Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 21:23

Bonjour les amis,

Dans les émissions télé de rétrospectives des années 60, il y a des artistes qu' on nous ressert systématiquement comme Sylvie, Françoise et les autres, et d' autres qui n' ont jamais fait partie du groupe des yéyés et qui ont été un peu plus oubliés par l' histoire de la musique et de la chanson populaire.

Frida Boccara fait partie de ces chanteuses-là  et j' avais très envie de lui consacrer un petit billet car elle appartient à ce groupes d' artistes que je n' ai pas oublié et qui ont gardé une place de choix dans mon coeur.

Alos, avant que je n' en parle moi-même voici sa bio sur wikipédia:

Lorsque j' étais enfant dans les années 60, j' aime autant vous dire que je n' avais pas exactement les mêmes goûts musicaux que mes parents, mais quand apparaissait Frida Boccara à la télé  il y avait tout de suite un consensus familial qui s' installait.

On adorait sa voix, avec ce timbre à la fois très personnel, mais aussi une voix " propre" très présente, qui s' imposait spontanément.

La voici lors du concours de l' Eurovision qu' elle gagna en 1969.

 

Dès qu' elle entonne " Un jour se lèvera...." le miracle se produit.Il y a une émotion qui passe.

Quand elle termine sa chanson, on a envie de s' exclamer:

" Ouaouhhh...C' est pas rien ! "

La voici maintenant qui nous interprète le succès international de Michel Legrand, Les moulins de mon coeur.

Tout simplement sublime...

 

LA PRIÈRE sur un poème de Francis Jammes...sa voix vibre de manière puissante...touche notre âme.

LE TOREADOR  d' Aznavour qu' elle interprète avec beaucoup de maîtrise.Une vraie leçon d' élocution FRANÇAISE pour bien des jeunes d' aujourd' hui...

D' habitude, je n' aime pas les chanteurs de variétés qui reprennent des airs classiques....Mais il y a des exceptions à la règle.

Voici  100 000 CHANSONS sur l' aria de Bach " Mache dich, mein Herze, rein" de la Passion selon Saint Mathieu.

Frida, née en Toscane, qui avait vécu au Maroc, était un de ces 100 000 soleils que la vie nous a offert.

Elle en imposait sur scène Frida. Quelle présence ! Quel tempérament !

Voici une scène très touchante.La présentatrice étrangère qui se mêle les pinceaux en prononçant son nom et qui annonce Roca Fridara ! Frida qui  éclate de rire très spontanément , avant de se reprendre et d' interpréter sa chanson.

Frida Boccara était de ces artistes qui apparaissaient en toute simplicité et qui imposaient naturellement  le respect.

Sa voix unique, je ne l' ai pas oubliée...

Elle a porté bien haut et à travers le monde la chanson française et fait partie de ces artistes qui lui ont donné son prestige international.La République l' a faite chevalier des Arts et Lettres.

Ce n' est que justice et c' était bien là la moindre des choses.

Aujourd' hui grâce à internet je peux me repasser ses plus belles chansons.Les grands artistes ont ce privilège de ne jamais vraiment mourir...Frida , trop tôt disparue,continue de resplendir comme un soleil, comme une grande étoile rouge qui nous illumine.

 

 

Frida Boccara...ce soleil radieux de la chanson française.
Repost 0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 11:22

Bonjour les amis,

Je viens de voir American Sniper de Clint Eastwood sorti en 2015.Comme d' habitude je ne suis pas pressé et j' aime me prendre le temps de voir certains films.

Pour être tout à fait sincère, c' est après avoir vu le récent  UNE JOURNÉE DANS LA VIE DE BILLY LYNN que j' ai beaucoup aimé que je me suis laissé tenter par cet opus du vieux Clint.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2017/02/quand-les-critiques-de-cinema-poussent-le-bouchon-un-peu-loin.html

Alors pour traiter d' un thème aussi grave que celui de la guerre d' Irak, on peut s' y prendre de mille manières et de mille points de vue.

Clint Eastwood a choisi de nous raconter l' histoire vraie de Chris Kyle, le meilleur sniper américain de tous les temps, surnommé LA LÉGENDE.

Tireur d'élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d'innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de "La Légende". Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu'il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l'angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s'imposant ainsi comme l'incarnation vivante de la devise des SEAL : "Pas de quartier !" Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu'il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

Encore une fois, on peut faire confiance à Clint Eastwood pour raconter une histoire qui scotche pendant plus de 2 heures le spectateur.

Mais cette fois-ci le film a été reçu et perçu de deux façons différentes, et les spectateurs et les critiques pourraient se classer en gros dans deux camps bien différenciés:

1.Ceux qui trouvent que le film est très patriotique et justifie d' une certaine manière l' intervention US.

2.Les autres qui pensent que Clint est plus subtil que ça, et que son film n' est pas une justification de la guerre.

Je pourrais vous mettre des dizaines d' exemples de critiques de chaque bord et j' en ai sélectionné juste deux parfaitement représentatives.

