Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 05:15

Bonjour les amis,

je suis avec stupéfaction , de manière complètement catastrophée et médusée, l' entre-deux tours de vos élections présidentielles.

Le manque de responsabilité historique  et de dignité de certains responsables se refusant à maintenir un cordon sanitaire entre la candidate frontiste et le reste de la Nation restera un des épisodes les plus honteux auquel il m' ait été donné d' assister depuis des décennies.

 

Ce silence, très lourd, parfois assourdissant n' est pas sans conséquences.Déjà on voit certains citoyens afficher de manière décomplexée des dilemmes moraux aberrants, indignes, et qui seraient risibles si le sujet n' était aussi grave.

Déjà, on voit fleurir un peu partout des messages d' électeurs se prétendant de gauche affirmant, d' une manière assez puérile, immature ( et irresponsable):

" Entre un banquier et une facho, je ne choisis pas..."

Des messages mettant sur le même plan un programme libéral démocrate et celui d' une populiste au projet trumpiste aussi incohérent que dangereux.

Voir et entendre des lycéens défiler à la veille d' un second tour avec ce slogan stupide ni Macron-ni Le Pen ne m' étonne pas ( mais confirme la baisse de niveau intellectuel observé dans nos populations scolaires), mais par contre quand je vois des militants de mon âge tenir des propos similaires, je me dis que décidément il y a quelque chose de pourri au royaume de France.

Hier, j' ai assisté sur les réseaux aux dures explications entre  différents militants insoumis qui se sont pris la tête, écharpé, entredéchiré, engueulé comme du poisson pourri à propos du silence de Mélenchon.

Mélenchon aura au moins réussi ça.Semer la zizanie, y compris dans son propre camp !

Les communistes qui ont tout de suite appelé à voter Macron au 2 ème tour se sentent eux aussi, et à juste titre, pour le moins profondément agacés par ses tergiversations pathétiques de mauvais perdant plein de dépit .

Et bien cette zizanie, entretenue volontairement ou pas par Mélenchon, est de très mauvaise augure pour la suite des événements.

Les insoumis n' arrêtent pas de ruminer amèrement sur le fait qu' il ne leur manquait que 600 000 voix.Ils en sont à J+5 de leur deuil et n'arrivent pas à analyser ni à assumer le verdict des urnes.

J' ai entendu, et c' est le comble, leur porte-parole reprocher à Benoit Hamon d' être responsable de leur défaite.Alors là, les amis, c' est le pompon ! Non seulement les socialistes ont vu leur défaite  artificiellement gonflée par les résultats des sondages et l' effet de vote utile en faveur des insoumis, mais maintenant ceux-ci les accusent de leur échec.

Théoriquement ce qui devrait obséder les insoumis,  c' est la manière de capitaliser l' immense élan qu' ils ont généré au premier tour, notamment pour les législatives de Juin.

Mais là, et à cause du comportement peu digne de leur chef, ce n' est plus 600000 voix qu' il risque de leur manquer aux prochaines élections de Juin...Ça pourrait être bien plus.

C' est dans les difficultés que les caractères se révèlent, et pas dans l' enthousiasme des campagnes électorales.

Depuis dimanche les insoumis répètent tous comme un seul homme:

Nous n' avons de leçons de morale à recevoir de personne.

C' est exactement le même genre d'argument que les communistes staliniens de la grande époque nous ont ressassé pendant des décennies, avec le succès historique que l' on connait.

Alors, à tous ceux qui n' arrêtent pas de remuer des dilemmes débiles pour le vote du second tour, je leur dirais.

" Arrêtez de vous la péter et d' offrir ce spectacle pathétique et intellectuellement débile.

Je me moque comme de l' an 40 de savoir si vous allez mettre un bulletin Macron avec une pince sur le nez, ou en vous mouchant.Mettez-le pour évacuer rapidement un accident pas impossible et aux conséquences incommensurables.

Ce vote ne vous rendra que plus crédible pour lutter dès le lendemain contre les idées libérales de ce même Macron ".

L' un des meilleurs exemples qui illustre mon propos m' est fourni par  François Ruffin ( réalisateur du film MERCI PATRON) qui est allé s' accrocher durement avec Macron lors de son passage chez Whirpool.

Ruffin n' a pas perdu le Nord lui.Il appelle à voter Macron, et le combattra dès qu' il sera élu...C' est la seule attitude intellectuellement défendable.

Alors, parlons de ces futures législatives car la situation parait extrêmement complexe avec un grand éparpillement de la gauche dans  de très nombreuses circonscriptions.

D' ores et déjà on peut se dire que la gauche ne passerait pas le 2 ème tour si elle n' est pas capable de se regrouper autour d' une seule candidature.

Seulement voila, pour aller ensemble face à une élection , il faut être crédible, et cette division d' aujourd' hui ne fait qu' entamer cette crédibilité de demain.

Je terminerai avec le candidat Macron pour qui toutes ces divisions et divergences stupides, observées aussi bien à droite qu' à gauche, sont du pain béni.

Face à autant d' aveuglement étroit chez ses adversaires à l' esprit boutiquier , le nouveau petit Mozart de la politique va tailler de belles croupières dans les deux camps.Toutes les planètes vont bien s' aligner pour lui...Je le suis avec intérêt.Il est proche du sans-faute depuis lundi.Chaque mouvement est soigneusement calculé et provoque des effets dévastateurs.C' est un petit récital tactique auquel on va assister.

On ne pourra pas lui reprocher que ses adversaires lui aient facilité la partie.
 

 

L' heure des faux dilemmes aberrants et indignes...
Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans elections présidentielles
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 08:33

Bonjour les amis,

Après la défaite de la gauche qui ne sera pas présente au second tour des présidentielles, on est évidemment tenté de faire comme après une partie d' échecs perdue, une analyse post-mortem.

Défaite de la gauche: analyse post-mortem...

L' analyse post-mortem consiste à reprendre la partie depuis le début, de la refaire, d' analyser certaines phases de jeu, et d' en imaginer d' autres développements si d' autres options avaient été tentées.

Alors, je ne vais pas me lancer dans un tel exercice aussi difficile, mais j' aimerais reprendre au moins une phase de jeu importante dont personne ne parle plus et qui est sans doute le moment crucial où la gauche a définitivement perdu toute chance de participer à ce second tour.

Pas la peine de sortir sa calculatrice pour comprendre qu' une liste commune Hamon-Melenchon était la seule manière arithmétique de figurer au 2 ème tour ( 19%+ 7% = 26% même si je sais que les choses ne sont pas aussi simples et les reports pas aussi directs).

Hier j' écoutais Onfray rappeler cette simple évidence arithmétique qu' on a tous en tête, rappeler que Mitterrand a porté la gauche au pouvoir grâce au programme commun , une alliance qui allait  des radicaux de gauche jusqu' aux communistes.

Aujourd' hui, on ne peut que remettre en perspective l' incroyable manque de réalisme de ceux qui ont voulu porter la voix du peuple sous leur seul étendart,sous leur seule bannière, en pensant qu' elle franchirait le cap du 2 ème tour.

Comment ne pas voir dans leur égocentrisme, et dans leur irréalisme, une forme d' usurpation et de mystification vis à vis du peuple dont ils prétendaient défendre les intérêts ?

