Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 09:19

Bonjour les amis,

Ce matin j' ai pris connaissance d' un fait divers qui m' a particulièrement choqué et qui s' est produit aux Etats-Unis, en Floride plus exactement.Un fait divers qui a ému toute l' Amérique.

Mais d' abord, je vous laisse prendre connaissance des faits.

On a beau se dire que plus rien ne nous surprend , et qu' on est habitué à tout,il n' empêche que parfois, la connerie, la cruauté et la monstruosité de certains comportements humains donnent le vertige.

Avant de poursuivre mon propos, je voudrais tout de suite retenir une circonstance atténuante importante dans cette affaire: les jeunes en question avaient fumé de la marihuana et ils étaient donc sous les effets de cette drogue.OK, c' est bien noté.

Oui, mais selon la déclaration du chef de la Police Mike Cantoloupe, les jeunes ont montré par la suite ( une fois qu' ils étaient un peu revenus sur terre) une indifférence complète et un manque absolu de remords...

Et là, on commence à se poser des questions.De graves questions...

C' est quoi cette société où certains jeunes sont devenus complètement abrutis, idiots et irresponsables ? Cette société où certains ados ont, pour reprendre une expression bien connue, l' intelligence d' un cendrier ?

Ces gars-là sont allés à l' école quand même.On leur a appris les devoirs civiques, la morale, enfin toutes ces choses qui font que théoriquement nous sommes des êtres civilisés et pas des cafards ou des cloportes.

On se dit que ces mecs-là ont vu des tas de films américains avec des John Wayne ou des Rambo toujours prêts à aller défendre la veuve et l' orphelin, ou à aller sauver le soldat Ryan ( même si je sais que par ailleurs ils ont vu aussi des tas de séries TV violentes avec pleins d' homicides.Malgré tout, la défense et la protection de la vie restent des valeurs sociales élémentaires et fondamentales).

On se dit qu' ils ont entendu des tas de discours, religieux ou pas, sur le respect de la vie, sur sa valeur, sur ses droits inaliénables.

Donc la question que je me pose à la lecture de ce fait divers est de savoir comment une société occidentale évoluée peut-elle arriver à générer autant de débilité mentale et d' irresponsabilité collective ?

Vous aurez noté qu' aucun de ces jeunes n' a eu l' idée de porter secours à la victime ou d' appeler les pompiers, mais que par contre, ils ont filmé la scène sur leur portable...Ça les a bien fait rigoler.

Donc, ils sont suffisamment intelligents et conscients pour utiliser les nouvelles technologies afin de rigoler entre eux et de partager leurs sinistres divertissements avec le plus grand nombre de tarés, mais ils n' ont pas eu le moindre réflexe pour porter secours à un frère humain en train de se noyer...Aucune sensibilité, aucune empathie pour la victime !

Je crois que ce fait divers, au delà de son horreur et de sa monstruosité,porte en lui un sinistre message pour ceux qui veulent un peu ouvrir les yeux sur notre réalité sociale et sur ce que nous sommes devenus.

Non seulement l' éducation est en échec pour une partie de la population scolaire mais elle génère aussi des monstres et ce, de manière collective.Ces monstres-là présentent de graves déficiences mentales liées aux échecs éducatifs  des parents, de la société , de l' école...et liés aussi au monde de la consommation.

La société moderne de consommation a fini par créer ce qu' on pourrait appeler une idiocratie: des êtres qui consomment mais qui ne pensent plus.

Tous ces jeunes décérébrés sont des consommateurs.Ils ont tous des portables.

-  Le plus débile d' entre eux sait utiliser toutes les principales options du menu d' un smartphone.

- Le plus intelligent d' entre eux n' a eu aucune sensibilité humaine et n' a pas été foutu ne serait-ce que d' avertir les pompiers qu' une personne était en train de se noyer.

- Tous sont tellement ignares qu' ils ne comprennent même pas en quoi ils sont coupables de quoi que ce soit.Le concept de non-assistance, ou de passivité criminelle, n' arrive pas à leur cerveau ramolli par des dizaines de milliers d' heures passées sur les jeux vidéos.

J' imagine bien leurs réponses au chef de la Police:

" -  C' est pas notre faute à nous, M' sieur ! Nous on n' a rien fait !

-  Justement.C' est ça qu' on vous reproche bande d' abrutis.Vous n' avez absolument rien fait pour éviter le drame..."

Il y a quelque chose qu' on ne veut pas reconnaître dans ce fait divers affreux, c' est que nous récoltons ce que nous avons semé.Cette débilité collective c' est la juste conséquence de notre échec éducatif associé à la décadence morale d' une société purement mercantile: deux graves problèmes sur lesquels nous serions bien avisés de méditer sérieusement et douloureusement.

Une histoire choquante...

PS:un dernier point qui m' étonne, me choque,me surprend, et qui devrait faire réfléchir les législateurs américains.A priori ces jeunes gens ne peuvent être poursuivis pour non-assistance à personne en danger.Les lois de Floride ne permettent pas d' entreprendre de telles poursuites.Tout au plus, ils peuvent être accusés de ne pas avoir informé la Police...

Repost 0
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 12:31

Bonjour les amis,

Ceux qui travaillent dans le monde de l' éducation peuvent tous témoigner du fait qu' il s' agit d' un univers obsédé par un désir constant de se réformer sans cesse afin de diminuer le taux d' échec scolaire.Un monde dans lequel, chaque matin ( ou presque), vous tombez sur un petit malin  qui vient vous expliquer que ce que vous faites n' est pas adapté,ne donne pas envie aux élèves de travailler et que tous vos échecs ne sont que la juste conséquence de méthodologies inadaptées.

Un monde dans lequel , certains veulent tout supprimer: les examens, les devoirs,les obligations,les rangées de pupitres alignés, les murs ( oui je ne plaisante pas: certains projets expérimentaux consistent à changer les espaces et supprimer les murs qui séparent physiquement les classes les unes des autres).J' en passe et des meilleures.

C' est un monde où, au lieu de s' appuyer sur 2000 ans d' expérience pédagogique pour améliorer ce qui peut l' être tout en préservant ce qui fonctionne bien, certains n' ont comme seul mot d' ordre " Du passé faisons table rase ! " ...un peu comme les injonctions du chant révolutionnaire l' internationale

Imaginez qu' on explique pendant plus de 30 ans à un boulanger que sa recette pour faire du bon pain n' est pas la bonne, et que tous les 6 mois quelqu' un prétende la changer, la retoucher sans que ce ne soit jamais vraiment concluant !