D' abord l' Express

American Sniper prend-il fait et cause pour la guerre ? Jamais. Ce n'est même pas le sujet. American Sniper dresse-t-il des lauriers à Chris Kyle ? Pas plus. L'accuse-t-il de tous les maux, lui qui s'enorgueillit de buter de l'ennemi comme il avalait un burger ? Non plus. Eastwood, plus que jamais fils de John Huston, raconte, comme d'habitude, un perdant flamboyant, légende vivante bientôt bouffée par les vers ou homme de la rue en passe de perdre ses illusions. Ses héros, tous ses héros, sont les symboles d'une Amérique qui se cherche à force d'être de moins en moins glorieuse.  

Et celle-ci sur METRO

Tout du long, Eastwood avance masqué, fait un pas en avant, vers la condamnation, pour trois pas en arrière, vers le patriotisme le plus dégoulinant. Voilà qui est bien dommage, car, cinématographiquement, "American Sniper" est riche.

 

American Sniper...ou quand Clint Eastwood envoie un cow-boy sur le divan du psy.

Alors, après avoir pu juger par moi-même, je peux dire que Clint eastwood a fait un film où chacun trouvera ce qu' il y cherche.Les patriotes purs et durs y verront un héros, un vrai cow-boy qui, même s' il est plongé dans d' horribles affres et dilemmes moraux, ne doute jamais du bien fondé de l' objectif final de sa mission, à savoir protéger les américains de la barbarie intégriste.

D' autres y verront un héros tourmenté par l' extrême violence des actes qu' il a commis et qui n' arrive plus à reprendre une vie normale, une fois de retour à la maison.

Clint Eastwood, est finalement assez démago et sert à manger à tout le monde.Tout le monde y trouve son compte.

On perçoit quand même dans son film le message sous-jacent suivant.

Les guerres sont horribles, mais une fois qu' on y est, autant les gagner.Personne n' en sortira indemne mais les intégristes sont du côté des barbares et les occidentaux défendent la liberté et l' humanité.Il y a un parti pris évident dans le film. Même si certains des militaires américains qui apparaissent disent " Foutons le camp d' ici.Nous n' avons rien à y faire " .

Eastwood ne fait pas de référence au fait que la guerre d' Irak a été declenchée sur un gros mensonge.Ça lui aurait pris juste 30 secondes dans le film mais ça n' apparaît pas.

Son héros est un bon gars, un mec sain qui se pose des questions, et s' il finit pas avoir des troubles psychiques c' est parce qu' il a dû s' affronter à des barbares qui l' ont obligé à commettre des actes terribles.

Enfin, et en marge du parti pris évident de Clint Eastwood,  j' aimerais juste ajouter un petit reproche à son film (qui par ailleurs a plein de qualités).

Les premiers retours en famille de Chris Kyle sont très conventionnels, et les scènes d' attentes exaspérées  de son épouse terriblement stéréotypées et pleine de clichés.Il aurait pu nous éviter ça et les mentionner de manière bien plus rapide.Il n' y a qu' à la fin du film, où on aborde vraiment le malaise profond du héros quand il est de retour à la maison, mais là encore, c' est fait de manière superficielle.Chris Kyle souffre, vit à côté de ses pompes, mais s' exprime très peu.Clint ne veut pas trahir la mémoire de son héros.Au lieu de cela, il préfère botter en touche, et finir son film en nous proposant des images réelles d' archives...

Je terminerai avec un extrait d' une critique qui cite Desproges, le grand Desproges qui savait toujours trouver des formules qui mettent le doigt sur l' absurdité de certains de nos concepts.

Desproges avait un mot drôle – enfin, il en avait plusieurs, mais celui-ci l’était particulièrement :

« L’ennemi est bête. Il croit que c’est nous l’ennemi, alors que c’est lui ! »

Ce qui est inquiétant, c’est quand on se rend compte que cette blague, sans second degré, pourrait être érigée en mot d’ordre pour certains.

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Cinéma Clint Eastwood Guerre Iral
commenter cet article
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 23:07

Bonjour les amis,

Il y a des albums qui marquent une époque, et dont on peut dire qu' il y a un AVANT et un APRÈS.L' album STIVELL  A L' OLYMPIA édité en 1972 est de ceux-là.

Quand j' étais étudiant à Paris et que j' avais côtoyé à l' époque nombre de camarades bretons, ceux-ci s' étaient montrés très surpris de voir que que moi, le ch' ti, je connaissais pratiquement tout le répertoire d' Alan Stivell, et que je pouvais chanter de manière phonétique certaines de ses pièces les plus connues.Mes amis bretons des années 80 ne  s' étaient pas rendu compte que la culture celte avait envahi tout l' hexagone.

Avant Stivell, tout ce que les français connaissaient de la musique bretonne c' était en gros " ils ont des chapeaux ronds, Vive la Bretagne, Ils ont des chapeaux ronds.Vive les Bretons"

Grâce à son travail de divulgation la France entière allait découvrir des trésors musicaux injustement ignorés ou tombés dans l' oubli.

Stivell a donc repris tout le matériau musical existant, et a travaillé sur de nouveaux arrangements modernes.