Prétendre aller jusqu' au bout de cette consultation en sachant parfaitement que l' état des rapports de forces ne le permettrait pas si on ne créait pas, au préalable, de larges confluences avec les alliés naturels se révèle aujourd' hui comme l' une des plus grosses arnaques intellectuelles et faute morale.

Ceux qui ont fait ce choix, et notamment Mélenchon ne prennent pas acte aujourd hui de leurs erreurs, ce que je comprends car ils sont déjà dans la bataille des législatives à venir.Ils vont continuer de nous entretenir dans leur mythe, mais l' électeur de gauche, lui, ne s' y trompe pas.

Il sait bien que c' est une gauche livrée aux intérêts partisans des appareils qui a été mise en échec, un échec prévisible...Qu' on ne s' étonne donc pas aujourd' hui de la défaite.Inutile de prendre ces mines défaites et frustrées.La gauche ne s' est jamais donnée les moyens d' y parvenir réellement.Elle s' est laissée porter par un discours qui l' a fait rêver, et dimanche la réalité est tombée dessus comme une chape de plomb.Sans union préalable, il n' y avait aucune chance de porter un projet  progressiste en avant.

Post-scriptum

Un deuxième point que j' aimerais aborder, en marge de cet article, ce sont les incroyables méfaits des discours anti-européens, anti-Maastricht, anti-Bruxelles, anti BCE, anti, anti, anti...

Le seul candidat anti-UE qui a tenu un discours cohérent c' est Asselineau qui plaidait pour une sortie pure et simple.C' était net, c' était clair, et c' était irréversible aussi.Pareil que pour le Brexit...

Les autres grands candidats qui ont tenu des discours souverainistes et anti-européens,  se sont TOUS ridiculisés à un moment ou à un autre par leur manque de crédibilité et de réalisme.Ils ont tous fait machine arrière pris au piège de leur propre discours.

Ils ont souvent parlé de manière arrogante comme si la France allait imposer à tous ses partenaires de nouvelles règles.Vu de l' étranger, ils nous ont souvent fait sourire.

Ils ont produit parfois des discours ridicules et bien peu modestes dans lesquels ils ont fait croire que la France,à elle seule, serait capable d' imposer des renégociations dont certaines par leur irréalisme font sourire.Quand Mélenchon dit que la BCE doit directement financer les dettes des pays,et appuyer son projet économique d' investissement de 270 milliards d' euros, on  a envie d' éclater de rire.La BCE n' a pas été créée pour ça...J' imagine la tête des responsables allemands ou hollandais qui auraient été obligés d' écouter ses requêtes durant ces fameuses négociations qu' il aurait provoquées, lui répondre comme à Varoufakis:

" Vous êtes sérieux, là ? Vous voulez qu' on vous réponde vraiment ? "

C' est finalement curieux les effets des discours contre l' Europe car ils permettent souvent dans un premier temps de créer un élan de sympathie pour un candidat, et finissent par se retourner contre lui par leur manque de crédibilité...La dernière qui vient de se prendre à ce même piège n' est ni plus, ni moins, que Marine Le Pen.

Celle-ci a besoin de capter le vote des personnes âgées.Or son discours contre l' euro les a effrayé, car c' est le 3 ème âge en France qui a de la thune...Et l' aventure, quand on parle de pognon, ça plait pas à ceux qui en ont...

 

Repost 0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 15:14

Bonjour les amis,

Chacun voit midi à sa porte.

Vous avez tous vu que sur la scène internationale les résultats du premier tour des élections françaises sont reçus avec un ouf de soulagement.

A l' étranger tout se résume à :

Marine LE PEN en 2 ème position derrière un centriste.

L' Europe respìre, et le reste de l' occident aussi.Le monde des affaires et de la finance aussi est euphorique.Voila, c' est surtout ça qui est retenu.

En Espagne où , comme en France, les 2 grands partis institutionnels de pouvoir PP ( droite libérale) et PSOE ( socialistes espagnols) , se sont pris des vestes historiques l' année dernière au profit des nouvelles forces  PODEMOS ( gauche anti-capitaliste) et CIUTADAN' S (équivalent et proche de votre ligne Macron), les résultats français y étaient suivis avec un énorme intérêt.

Pour aller plus loin dans la comparaison, il faut savoir que le parti socialiste espagnol , dont le secrétaire Pedro Sanchez a été évincé l' année dernière suite à une fronde des barons qui ont voulu stopper le blocage institutionnel et l' ingouvernabilité du pays, est aujourd' hui en pleine rénovation et doit se doter d' un nouveau secrétaire général et d' une nouvelle direction.

Nous sommes donc en pleine campagne électorale chez les socialistes, avec en gros deux options et deux projets différents: les anciens pragmatiques ( un  peu comme Valls) qui ne veulent pas se soumettre aux surenchères populistes des anti-systèmes de PODEMOS, et les modernes comme Pedro Sanchez prêts à se lancer dans une redéfinition complète et solidement ancrée à gauche du programme socialiste ( à la Hamon) pour rompre avec le déclin inéluctable observé depuis des années.

Dans un tel contexte la grande claque historique de Benoît Hamon est interprétée chez les anciens comme l' ex-chef du gouvernement socialiste Jose Luis Zapatero et chez les barons de manière inéquivoque.

Pour eux, cette claque c' est presque du pain béni et vient à point nommé pour mettre en garde leurs camarades de parti.

Pour eux, c' est clair.Les élections françaises démontrent que lorsque les socialistes cèdent aux sirènes populistes du genre Mélenchon  et présentent un programme qui manque de crédibilité économique,et commencent à flirter avec l' eurosepticisme, ils vont droit dans le mur.

La sévère déculottée de Hamon est réutilisée pour leur propre campagne qui a lieu en ce moment comme un clair signal d' alerte et de danger.

Quand la défaite de Benoit Hamon fait irruption dans la crise actuelle du parti socialiste espagnol...

Cette  campagne qui se joue en ce moment est très importante pour les espagnols car elle va redéfinir la gauche socialiste pour les années qui viennent, et les choix stratégiques seront vitaux pour l' existence même de ce parti de pouvoir.

La grande favorite de la ligne pragmatique soutenue par les barons comme Felipe Gonzalez, Zapatero, etc... est Susana Diaz l' actuelle présidente de la région d' Andalousie( surnommée de manière facétieuse par certains La pharaonne, vu la manière dont elle tient avec fermeté et énergie son fief andalou).

C' est elle, cette femme à poigne, qui a de très grandes chances de saisir les rênes de la social-démocratie espagnole.

Quand la défaite de Benoit Hamon fait irruption dans la crise actuelle du parti socialiste espagnol...

Que ce soit Susana Diaz, ou un autre qui emporte les futures élections au sein du parti socialiste espagnol, le rôle qui lui incombera sera énorme pour l' avenir du parti et de ce pays.

Il faudra renaître ou mourir...Redevenir un grand parti fort qui vertèbre et cimente le pays ( livré à d' énormes tensions régionalistes et nationalistes du Nord au Sud) ou être limité à faire faire jeu égal avec PODEMOS qui flirte avec les séparatistes ( prêts à leur laisser faire un référendum d' autodetermination en Catalogne) dans un paysage politique hyper-éclaté.