Imaginez que, années après années,réformes après réformes, toutes ces fausses bonnes idées en matière d' éducation n' aient fait que compliquer inutilement la tâche de l' enseignant,lui aient fait perdre un peu plus de cohérence, de crédibilité et d' efficacité EN ECHANGE DE RIEN...

J' aimerais vous parler aujourd' hui de certaines nouvelles idées qui font fureur en Europe, comme par exemple, la création de " communautés d' apprentissage".C' est la grande idée novatrice en ce début de XXI ème siècle.

Je vous donne un exemple précis.Un professeur de biologie va par exemple proposer des activités à un groupe d' une trentaine d' élèves.Comme on sait parfaitement que nombre d' entre eux ne feront absolument rien,ou ne feront que recopier le travail des autres, on décide de faire appel à des bénévoles ( en général ce sont de sympathiques retraités qui veulent rendre service) qui vont s'occuper de prendre en charge pour chacun d' entre eux un groupe de 5 à 6 élèves.Ils vont vérifier que tout le monde participe aux activités proposées par le prof.Ils vont intervenir en tant qu' arbitre en cas de conflit ou de partage des tâches.Bien souvent, leur seule présence fera que les élèves qui d' habitude ne font absolument rien se sentiront obligés de s' impliquer.Le résultat est de ce point de vue concluant: l' assistanat permet de lutter efficacement de manière positive contre l' objection scolaire mais il démontre aussi que là où il fallait un seul prof par le passé il faut maintenant une batterie de 5 ou 6 assistants ( par ailleurs non rétribués) pour suppléer au manque d' autorité du professeur qui ne peut obliger à lui seul tous les élèves de travailler si tels ne sont pas leurs désirs.Par ailleurs l' intervention de ces assistants doit être encadrée par le professeur car ceux-ci n' ont pas les éléments de connaissances ni la formation professionnelle nécessaires pour dissiper certains doutes de l' élève.L' assistant est là pour stimuler, pour animer,pour organiser mais pas pour expliquer...ça c' est le boulot et LA RESPONSABILITÉ du prof.Mes collègues de sciences qui se sont prêtés à ces expériences éducatives sont assez enthousiastes, et j' en prends donc acte.

Malgré tout, ces idées ne me semblent applicables que dans certains cas bien précis comme pour aider au bon déroulement de certains travaux dirigés, expériences de laboratoires,ateliers, etc.... Mais personnellement, et dans la branche que j' enseigne,à savoir les mathématiques, j' estime que la présence d ' assistants serait parfaitement incongrue.Quand je démontre le théorème de Pythagore au tableau j' ai besoin de discipline et d' attention de la part des élèves: les assistants ne me sont d' aucune utilité ( si ce n' est de calmer et de contrôler les éventuels  éléments perturbateurs, mais ça j' y arrive encore tout seul).Quant au fait que la présence des assistants incite tous les élèves à s' impliquer et à fournir des efforts, alors là, c' est la démonstration qu' on a enlevé au professeur l' autorité qui lui permettait de mettre tout le monde au boulot.Je préfère qu' on restitue mon autorité plutôt que de m' envoyer une batterie d' assistants dont je n' ai nul besoin.Si ma classe n' est pas surchargée, je peux parfaitement superviser les activités de tout un chacun.Excusez mon manque de modestie mais j' en fais une question d' honneur professionnel !

Si vous voulez en savoir plus sur ce thème vous pouvez aller sur ce lien

https://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_d%27apprentissage

Mais revenons au thème principal de mon article, à savoir les nouvelles idées pédagogiques.

Aujourd' hui toutes les fausses bonnes idées éducatives sont abondamment relayées dans les réseaux sociaux et sur internet où on fait passer l' école publique pour une institution ringarde animée par des tarés d' un autre âge qui torturent inutilement les esprits neufs et pleins de promesses de nos chère têtes blondes.

Pire ! L' éducation nationale ne serait qu' un lieu qui bride l' intelligence, la créativité, qui ne génère que tristesse, monotonie et médiocrité.Un lieu où on apprendrait des règles , des normes, des formules,  et beaucoup de contenus parfaitement inutiles dans la vie quotidienne.Un lieu où serait privilégié l' apprentissage " par coeur " au détriment du développement de la capacité d' analyse et de production personnelle de l' élève.

Tous ces faux reproches font tristement sourire les professionnels de la profession dont je fais partie.Autant de naïveté dans ces propos relayés par certains intellectuels, assez irresponsables et démagos qui donnent des conférences un peu partout, est parfaitement risible.

A les entendre nous aurions le pouvoir de transformer l' or en plomb.Nous assassinerions quotidiennement des millions de Mozart potentiels que la société nous confie.

Ce matin j' ai lu dans le quotidien espagnol EL PAIS une interview très intéressante d' une conseillère en éducation du gouvernement suédois qui vient casser certains mythes, qui vient apporter un peu de bon sens et qui nous invite à revenir un peu sur Terre.

Cet article, je vous le mets d' abord sur le lien ci-dessous,en version originale espagnole, et ensuite j' essaierai d' en traduire les parties les plus intéressantes en français.

Extraits choisis et traduits à partir de l' article d' EL PAIS.
Pas facile de trouver un avis comme celui d'  Inger Enkvist (Värmland, 1947). Alors que la plupart des gourous de l'éducation préconisent la fin des rangées de pupitres avec des formats de classe corsetés et veulent donner plus de liberté aux étudiants en classe, Enkvist, ex-conseillère du ministère suédois de l'éducation, pense qu' il faut récupérer la discipline et  l'autorité des enseignants dans la salle de classe. Elle affirme:

" Les enfants ont besoin de développer des habitudes de travail systématiques et ont besoin d'un adulte pour les guider.

L'apprentissage exige des efforts et si les élèves sont autorisés à choisir, ça ne se produit pas...tout simplement ".

Elle affirme également:

Si l' élève n' a pas appris à être ordonné en primaire, il est peu probable qu' il le devienne par la suite.