Son enregistrement à L' Olympia sera l' un des rares 33 tours français qui acquerront une vraie projection et stature internationales, et qui pourront rivaliser avec la qualité des albums rock-folk anglo-saxons de l' époque.J' aurai l' occasion de me rendre compte par moi-même dans les années 80 de la popularité de Stivell en Grande-Bretagne où il était invité régulièrement dans les grandes manifestations culturelles Rock et folk.

Voici le dos de la pochette, avec quelques expressions qui témoignent de l' état d' esprit NEW AGE de toute cette époque.

« Retour aux sources », « Diversité des cultures », « Exprimer soi », « Progressive-folk », « Celtic pop-music », « Monde technologique », « Sonerezh Geltia bloaz 2000 
 

STIVELL à l' Olympia...le jour où une grande vague de musique celte déferla sur tout l' hexagone.

Commençons tout de suite très fort avec le morceau POP PLINN, véritable hymne de toute une génération de fans de rock celte. Aujourd'hui encore POP PLINN n' a rien perdu de son impact et est devenu incontournable.

On peut considérer que l' arrangement d' Alan Stivell et de son guitariste Dan Ar Braz est une fusion parfaite entre le monde de la musique traditionnelle et celui du Rock.

Une belle intro de présentation à l' orgue, puis la guitare de Dan Ar Braz qui attaque le riff très rock, puis les différents instruments traditionnels qui font leur apparition, notamment les harpes et bombardes. POP PLINN est bourré d' énergie... tout simplement jouissif !

Tri martolod...trois marins.Une chanson à boire  avec une introduction à la harpe celtique.

Suite sud armoricaine avec une somptueuse introduction à la flûte

Kost Ar C' hoad...encore une fois Stivell et ses musicos signent de très beaux arrangements.

THE KING OF THE FAIRIES...superbe traditionnel irlandais.

Alors pour en savoir plus sur cet album-événement, emblématique s' il en est, je vous engage à lire l' article  plus détaillé de la wikipédia

Je vous mets en lien tous les autres morceaux...tous excellents...rien à jeter.

Repost 0
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 17:17

Bonjour les amis,

Dick Annegarn est un artiste hollandais, très atypique, qui est apparu dans le paysage artistique français dans les années 70.

Cet artiste a toujours mené sa carrière en solitaire, et en marge des grandes maisons de disques et de production.

Un parcours artistique exemplaire, indépendant,exigeant et sans concessions.

Je vais limiter mon article à la période que je connais le mieux, à savoir les années 70.

Attaquons tout de suite avec BEBE ELEPHANT, où on peut apprécier son style particulier et aussi sa grande inventivité avec sa guitare acoustique.

 

Comment ne pas penser que ce Bébé éléphant blanc égaré, c' est lui-même.

Voici L' INSTITUTRICE...au destin tragique...L' empire romain périra demain.

SACRÉ GERANIUM...au style marqué d' onomatopées très anglo-saxonnes.On n' était pas habitué à traiter la langue française de cette manière dans ces années-là

LE GRAND DINER...un petit chef d' oeuvre très bluesy, et l' occasion de revoir Denise Glaser.

Et toujours cette manière de pratiquer le Scat avec beaucoup de talent, cette façon de chanter des onomatopées.

L' ORAGE...Très dynamique...la victoire du blanc sur le noir...

L' UNIVERS...toujours dans la même veine...avec de très belles trouvailles linguistiques et guitaristiques.

LA TRANSFORMATION...qu'il est beau le bruit du bois.

Dick Annegarn joue avec nos mots de manière phonétique, d' une façon originale que seul un étranger peut pratiquer, et qu' un français natif ne ferait probablement jamais.Il joue avec la musique d' une langue.

Je termine sur un chef-d' oeuvre....BRUXELLES.

Dick Annegarn qui y a vécu a capté toute l' âme de cette ville.

J' arrête là ma sélection.Je vais juste ajouter que durant les années 80, un de mes collègues de travail, Franck ami intime de Dick, me donnait de temps en temps de ses nouvelles artistiques et des matériaux sur lesquels il travaillait.J' ai revu Dick Annegarn à la fête de l' Huma.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur sa biographie plus récente ( mais là je ne suis pas le mieux placé pour en parler) voici le lien wiki...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dick_Annegarn

Dick de retour à l' Olympia en 2014

Dick de retour à l' Olympia en 2014

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans chanson blues Guitare acoustique
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 17:52

Bonjour les amis,

Graeme Allwright est un chanteur systématiquement oublié dans les rétrospectives des années 60, et pourtant il mérite une place d' honneur car c' est un étranger, néo-zélandais de naissance, qui nous a fait l' honneur de chanter dans notre langue.

Son répertoire était connu de tous les boy-scouts, mais aussi de tous les fans de folk et de musiques traditionnelles anglo-saxonnes.Ses chansons faisaient partie du répertoire obligé de n' importe quelle veillée au coin du feu.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire sa bio sur wiki.

 

 

Quant à moi, je vais faire une petite sélection complètement subjective de mes chansons préférées: celles que j' écoutais dans les années 70.