Il faudra soit, imposer un poids politique lourd qui donne une vraie crédibilité politique nationale et institutionnelle , ou alors, être sans cesse confronté à faire jeu égal avec d' autres forces et survivre par des systèmes d' accords fragiles et temporaires pour gouverner...

Pour certains le rêve poursuivi par Susana Diaz c' est déjà de l' histoire ancienne.

C' est fini ...pour eux les socialistes n' occuperont plus jamais la place prédominante qu' ils avaient à gauche...Fini le bipartisme.

Ce problème pour les socialistes semble s' être généralisé dans toute l' Europe.La social-democratie est en pleine crise, une crise dont les 2 derniers épisodes marquants se sont produits en Espagne et en France.

PS: par contre, je me réitère: en France l' échec de Fillon ne peut déclencher de grave crise profonde chez les républicains pour la simple raison que leurs idées prospèrent, qu' elles sont mises en application dans de nombreux pays,et qu' elles se revendiquent.Pour la droite libérale française le seul problème c' est de se redonner un nouveau chef de file...aucune crise  existentielle chez eux. Pas de danger d' implosion !

 

Repost 0
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 05:39

Bonjour les amis,

Votre scrutin présidentiel à deux tours qui a rendu par le passé de glorieux services à la France a démontré hier soir qu' il est devenu un instrument complètement obsolète,inadapté pour offrir un véritable choix démocratique à l' ensemble des concitoyens.

Je passe déjà sous silence ce 2 ème tour devenu parfaitement inutile et dont le résultat ne fait aucun doute et qui n' offrira pas au pays le vrai débat sur les véritables enjeux du futur.

Le piège du vote utile qui donne à Macron des votes qui ne sont pas les siens ne fait que poursuivre un malentendu qui ne se dissipera que lors des législatives. 

Quelques remarques préliminaires sur ces résultats pour les résumer.

1. Les deux grands partis de gouvernement qui ont fait appel à des primaires ouvertes se prennent des claques historiques.Ça fait de nombreux mois que je critique cette façon d' aborder ces élections et de proposer des candidats, en mettant en valeur des hommes davantage que des projets issus d' un travail collectif de parti politique.C' est une façon de présenter des candidats au détriment du travail des militants et qui permet à des forces extérieures, financières, médiatiques de manipuler l' opinion et ces résultats.Claque monumentale et échec mérité.Je m' en réjouis.

2. Défaite historique et inouïe du PS, complètement pasokisé, atomisé,néantisé avec un score ridicule.

C' est du jamais vu.Le parti sortant réduit à 7%.Le PS en pleine décomposition dont on se demande bien de quelle manière il pourra se reconstruire, et s' il va exploser et se scinder.L' héritage de François Hollande est peut-être l' un des pires de la 5 ème République.Derrière lui c' est un champ de ruines fumantes...

3.Le candidat Macron est le vainqueur avec moins d' un quart des voix, mais un vainqueur factice bénéficiant d' un vote utile pour éviter une affiche "Fillon-Le Pen" au 2 ème tour, un vainqueur qui aujourd' hui parle déjà de rassembler alors qu' il ne peut faire les comptes de ses soutiens réels.Le grand malentendu ne fait que commencer...

4.Les législatives à venir qui deviennent le nouveau rendez-vous réel du pays avec lui-même.Le prochain moment où celui-ci va pouvoir se regarder de nouveau dans les yeux sans le miroir déformant, et parfois absurde, que sont ces élections présidentielles qui sont à la démocratie ce que les chars à boeufs sont aux transports en commun.

Refaisons le point.La droite libérale est dépossédée de son 2 ème tour pour ne pas avoir su mettre en place son plan B, et sacrifié le pion Fillon aux intérêts du parti et des idées qu' il représente.Oui, mais ces idées qui ne seront pas représentées au second tour sont bien là, et elles sont loin d' être minoritaires.Les Républicains vont s' attacher à réparer le lapsus Fillon et reconquérir leur électorat naturel.Je ne suis pas sûr que leurs idées ont perdu du poids hier...c' est bien Fillon (et ses casseroles) qui a fait perdre son camp et qui porte une responsabilité personnelle dans la débâcle.Les législatives seront l' occasion pour les Républicains de remettre les pendules à l' heure, et de faire descendre Macron de son petit nuage à 23%.

Me reste à parler de la France insoumise qui, elle aussi, est frustrée.Hier, en regardant la télé j' ai pu observer pour la première fois les collaborateurs de Mélenchon.J' ai pu voir à quel point certains d' entre eux sont sectaires, intolérants, prétendent détenir la seule vérité, et ne sont pas prêts contrairement à leur chef à tendre la main à l' ensemble du peuple.Hier ils ont réagi comme si la campagne continuait encore avec très peu de sens de la réalité politique.Ils continuent de se regarder eux-mêmes, incapables de tisser des liens avec des alliés naturels.

Ils sont toujours dans une logique de conquête.Les législatives seront, pour eux aussi, le seul vrai rendez-vous qui représentera un vrai enjeu.

MORALITE

C' est à partir d' un parlement qu' on construit un gouvernement et pas le contraire....c' est ma première et seule conclusion ( mais une conclusion DE POIDS !!!).

La 5 ème est en crise...Macron ne peut se targuer pour l' instant d' aucune majorité concrète.Macron reste dans mon esprit une pochette surprise qu' on va découvrir dans les semaines qui viennent, et une pochette surprise qui va devoir s' adapter aux soutiens législatifs réels qu' elle aura ( ou pas...).

Hier je citais la fameuse maxime anarchiste des années 70, un  peu facile, simpliste et  réductrice:

" Elections pièges à cons"

mais hier soir je lui trouvais une curieuse résonance.Hier soir, cette phrase sonnait juste.

Je reviens une dernière fois sur le mot "malentendu" que m' inspire cette victoire en falsetto de Macron qui écarte la gauche du 2 ème tour.Hier pendant les débats je n' ai vu aucune France qui se dessinait, aucune ligne de confluence qui permette d' imaginer à quoi va ressembler la gouvernance de ce pays dans quelques mois.

Hier j' ai vu , avec beaucoup d' amertume et de tristesse, une France profondément divisée, peu facilement réconciliable avec elle-même, repliée en camps antagonistes frustrés et vengeurs prêts à en redécoudre,et qui va se redéchirer très bientôt avec les législatives.

Enfin, et de manière purement anecdotique et personnelle,permettez-moi de vous confier que le candidat Macron ne m' a jamais séduit.Je le trouve préfabriqué, lancé avec la même technique que la dernière savonnette d' une grande marque...Je l' ai vu hier signer des autographes devant ses fans comme une vedette fugace du show-biz qui vient de réussir son premier tube.

Je souffre quand je me dis que c' est lui le prochain Président pour 5 ans.

 

Le piège utile a fonctionné et le grand malentendu ne fait que commencer...