 

Question: dans votre livre,vous remettez en cause le fait que tous les élèves désirent apprendre et que c' est donc une bonne initiative pédagogique qu' ils essaient d'apprendre par eux-mêmes.Quels sont vos arguments contre ce point de vue ?

Réponse:Les choses n' ont jamais été ainsi.Ça c' est une idée romantique qui vient de Rousseau.L' homme naturellement bon, innocent et bien intentionné.Un enfant qui va se concentrer sur une tâche de par sa propre initiative ne le fera dans la majorité des cas que pour le jeu.Mais apprendre à lire, ou les principes arithmétiques élémentaires requièrent des tels efforts que les élèves ne les feront jamais spontanément.Ils ont besoin d' appuis solides, de stimulations et de récompenses aussi, comme le sourire et les encouragements d' un professeur, les félicitations des parents.

Question: Que faut il récupérer de l' école traditionnelle?

Réponse:Il faut que ce soit le professeur qui organise le travail en classe.Si les élèves planifient leur propre travail, cela devient difficile d' obtenir de bons résultats et cela démotive le professeur qui n' a pas envie de se sentir responsable de ce qui ne fonctionne pas.Ces nouvelles méthodologies éloignent les professeurs les plus compétents.On considère à tort que ce n' est pas le professeur qui doit dispenser un savoir mais que celui-ci doit pousser ses élèves à s' y intéresser par eux-mêmes en suivant leur propre rythme.Dans un tel contexte il est difficile d' enseigner car il n' y a plus la confiance nécessaire envers le professeur.Vivre dans l' immédiateté sans exigences est tout le contraire d' une bonne éducation

Question: vous avez qualifié le concept d' auto-apprentissage d' idée fallacieuse et contreproductrice. Or il est clair que les citoyens qui seront amenés à se recycler ont besoin de cette capacité à apprendre par eux-mêmes.Ne trouvez-vous pas que c' est une bonne idée d' apprendre aux enfants dès le plus jeune âge à prendre des initiatives personnelles dans leur apprentissage ?

Réponse: C' est la grande imposture des nouvelles pédagogies.Les élèves doivent d' abord apprendre des contenus, et non pas le fameux "apprendre à apprendre".Rien que le fait que certaines décisions puissent appartenir aux élèves vous garantit le fait qu' elles ne se prendront pas. Je ne donnerai qu' un seul exemple.Le gouvernement suédois offre des plans de formation pour adultes, et il est désespéré de constater que les seuls qui en profitent vraiment possèdent déjà un niveau de formation élevé. Celui qui possède une bonne base de connaissances et des bonnes habitudes de travail a la confiance nécessaire pour penser qu' il pourra apprendre  à nouveau.Plus l' élève possède une discipline, et plus il aura confiance en lui pour aborder des situations limites.

Question: Il y a un grand débat sur l' utilité des examens.Certains experts pensent que dans la vie réelle les citoyens ne sont jamais confrontés à ce type de difficultés et qu' il serait plus judicieux de leur apprendre à s' adapter aux capacités et compétences que requièrent leur environnement.

Réponse:Ça c' est la vision d' une personne qui ne connaît pas comment fonctionne le monde des enfants.Dans la vie réelle nous avons des dates limites pour effectuer certaines tâches, et cela s' apprend dès l' école avec le respect des délais pour rendre un travail.Avec les examens l' élève apprend à faire face à des responsabilités.S' il ne se présente pas à un examen, on n' en fera pas un autre rien que pour lui.Plus tard si il ne fait pas face à ses obligations dans la vie professionnelle, il sera écarté.Les examens aident à créer des habitudes et une discipline de travail nécessaires dans la vie active.

 

Question: L' école tue la créativité selon le pédagogue britannique Ken Robinson

Réponse:Le plus simple est de penser à un musicien de jazz.On a l' impression qu' il improvise en jouant.Comment peut-il le faire ? En réalité il connaît par coeur de l' ordre de 500 mélodies et sait les utiliser de forme élégante.Il les a répétées tant de fois qu' on a l' impression qu' il le fait sans efforts.La théorie est nécessaire pour que surgisse la créativité.

 

Je n' ai pas grand-chose à ajouter aux propos de cette ex-conseillère qui sont frappés au coin du bon sens.On a souvent l' impression qu' on va finir par redécouvrir le fil à couper le beurre.

J' aimerais conclure par certaines réflexions.Il y a en matière d' éducation des points de passage obligés, comme par exemple, la connaissance de la part de l' élève de la structure grammaticale de sa propre langue sans laquelle aucun d' entre eux  n' est capable d' émettre des messages cohérents et intelligibles.

Pour un prof de maths, c' est impossible d' imaginer qu' un élève de 11 ans ne soit pas familiarisé avec les simples règles de la proportionnalité ( la fameuse règle de trois).Si cette compétence n' est pas acquise rien de stable ni de consistant ne se construira.La connaissance est un comme un édifice qui a besoin de solides fondations.C' est à partir de la connaissance que naît la créativité et pas le contraire.

L' une des missions de l' école est de former des citoyens libres, or il n' y a de vraie liberté qui puisse s' exercer sans un minimum de connaissances scientifiques et culturelles.

L' ignorance, ou l' illusion de connaissances propagée par l' accès aux nouvelles technologies de l' information, permet de créer des citoyens manipulables et asservis.La connaissance et la rigueur de la pensée qui s' apprennent à l' école sont les plus grande alliées de la démocratie et de la liberté.

Mettre en danger l' école de manière irresponsable et démagogique en niant la qualité de son rôle formateur, en voulant dynamiter ses principes de base qui sont le fruit d' une longue expérience qui remonte à l' antiquité,porte atteinte directement à nos fondements démocratiques.

 

J' aime l' image d' un professeur qui reste le maître à bord... un maître qui guide, qui oriente...

J' aime l' image d' un professeur qui reste le maître à bord... un maître qui guide, qui oriente...

Repost 0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 14:49

Bonjour les amis,

Aujourd' hui je vais vous parler un peu d' éducation.Juste un peu !

Commençons par écouter cette chronique de Nicole Ferroni sur France inter au sujet de la réforme des collèges, et puis, on en reparle après.

 

 

Alors sachez que la pauvre petite Biboune qui a droit à toute ma compassion est victime de ce qu' on appelle la réforme pédagogiste des enseignements.

