin du silence très gêné du reste de la classe et je préfère botter en touche et passer rapidement à autre chose.On est en début d' année, et on ne connaìt pas bien nos élèves, et j' opte pour un repli stratégique et je fiche la paix à Nestor et je continue mon cours le plus normalement du monde.

Quand la classe se termine, j' attends que tout le monde soit sorti, et j' en profite pour chopper Nestor à part, et je lui dis:


" Excuse-moi Nestor, de t' avoir interpellé de cette manière mais tu as un problème particulier avec tes parents que je ne sais pas et que je devrais connaître? "

Et il me dit:

- Bin ma mère est morte...elle a été poignardée par mon père qui est en prison....

- Je suis complètement désolé Nestor..je n' en savais absolument rien.


GLURP !!! Je prends ça dans les gencives !!!

Je lui demande quand ça s' est produit et il m' explique que le drame a eu lieu quelques années auparavant.Il me dit qu' il a 4 ou 5 frères et soeurs et qu' il vit chez l' aînée....que si il y a un problème, c' est avec elle qu' il faudra parler...

 

On en reste là, et je rentre chez moi un peu sonné, en me demandant ce qui peut arriver de pire pour un enfant, à savoir d' une part que sa mère soit assassinée, et que d' autre part ce soit en plus par son propre père...perdre en quelques instant les deux piliers affectifs sur lesquels s' appuient n' importe quel être humain.


Je raconte l' anecdote à ma fille qui est scandalisée et qui me dit: 

" M' enfin, papa...tout le village savait que le père de Nestor était extrêmement jaloux et qu' il avait assassiné son épouse dans un accès de folie, en allant l' égorger dans le salon de coiffure où elle travaillait..."

Je lui réponds;"Désolé ma fille ... tout le village le savait, mais pas moi car je suis arrivé l' année suivante..."

De toutes façons, je n' ai pas trop culpabilisé car cet incident s' est produit plusieurs années après cet horrible drame, et Nestor avait surmonté le premier traumatisme d' une part, et ensuite les nombreux frères et soeurs, et ses grands-parents l' avaient soutenu assez efficacement ( dans la mesure du possible).

Il ne m' avait pas répondu en affichant une douleur encore vive, mais simplement en m' exposant brièvement et simplement, sans pathos,des faits tout simplement atroces.


Quelques années plus tard, un de mes très jeunes élèves équatoriens vivra une tragédie similaire: son père poursuivra sa mère à 4 heures du mat' ...elle tentera de se protéger dans sa voiture mais l' époux cassera les vitres, et la poignardera avec plus d' une dizaines de coups de couteaux...il se présentera tout de suite après à la garde civile en déclarant: " He cometido una boludez..." ce qui veut dire "J' ai fait une grosse bêtise..."


Effectivement, c' est le moins qu' on puisse dire...je revois le visage complètement perdu de ces deux jeunes enfants devant le cercueil de la mère lors de l' enterrement.Ce sera la tante qui les prendra sous son aile...

 

Terrible tout ça, mais là, c' est pas des histoires pour se faire peur...c' est la triste réalité.

Au lycée on fait ce qu' on peut à notre niveau, en éduquant de manière à éviter toute violence sexiste et de façon à prévenir par la suite toute dérive...Mais la société est là, avec sa culture machiste, ses valeurs violentes et ses tares...

Est-ce ainsi que les hommes vivent ? s' exclamait Louis Aragon dans le " Roman inachevé"...malheureusement oui...la violence machiste n' est pas erradiquée de nos sociétés et nous avons tous beaucoup à faire en ce sens pour améliorer les choses...