Voici LA MER EST IMMENSE...un thème musical très simple, quasi médiéval, avec des sonorités  magiques et envoûtantes de harpe celtique...

Joue, joue, joue...à propos de ces belles femmes cyniques qui abusent un peu trop de leur sensualité et de leur pouvoir de séduction pour se jouer des hommes comme s' il s' agissait de simples marionnettes.

Johnny...une chanson antimilitariste

Jusqu' à la ceinture...toujours dans la même veine antimilitariste

Qui a tué Davy Moore, adapté à partir d' une chanson de Dylan.

Une très belle chanson sur le manque de responsabilité citoyenne...personne n' est coupable de rien.C' est la faute à " pas de chance".

Une reprise de Woody Guthrie...PETITES BOITES.

Une chanson brocardant le conformisme social

Une petite incursion rigolote et pleine de bonne humeur dans le monde country.J' adore le banjo.

Je terminerai avec SUZANNE repris de Leonard Cohen...Suzanne qui nous emporte loin, très loin... 

Je dédie ce bref billet à mon ami L' Hatem qui m' avouait ce matin ne pas connaître Graeme Allwright...Normal ! L' Hatem est arrivé en France après son heure de gloire.

Voila l' ami tu en connais un peu plus sur lui maintenant.

Graeme Allwright ce troubadour venu des antipodes
Repost 0
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 06:44

Bonjour les amis,

Hier soir j' étais dans un restaurant à tapas, en famille et avec des amies parisiennes, pendant que se jouait le match retour de 8 ème de finale de la coupe d' Europe BARÇA-PSG.

Un match où Barcelone devait marquer au moins 5 buts pour passer en quart de finale de la ligue des Champions.

Autant dire qu' après leur défaite 4 à 0 au match aller c' était très... très... très  improbable.

Mais ce qui s' est réellement produit est encore plus improbable.Quand Cavani a marqué à la 62 ème minute pour le PSG et que le score était de 3 à 1, on a tous pensé que cette fois-ci l' affaire était définitivement pliée car il fallait que le Barça marque 3 buts en 30 minutes.Impossible !

D' ailleurs certains supporters du Barça commenceront à quitter le stade.

Et bien l' impossible va se produire...

Regardez le résumé....Ça défie les lois du bon sens.Comme disent les anglais: That' s nonsense ! ...Je ne cherche pas d' explications.Y' en a pas...

Alors tout ce que je peux dire, c' est que moi hier j' avais pas bu.Juste une Heineken de 33 centilitres...

Que s' est-il passé vraiment hier soir ? Un orage magnétique s' est-il abattu sur le Camp Nou ? Une faille spatio-temporelle ? Une singularité de l' espace-temps ? Un trou noir troublant ? Je n' ai toujours pas compris.

Et dans ma vie j' ai vu pas mal de choses bizarres et saugrenues, mais une équipe qui se prend 6 à 1 en Champion's league après avoir brillament gagné le match aller 4 à 0, ÇA JE NE L' AI JAMAIS VU !

PS: Reconnaissons,pour être tout à fait juste, que l' arbitrage était largement "maison" avec 2 penaltys inexistants, surtout le 2 ème ( sans compter ceux qui n' ont pas été sifflé en faveur du PSG) ...Malgré tout le PSG avait une belle marge et n' aurait jamais dû se laisser reprendre...

Repost 0
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 15:41

Bonjour les amis,

Aujourd' hui c' est la journée internationale de la Femme, et comme je l' avais annoncé j' ai passé à mes élèves de première le clip WANNABE qui a été présenté à l' ONU par une ONG.

Gros succès assuré.Les filles ont applaudi, et les garçons ont apprécié.

Une belle respiration artistique avant d' attaquer les calculs de limites de fonctions.

Personne ne s' en est plaint !

 

Alors pour vous, mes amis gaulois, en ce jour international de LA FEMME, je vous ai sélectionné une chanson espagnole de BEBE contre la violence machiste.

Dans le refrain BEBE chante:

Malo, malo, malo eres

no se dañe a quien se quiere, no

Méchant, mechant, méchant, tu es méchant

On ne fait pas de mal à ceux qu' on aime, non !

BEBE scande ses mots, avec rage, comme les coups de poings que reçoivent les femmes battues...

BEBE relève la tête, se rebelle et fait face.Elle n' a plus peur des coups, ni de la douleur.

Je vais brûler ton poing d' acier

et le courage sortira des bleus de mes joues

Apareciste una noche fría con olor a tabaco sucio y a ginebra.
Tu es apparu dans la nuit froide, puant le tabac sale et le gin,
El miedo ya me recorría mientras cruzaba los deditos tras la puerta.
C'est alors que la peur me parcouru pendant que je croisais les doigts derrière la porte

Tu carita de niño guapo se la ha ido comiendo el tiempo por tus venas,
Le temps a petit à petit dévoré ton visage de joli petit garçon par tes veines
Y tu inseguridad machita se refleja cada día en mi lagrimita.
Et ton insécurité de macho se reflète chaque jour dans ma petite larme.