A la transmission des savoirs on préfère opposer la construction des savoirs.

Alors,moi j' enseigne en Espagne et pas en France, et donc je pourrais croire que Ferroni caricature et exagère un peu, mais il se trouve que j' ai feuilleté un livre français de mathématiques pour élèves de 5 ème , et j' y ai bien retrouvé les travers dénoncés par la chroniqueuse de France Inter.

Aujourd' hui quand vous ouvrez un livre de mathématiques, et bien, le moins qu' on puisse dire c' est que ce n' est pas clair.Fini les leçons structurées avec des contenus hiérarchisés et qui s' enchaînent de manière logique.

Certaines leçons ressemblent plutôt à un jeu de pistes où des activités proposées sont supposées amener des connaissances qui n' apparaissent plus de façon structurée. 

On a l' impression désagréable que tout est dilué de manière informe...

Comme dit Le sénateur joué par Jean Rochefort qui vérifie les comptes de campagnes militaires de César dans le film Astérix:

" C' est pas clair ! "

Alors, toutes les mauvaises idées promues par les néopedagogues sont arrivées chez moi aussi mais elles n' ont pas encore produit tous les futurs dégâts qui vont en découler irrémédiablement.

J' ai encore la chance de faire mes cours en m' appuyant sur des livres bien faits où apparaissent d' abord les développements théoriques bien expliqués suivis d' activités d' application ( exercices et problèmes).

J' ai encore cette chance de pouvoir travailler de manière logique et de TRANSMETTRE DU SAVOIR.Par ailleurs les parents de mes élèves qui veulent superviser le travail de leurs enfants n' auront aucune difficulté à le faire car je respecte l' ordre du livre, et que dans les cahiers des élèves figurent leurs activités accompagnées de MA CORRECTION qui sert de modèle afin qu' ils aient AU MOINS une référence de travail à la maison...

Pour nous résumer, si le parent prend le livre et le cahier de son enfant il va pouvoir comprendre instantanément toute la logique de ce qui a été travaillé et de ce qui lui est demandé...Et ça, avec la nouvelle réforme, c' est de moins en moins clair...

Alors il ne me reste plus que souhaiter bon courage et bonne chance à toutes les pauvres petites Bibounes de France et de Navarre ainsi qu' à leurs "parents désemparés"...

PS: je profite de ce billet pour dire que Mélenchon a balancé une ÉNORMITÉ sur l' éducation lors du Grand Débat:

Il a dit qu' il y a peut-être des élèves qui ont des carences en maths ou en français mais que c' est difficile de trouver des élèves qui ont des carences partout !

Sans blagues Méluche...Arrête tes plaisanteries parce qu' elles ne sont pas drôles et que tu nous fais rire sur un sujet qui ne nous amuse pas...!

Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 13:39

Bonjour les amis,

Il y a quelques années de cela j' étais allé assister à un match de foot catégorie benjamin, et j' avais eu la très désagréable surprise de me retrouver à côté de certains parents de joueurs qui se sont comportés de la pire des manières.

D' abord, il faut dire qu' ils avaient déjà sifflé quelques bières  à la buvette du Stade avant le début du match.Certains d' entre eux étaient donc déjà " très chauds" sous les effets de l' alcool (euphémisme).

Quand le match a commencé, Ils ont tout de suite couvert l' arbitre sous une pluie d' insultes et  d' imprécations. 

Le comble, c' était aussi de les entendre gueuler des ordres de placement sur le terrain à leurs enfants qui allaient complètement à l' encontre des indications de leur coach...Aucun respect pour le travail de l' entraîneur !

Bref , c' était le délire...et je suis parti écoeuré sans attendre la fin du match...J' aime le foot mais je ne supporte pas les réactions irrespectueuses du public quand il y en a, et encore moins quand ce sont des enfants qui jouent..

J' imagine et j' espère qu' aujourd' hui de telles manifestations comme celle que je viens de décrire sont moins fréquentes qu' à l' époque des faits que je relate.

En ce moment, je vais plutôt voir les matchs de basket où jouent certains membres de ma famille, et c' est assez cool et respectueux ( enfin relativement cool...).

Mais aujourd' hui, après avoir vu sur le net une pancarte  adressée au public d' un stade, ça a fait tilt et ça m' a rappelé ce triste épisode de cette partie de foot pathétique que je n' ai pas oubliée.

Cette pancarte, pleine d' humour et de simple bon sens, la voici

Ces parents qu' il faut rééduquer parfois...

Cette pancarte, les amis, elle mériterait d' être installée dans tous les stades où se jouent ce genre de compétitions.

Et oui...Les éducateurs et les formateurs essaient de faire du bon boulot mais parfois c' est les parents qu' il faut rééduquer...

 

Ces parents qu' il faut rééduquer parfois...

PS: Hors-sujet

je profite de ce court billet pour vous faire une petite confidence.Parfois, lors de matchs importants, des amis ou connaissances m' invitent à venir le voir avec eux, et souvent, je décline poliment l' invitation...En effet, j' aime bien être dans le match ( complètement dans le match) sans qu' il y ait des éléments extérieurs ou des réactions qui me distraient...finalement j' aime bien voir une partie seul devant la télé ou avec mon fiston...et, en rediscuter plus tard tranquilos avec mon entourage.

Repost 0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 08:34

Bonjour les amis,

Les personnes qui comme moi travaillent dans l' enseignement sont bien placées pour observer certaines dérives sociales éducatives dont notamment UNE dont je vais vous parler aujourd' hui: l' hyper-paternité.

Comment pourrait-on la définir brièvement ? L' Hyper paternité c' est un mot qui résume le comportement de certains parents qui s' investissent tellement dans l' éducation de leurs enfants qu' ils en contrôlent et en supervisent les moindres détails. Ils interviennent dans tous les  aspects de leur vie scolaire et sociale.Ce sont des parents qui sont tellement obnubilés par la réussite et par la performance de leurs enfants qu' ils les sur-stimulent avec plein d' activités extrascolaires. Ils leurs organisent un emploi du temps hebdomadaire aussi dense et chargé que celui d' un cadre d' entreprise, et ils ne leurs laissent pas le temps de faire leur propre expérience sociale de la vie.

L' hyper-paternité ou quand les parents deviennent  LE problème...