 

 

Est-ce ainsi que les hommes vivent


Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
À quoi bon puisque c’est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m’éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j’ai cru trouver un pays.
Cœur léger cœur changeant cœur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes nuits
Que faut-il faire de mes jours
Je n’avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m’endormais comme le bruit.
C’était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d’épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j’y tenais mal mon rôle
C’était de n’y comprendre rien
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent
Dans le quartier Hohenzollern
Entre La Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un cœur d’hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m’allonger près d’elle
Dans les hoquets du pianola.
Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke.
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.
Elle était brune elle était blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faÏence
Elle travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n’en est jamais revenu.
Il est d’autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes cils
Lola qui t’en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton cœur
Un dragon plongea son couteau
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent

Louis Aragon, Le Roman inachevé


Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 22:02

Bonjour les amis,

L' autre jour en répondant à Fatizo sur la protection et la couverture dont ont bénéficié de nombreux dignitaires nazis, m' est revenu en mémoire un curieux échange avec l'une de mes élèves de terminale.

C' était il y a plus d' une dizaine d' années à Calpe, une cité sur les bords de la méditerranée très connue pour son promontoire rocheux très caractéristique, le peñon d' ifach.

penon-2.jpg

 

penDSCF6246.jpg

 

J' étais intérimaire à l' époque et en charge entre autres d' une classe de première et de terminale.

Un jour, alors que mes élèves réalisaient un examen, je lisais le dernier roman de Mario Vargas Llosa intitulé, LA FIESTA DEL CHIVO, et traduit en français en 2002 sous le titre " La fête du bouc" .

Un livre terrible dont l' action se situe en République Dominicaine sous l' ère du dictateur sanguinaire Rafael Leonidas Trujillo .

tru7E0C0810-44ED-4644-82DC-D86AA32877A2.jpg__680__460__CRO.jpeg

 

A la fin de l' épreuve, Elena, une de mes étudiantes se lève pour me rendre sa copie.

Calpe se situant dans un lieu très touristique, ma population scolaire était assez cosmopolite, et les origines d' Elena n' étaient pas facilement identifiables car elle avait un nom composé moitié allemand et moitié hispanique.Par ailleurs elle avait des traits métissés où se mêlaient à la fois ses origines indiennes d' Amérique centrale  et européennes.

Donc Elena se lève, et jette un coup d' oeil sur le livre que je suis en train de lire et me dit d' un air agacé:

" Qu' est-ce qu' un péruvien  peut bien savoir de la République dominicaine ?"

Je suis un peu surpris par sa réaction et je ne peux m' empêcher de lui répondre:

" Voyons Elena, ce n' est pas nécessaire d' être allemand pour se faire une idée assez juste de qui était Adolf Hitler, et donc Mario Vargas Llosa même s' il est péruvien peut tout à fait légitimement écrire sur Saint Domingue et sur les atrocités commises sous le régime de Trujillo"

Elle me répond:

- Ce livre est un tissu de mensonges...c' est pas comme ça que ça s' est passé...

Je suis encore plus surpris car le livre raconte des faits qui se sont produits avant même qu' Elena ne soit née, et je me demande bien qui a pu lui dire que tout ça était faux.Je lui demande donc comment elle peut être aussi sûre de ça...Elle me dit que ce sont ses parents qui lui ont expliqué.

Bien évidemment, je lui demande aussitôt,et de manière faussement naïve et innocente, qui sont ses parents ?... et là, elle m' explique qu' elle est la petite fille de l' un des frères du dictateur ( celui qui était responsable de l'armée et qui était donc au moins aussi sanguinaire que le propre Leonidas)....je suis stupéfait car quelques minutes avant cette discussion j' étais plongé dans la lecture du roman qui justement décrivait les milles et unes horreurs qu' avaient perpétrées le frère de Trujillo, et qui le dépeignait comme un véritable monstre sans aucune pitié, auprès duquel Klaus Barbie aurait pu passer pour un enfant de choeur....

Et là d' un seul coup, comme dans un film de Woody Allen,la fiction que je lisais quelques minutes auparavant entre dans la réalité,et je me trouve devant une des descendantes de cette famille maudite de dictateurs... là devant moi, en chair et en os.

