Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 04:58

Bonjour les amis,

Ce billet est la suite de mon article intitulé " L' espoir....toujours l' espoir".

Rappelez vous. J' y racontais l' histoire de Yazan venu de Syrie et qui explicait au reporter espagnol Gonzo qu' il voulait reprendre ses études et jouer au Real Madrid.

Il se trouve que Gonzo est allé cette semaine retrouver Yazan qui est arrivé à destination chez son cousin Ahmed en Allemagne.

On voit sur la vidéo ci-dessous son trajet commencé il y a plus d' un mois:

Syrie ( Damas) -Turquie-Grèce-Macédoine-Serbie- Hongrie-Autriche-Allemagne où il a pu enfin se regrouper avec d' autres membres de sa famille à Sarrebrück.

Les parents de Yazan payèrent pour l' envoyer seul avec des voisins sans pouvoir l' accompagner, et ce, pour deux motifs.Primo , ils n' avaient pas assez d' argent pour eux-mêmes, secondo, ils pensaient que le fait que Yazan soit mineur faciliterait l' acceptation de sa demande d' asile ( première minute du clip vidéo).

Yazan raconte un épisode profondément abject lors de son passage en Hongrie qui n' est pas sans rappeller les heures les plus sombres de notre humanité lors de la seconde guerre mondiale.

Je vous traduis ce qu' il raconte en anglais:

Une fois en Hongrie Yazan et son groupe de réfugiés prirent un taxi pour les amener à Budapest.Celui-ci leur demanda 500 euros et les emmena.Une fois à destination, et après avoir empoché les 500 euros, le taxi appella la police.Yazan raconte les moments les plus durs de sa détention en anglais.De quelle manière la police hongroise a battu durement une des femmes.Puis la déportation dans un camp dans des conditions abjectes et atroces ( à partir de 1 minute 30 secondes, on entend Yasan raconter son histoire en anglais avec les sous-titres espagnols)

Ma petite histoire ne vous rappelle rien mes amis ?

Mais oui...celle des passeurs de juifs qui empochaient l' argent et qui ensuite les livraient aux allemands...

De nombreux hongrois nous refont les même saloperies que celles que firent les pires ordures durant la 2 ème guerre mondiale.

Les mêmes causes reproduisent les mêmes effets...Comment ne pas penser qu' il existe un MAL ABSOLU dont l' humanité n' arrive pas à se défaire ? Pourtant ça fait 2000 ans qu' on nous explique que Judas s' est suicidé après avoir vendu le Christ pour trente pièces.

Que vous dire de plus si ce n' est pour ajouter, comme disait Frédéric Dard, que je suis é-coeu-ré...

Le pire c' est que je ne suis même pas surpris par la monstruosité de certains de mes congénères pour qui j' ai moins de considération que pour des cloportes.

Il n' y aura malheureusement pas de justice divine pour punir tous ceux qui se sont fait de la tune sur le dos des réfugiés.Si le bon Dieu me demandait mon avis ( à moi qui n' ait pas une âme d' inquisiteur), mon verdict serait sans appel: " Qu' ils aillent rôtir dans les flammes de l' enfer pendant au moins une paire de décennies ..." Comme disait l' archevêquel Desmond Tutu: " They can go to hell ! "

Il n' y aura pas de justice humaine non plus, ni de procès de Nuremberg, pour condamner ceux qui ont fait ça.J' espère qu' un jour Yazan sera suffisemment grand pour retourner en Hongrie et désigner au vu et au su de tous le visage de celui qui les a donné...et que pour une dernière fois il pourra juste lui cracher son mépris à la figure !

Comment ne pas penser à cette scène mythique de LA TRAVERSEE DE PARIS quand Gabin exaspéré balance à un groupe de concitoyens:

" Mais vous n' avez pas honte d' exister !!! "

Quand l' un d' entre eux essaie de lui répondre, on sent que Gabin excédé est sur le point de faire un malheur et il l' arrête en lui disant " TAIS-TOI....TAIS-TOI !!! "

Repost 0
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 06:56

Bonjour les amis,

Face à la crise des réfugiés syriens et à l' urgence humanitaire, la société espagnole s' organise en marge du gouvernement pour accueillir un certain nombre d entre eux.