L' hyper-paternité est donc une forme de perversion qui prétend modifier notre modèle éducatif en augmentant la charge d' attention des enfants et la charge de travail de leurs géniteurs.

Parmi les principaux comportements indicateurs d' hyperpaternité, objectifs et mesurables, on peut citer:

1: les parents qui surchargent l' emploi du temps d' activités extra-scolaires, et qui ensuite passent leur temps à les emmener de l' une à l' autre.Ce sont les "parents-chauffeurs".

Leurs enfants n' ont même plus le temps de se balader et de  " traîner" avec leurs copains...Or, ça aussi,ça fait partie de l' apprentissage de la vie.

2.Les parents qui épient et surveillent sans répit les activités de leur enfant, et qui restent pendant des heures avec le sandwich à la main dans le jardin public,en attendant que le petit chéri le termine...ce sont les parents-hélicoptères.

3. Les parents qui vont retirer du passage tous les obstacles qui pourraient freiner la progression de leur progéniture,...Ce sont les parents-chasse-neiges...

Les parents-chasse neige ne comprennent pas que l' apprentissage consiste justement en l' expérience personnelle de certaines difficultés.Le chemin est parfois plus important que le point d' arrivée, et eux voudraient brûler les étapes.

Prenons par exemple le thème des devoirs à la maison.Si un prof envoie un problème à la maison c' est que la résolution n' est pas immédiate, sinon ce ne serait pas un problème mais plutôt un exercice.Si l' élève le résout seul c' est parfait mais dans le cas contraire il faut considérer que l' échec est aussi une forme d' apprentissage.Ne pas tolérer cet échec et tenter de résoudre coûte que coûte, avec ou sans l' aide de quelqu' un, n' aide pas forcément l' enfant à surmonter la frustration, n' améliore pas son auto-estime, ni sa confiance en soi.

La résolution en classe dudit problème se fera sous la responsabilité du professeur, et il faut apprendre aussi  à lui faire confiance...C' est lui qui va aider chacun de ses élèves à avancer à son rythme vers la connaissance.

Je pourrais vous en parler pendant des heures, de ces parents qui, lorsqu' ils s' adressent au professeur, disent "nous" au lieu de "il", qui disent par exemple " Nous avons un examen d' histoire-Géo vendredi prochain " au lleu de " Mon fils a un examen d' histoire-géo vendredi prochain"...et qui croient que cette association-confusion va bénéficier à leur enfant.

.

 

L' hyper-paternité ou quand les parents deviennent  LE problème...

Par ailleurs, les hyper-parents ne savent pas être patients.Ils ne savent pas compter avec LE TEMPS, ils ne comprennent pas que l' expérience personnelle de l' enfant est réellement ce qui va lui permettre de construire de manière consistante l' ensemble de ses connaissances.

J' essaie souvent d' expliquer à ces parents que leurs enfants ne sont pas des clés USB dans lesquelles on peut insérer de manière définitive et immédiate un thème ou un concept qui prendra peut-être des semaines , voire des années à être assimilé.

Les hyper parents sont souvent en conflit avec les professeurs dont ils estiment qu' ils ne sont pas les plus à même de tirer le meilleur parti de la " génialité" de leur progéniture...Ils sont en conflit ou alors ils interviennent sans cesse: c' est à ça qu' on les reconnaît comme dirait Audiard !

Les hyper parents sont aussi le cauchemar des profs principaux.Il existe maintenant des nouveaux outils informatiques performants qui permettent d' échanger quotidiennement avec les familles, et les hyper parents BOMBARDENT les pauvres profs de messages intempestifs,,,des fois 3 ou 4 par jour..J' ai un collègue qui m' a montré un listing de messages d' une mère qu' il avait reçu en une semaine...ÇA DEVIENT PARFOIS LE DÉLIRE mes amis, le délire...C' est de justesse si elle ne lui envoie pas un message quand le gamin a perdu sa gomme !

Là, il faut savoir dire STOP; installer des garde-fous.De la même manière qu' un malade ne bombarde pas son médecin de SMS jour et nuit, un parent d' élève doit savoir faire preuve d' un peu de bon sens et de retenue. 

Ce que je dis est parfaitement politiquement INCORRECT et va à l' encontre de tout ce que nous demande le politique pour qui les relations avec la famille sont la clé de voûte de la réussite scolaire, et qui ne veut absolument pas voir les effets pervers de certains de ces outils informatiques.Communication avec les famille oui, mais pas 24 h sur 24...et plutôt dans un cadre préétabli, raisonnable et normalisé.

L' hyperpaternité est EPUISANTE: elle est épuisante pour les parents, pour les enfants et pour les enseignants aussi.

Comment sortir de cette spirale ?

C' est très très simple...et comme toujours il suffit de faire appel au bon sens populaire.

Les enfants n' ont pas besoin de parents hyper performants.NON, ils ont juste besoin de parents heureux qui vivent en harmonie et qui les font vivre dans un cadre stable dont les normes leur apporteront une tranquillité d' esprit nécessaire à une bonne réalisation de leurs activités.Voilà, ils ont juste besoin de ça...

Quand les parents s' investissent trop dans leur monde, ils deviennent NOCIFS...ils les empêchent de développer une personnalité confiante et équilibrée..

L' hyper-paternité ou quand les parents deviennent  LE problème...

PS: afin d' éviter tout malentendu ou toute critique parfaitement inutile, ne me faites pas dire ce que je n' ai jamais écrit.

Bien évidemment, les parents doivent superviser les activités de leurs enfants et doivent savoir les guider et les aider aussi...mais toujours , de manière subtile, en leur faisant confiance, et en leur laissant vivre le temps de l' enfance...et si vous n' ètes pas complètement convaincu, allez relire Pagnol ( dont le père était instit') et le récit de ses escapades dans les collines provençales avec son petit copain de l' époque...

Moi, personnellement,mon enfance et mes escapades c' était sur le Terril de Wallers-Arenberg et près de la mare à Goriot avec les copains...

Et ne me dites pas que¨" maintenant ce n' est plus possible parce que les temps ont changé, et que notre monde est plus dangereux ! ..."

 Non, il faut savoir réserver un vrai temps à l' enfance ! Il faut savoir foutre la paix aux gamins de temps en temps...y compris en 2017 !