Una vez más, no por favor, que estoy cansada
Une fois de plus, non s'il te plait, je suis fatiguée
Y no puedo con el corazón,
Et mon coeur ne le supporte plus,
Una vez más, no mi amor, por favor, no grites,
Une fois de plus, no mon amour, s'il te plait, ne crie pas,
Que los niños duermen. (x2)
Les enfants dorment. (x2)

Voy a volverme como el fuego,
Je vais revenir comme le feu,
Voy a quemar tu puño de acero
Je vais brûler ton poing d'acier
Y del morado de mis mejillas saldrá el valor
Et le courage sortira des bleus de mes joues
Pa' cobrarme las heridas.
Pour emporter les blessures.

Malo, malo, malo eres.
Mauvais, mauvais, mauvais que tu es.
No se daña a quien se quiere, no.
On ne fait pas de mal à ceux qu'on aime, non.
Tonto, tonto, tonto eres,
Idiot, idiot, idiot que tu es,
No te pienses mejor que las mujeres. (x2)
Ne te crois pas meilleur que les femmes. (x2)

El día es gris cuando tú estás
Le jour est maussade quand tu es là
Y el sol vuelve a salir cuando te vas,
Et le soleil sort enfin quand tu t'en vas,
Y la penita de mi corazón
Et la peine de mon coeur
Yo me la tengo que tragar con el fogón.
Je dois me l'avaler avec le fourneau aussi
Mi carita de niña linda se ha ido envejeciendo en el silencio.
Mon visage de belle femme s'est peu à eu vieilli dans le silence
Cada vez que me dices 'puta' se hace tu cerebro más pequeño.
Chaque fois que tu me traites de 'pute' ton cerveau rétrécit un peu plus.

Una vez más, no por favor, que estoy cansada
Une fois de plus, non je t'en prie, je suis fatiguée
Y no puedo con el corazón,
Et mon coeur n'en peut plus
Una vez más, no mi amor, por favor, no grites,
Une fois de plus, non mon amour, je t'en prie, ne crie pas
Que los niños duermen. (x2)
Les enfants dorment. (x2)

Voy a volverme como el fuego,
Je vais revenir comme le feu,
Voy a quemar tu puño de acero
Je vais brûler ton poing d'acier
Y del morado de mis mejillas saldrá el valor
Et le courage sortira des bleus de mes joues
Pa' cobrarme las heridas.
Pour emporter les blessures.

Malo, malo, malo eres.
Mauvais, mauvais, mauvais que tu es.
No se daña a quien se quiere, no.
On ne fait pas de mal à ceux qu'on aime, non.
Tonto, tonto, tonto eres,
Idiot, idiot, idiot que tu es,
No te pienses mejor que las mujeres. (x2)
Ne te crois pas meilleur que les femmes. (x2)

Voy a volverme como el fuego,
Je vais revenir comme le feu,
Voy a quemar tu puño de acero
Je vais brûler ton poing d'acier
Y del morado de mis mejillas saldrá el valor
Et le courage sortira des bleus de mes joues
Pa' cobrarme las heridas.
Pour emporter les blessures.

Malo, malo, malo eres.
Mauvais, mauvais, mauvais que tu es.
No se daña a quien se quiere, no.
On ne fait pas de mal à ceux qu'on aime, non.
Tonto, tonto, tonto eres,
Idiot, idiot, idiot que tu es,
No te pienses mejor que las mujeres. (x2)
Ne te crois pas meilleur que les femmes. (x2)

Malo, malo, malo eres.
Mauvais, mauvais, mauvais que tu es.
Malo eres porque quieres.
Tu es mauvais parce que tu le veux.
Malo, malo, malo eres.
Mauvais, mauvais, mauvais que tu es.
No me chilles que me duele.
Ne me crie pas dessus, tu me fais mal.

Eres vil y eres malo
Tu es méprisable et tu es mauvais
Y no te pienses mejor que yo ni que nadie,
Et ne te crois pas meilleur que moi, ni que personne,
Y ahora yo me fumo un cigarrito
Et maintenant je me fume une cigarette
Y te echo el humo en el corazoncito porque
Et je t'envoie la fumée dans le coeur parce que
Malo, malo, malo eres tú ; malo, malo, malo eres, sí ;
Toi tu es mauvais, mauvais, mauvais ; mauvais, mauvais, mauvais que tu es, oui ;
Malo, malo, malo eres, siempre ; malo, malo, malo eres
Mauvais, mauvais, mauvais que tu es, toujours ; mauvais, mauvais, mauvais que tu es.

 

Rien à ajouter aux mots de BEBE

TOLÉRANCE ZÉRO AVEC LA VIOLENCE MACHISTE !

Une violence qui ne disparaît pas.Les statistiques sont là pour démentir toute amélioration, malgré les campagnes de prévention à la télé, à l' école, dans les lycées.

Il y a une dizaine d' années je me souviens d' avoir été l' enterrement de la mère d' un de mes élèves, poignardée dans sa voiture par un mari rendu fou furieux par le fait que son épouse voulait se séparer de lui.

