Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2017 3 15 /11 /novembre /2017 07:01

Bonjour les amis,

Aujourd' hui cela fait exactement dix ans que mon papa nous a quitté.

Il m' a laissé en héritage de l' amour, de la bienveillance et de la chaleur humaine.

Dix ans se sont passés depuis lesquels son esprit m' accompagne d' une manière qui est maintenant différente,mais toujours de façon sereine et apaisée.Je le sens proche de moi et je continue de partager avec lui par la pensée mes émotions, mes joies et mes tristesses.

 

 

 

 

Sans toi languit mon coeur...

Quelques fois il m' arrive de rire avec lui, ou alors, de le prendre à témoin de ce qui m' arrive...ou de ce qui nous arrive à tous.

Papa se passionnait aussi pour la politique.Parfois je pense à lui quand je vois notre monde qui change, qui perd ses valeurs, qui n' est pas à la hauteur de ce que nos parents ont défendu, quand je vois un monde qui se déconstruit.

Il m' arrive même de l' interpeller parfois:

" Eh, Pa...tu vois ce que vois ? "

Et parfois j' ai envie de lui dire, comme après l' élection de Trump :

" Eh, Pa ...t' es parti au bon moment...avant que ça commence franchement à déconner..."

Aujourd' hui en ce jour anniversaire de sa mort j' aimerais juste partager avec vous un air de bel canto interprété par son chanteur préféré.

J' ai choisi CARO MIO BEN dont les paroles et la musique expriment la douce mélancolie qui berce mon coeur quand je pense à lui.

 " Allez Papa.Tu resteras toujours présent dans nos coeurs et aujourd' hui cette chanson-là, elle est pour toi...."

Caro mio ben,
Credimi almen,
Senza di te
Languisce il cor.
 
Caro mio ben,
Senza di te
Languisce il cor.
 
Il tuo fedel
Sospira ognor.
Cessa, crudel,
Tanto rigor!
 
Cessa, crudel,
Tanto rigor.
Tanto rigor!



 

Mon bien chéri,
Au moins, crois moi,
Sans toi,
Mon cœur languit,
 
Mon bien chéri,
Sans toi,
Mon cœur languit,
 
Ton fidèle,
soupire à chaque instant,
Cesse, cruel,
Tant de dureté,
 
Cesse cruel,
Tant de rigueur,
Tant de rigueur,



 

Repost 0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 21:30

Bonjour les amis,

je vous offre aujourd' hui un air de bel canto assez peu connu extrait d' un opéra en 3 actes de Vivaldi.

Il s' agit d' Agitada da due venti  tiré de l' Opéra LA GRISELDA qui est

sans doute l' aria la plus marquante de l' oeuvre.

Ecoutez Cecilia Bartoli.C' est assez prodigieux ce qu' elle fait...

 

 

 

La tempête la fait s' envoler très haut.

Elle nous offre un festival pyrotechnique baroque, un feu d' artifice  d' arpèges vocaux acrobatiques enchaînés à vitesse supersonique et avec toute une gamme très riche de nuances.La fin survoltée est éblouissante !

Cecilia Bartoli est sans doute l' une des rares voix capables de réaliser de telles prouesses avec une telle agilité et qualité technique.

Rarement un naufrage aura provoqué un tel torrent vocal orgasmique !

Alors, au cas où vous n' auriez pas tout compris , voici les paroles originales italiennes suivies d' une traduction française.

 

Agitata da due venti ...
freme l'onda in mar turbato ...
e 'l nocchiero spaventato ...
già s'aspetta a naufragar ...

Dal dovere da l'amore ...
combattuto questo core ...
non resiste e par che ceda ...
e incominci a desperar ...

Agité par deux vents ...
frémit l'onde dans la mer agitée ...
et  l'homme de barre apeuré ...
prévoit déjà un naufrage ...

De l'obligation d'aimer ...
ce coeur ayant combattu ...
Il ne résiste pas et semble cèder...
et commencer à désesperer ...
Repost 0