PS Petite devinette à 1 euro:

Vous savez pourquoi les hyper-parents n' assistent pas, eux-aussi, aux cours de leurs enfants en s' installant au fond de la classe ?

<

<

<

<

je vous laisse réfléchir quelques instants

<

<

<

<

<

<

tic tac tic tac

<

<

<

<

Réponse:

parce que la LOI les en empêche...-)

Repost 0
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 08:08

Bonjour les amis,

je viens de voir ( comme toujours avec un certain retard) CAPTAIN FANTASTIC le dernier film de Matt Ross.

C'est une histoire qui commence comme une fable moderne.Une famille américaine désire vivre de manière utopique loin de la société de consommation, frustrante et aliénante, en s' isolant quelque part dans l' immensité des montagnes rocheuses.

Le père Ben, très bien interprété par Viggo Mortensen, se charge de l' éducation des enfants pendant que la maman est à l' hôpital.

Il s' agit d' une éducation authentique, à la fois exigeante et très dure qui devrait permettre aux enfants de devenir des individus très forts, libres et critiques, capables de vivre réellement en harmonie avec la nature.Une éducation qui n' a rien de laxiste, inspirée de l' idéal de la révolution Hippie, de la pensée new-age, de l' écologie, des philosophies humanistes et universalistes.

Par exemple, le jour de Noël est substitué par la célébration de la naissance de Noam Chomsky, père fondateur d' une pensée orientée vers l' entente et le respect entre les peuples.

Pour tout le groupe, tous les jours, ce sont des entraînements sportifs soutenus dans la nature ,exercices de maintien de la forme physique dignes de la préparation des marines américains,chasse au daim, escalades de parois rocheuses suivis d' un apprentissage scolaire exigeant dont se charge Ben.

Ben dont on imagine qu' il a été par le passé un brillant intellectuel apprend à ses enfants les langues étrangères, l' esperanto, la physique quantique, la biologie,à faire des analyses littéraires rigoureuses, etc...Ses enfants sont des petits Rambos capables de survivre dans les milieux les plus hostiles mais également capables d' avoir une réflexion éthique et morale d' un niveau déjà très relevé pour leur âge.

Mais, bientôt, de graves problèmes vont survenir au sein de cette communauté utopique avec le suicide de la mère à l' hôpital. La famille va devoir se confronter au monde qui les entoure, et les préceptes éducatifs imposés par Ben vont bientôt montrer leurs limites.

Ses enfants sont très forts, très préparés mais ont grandi de manière si isolée du reste de la population qu' ils sont en constant déphasage avec leur environnement social ce qui donne lieu à des scènes parfois assez humoristiques.

A partir du suicide de la mère le film prend alors les tournures d' un road movie ( un peu comme le croquignolesque et savoureux  LITTLE MISS SUNSHINE): le groupe  part dans l' autobus familial pour aller assister à l' enterrement de la mère.

Au cours de ce voyage Ben va lutter pour faire respecter les dernières volontés de son épouse, mais il va aussi douter...Ses enfants, à travers leurs problèmes et parfois leur rébellion, vont le faire se remettre en question.

La confrontation et le CHOC de Ben avec son beau-père, magistralement interprété par Jack Langella, est su-bli-me.

Et si l' idée merveilleuse de petite communauté que Ben a eu avec son épouse n' avait peut-être été rien d' autre qu' une ERREUR merveilleuse ?

Le film peut agacer parfois car le réalisateur cherche peut-être à être trop démonstratif,mais en même temps, il soulève bien les questions posées par ces parents qui veulent tout réinventer pour leurs enfants, et qui veulent se substituer aussi à l' école qu' ils considèrent comme complice d' une société perverse et aliénante.

Je précise bien que l' enseignement de Ben est tout le contraire d' un endoctrinement.Il oblige ses enfants à lui fournir un vrai travail critique de réflexion mais leur isolement social a aussi des effets très nocifs.

Peut-on réinventer une société à partir de sa propre famille en l' isolant et sans la convertir en une espèce de secte ?

Pourtant, Ben, même s' il est souvent rigide et exigeant,ne se comporte jamais comme un mini dictateur puisque tous les membres de la communauté ont toujours la possibilité de remettre en cause leurs règles de cohabitation communes si ils sont capables d' exposer de manière argumentée leurs divergences.Il s' agit bien d' une tentative de démocratie directe au sein d' une micro-société composée de membres intelligents et responsables.

Il y a de magnifiques passages dans ce film très sincère qui nous oblige à réfléchir sur notre façon d' éduquer et sur les limites de notre liberté individuelle, et de notre responsabilité en tant que parents.

Et puis, ce film est aussi une belle comédie allègre, et pleine de vie, bien menée.On suit tambour battant et avec ravissement les tribulations joyeuses de ce petit groupe complètement atypique .

Certains trouveront cette histoire assez invraisemblable ou peu crédible  mais le réalisateur s' amuse à pousser jusqu' au bout la logique des parents.

Je ne parlerai pas de la fin si ce n' est pour dire qu' elle m' a plu même si d' autres la trouveront trop en accord avec la bien-pensance américaine.

Nous sommes libres et pouvons mener notre petite révolution sans être systématiquement en rupture de ban avec la société.Il peut y avoir des compromis intelligents...

Ou alors, à trop vouloir corriger certaines servitudes artificielles de notre société moderne on risque de créer certaines carences qui sont encore pires...

Enfin, à une époque, où il y a tant de films creux et superficiels, sans substance, destinés au public familial, on ne peut que saluer une oeuvre grand public qui apporte autant de réflexion , d' intelligence, de sensibilité, d' humour et d' originalité.

A citer par ailleurs la bande-son avec des morceaux classiques et d' autres traditionnels très connus ( dont un de Dylan) mais réinterprétés par nos joyeux protagonistes, notamment une version de sweet child of mine des Gun's N' Roses qui m' est allée droit au coeur...

Je vous mets la bande-son de cette réinterprétation et sachez que la scène est merveilleusement filmée comme une ode à la vie, pleine de poésie, et qu' elle m' a sincèrement ému.Elle mérite d' être écoutée jusque la dernière note de l' harmonica...
 

Voici le NOAM CHOMSKY DAY avec une petite chanson en son honneur...à un moment du film où la petite communauté est en contact avec la société américaine ( le père fait une petite concession et entorse aux règles de vie commune  en servant exceptionnellement un gâteau et une crème parfaitement industriels et chimiques).