Quelques minutes après le sauvage assassinat il se rendait à la garde civile, en disant.

" J' crois que j' ai fait une connerie...."

Pauvre taré...les conneries , en général on peut les réparer mais la sienne, il n' y avait plus qu' à l' enterrer devant ses deux enfants éplorés.

 

Repost 0
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 20:34

Bonjour les amis,

Donald Trump attaque sa présidence en voulant donner l' impression forte qu' il va tenir ses promesses.Alors, on est plus que dubitatif sur l' efficacité de certaines mesures et sur la faisabilité de leur application.Par contre, il y a quelque chose dont on ne peut douter, c' est qu' il va bien s' attaquer aux plus faibles.

Deux points importants de son programme sont déjà mis en orbite:

1- l' annulation pour ne pas dire désintégration pure et simple de l' Obamacare qui tentait d' offrir une protection médicale minimale aux classes les plus défavorisées.

2- la chasse aux clandestins qui est d' ores et déjà lancée.Ce sont des millions de personnes qui , du jour au lendemain, vont avoir peur d' ouvrir leur porte à des inconnus, en craignant que ce soit la police anti-immigration ( qui va être dotée de nouveaux moyens importants ) qui frappe à la porte.

Alors, il faut rappeler quelques données économiques de base très simples.

Les Etats-Unis ont un taux de chômage de l' ordre de 5% , très enviable pour nous les européens.Un taux qu' on peut considérer comme une situation de quasi plein emploi.C' est sans doute la meilleure partie du bilan d' Obama qui, sur le plan intérieur, a été plutôt un bon président.

Il y a aux Etats-Unis à peu près 11 millions de personnes non-régularisées qui pour la plupart vivent dans ce pays depuis plus de 10 ans, ce qui veut dire qu' elles sont intégrées, qu' elles travaillent le plus souvent dans des secteurs que les américains ne veulent pas occuper, et qu' elles ne coûtent pratiquement rien du tout en termes de cotisations sociales.

Les Etats-unis bénéficient donc d' une manne prolétaire à bas prix dont ils ne peuvent se passer.Si Trump avait le pouvoir de les expulser tous, l' économie américaine s' en ressentirait de manière très négative dans certains secteurs, comme l' agriculture, où elle manquerait de main d' oeuvre. D' ailleurs 3 Etats américains ont fait savoir qu' ils n' appliqueraient pas le décret anti-immigration...Le moins qu' on puisse dire, c' est que tout cela fait assez désordre.

Mais une chose est sûre: Trump a réussi sur un seul coup de plume à plonger des millions de résidents sans papiers dans la crainte et dans l' angoisse.

Voici l' arrestation cette semaine d' un mexicain sans papiers, sous les yeux de sa fille, après qu' il ait laissée  à l' école...

 

Evidemment, l' émotion est vive dans la communauté américaine latino et il y a eu une manifestation de soutien à ce père de famille  à LOS ANGELES

Encore une fois, je ne vais pas vous faire sortir vos mouchoirs.Tel n' est pas mon but.

On voit déjà de quelle manière la politique populiste de Trump s' attaque aux plus faibles.

Par ailleurs,et en parallèle,je voudrais rappeler d' autres promesses de Donald Trump.Il a promis, par exemple, de taxer les produits chinois, et là les amis, ça me fait sourire amèrement car avec les asiatiques ça va être une autre paire de manches.Ils ne sont pas faibles eux.Les chinois ont acheté 30 % de la dette américaine et peuvent, sur un claquement de doigts de leur président, créer une crise sans précédents aux Etats-Unis, rien qu' en mettant cette dette massivement en vente sur le marché.

Sûr qu' avec les chinois, ce sera du donnant donnant.

Par contre pour le gouvernement mexicain, les choses vont être plus compliquées et la nouvelle administration américaine va leur mener une guerre économique sans merci.

On le voit bien. Trump va  tenir une partie de ses promesses, et ce sont les plus pauvres et les plus démunis qui vont en faire les frais.Les autres peuvent dormir tranquille...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Etats-Unis Trump Economie
commenter cet article
6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 08:16

Bonjour les amis,

Je viens de finir un énorme pavé de près de 800 pages de Philipp Meyer intitulé LE FILS, et  j' ai trouvé une excellente critique que je vous invite à lire ci-dessous:

 

 

Audrey Chaix a pratiquement tout dit, et je me contenterai d' y ajouter juste quelques commentaires personnels.

Alors la grande particularité de ce roman qui se passe au Texas c' est de remettre en perspective l' histoire de cette partie du monde.Nous avons tous une vision de la colonisation qui a commencé au XVI ème siècle et durant laquelle l' homme blanc a chassé les natifs qui formaient une communauté d' une vingtaine de millions d' habitants.

Ce qu' on perd de vue c' est que la guerre va durer pendant près de 350 ans...Et dans ces conflits on oublie les mexicains.Or au Texas les luttes entre les blancs, les mexicains et les indiens de différentes tribus seront incessantes.