PS  : Les résultats dans le Nord de la France ( d' où je suis originaire) sont étourdissants mais pas surprenants.Marine fait 40 % à Denain et dans certains bureaux de  Valenciennes et de très gros scores dans d' autres grandes villes.Ce n' est pas par hasard.Le pays se fracture par endroits, et on le sentait venir.Ceux qui vivent là-bas le savaient...L' élection révèle cette vérité-là...Marine devant Mélenchon dans le Nord, deux France en opposition et irréconciliables.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-pas-calais/nord/denain/presidentielle-1er-tour-marine-pen-plus-40-denain-plusieurs-villes-du-nord-1239619.html

 

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Elections présidentielles
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 08:16

Bonjour les amis,

A moins 12 heures des résultats du premier tour ,j' en connais qui vont souffrir aujourd' hui et qui vont serrer les fesses.Ce sont les sondeurs qui vont être mis à l' épreuve des faits et qui jouent donc de leur crédibilité professionnelle vis-à-vis de toute la nation.

J' ai rappelé il y a quelques jours que le système français à deux tours était particulièrement pervers à cause de l' effet du vote utile, à savoir que les électeurs ne votent pas forcément pour le candidat de leur coeur (quand ils pensent que celui-ci ne peut arriver au 2 ème tour) pour ne pas favoriser l' élection de leur principal adversaire politique.

Donc de très nombreux électeurs préfèrent arrêter leurs choix sur celui dont ils se sentent moins proches mais qui est capable de barrer la route à cet adversaire qu' on veut écarter à tout prix.

Le système est tellement pervers qu' il se pourrait bien que le 2 ème tour ne soit plus qu' anecdotique et inutile et ne serve qu' à amplifier ce scrutin du premier tour.

On sait qu' il y a une probabilité forte cette année d' une élection à 2 tours qui ne serait réellement qu' à un tour ( sauf si les instituts de sondage se sont trompés sur le score de LE PEN, ce qui n' est pas impossible).

Donc, on voit bien la capacité de manipulation qui est laissée aux instituts, et finalement à quel point une erreur d' estimation pourrait se révéler profondément anti-démocratique dans un système qui favorise le vote utile, et non le vote sincère.

Alors, n' exagérons pas non plus, il y a des garde-fous.Les instituts sont mis en concurrence et personne n' imagine une manipulation à grande échelle qui les impliquerait tous.Je fais donc confiance à leur professionnalisme, là n' est pas la question.

Il reste malgré tout une énorme marge d' erreur impondérable.

Tous les instituts de sondages ont des paramètres de mesure qui sont corrigés en tenant compte des consultations antérieures, mais cette fois-ci les choses se sont singulièrement compliquées pour eux.L' antériorité n' est pas directement comparable à la nouvelle donne de cette élection hors-normes

1. D' abord le président sortant ne se représente pas, ce qui va changer la nature habituelle du scrutin.Tous les candidats proposent un programme sans assumer le récent quinquennat.

2. Les deux grands partis de pouvoir qui ont gouverné la France depuis 60 ans pourraient être écartés dès ce soir de la course à cette présidentielle en faveur de candidats en dehors des grands Etats-majors de partis.C' est du jamais vu...

Donc, il va y avoir chez les indécis des paramètres de choix et de décision inhabituels dont les effets ne seront pas faciles à corriger pour nos sondeurs.On n' est pas à l' abri d' une surprise.

Mais une chose est sûre.Pour les instituts c' est la nuit de tous les dangers.

S' ils restent dans une fourchette admissible d' erreurs tout ira bien, mais si ce soir un candidat donné systématiquement 3 ème ou 4 ème entrait dans les deux premiers, ou au contraire, si une candidate donnée systématiquement présente au 2 ème tour ne l' était pas,ça remettrait en perspective toute la campagne, mais aussi, la manière avec laquelle les instituts de sondage ont influencé et téléguidé ( de manière volontaire ou pas) le vote utile de nos concitoyens.

Une grosse erreur des instituts remettrait forcément en cause l' essence même de cet exercice démocratique très discutable qu' est l' élection présidentielle française à deux tours.

En cas d' erreur importante des instituts ce soir, il serait difficile de ne pas penser à la fameuse maxime:

Elections pièges à cons...

PS: dimanche soir 21 heures.

Ça y' est !

Les résultats sont tombés et les instituts n' ont pas commis cette erreur que je craignais pour la bonne santé démocratique du pays.

Tant mieux ! Je m' en réjouis.

Ça n' enlève rien au contenu de ce billet au sujet du côté profondément pervers et quasi schizophrène de la dichotomie vote sincère/ vote utile et du rôle anormalement important pris par les instituts de sondage dans un tel contexte.

Pour le reste et les très nombreux commentaires que m' inspirent ces résultats ( qui ne me réjouissent pas) , on en reparlera dans les jours qui viennent...à bientôt

Sondages et démocratie: la nuit de tous les dangers...
Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Elections présidentielles
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 15:01

Bonjour les amis,

Aujourd' hui c' est la journée de réflexion pour les très nombreux indécis qui vont aller voter " utile" dimanche prochain...De très nombreux français n' ont été séduits par aucun programme complet et vont donc devoir se livrer à un choix douloureux et à un difficile examen de conscience pour tenter de trancher un cruel dilemme.

Cette journée de la réflexion  se passe souvent en Espagne ( où je vis) avec des quotidiens qui respectent une forme de trêve et évitent de traiter directement des polémiques qui ont alimenté la campagne pour laisser les citoyens, dont on suppose qu' ils sont majeurs, faire leur dernier examen de conscience de manière intime.

Or, ce matin en jetant un coup d' oeil sur vos UNES de journaux j' ai été surpris  de voir que le quotidien LIBERATION faisait un dernier forcing en titrant: TOUT SAUF EUX en indiquant les candidatures de Fillon et de Le Pen, et avec ce sous-titre.

 

"La France se rend aux urnes pour une élection plus incertaine que jamais, qui pourrait voir la gauche écartée du second tour laissant face à face droite réac et extrême droite." 

 

Journée de réflexion...ou dernier forcing ?

Bien évidemment j' ai mille motifs pour penser exactement de la même manière que celui qui a écrit ces lignes, mais malgré tout, je me demande vraiment si ce titre est pertinent le jour de la réflexion, et si ce genre de dernière offensive permet d' atteindre des cibles ou si, au contraire, elle ne fait que braquer chaque camp partisan l' un contre l' autre , sans rien provoquer chez les indécis qui vont avoir la sensation qu' on essaie de provoquer chez eux des réactions précipitées, peu réfléchies (voire des manipulations) de dernière minute.

Non, je continue de croire  que le samedi précédent une grande consultation nationale les grands médias doivent laisser les citoyens avec eux-mêmes.Les électeurs ont été hyper bombardés de manière continue pendant 3 mois, jusqu' à la satiété,stimulés sans arrêt, sursaturés.

24 heures de trêve de battage médiatique ce n' est pas si mal et c' est même un minimum !...24 heures de silence SVP !

On a entendu de manière ininterrompue des commentaires des professionnels de la profession sans arrêt.Qu' ils se taisent 24 heures, est-ce encore possible ? Apparemment, non...Il leur faut occuper tout l' espace politique, le bouffer,le phagocyter à 100 % et étaler leur gros cul dessus !

La trêve médiatique c' est une façon aussi pour une société d' avoir confiance dans le jugement de ses citoyens suffisamment mûrs pour faire en leur âme et conscience et dans leur silence méditatif intérieur ce choix important qui leur appartient...