CAPTAIN FANTASTIC un conte philosophique à la fois tendre et cruel...
Repost 0
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 08:34

Bonjour les amis,

Les révélations parues simultanément dans plusieurs grands médias européens sous le titre FOOTBALL LEAKS démontrent , une fois de plus, que le milieu du football professionnel est intimement lié à la pratique de l' évasion fiscale.

Beaucoup de noms de champions circulent dans cette affaire dont ceux de Pogba, de Falcao, de Di Maria, de Pepe et...et..et..celui de  Ronaldo, l' inénarrable CR7

 

 

Je ne vais pas entrer dans le détail des explications techniques au sujet des petits malins comme l' agent portugais Jorge Mendes qui savent faire des montages financiers de sociétés opaques qui se terminent tous avec des comptes dans les îles vierges, Caïman ou au Panama...

Pour nous, en Espagne, cette affaire FOOTBALL LEAKS c' est un peu la cerise sur le gâteau, car elle vient après les affaires de Messi et de Neymar, qui eux aussi ont des comptes TRES LOURDS à rendre à la justice et au fisc espagnol.

Bref, en un mot comme en mille, à chaque fois qu' on regarde le JT espagnol on voit des stars du foot dans un nouvel épisode qui n' a plus grand chose à voir avec le sport.D' ailleurs, au train où vont les choses dans la rubrique sport, ils vont bientôt pouvoir ouvrir une sous-rubrique intitulée " affaires judiciaires liées à l' évasion fiscale".

Sachez que le coup d' envoi  de l' évasion fiscale à grande échelle en Espagne a été donné par l' anglais David Beckham qui ne voulait pas payer " trop" d' impôts chez nous et qui a bénéficié en 2004 d' un régime spécial sous le gouvernement d' Aznar au travers d' une loi faite sur mesure dite BECKHAM justement à laquelle s' accrocheront ensuite nombre d' autres champions étrangers. 

 

Alors, je ne vais pas vous embêter avec les explications financières sans intérêt.Même si la loi Beckham a été supprimée et que les footballeurs sont soumis maintenant au même régime fiscal que les simples citoyens, l' argent sait trouver d' autres chemins pour ne pas contribuer au bien-être social de toute la collectivité, notamment grâce aux petits malins comme l' agent portugais Jorge Mendès, le monsieur 10% du gratin footballistique international ( il prend 10 à 15 % sur tous ses services rendus...).

Le foot, et le sport en général, sont toujours érigés comme des exemples à suivre pour la jeunesse...

Bin là, comme exemple, on fait mieux !...Que voient tous les jours nos chers petits à la télé ?

Et bien ils voient des champions qu' ils admirent se comporter comme des rats hyper égoïstes qui ne veulent pas participer au système contributif qui fonde notre bien-être social à tous.

Non, ces champions ne veulent pas payer chez nous leurs impôts grâce auxquels on peut construire des hôpitaux, des écoles, etc...

Non, ils veulent tout pour eux, et rien pour les autres...Ils se gagnent la sympathie de certaines personnes en jouant sur le fait que nombres d' entre elles se comporteraient comme eux si elles gagnaient autant d' argent.Le genre de raisonnement suivant:

" Ne me critiquez pas car si vous étiez à ma place, vous feriez pareil..."

Et voilà, comment se crée une vraie culture de l' INCIVISME .

Il y a aussi un autre message OCCULTE qui est véhiculé par ces champions.

Seules valent les performances et elles donnent tous les droits.

Avec mon fric, je me paierai les meilleurs avocats et les meilleurs assesseurs financiers et je me sortirai de toutes les embrouilles.

L' argent est ROI.C' est le triomphe du cynisme.Nous sommes en pleine logique économique libérale.

Et c' est avec de tels modèles qu' on veut former une citoyenneté responsable,juste et solidaire ?

Pour terminer ,je vous mets en lien une explication de 3 minutes ( en espagnol et sous-titré espagnol) de Marta Flich qui est économiste et actrice.

ÇA VAUT VRAIMENT LE DETOUR !

C' est à mourir de rire. Marta Flich résume avec ironie et avec un humour dévastateur les explications que je viens de vous faire.Elle nous fait un vrai sketche à la Bedos

Même si vous ne comprenez pas très bien l' espagnol, essayez de piger ce qu' elle raconte, ça ne dure que 3 minutes et c' est sous-titré ...

Au passage, vous pourrez apprécier son excellent accent espagnol.Une vraie leçon de bonne diction...Je l' adore !

Ecoutez de quelle manière elle charrie Beckham qui ne voulait pas payer " trop" d' impôts en imitant son accent d' anglais tentant de dire 3 mots d' espagnol...à 45 secondes sur la vidéo.

Son sketche est construit en jouant à fond sur le second degré et sur une fausse ingénuité de l' interlocutrice.Le genre.Moi je suis sûr que CR7 est un mec bien et que tout ça va s' arranger...Pourquoi il paierait pas d' impôts d ' abord ? Hein ? 

Evidemment, tout en semblant le défendre, elle balance tellement d' éléments à charge qu' elle  le démolit ! Mis en pièces le CR7 ! Le CR7 et tous ses petits copains du même acabit... 

Repost 0
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 18:29

Bonjour les amis,

J' ai toujours, et dès le début, été très méfiant avec la méthode globale pour l' apprentissage de la lecture.

Je trouvais qu' on avait abandonné bien trop vite des méthodes éprouvées sans s' assurer que les nouvelles donneraient des résultats qui soient au moins équivalents.

Aujourd'hui, on en est revenu de la méthode globale.On sait qu' il y a davantage de risques de dyslexie et de graves difficultés pour les élèves.

Une récente étude de neuropsychologues français qui ont analysé le fonctionnement du cerveau des enfants pendant les phases d' apprentissage vient porter le coup de grâce à cette méthode.

 

Alors, je ne vais pas relancer la bagarre sur la méthode globale ( tout n' est pas à jeter) mais l' écho donné aux résultats de cette équipe me fait sourire un peu.

En effet, quand c' était de nombreux enseignants qui affirmaient sur la base de leur expérience que la méthode globale était moins efficace que la méthode syllabique,personne n'en faisait cas et ils en ont pris plein la figure.