Blancs contre les mexicains, mexicains contre indiens, et indiens contre les blancs pendant plus de 3 siècles.Sans oublier blancs contre blancs puisqu' il y aura la guerre de sécession.Je simplifie le récit car quand je dis indiens il faut parler des différentes tribus rivales ( même si le livre s' attarde plus sur celles des comanches)

Evidemment, avec un tel passé si sanglant, si marqué par le recours systématique à la violence, et à l' usage des armes, on peut comprendre que le Texas soit une terre particulière où l' origine familiale de chacun pèse sur l' approche qu' il a de se voisins.Chaque dynastie a sa propre histoire ( généralement violente), vue de son côté.Chez les blancs il y a les éleveurs, les producteurs de coton, et ensuite il y aura le pétrole qui va enrichir nombre d' entre eux...et cela durera jusqu' aujourd' hui.

Le fondateur de la dynastie Mc Cullough a été enlevé par les comanches et il vivra trois ans dans leur communauté.C' est la partie qui pour moi est la plus passionnante du récit car Philipp Meyer s' est documenté de manière très détaillée sur les us et coutumes des indiens.On apprend tout dans son livre.C' est bourré d' informations.Comment cuisiner toutes les parties comestibles du bison, comment préparer les peaux, comment réaliser un arc.Quelles sont les coutumes sexuelles et affectives entre les comanches qui ont  des relations assez libres avec les filles tant qu' elles ne sont pas encore mariées ( par ailleurs ce sont souvent elles qui prennent les initiatives...) .Comment les comanches traitaient leurs prisonniers quand ils décidaient de les garder, et comment ils les éxécutaient dans le cas contraire.On y apprend aussi comment s' organisait la vie sociale dans les tribus, comment et en fonction de quoi ils planifiaient leurs transhumances.Le livre nous en apprend beaucoup sur leurs systèmes de valeurs ( la fameuse bravoure indienne, par exemple),et aussi sur leur sens de l' humour ...

Le récit est d' une extraordinaire violence mais sans complaisance et Philipp Meyer essaie de le raconter de la manière la plus honnête possible, c' est à dire avec la sensibilité des personnages de l' époque ( et pas avec notre sensibilité à nous, ses lecteurs).

Elli Mc Cullough est parfois très brutal mais on a de l' empathie pour lui car on se resitue dans le contexte qui est le sien,et ses réactions sont justifiées par une certaine forme de bon sens et d' instinct de survie.Le roman de ce point de vue fait penser à la première scène hyper violente du film LE REVENANT.Elli est un personnage hybride car, même s' il retourne dans le monde des blancs il garde beaucoup d' amour et de respect pour sa communauté comanche d' adoption.Il garde un goût insatiable pour la nature et la liberté.

L' histoire se passe sur 5 générations avec 3 narrateurs.

C' est un livre assez torrentiel, avec plein de personnages toujours décrits avec précision et réalisme comme si Meyer avait voulu y mettre tout le Texas.

Quand on referme la dernière page, on n' a plus la même perception de cet Etat.On comprend mieux pourquoi les texans sont et resteront toujours un peu à part.

Philpp Meyer

Philpp Meyer

 

 

Repost 0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 08:14

Bonjour les amis,

La semaine dernière un collectif de 35 psychiatres américains a envoyé une lettre au NEW YORK TIMES dans laquelle ils mettaient très sérieusement en doute l' état de santé mentale de Donald Trump.

C' est un fait atypique et complètement inhabituel dans l' histoire des Etats-Unis, et même si cette initiative ne respecte pas les règles déontologiques de la profession, le simple fait que 35 experts, dont certains de renom international, tirent la sonnette d' alarme est en soi très inquiétant.

 

 

Alors, en ce qui me concerne, je ne suis pas spécialiste en psychiatrie pour émettre un diagnostic, mais je n' oublie pas que dans l' histoire de l' humanité de grands malades mentaux ont occupé la plus haute responsabilité de certains Etats.Il y avait eu sur ce sujet un excellent documentaire dans les années 80 intitulé: " Ces malades qui nous gouvernent".

Un documentaire qui rappelait, par exemple, qu' un pilote d' avions qui a la responsabilité de la vie de 200 à 300 personnes doit faire des examens de contrôle régulièrement, alors que des présidents qui dirigent la destinée de nations entières, formées de dizaines de millions d' habitants, ne sont pas soumis à des examens aussi stricts.

Vous pourrez voir, si ça vous intéresse, l' intégralité de ce documentaire bien plus passionnant que n' importe quel film à l' affiche en ce moment sur le lien ci-dessous.

 

Alors,pour amener un peu de dérision et de dimension métaphorique sur un sujet qui est inquiétant et pas du tout drôle, je me suis complu à imaginer,à la manière de Woody Allen,quel genre de joueur d' échecs serait Donald Trump ?

Vous savez que j' aime l' art échiquéen, et que je considère que de nombreux grands hommes politiques étaient de redoutables joueurs, à commencer par Napoléon, pour n' en citer qu' un seul.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2016/03/eloge-du-jeu-d-echecs.html

Alors quel serait le style de Donald s' il appliquait les mêmes stratégies à ce  noble jeu qu' il ne le fait en politique ?