Je lui dis tout de suite que je ne comprends pas bien son histoire car son nom n' a rien à voir avec la dynastie des Trujillo, et là , elle m' explique  avec de très nombreux détails, qu' à la fin de la dictature la famille a cherché et trouvé refuge en Espagne ( à l' époque franquiste)...qu' ils ont été protégés par la garde civile et qu' ils ont payé pour changer d' identité...Bref, elle me raconte une histoire avec tellement de détails qu' on peut difficilement inventer que je ne doute pas un seul instant de sa véracité...Et puis, il y a un autre fait qui corrobore ce que me raconte Elena: c' est qu' elle a été sous l' emprise de la propagande familiale  ...ils lui ont fait croire que sa famille a été victime d' un ignoble complot, qu' ils ont été trahis par les américains et toute l' opposition et que toutes les horreurs qui ont été racontées par la suite sont fausses...

 

Elle semblait tellement sincère ( et peinée que je lise ce livre) que je n' ai pas réagi davantage devant elle...j' en savais suffisemment pour lui démontrer que malheureusement ses grands-parents ( et probablement ses parents) s' étaient comportés comme des barbares et des criminels de la pire espèce...mais en même temps, j' imaginais que ces monstres à la retraite avaient dû être des grands-parents et parents aimants et attendrissants et je ne me sentais pas le droit moral d' essayer de lui ouvrir les yeux en risquant de détruire tout son équilibre affectif...surtout quand on n' a rien à proposer derrière pour que la personne ne s' effondre pas psychologiquement...

Je lui ai simplement dit de bien s' informer, de lire les livres d' histoire et les témoignages et d aller un jour en République Dominicaine parler avec les gens...je lui ai dit d' être surtout curieuse.

On n' en a plus jamais reparlé durant le reste de l'année scolaire.

Quand je la voyais, je pensais à ce personnage du film MUSIC BOX qui découvre avec horreur que son père tant chéri et bien-aimé a été un monstre...Jessica Lange est sublime dans le rôle.Quand elle comprend tout, son monde affectif s' écroule et le sol se dérobe sous ses pieds.

 

 

Je ne sais pas si Elena a fait cet effort d' aller vers la vérité ou si elle s' est protégée dans le confort rassurant des mensonges familiaux...

 

 

Je ne l' ai jamais revue.Simplement pour faire ce billet j' ai fait une petite recherche et j' ai retrouvé sa photo actuelle sur les réseaux sociaux.Pas de doute c' était bien elle...avec son visage de belle métisse sortie d' une BD de Corto Maltese.


Enfin, nous passons tous à un moment donné de notre existence par la perte de notre innocence.Il y a des choses très douloureuses comme par exemple, celle d' apprendre un jour qu' un membre bien-aimé de notre famille, pour qui on avait beaucoup d' admiration ne s' est pas bien comporté ou a fait des choses qui ne sont pas bien....c' est très destabilisant car ça met en danger une partie de l' équilibre de notre univers mental...la tentation parfois peut être grande de se protéger en ne voulant pas en savoir trop...


PS: j' ai modifié le prénom et bien évidemment, par respect pour la personne, je ne peux communiquer ni le vrai " faux" nom , ni la photo...

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article
6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 21:41

Bonjour les amis, 

J' avais promis à L' Hatem sur son dernier billet consacré aux brûlures de lui raconter une petite anecdote étonnante qui s' était produite durant mon séjour au Vénézuela en 1977 .

  J' avais 19 ans et je passais mes vacances chez ma tante Francesca , l' Oncle Eugenio et leurs deux enfants Sofia et Dino qui vivaient à Caracas dans le quartier de Los Rosales.

Un dimanche matin, mon cousin me dit qu' on va aller faire une petite excursion à une cinquantaine de bornes de la capitale mais sans me préciser vers où on allait.Il me dit simplement qu' on déjeunera là-bas...Nous prenons la voiture, une grosse Dodge ou Chevrolet américaine style Starsky et Hutch, et nous commençons à nous éloigner de la ville laissant loin derrière nous les bidons-ville des faubourgs de la cité.Peu à peu nous prenons aussi un peu de hauteur et nous quittons la chaleur tropicale étouffante de la capitale.