Avec ce titre dans Libé, j' ai finalement l' impression que les auteurs ne font pas confiance en la démocratie,qu' ils ne respectent pas les temps d' une campagne ( le match est terminé),comme s' ils pensaient avoir le droit moral de pouvoir corriger un dernier petit défaut ou un déficit démocratique, et qu' ils se sentent dans l' obligation de tenter de jouer les prolongations et de convaincre jusqu' à la dernière minute, jusqu' à la dernière seconde...Je ne suis pas sûr que ce soit efficace ( et à mon avis ça peut même avoir l' effet contraire à celui escompté,comme une contre-réaction instinctive à rebrousse poil).

J' ai lu sur un blog une réaction d' internaute disant:

Imaginez sur le FIGARO un titre du genre TOUT SAUF MACRON OU MELENCHON 

Ce serait assez nul aussi , non ? Oui, mais la droite n' a pas été aussi maladroite pour commettre de telles bourdes médiatiques un samedi précédant les élections.

Il arrive un moment où il faut savoir garder son calme, observer et attendre patiemment 24 heures de plus ( juste 24 heures...)...et, de toutes façons, ce qui devra arriver arrivera....Tout s' est décidé bien avant ce dernier samedi. 

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Elections présidentielles
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 07:38

Bonjour les amis,

Votre campagne présidentielle se termine dans un contexte politique et social différent des précédentes.Il s' est produit un changement de paradigme dans l' ensemble de la citoyenneté.

Pour la première fois c' est un des candidats anti-système qui va incarner l' espoir d' une vraie régénération

Un des candidats a su incarner mieux que les autres le besoin vital  de rompre la dérive maléfique d' une société poussée par les forces d' un monde livré aux puissances de l' argent à abandonner ses valeurs de solidarité, d' humanisme.

Un candidat a tenté de replacer le simple citoyen, sa dignité, sa valeur humaine, au coeur de la vie politique.

Un candidat a su organiser de grandes messes populaires collectives, non pas pour qu' on l' acclame, mais pour devenir le dernier représentant d' un système républicain monarchiste archaïque qui n' est plus en adéquation avec ce dont le pays a besoin.

Ce sont les idées qui doivent triompher, portées par les hommes, mais la Nation n' est plus en attente du grand sauveur de la patrie, de l' homme fort au destin providentiel qui guiderait la destinée de notre République.

La tentation de l' insoumission...

Alors vous me répondrez, que ce candidat a un programme économique irréalisable, voire même dangereux, que cet homme  essuierait des échecs lors de ses négociations tant sur le plan national qu' international et que donc, il nous orienterait vers une crise de régime, une période de trouble et de chaos.

Nous pourrions vivre, mais à une autre échelle, la mésaventure de Tsipras et de ses rêves  Tziritziens brisés et enterrés par le plan non négociable de l' UE...C' était oui ou oui...sinon plus d' argent au distribanque !...oui au plan non négociable,sinon la misère et la ruine !

Mais pour une fois, cette même fragilité du candidat qui ne pourra mettre en chantier son programme au pied de la lettre en fait une force qui permet d' envisager de lui donner le vote de confiance qu' il nous demande.

En effet, s' il gagnait ces élections il aurait une légitimité pour commencer un travail d' inversion nécessaire.Il aurait les moyens de remettre l' Europe sociale en marche,de tenter de la réactiver en créant des confluences nationales et internationales.

Finalement le danger que semble faire courir ce candidat à l' unité européenne pourrait être la vraie chance de l' UE: celle de se sauver d' elle même, de se redonner une âme.

La force de ce candidat c' est justement de ne pas pouvoir accomplir un certain nombre de promesses mais simplement d' imposer un nouveau rapport de forces.

Avec ce candidat,on sait que son programme n' est pas directement applicable et que l' élection ne serait que le début d' un livre qui n' est pas écrit et qu' il faudrait inventer ...et qu' il faudrait l' inventer démocratiquement en s' appuyant sur une base populaire.

Avec ce candidat, l' histoire recommencerait en remettant le destin du peuple entre les mains de celui-ci en lui donnant la possibilité de reprendre de vraies initiatives démocratiques à la base.

Bien sûr, certains d' entre vous me répondront que mes rêves démocratiques populaires pourraient sombrer, sous l' impulsion de ce candidat, dans une forme d' anarchie populiste complètement irresponsable, de celles par exemple qui ont conduit le Vénézuela dans un chaos et dans un marasme apocalyptique et indescriptible.

Et bien c' est vrai: ce risque n' est pas inexistant et ne dépendrait que de notre maturité politique et de notre sens collectif de la responsabilité.

Le programme de ce candidat dépend de notre capacité à nous !

C' est bien pour ça que je parle de "tentation" alors que vous savez bien que ce mot est reservé au Diable et pas au Bon Dieu...mais vous savez également que ce même Bon Dieu a été durant des siècles notre opium.Nous n' avons jamais rien obtenu sans transgression.

Quelque soit le résultat de ce premier tour, je tiens à remercier ce candidat pour la qualité de ce qu' il a apporté à cette campagne, pour ne pas avoir  incarné un simple espoir béat et illusoire mais pour nous avoir obligé à penser très sérieusement à cette inversion qu' il nous proposait.Il nous a mis devant un vrai choix ( que je vous laisse le soin de juger par vous-mêmes).

Lampedusa fait dire de manière très cynique au prince Salinas dans son roman Le Guépard : " Il faut tout changer pour pouvoir continuer comme avant"...ce qui résume parfaitement la posture de nombreux prétendants à cette présidentielle.

Et bien ce candidat-ci nous propose d' arrêter de continuer comme avant en prenant un chemin nécessairement risqué, non écrit, et hypothétique mais sans lequel nous n' obtiendrions rien, ou si peu.

Et même s' il perd dimanche, j' espère qu' il aura semé les graines d' une reconstruction d' une conscience civique et sociale, qu'il aura réanimé notre besoin viscéral de faire partie d' une communauté confiante qui ait envie de se donner les moyens de vivre dans un monde plus solidaire et meilleur.

Car après tout, vous savez bien, tout comme moi, qu' il y a un gros risque d' après certains sondages que ce premier tour tant attendu ne soit finalement qu' un parfait non-événement.

Beaucoup de bruits pour pas grand-chose et lundi matin tout le monde reprend le boulot.

La politique, la vraie, celle qui peut influer vraiment sur le destin des peuples se jouerait ailleurs ou autrement...justement animée par les acteurs citoyens qui ne se soumettent pas.

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Elections présidentielles
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 08:49

Bonjour les amis,

Encore une trame corrompue, et non des moindres, qui vient de tomber hier matin à Madrid.

Avant de lire mes commentaires personnels, voici un résumé de faits sur le lien ci-dessous

 

 

 

 

Arrestation d' Ignacio Gonzalez emmené par les forces de la Garde Civile

Arrestation d' Ignacio Gonzalez emmené par les forces de la Garde Civile

Alors là, c' est le pompon.On n' en peut plus !