Disons qu' il aurait un style direct, impulsif...Il se précipiterait sur le Roi adverse comme un soudard, de manière trop cavalière, avant d' avoir mesuré les possibles effets collatéraux d' une attaque trop précipitée.Il utiliserait toute la puissance de sa Reine sans penser à la protéger et à couvrir son action.

Donald ne reculerait pas ses pièces avancées de manière trop hasardeuse.Il est trop orgueilleux pour reconnaître qu' il s' est lancé dans une offensive de manière aventureuse, sans la préparation nécessaire, et qu' il serait plus sage de battre en retraite.Non, battre en retraite lui est impossible...

Du coup, Donald sacrifierait sans états d' âme ses pions, échangerait rapidement ses pièces mineures, et on se trouverait vite en phase de fin de partie.Tenter de longs mouvements préparatoires pour essayer d' en tirer un bénéfice stratégique à long terme est hors de sa portée intellectuelle.

Serait-il un joueur fair-play ? Alors là, je sors mon joker mais je l' imagine bien devant une position de fin de partie clairement désespérée pour lui renverser le jeu de manière malencontreuse et déclarer qu' il faut reprendre la partie à zéro...ou alors balancer l' échiquier à la figure de son adversaire, en disant que ce jeu, de toutes façons, c' est de la m...

Alors, il y a quand même un conseil que je donnerais aux adversaires de Trump.

Aux échecs on apprend une règle d' OR que voici.

Face à un adversaire qui joue mal, voire très mal, il faut maintenir une certaine rigueur et ne pas vouloir se mettre à son niveau en jouant de manière trop rapide en pensant qu' on va gagner sans aucune difficulté la partie car on risque de commettre des erreurs regrettables.Face à un mauvais joueur il faut continuer de jouer comme si on avait affaire à un grand maître.Il ne faut jamais sous-estimer son concurrent.

Celui-ci peut parfaitement cacher derrière des manoeuvres qui ont l' air simples et directes d' autres qui sont plus subtiles.

Or, je vois depuis un certain temps des responsables étrangers tomber dans la provocation de Trump, et adopter ses formes vulgaires, voire insultantes, comme par exemple l' ex-président mexicain Vicente Fox déclarant que ses compatriotes ne paieront jamais son p.... de mur.C' est exactement ça qu' il faut éviter: se mettre à son niveau.Il faut continuer de jouer comme si Trump était un président respectable, et le laisser tout seul nager dans son tas d' ordures.

Un autre responsable suédois a demandé par tweet ce qu' avait "fumé" Trump après l' avoir entendu commenter un attentat en Suède dont personne n' a jamais entendu parler.Encore une fois, ce n' est pas sain que le langage international diplomatique perde ses formes.Laissons Trump se mouvoir tout seul dans sa propre fange...

Je terminerai par une métaphore à deux balles.Parfois mes certains de mes élèves ( très peu nombreux heureusement) s' expriment de manière très vulgaire et insultante et tiennent des propos scandaleux et absolument inacceptables.Mais le pire serait que le professeur leur réponde sur le même ton et dans le même registre...Quand on perd les formes, on perd tout honneur, toute crédibilité et on finit par donner raison aux agresseurs qui marquent des points.

Que penserait nos élèves s' ils voyaient leurs professeurs s' interpeller entre eux de manière vulgaire, peu respectueuse et inappropriée ? L' effet serait désastreux pour tout le monde.

C' est le danger que fait courir Trump à la planète toute entière.

Pour revenir au joueur d' échecs qu' il serait, je crois que ce jeu n' est vraiment pas fait pour lui, ni pour son caractère.

Par contre il aura, qu' il le veuille ou non, à s' affronter à d' excellents joueurs comme Vladoche, par exemple...Un Vladimir Poutine qui, lorsqu' il avance un pion, est rarement amené à le sacrifier.Le président chinois Xi Jinping n' est pas du genre à improviser ses mouvements tactiques de manière irréfléchie non plus.

Ces malades qui nous gouvernent...

 

Donc, je vois mieux Donald sur un ring avec des gants de boxe et essayant de mettre KO rapidement son adversaire...pratiquant les coups bas aussi, comme il l' a fait avec Hillary.

Mais même sur un ring, Trump serait redoutable mais ce ne serait pas un bon boxeur.

 

Ces malades qui nous gouvernent...

Alors, le poker menteur peut-être ?...Là, oui, il serait sans doute très bon car il est capable de balancer n' importe quelle énormité comme si c' était une vérité première dont personne ne doute.Il croit lui-même en ses contre-vérités.Même l' aiguille d' un détecteur de mensonges ne capterait pas la moindre variation...C' est peut-être pour ça d' ailleurs que les 35 experts psychiatres doutent de sa bonne santé mentale...

Ces malades qui nous gouvernent...
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de alea-jacta-est
  • Le blog de alea-jacta-est
  • : Adepte du vieux dicton qui dit que c' est au pied du mur qu' on voit mieux le mur....
  • Contact

Recherche