Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 10:09

L' enfer c' est les autres, disait Jean-Paul Sartre.

Démonstration en images...

L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...

Alors je pourrais continuer pendant des heures et des heures à vous proposer des clichés tout aussi édifiants, mais je vais arrêter là ma petite série d' enfers,  et vous soumettre les deux plus beaux.

Les voici :

L' enfer c' est les autres...
L' enfer c' est les autres...

Et, oui les amis.Même l' Everest souffre du tourisme de masse !!!

Je vais terminer ce court billet sur un petit cauchemar personnel que je tiens à partager avec vous.

Figurez-vous que j ' aime les piscines mais à condition d' être tranquille et qu' il n' y ait pas trop de monde autour de moi.

Alors, mon pire cauchemar, le voici.... 

 

L' enfer c' est les autres...

Bonnes fins de vacances les amis.J' espère qu' elle ne seront pas stressantes pour vous et que vous pourrez vous tenir éloignés de toutes ces situations angoissantes.

Quant à mes amis lecteurs "agoraphiles",ils n' auront que l' embarras du choix.Ce ne sont pas les destinations qui manquent.La planète leur appartient ! Je la leur laisse !

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Vacances Humour tourisme Bien-être
commenter cet article
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 08:06

Bonjour les amis,

Cet article est la suite de celui que j' avais consacré au livre de Yuval Noah  Harari , intitulé SAPIENS.

Alors dans ce bouquin l' auteur s' interroge, entre autres, sur la relation entre l' évolution de l' homme et sa capacité à créer du bonheur.

Il se pose la question de savoir en quoi nous sommes plus heureux que Cro-Magnon. Pour être plus exact Harari essaie de comparer notre bonheur avec celui de l' homme quand il était chasseur-collecteur, avant qu' il ne s' asservisse lui-même en devenant agriculteur.

Suite à la lecture passionnante de cet essai, j' ai essayé de refaire un peu le point sur cette question du bonheur avec un autre traité de Frédéric Lenoir , intitulé:

" Du bonheur, un voyage philosophique "

Le long chemin du bonheur...

Bien évidemment le voyage proposé par Lenoir est à la fois un voyage dans le temps et dans l' espace.

Frédéric Lenoir a rédigé son essai car il était, entre autres, très agacé par les tonnes de littérature bon marché consacrées à la recherche du bonheur, pleines de poncifs et de stéréotypes qui sont souvent d' une platitude risible et consternante.Vous savez, tous ces livres-recettes bourrés de messages pleins de fausse sagesse, ou brassant des évidences censées nous donner la clé de la félicité, l' explication définitive...

Donc Frédéric Lenoir reprend le problème à zéro, au tout début ( c' est à dire au moins 2500 ans avant notre ère), et tente d' offrir une réflexion moderne à la lumière des récentes recherches universitaires sur ce thème.

Ce qui frappe dans son exposé, c' est de constater que les grands auteurs classiques qui ont abordé ce thème sont restés très modernes.Que ce soit les épicuriens, les stoïciens,Aristote, Montaigne, Spinoza, Schopenhauer ou Bouddha,tous ont mis le doigt sur certains points qui sont confirmés par les études les plus récentes. Lenoir confirme ce que nous pressentons tous au long de notre vie.Le bonheur est souvent un choix,le bonheur et la souffrance peuvent coexister,la poursuite du bonheur n' est pas une quête insensée si nous avons la sagesse de nous fixer des objectifs qui sont à notre portée humaine ( comme le faisait Montaigne).Le bonheur reste singulier et propre à chaque personne: pas de recette universelle donc...ce qui est universel ce sont les fausses pistes, les idées erronées, qui ne peuvent que générer de l' angoisse et de la frustration.

Pas de recette universelle, mais des cheminements  corrects ou erronés.

Par exemple, il y a peu d' exemples connus de personnes heureuses qui aient vécu à la fois sans amour et sans amis.Notre bonheur a besoin des autres ( même s' ils sont peu nombreux et se comptent sur les doigts d' une main), et souvent nos objectifs s' inscrivent par rapport à eux.