Les affaires se succèdent aux affaires avec un rythme qui ne se dément pas.Le Parti Populaire espagnol reconduit au pouvoir, dans des conditions abracadabrantes grâce à une opposition fragmentée et divisée, et malgré les énormes trames de corruption qui avaient été révélées au grand public ( trames gurtel, punica,affaire Noos,Murcia, etc...) apparaît à chaque fois complètement rongé par la corruption de manière structurelle et jusqu' aux plus hauts échelons de sa hiérarchie.

Cette méga arrestation a eu lieu hier, alors que le chef du gouvernement Mariano Rajoy devra être entendu par le juge de l' audience nationale comme témoin dans l' affaire Gürtel qui se juge en ce moment.Les affaires judiciaires n' arrêtent pas de se télescoper sur les journaux télévisés espagnols.

Hier, la quasi intégralité des journaux télévisés en Espagne, était dédiée à la couverture de cette affaire du Canal Isabel II dans laquelle le public apprend de manière effarée qu' une institution publique de gestion des eaux ( payée par l' ensemble des contribuables madrilènes) a fait d' importantes opérations d' achats et de ventes de sociétés écran à l' étranger ( dont certaines n' avaient rien à voir avec l' industrie de l' eau) en passant par la Colombie, l' Uruguay et le Brésil pour pouvoir surfacturer certains services et ensuite répartir l' argent au sein d' une poignée de responsables corrompus, dont le chef pourrait être rien de moins que l' ex-président de la communauté de Madrid entre 2012 et 2015 Ignacio Gonzalez ( qui par ailleurs avait du donner d' autres explications à la justice sur d' autres affaires suspectes comme celle de sa villa de Marbella acquise de manière très douteuse à un prix très nettement inférieur à celui du marché).

Franchement les amis, je suis tellement écoeuré que je ne lirai même pas les détails de cette nouvelle affaire sordide qui me fait vomir.

Je prends acte du fait que la corruption qui a été au coeur des batailles électorales récentes n' a pas empêché le parti de droite qui en a été le plus touché de gouverner actuellement le pays.

Et là, je me pose une question sur la capacité de régénération de PODEMOS et de CIUTADAN'S qui sont les 2 forces de gauche et de droite qui ont fait irruption sur l' échiquier politique à cause de cette même corruption et pour lutter contre elle.

Le PP même s' il a été le plus voté lors des dernières élections législatives nationales n' avait pas de majorité absolue dans le pays.

Pourtant ce sont toujours les mêmes qui gouvernent, et ce, à cause des habituels clivages droite/gauche, gauche socialiste/gauche-anticapitaliste,  nationalistes/ séparatistes, qui ont fait qu' au bout du compte cette droite  pourrie jusqu' à la moelle continue de gouverner.

"Diviser pour mieux régner" dit la maxime.Ça s' applique parfaitement à l' Espagne où les oppositions multiples s' annulent entre elles et sont complètement incapables d' offrir une alternative concrète au citoyen sur le plan national.Il n' y a qu' au niveau local et des municipalités que la régénération s' est faite vraiment sentir avec des équipes rénovées à Madrid, Barcelone ou Valencia par exemple.

Mais au niveau national, les oppositions ont été finalement parfaitement inefficaces.

Tout le monde se plaint de la corruption, tout le monde...et ceux qui en ont été les principaux responsables ( que ce soit de manière préméditée ou par incompétence et manque de contrôle sérieux) détiennent aujourd' hui les clés du pouvoir !

Du coup votre serviteur est un peu las et saturé ...Je ressens un profond ras-le-bol et écoeurement.

Il y a quelques semaines, mon syndicat m' appelait à une grève générale de l' enseignement et je ne l' ai pas faite.

En effet, après être resté plus d' un an sans gouvernement en voyant les socialistes et ceux de Podemos et de Ciutadan's se déchirer pour finalement laisser Rajoy revenir au pouvoir, je ne peux qu' avoir mépris pour leur incapacité.Qu' ils aillent donc se faire f... ! Excusez ma vulgarité mais elle traduit exactement ce que je pense.

Pourquoi faire grève aujourd' hui alors que Rajoy qui a dû recourir à un plan de sauvetage de l' UE et qui est soumis au contrôle strict de Bruxelles ne va pas lâcher un seul euro ?...C' était l' année dernière qu' il fallait le virer...maintenant ça ne sert a rien de faire grève.C' est de l' agitation médiatique parfaitement inutile.

Vous l' avez compris:je suis en co-lè-re et j' en veux plus à ceux qui  ont empêché l' année dernière l' émergence d' un gouvernement de changement qu' à ceux qui nous ont plongé dans le marasme que nous connaissons actuellement...et je pense que finalement on a ce qu' on mérite !

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Espagne Corruption
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 08:09

Bonjour les amis,

On est à quelques jours d' une élection cruciale pour la France,et  il y a un site qui s' est amusé à demander à certaines personnalités de la vie publique quel serait leur programme si elles étaient élues président.

La réponse facétieuse de Fabrice Lucchini est à la fois très drôle et apporte une dimension décalée pas inintéressante.

Mais avant de commenter son intervention qui m' a mis de bonne humeur, je vous la laisse découvrir sur le lien ci-dessous

 

Lucchini ( contrairement aux vrais candidats) n' essaie pas de proposer la Lune et se place sur le terrain de la culture et de la morale.Il offrirait à chaque français toute une série d' oeuvres littéraires et musicales.Notons qu' il a bon gout et que les oeuvres qu' ils proposent sont effectivement de nature à provoquer chez tout un chacun un repositionnement citoyen à la fois individuel et collectif. Une espèce de Zen attitude optimiste et réjouissante.Pas de lutte de classes, essayons d' avancer ensemble...

C' est peut-être de ça que nous avons besoin en temps de crise.Se resituer avec du champ,de la profondeur spirituelle et morale,être capable d' éliminer de notre esprit toute source de conflits, de frustration négative et de ressentiment envers le reste de la communauté sociale.

Notons que Lucchini offrirait entre autres à chaque français un exemplaire du GAI SAVOIR de NIetzsche, et là, je dois avouer que l' ignare que je suis en matière de philosophie n' a jamais lu le moindre texte du philosophe allemand.J' ai lu de nombreux aphorismes,extraits,commentaires du philosophe certes mais sans capter réellement la profondeur de sa pensée car je ne suis même pas armé des connaissances lexicologiques et conceptuelles nécessaires.

Alors, je fais faire un vote de confiance au " candidat" Lucchini.

Je vote POUR LUI et je vais essayer d' aborder la pensée du grand maître et je vous dirais dans quelques mois ou dans quelques semaines si j' en ai tiré une substantifique moelle qui me permette à moi-aussi d' avancer dans ma vie intime et aussi dans ma perception de mon rapport aux autres ...

Donc je n' irai pas voter dimanche mais, grâce à ces élections, et grâce au petit coup de pouce de Lucchini, je vais tenter une approche de l' étude de la pensée de Nietzsche !

Et ce, quelque soit le vainqueur de dimanche prochain ! Merci Fabrice...

Malgré tout, et sans vouloir succomber trop facilement à l' enthousiasme communicatif de Lucchini, je crois que je ne vais pas me lancer directement dans la lecture du GAI SAVOIR sans avoir abordé au préalable d' autres lectures qui m' y prépareraient.Si quelqu' un a des suggestions à me faire sur des bouquins didactiques qui permettent d' accéder à la pensée du grand maître du genre " Niestzsche POUR LES NULS" je suis preneur...