La société espagnole s' organise en marge du gouvernement pour accueillir les réfugiés de guerre

Madrid propose un plan d' accueil doté de 10 millions d' euros, Valencia demande aux banques de céder des logements vides aux demandeurs d' asile.Mais il y aussi de nombreuses initiatives municipales et régionales à Barcelone, Bilbao, Terrassa,Saragosse, Oviedo,Cadix, Cordoba,Palma de Mallorque, Las Palmas des îles Canaries.

Je précise que l' Espagne est un pays avec un taux de chômage de 25% et une forte proportion de sa population est en situation de précarité ou de risque de précarité économique.

Enfin le gouvernement de Mariano Rajoy a changé de fusil d' épaule dernièrement et a fait savoir, par la voix de son ministre Margallo, qu' il était prêt à accueillir le nombre de réfugiés assigné par la communauté européenne.

Dans la majorité des cas les offres municipales d' accueil proviennent de villes dont les maires sont nouvellement élus et issus des plate-formes citoyennes, comme c' est le cas de Manuela Carmena à Madrid ou d' Ada Colau à Barcelone.

Pourtant une voix s' est élevée pour émettre de sérieuses critiques face à cette vague d' initiatives locales pleines de bonnes intentions.Il s' agit de Cristina CIFUENTES, la présidente de droite ( PP ) récemment élue de la région de Madrid.

Elle a accusé toutes ces municipalités de pratiquer une politique démagogique, de vouloir transformer les villes en cités de réfugiés, de faire de la surenchère pour savoir qui pourrait s' attribuer la plus belle médaille du mérite.

Elle a dit que le drame des réfugiés est terrible, que les images sont poignantes, mais que la solution passait par une politique d' Etat et de l' Union Européenne.

Inutile de vous dire que cette phrase de Cifuentes a généré de vives polémiques et qu' elle s' est faite incendier sur les réseaux sociaux.

Pour une fois, je vais mettre une pierre dans le jardin de Cristina qui est l' une des dirigeantes de droite les plus subtiles et intelligentes du moment et qui me paraît être aussi une femme de coeur.

Effectivement, face à un tel problème qui peut mettre en cause certains équilibres sociaux fragiles, c' est au gouvernement d' évaluer le nombre de réfugiés que le pays peut accepter.

Si toutes les villes commencent à faire des offres en ordre dispersé il peut se générer une forme de chaos.Les municipalités ne disposent pas de toutes les données économiques et sociales pour mesurer l' impact d' un afflux brutal de populations.

En un mot, ce n' est pas la mission des municipalités que de se mettre en première ligne pour tenter de résoudre et d' affronter une crise humanitaire internationale.

Reprenons les choses dans l' ordre.Il faut que ce soit le gouvernement qui étudie les possibilités d' accueil de chaque région, et ensuite que chaque président de région voie ces mêmes possibilités avec les municipalités...

Je considère donc que ce qui se produit en Espagne est sans doute très louable dans l'esprit, mais ne me paraìt pas très " normal", ni orthodoxe.

Ceci dit, et pour équilibrer le débat, il faut reconnaître qui si le gouvernement avait saisi le taureau par les cornes un peu plus tôt, il n' aurait pas obligé les municipalités à se mettre en avant et à prendre des initiatives.

Qu' on le veuille ou pas, les municipalités sont beaucoup plus proches des citoyens et donc on peut considérer que ces offres d' accueil locales sont la réponse citoyenne à un gouvernement qui réajuste le tir aujourd' hui mais qui a trop traîné les pieds...

Cette réponse des municipalités est aussi une manière de dire à l' éxécutif:

" Vous avez plus de marge que vous ne le croyez.Nous voulons être davantage solidaires..."

Repost 0