J' ouvre ici une petite parenthèse sur le cas de Schopenhauer qui parle très bien de la manière d' accéder au bonheur mais qui finalement n' a presque jamais été heureux.Sa vie sentimentale a été une suite de déceptions et de frustrations dues à des amours impossibles dans le contexte de son époque.Il en a beaucoup souffert et a joué aussi de véritable malchance.Par ailleurs, les étudiants fuyaient ses cours qu' ils jugeaient ennuyeux, et ce n' est que plus tard que ses travaux furent reconnus à leur juste valeur...Dur quand même, pour ce grand philosophe.Fin de la parenthèse.

Frédéric Lenoir, dans un style très simple met en parallèle les résultats de recherches récentes ( chiffrées statistiquement) avec la pensée des anciens.Il nous propose une synthèse parfaite qui nous aide à nous situer nous-même, et aussi à situer l' homme par rapport à son histoire universelle.Son traité est un livre intelligent qui aide à faire le point...Un essai assez réjouissant donc,et tout à fait recommandable.

Alors sur ma lancée j' ai abordé la lecture d' un livre intitulé " Vivre: la psychologie du bonheur" de Mihaly Csikszentmihalyi ,psychologue très respecté dans l' ensemble du monde scientifique et qui a consacré sa vie à cette question.

 

Le long chemin du bonheur...
Portrait de l' auteur

Portrait de l' auteur

Je ne suis qu' au tout début de ce livre, mais Mihaly confirme d' entrée de jeu les points de vue des 2 auteurs précédents.Il admire la profondeur de pensée des maîtres anciens et s' interroge sur la difficulté d' apprendre le bonheur, de le transmettre.Il s' intéresse à cette difficulté cognitive en expliquant que l' apprentissage du bonheur a besoin d' une expérience, mais aussi d' une connaissance de soi difficilement maîtrisable dans les premières étapes de la vie.La quête du bonheur est forcément un long chemin.On apprendra jamais à être heureux comme on apprend à résoudre une équation du second degré.

Dans son livre il définit un état qu' il appelle le FLOW ( le flux) qui permet d' atteindre ce degré de plénitude auquel nous aspirons tous.

 

"Voilà ce que nous entendons par expérience optimale. C’est ce que ressent le navigateur quand le vent fouette son visage,..., c’est le sentiment d’un parent au premier sourire de son enfant. Pareilles expériences intenses ne surviennent pas seulement lorsque les conditions externes sont favorables. Des survivants de camp de concentration se rappellent avoir vécu de riches et intenses expériences intérieures en réaction à des évènements aussi simples que le chant d’un oiseau [...]. Ces grands moments de la vie surviennent quand le corps ou l’esprit sont utilisés jusqu’à leurs limites dans un effort volontaire en vue de réaliser quelque chose de difficile et d’important. L’expérience optimale est donc quelque chose que l’on peut provoquer... " 

Voici ci-dessous un lien de présentation de son livre et de sa théorie du Flow

 

Alors, ce traité a l' air d' autant plus passionnant que l' auteur chiffre de manière statistique nombre de ses observations et affirmations.

La démarche de Mihaly se veut scientifique sur un thème à priori philosophique, et ça , ça m' intéresse bougrement...

J' aimerais terminer ma présentation d' aujourd' hui  avec des considérations qui bouclent un peu la boucle avec le début de mon article.

Matthieu Ricard, moine bouddhiste et Mihaly se sont rencontrés en Australie lors d' une conférence où la question que je pose au début de mon article a été soulevée.

En quoi l 'homme moderne est-il plus heureux que Cro-Magnon ?

Voici des éléments de réponse sur le lien ci-dessous...

 

Alors je lis pas mal durant ces vacances, et de fil en aiguille, nombre de mes lectures auront tourné autour du thème de la recherche du bonheur.C' est un peu normal , non ? 

Les vacances sont une pause et nous permettent de remettre un peu en perspective notre action, ce que nous sommes....Elles nous donnent un peu de recul et de champ, et nous permettent de méditer sur des thèmes sur lesquels on n' a pas le temps de s' arrêter quand a repris le tourbillon de la rentrée professionnelle, et la très longue liste d' obligations quotidiennes auxquelles on doit faire face.

Il n' y a que lorsque l' on s' arrête un peu qu' on peut réfléchir sereinement sur le sens de notre action.

Or, la clé du bonheur est associée à la quête de sens.Ce sens, ces objectifs, c' est à nous de les définir que ce soit dans notre vie sociale, professionnelle ou affective.

Le long chemin du bonheur...
Repost 0