 

Un peu de pensée Nietzschéenne pour choisir le bon candidat...

Revenons maintenant à ces élections et à cette campagne, finalement pas inintéressante et très atypique dans la mesure où le candidat sortant ne se représentait pas, et dans la mesure également où les probables gagnants du 2 ème tour ne disposent pas d' une majorité déjà préfigurée pour gouverner ( sauf au cas où Fillon arrive au 2 ème tour).

Ce qui est frappant avec le système électoral français c' est l' effet parfaitement anti-démocratique du VOTE UTILE qui est en train de laminer de manière très injuste certains candidats, et non des moindres, comme par exemple le candidat du PS.

Alors je vous propose un résumé simple de ce qu' on appelle l' effet VOTE UTILE sur ce lien qui le résume bien mieux que je ne pourrais le faire.

 

Non seulement, on peut et on DOIT réfléchir sincèrement sur la pertinence de notre système électoral pervers qui contredit le vote sincère mais aussi sur le fait que les différents instituts de sondages cette semaine vont influencer très  fortement les très nombreux indécis qui vont voter non plus pour leur candidat de coeur mais pour celui qui a une chance d' arriver au second tour et qui pourrait éliminer le candidat adverse que l' on veut écarter.

Le système électoral français donne la possibilité d' un POUVOIR DE MANIPULATION ENORME aux instituts de sondage, qu' on le veuille ou pas.On se rassure en se disant qu' il y a suffisamment d' instituts différents en concurrence pour gommer des manipulations qui seraient volontaires et mal-intentionnées...ne resteraient que les erreurs d' estimations involontaires dues à la difficulté de saisir le comportement des indécis dans une consultation aussi atypique.

N' empêche que, fiables ou pas, les instituts peuvent à eux-seuls changer la donne de ce scrutin.

Je ne prendrai qu' un seul cas, assez extrême.J' ai lu que J. P. Chevènement hésitait entre Macron et Mélenchon. C' est fou, non? il y a un abîme qui sépare ces 2 candidats qui sont sur des schémas économiques et sociaux complètement opposés.

La seule explication, c' est le VOTE UTILE.Je suppose que Chevènement ( qui n' est pas tombé sur la tête) veut s' assurer que Fillon n' arrivera pas au 2 ème tour et est donc prêt à faire l' hyper grand écart dès le premier tour en votant pour un candidat libéral au détriment d' un autre qui pourrait reconstruire la gauche.

 

Repost 0
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 10:09

Bonjour les amis,

Je viens de finir le " Penser l' islam" de Michel Onfray qui est un livre de réponses du philosophe aux  questions d' une journaliste algérienne Asma Kouar.

 Je n' ai pas pour habitude de faire des billets sur des essais philosophiques pour en dire du mal et j' essaie d' aborder certaines lectures sans à priori négatif bien que certaines déclarations publiques éxagérément simplistes d' Onfray sur les attentats terroristes  de Paris m' avaient agacé au plus haut point, notamment sa façon chez Ruquier de renvoyer tout le monde dos à dos, en disant que que les attentats islamistes étaient une réponse politique aux agressions de l 'occident.

Alors j' ai entrepris la lecture de son " Penser l' islam" en oubliant tout ça avec la curiosité de savoir si ce philosophe ( que j' aimais bien dans le temps) avait approfondi un peu sa pensée que je trouvais sur ce sujet précis extrêmement superficielle, parfois teintée d' angélisme, d' ingénuité,de manichéisme et incapable d' aborder l' immense complexité du problème posé.

 

Quand Onfray tente de penser l' islam...

Alors l' auteur a préalablement lu les différents principaux textes qui inspirent la religion musulmane avant de répondre aux questions de la journaliste algérienne et de se lancer dans un certain nombre de conclusions.

Tout d' abord , je dois dire qu' Onfray qui critique tous ceux qui parlent de l' Islam sans avoir lu le Coran, ne m' a absolument rien appris dans son livre au sujet de cette religion que je ne sache déjà.RIEN !

A savoir que le Coran contient à peu près tout et le contraire de tout.Qu' il peut justifier les attitudes les plus humanistes et miséricordieuses comme les plus cruelles, sanglantes et guerrières.Tout est donc dans la façon de le lire.Vous serez radical ou modéré suivant que vous prenez ou pas au pied de la lettre certaines sourates.

Il rappelle que les valeurs du Coran , même si elles défendent une certaine idée de la dignité des êtres humains,ne sont pas compatibles avec les valeurs de liberté et d' égalité de nos démocraties modernes occidentales: égalité des droits de la Femme, respect des minorités homosexuelles, etc...Au passage Onfray réhabilite à juste titre l' historien américain Samuel Huntington qui avait été vilipendé par la gauche bien-pensante pour son livre  LE CHOC DES CIVILISATIONS.

A partir de son simple constat sur la nature du Coran, le philosophe reconnaît que le texte permettra toujours aux intégristes de trouver une justification idéologique à leurs agissements.

Le Coran étant considéré comme étant littéralement la parole de Dieu est intouchable et personne ne peut le réformer sans commettre un énorme blasphème.Il y a donc une quadrature du cercle impossible à résoudre.

Donc Onfray essaie de réfléchir sur la manière avec laquelle l' islam pourrait trouver une place dans notre République.Comment s' organiser pour que cette religion ne déborde pas de son cadre de simple croyance laissée librement à tout un chacun et sans qu' elle ne se retourne contre nous comme une institution qui contiendrait en son sein une partie radicale qui, pour si minoritaire qu' elle soit, soutiendrait et alimenterait ( ouvertement ou de façon occulte) le terrorisme et tenterait de mettre en échec nos valeurs démocratiques républicaines.

Et là, on attend les propositions concrètes du philosophe Onfray, et force est de constater qu' on reste sur sa faim.

D' abord il se lance dans un discours que je trouve vasouilleux sur la décadence de l' occident face à des populations musulmanes croissantes qui gardent une forte structure morale et religieuse qui les guide.

Alors, moi c' est le terme " décadent" qui me gêne beaucoup car s' il est vrai que le monde occidental est livré aux forces de l' argent et de son pouvoir corrupteur, c' est aussi un monde de liberté dont nous disposons, et aussi un monde moins hypocrite même s' il est bien souvent teinté de cynisme.La solidarité et la défense de la dignité humaine n'ont pas disparu de nos sociétés et le terme "décadent" ne me paraît pas recevable ( surtout si on compare par rapport aux pays musulmans qui eux préservent des valeurs certes, mais parfois si archaïques qu' il est difficile d' y voir une forme de puissance civilisationnelle montante...une puissance démographique indéniable certes, mais pas une puissance civilisationnelle de progrès).

Ensuite Onfray renvoie dos à dos les terrorismes en mettant en parallèle le terrorisme d' Etats qui vont bombarder selon lui des populations civiles innocentes, et les bombes des terroristes sur nos territoires.Là encore, sa vision même si elle est partiellement juste ( personne ne peut nier les crimes des impérialismes) reste simpliste et manichéenne.Les attentats ne sont pas qu' une réponse à nos propres agressions et vont plus loin.Il y a une claire volonté d' expansion et de vouloir nous soumettre ouvertement affichée.