.colonia17.jpg

 

 

Le temps se fait plus humide, la nature est plus verdoyante et il y a même un peu de brouillard.Nous continuons notre trajet et je me rends compte que je croise des voitures européennes, notamment les Mercédes et Volkswagen de l' époque...nous roulons sans savoir vers où mon cousin nous dirige et d' un seul coup, j' ai une vision étonnante.Je vois apparaître subitement devant mes yeux ébahis un village qui semble sorti de la forêt noire allemande, alors que je suis théoriquement sous les tropiques !


colonia_tovar_web_lcc.jpg

Tout y est: le style architectural très reconnaissable qui caractérise les villages allemands d' outre -Rhin.Je suis bien évidemment estomaqué, ce qui fait sourire mon cousin qui avait soigneusement préparé son effet de surprise.


Nous allons vers la place du village où il y a une église  et nous entrons dans un restaurant typiquement bavarois.

colonia-tovar25-11.jpg

 

tov10152004.jpg

 

A l' intérieur du restaurant, la surprise continue car les jeunes filles qui apparaissent sont vêtues en costume traditionnel .Physiquement elles sont plutôt blondes aux yeus bleus, avec des belles tresses...elles me paraissent très "aryennes".

Côté nourriture c' est plutôt  Kartoffeln !!! et il me semble bien ( mais je n' en suis plus très sûr) qu' il y avait une sorte de choucroute à la carte...en tout cas, il y avait bien les saucisses et autres charcuteries allemandes habituelles.


Oktoberfest_2012_13.jpg 

 

Et là, forcément, j' ai un gros doute et je me demande si mon cousin ne m' a pas emmené dans un repère d' anciens nazis.J' essaie d' avoir des explications sur la colonie mais en fait mon espagnol de l' époque était bien trop sommaire pour comprendre exactement de quoi il s' agissait.A l' époque on n' avait pas internet, pas d' I-phone ni aucune technologie de la communication à portée de la main.

Finalement il me faudra attendre mon retour en France pour comprendre qu' il s' agissait d' une colonie émigrée en 1841.J' en aurai la confirmation en lisant un roman de Borniche intitulé " L' archange" qui raconte l' histoire réelle d' un mafieux corse qui s' était réfugié au Vénézuela.


Voici un lien sur la colonie Tovar , très bref et en français


 

 

Et en voici un autre bien plus complet en espagnol, et avec plus de photos

 


Voici de nombreuses photos de la colonie



 

Ce qui a caractérisé cette colonie, c' est qu' elle s' est cherchée et trouvée un endroit géographiquement et climatiquement très proche du lieu de leurs origines en Europe, et qu' ensuite ils ont fidèlement reconstitué un vrai village allemand.Ils ne se sont pas mélangés à la population locale.Le résultat est tout a fait frappant car il permet de mesurer à quel point une culture peut pénétrer  des esprits qui pourront ensuite reconstituer avec une troublante exactitude et fidélité tout leur univers esthétique et culturel à des millliers de kilomètres.J' avais l' impression que même les clous étaient allemands.Si on considère que c' est une petite colonie à la base qui est partie en bateau du Havre, le résultat est tout simplement étonnant...et laisse songeur.

 


Il y a de nombreuses colonies allemandes en Amérique du Sud.Tovar est sans doute l' une des plus surprenantes...pas étonnant non plus que les criminels nazis en fuite aient pu retrouver refuge facilement sur ce continent, encore que dans le cas de Tovar, il n'y a pas eu que je sache d' anciens dignitaires qui s' y soient réfugiés...contrairement à Denia, près de chez moi en Espagne,où il y a des anciens colonels nazis enterrés au cimetierre mais ça c' est une autre histoire...


Mapavictoria-tovar.jpg

 

 

 

 



Allez, je vous laisse avec OSS 117 à Rio,qui lui ne prend pas de gants:quand il part à la recherche d' anciens nazis il se présente directement à l' ambassade d' Allemagne...sans complexes !

Et quand le fonctionnaire lui dit d' un air offusqué que tous les allemands ne sont pas des nazis, OSS117 ne s' en laisse pas conter et lui répond: " oui, oui..je connais cette "théorie"..."


Repost 0
Published by alea-jacta-est
commenter cet article