Onfray oublie de remonter aux origines des attentats intégristes au début du siècle dernier en Egypte ou en Tunisie.Il ne parle même pas de l' affaire Rushdie qui a été le nouveau point de départ à une époque où l' occident était bien peu coupable de la libre pensée affichée par l' écrivain britannique d' origine indienne ( qui fut même désavoué, et c' est le comble, par Margaret Thatcher).

Par ailleurs le fait que daesh soit né de l' irresponsabilité des administrations américaines qui ont joué avec le feu n' enlève rien au fait qu' en 2017, tout le monde se doit de réfléchir à la meilleure manière de l' éradiquer.On réfléchit à partir de ce qu' on a en sachant qu' on ne va pas refaire l' histoire ( sinon on risque de faire du Zemmour).

Onfray ne propose pas de vraie pensée sur l' énorme complexité du problème géopolitique posé et sur la nécessaire et difficile coopération avec les Etats musulmans modérés que l' occident devrait soutenir dans sa lutte contre l' intégrisme.

Onfray ne se casse pas la tête et plaide pour le non-interventionnisme, la non-ingérence et le désengagement pur et simple des occidentaux.Ce sont des propositions qui sont tout simplement inconcevables quand on sait à quel point les intérêts des pays s' interpénètrent et sont complètement croisés, notamment à cause de la question vitale du pétrole, et des énormes intérêts commerciaux mutuels.Donc le désengagement que prône Onfray est une grande et magnifique idée dont on est absolument sûr qu' elle est d' autant plus inutile qu' elle n' aboutira jamais.C' est de la philo de comptoir qui ne sert à rien...les fameux yaka yaka...

Onfray en sait autant sur la philosophie politique que moi sur l' art du violon.

Par ailleurs,et au passage, j' ouvre une petite parenthèse: il faudra qu'il m' explique quels ont été les crimes impérialistes commis par les suédois qui justifiraient aux yeux des terroristes le dernier attentat en date commis dans les rues de Stockholm.

Ensuite Onfray essaie de réfléchir sur notre laïcité qu' il faut faire évoluer selon lui, et constate que si les mosquées sont financées par des puissances étrangères il ne faut pas s' étonner que celles-ci s' en servent contre nous.Sa proposition est donc que l' Etat Français prenne part au financement des lieux de cultes et à la formation des imams qui doivent y prêcher dans le respect des règles républicaines.Alors ce serait un financement au prorata des contribuables qui se déclareraient musulmans sur leur feuille d' impôts.

Alors là, encore une fois, on voit bien que le philosophe vit sur une autre planète et qu' il rompt le concept même d' un Etat laïc arbitre impartial et protecteur mais jamais promoteur de l' expansion ou du simple maintien des religions car ce n' est pas son rôle.Par ailleurs , considérant que la religion musulmane n' est pas directement liée à notre histoire, ni à notre culture, et encore moins à nos valeurs sociétales,et que par contre elle est liée qu' elle le veuille ou non à nos problèmes de cohabitation sociale et de défense de certaines valeurs démocratiques,l' ensemble des contribuables n' est pas disposé à financer directement la construction de lieux de culte musulmans.

Pire, de nombreux concitoyens penseraient que dans l' état actuel des choses  nous prendrions le risque d' alimenter une force croissante qui nous sera hostile,tôt ou tard, qui pensera que les intérêts du monde musulman prévalent sur ceux de notre République. Onfray ne réfléchit pas assez sur la dimension supranationale de cette religion ( qu' il ne nie pas), une religion éminemment politique, qui se considère comme une nation à part entière ( l' oumma dont les intérêts sont supérieurs à ceux des simples Etats) contrairement aux autres religions qui séparent le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel.

On voudrait lui rappeler qu' il y a suffisamment de musulmans en France pour qu' ils financent eux-mêmes leurs lieux de culte, et que par ailleurs l' Etat français pourrait se doter de moyens pour empêcher purement et simplement des financements extérieurs, tout comme le proposait Emmanuel Valls.

Le seul élément que je lui concède c' est que l' Etat doit exercer une vigilance accrue sur la formation des imams et s' assurer de leur fidélité aux principes républicains avant de les laisser prêcher sur notre territoire.Mais là, il n' y a rien de nouveau car ça fait belle lurette que l' Etat français surveille de près les lieux de cultes et les propos qui y sont tenus.J' irais même jusqu' à dire qu' à cause du radicalisme islamiste la France a dû se doter d' une authentique "police de la pensée",pour se protéger efficacement et tenter de prévenir ( avec un succès relatif) les attentats et une radicalisation d' une partie de la jeunesse musulmane.

Finalement, je terminerai en parlant de l' énorme déception que j'ai eu à la lecture de ce livre qui n' a fait que confirmer ce que je savais déjà et qui ne m' a pas apporté le moindre élément de réflexion sur la manière de faire caser l' islam dans notre République en évitant que ne prospère, en parallèle, la radicalisation.

Finalement le titre d' Onfray est bien prétentieux.

C' est lui Onfray qui avait balancé a Yann Moix que "la pensée c' était pas pour lui" ( ce qui était vrai)...le problème c' est que lui aussi  s' est lancé sur le terrain de la question musulmane et qu' il s' y est embourbé également, incapable de trouver ne serait-ce qu' une seule idée qui fasse avancer le schmilblick.

Il se contente de rejeter toutes les fausses solutions , mais ça, on le savait déjà...on ne l' a pas attendu pour le savoir.

Reconnaissons lui quand même le fait positif qu' il se démarque de l' islamo-gauche qui vit dans le déni des problèmes posés et qui trahit nos valeurs républicaines.Il leur règle leur compte dans son livre.

Finalement,mis à part certaines propositions d' Onfray que je trouve ingénues et  assez angéliques, je ne peux même pas dire que je suis contre son livre: simplement il n' apporte rien...c' est un livre constat ! pas un livre pour penser...

Alors j' aimerais revenir sur l' émission de Ruquier après les attentats dans laquelle Onfray s' était insurgé contre TOUS les journalistes en disant qu' ils étaient TOUS dans l' émotion et pas dans la réflexion: alors ,du coup,on l' attendait au tournant avec son livre.

Et c' est quoi sa réflexion à lui ?

Et bien c' est toute une série de reproches qu' on peut tous faire aux responsables occidentaux sur leurs compromissions, leur cynisme et leur irresponsabilité que ce soit en Syrie, en Irak ou en Lybie, et sur le plan national également. Evidemment, on est tous d' accord avec lui, mais que propose t' il de concret pour rompre cette spirale infernale de violence aujourd' hui ?

Vous avez bien compris que ce n' est pas dans son petit traité de 95 pages vite fait sur le gaz, par ailleurs très facile à lire, que j' ai trouvé des vraies réponses à mes propres interrogations.

Je terminerai en disant que pour les lecteurs qui n' ont que très peu de connaissances sur ce sujet, Onfray résume un ensemble de points importants pour comprendre la complexité du problème.C' est au niveau des propositions que son petit traité coince un peu...un peu beaucoup même !

 

 

 

 

 

Repost 0