Ils ont été accusés d' avoir une vision idéologique et rétrograde du problème

Par contre si ce sont des neuropsychologues qui affirment que cette méthode fait travailler le cerveau d' une manière bien moins efficace , tout de suite, il y a un grand silence qui s' installe...

Aujourd'hui la méthode globale est définitivement abandonnée mais de nouvelles réformes présentent des dangers tout aussi préoccupants.

Le problème continue car nous n' apprenons pas de nos erreurs ( ce qui est le comble pour des pédagogues).

On prétend lutter contre l' échec scolaire en introduisant de nouveaux objectifs ( comme les projets transversaux interdisciplinaires par exemple) et sans maintenir le niveau d' exigence nécessaire dans les matières instrumentales telles que la langue véhiculaire ou les mathématiques qui apportent aux élèves les véritables outils qui les aident à exercer et à exprimer correctement une pensée rigoureuse.Sans une connaissance sérieuse de ces deux matières les autres disciplines du savoir resteront inaccessibles.

J' écoutais l' autre jour un professeur d' histoire-géographie sur BFM TV explicant que les jeunes collégiens étaient souvent incapables d' assembler des mots pour construire des textes qui aient le moindre sens .C' est sur le lien ci-dessous de l' article de Fatizo.

http://fatizo.over-blog.com/2016/10/insecurite-qui-va-faire-quelque-chose.html

Voilà..Il est là le problème ! Ça, c' est un vrai problème !...

Les élèves ne pourront pas apprendre les langues étrangères, l' histoire, la géographie,la biologie, et encore moins l' histoire de la pensée humaine s' ils ne sont pas capables de formuler de simples phrases bien construites et qui aient un sens.

On ne construit rien de solide sans de bonnes fondations...

C' est une simple pensée populaire frappée au coin du bon sens, mais ce bon sens semble parfois faire cruellement défaut chez nos décideurs obnubilés par le désir de réformer à tout prix, convaincus qu' ils sont que toute réforme sera forcément positive.Des décideurs qui imaginent d' hypothétiques avantages qui resteront à démontrer sans évaluer d' énormes inconvénients qui sont bien prévisibles.

Les trente ans de perdus avec la méthode globale ( ainsi que les générations scolaires qui ont été sacrifiées) sont la meilleure illustration de leur manière de penser et d' agir.

NB: Quand je parle de mathématiques, je ne parle pas seulement du calcul,de l' arithmétique,de l' algèbre , des statistiques ou de la géométrie mais aussi du fait d' apprendre à faire des démonstrations logiques et sans failles.Un philosophe qui articule bien ses raisonnements fait des mathématiques.Les bons philosophes sont souvent de bons matheux comme Bertrand Russell par exemple, et peuvent conclure leurs raisonnements par le fameux CQFD.

PS.je me rappelle chez Pivot de l'intervention d'  une ex-compagne de Claude Lellouch, Marie Sophie L., ardente défenseur de la méthode globale qui disait qu' il était plus facile d' apprendre aux enfants à lire le mot gâteau si ils en avaient plein la bouche...C' est de l' apprentissage quasi charnel ! Ha ha...plus démago tu meurs !

Et pour apprendre à écrire le verbe aimer, on fait quoi ???

Repost 0
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 17:41

Bonjour les amis,

L' autre jour je montrais à Fatizo un extrait de " La moutarde me monte au nez" une comédie hilarante de Claude Zidi, datant des années 70, dans laquelle Pierre Richard jouait le rôle d' un prof de maths, un peu distrait et romantique...

Voici cet extrait:

Alors, par association de pensées, cette scène m' a fait penser à une autre, que j' avais vécu moi-même celle-là , il y de cela une vingtaine d' années...

C' était mon premier poste dans l' éducation nationale espagnole.Plus exactement c' était un remplacement d' une prof de maths qui avait " craqué" dans un lycée difficile situé dans une zone très défavorisée avec d' énormes barres d' HLM.Une partie importante de nos élèves était issue de la communauté gitane.Quand je suis entré dans une de mes classes, le premier jour, l' ambiance était très similaire à cette scène du film de Claude Zidi.

Une des élèves était en train de danser un ballet flamenco debout sur une table pendant que les autres l' accompagnaient en chantant et en frappant dans leurs mains pour marquer le rythme...

Ça ressemblait un peu à cette scène ci-dessous de jeunes ados interprétant une Buleria ( à 1 minute sur le clip), à la différence que la jeune fille dansait debout sur la table, et qu' il y avait plus d' une vingtaine d' élèves qui frappaient dans leurs mains en chantant...Bref, il y avait une sacrée ambiance ! Même les Gypsy Kings se seraient faits tout petits et n' auraient pas ramené leur science....

J' entre donc brutalement dans la classe ( tout comme Pierre Richard) en pensant que ça va calmer tout le monde mais la jeune fille continue de manière imperturbable sa danse endiablée sous les vivats de ses petits copains.Je décide donc de ne pas trop agresser le groupe d' entrée de jeu, mais tout en gardant quand même la ferme intention de mettre un terme rapide à cette petite démontration flamenca de la jeune élève.

A l' époque, je n' y connaissais à peu près rien au flamenco, et je demande au groupe si le pas qu' éxécutait la jeune fille était une alegria, ce qui a déclenché l' hilarité générale....

" Oh le nul ! Il n' y connait vraiment rien...Il confond une buleria avec une alegria ! "

Evidemment, j' ai suffisemment le sens de l' autodérision pour rire avec eux de bon coeur et confesser de bonne foi mon ignorance profonde en matière de culture flamenca.

Alors, chers amis, afin que vous ne mourriez pas idiots, et pour qu' il ne vous arrive jamais de commettre une telle confusion aussi impardonnable, voici une alegria sur le lien ci-dessous, et effectivement,vous pourrez constater par vous-mèmes que ÇA N' A RIEN À VOIR avec une Buleria...

Enfin, si vous voulez juste avoir une petite idée de la variété des types de chants flamencos avec leur différents rythmes , allez juste jeter un bref coup d' oeil sur ce lien ci-dessous, et vous pourrez constater l' étendue de votre inculture dans ce domaine...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans flamenco humour education
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de alea-jacta-est
  • Le blog de alea-jacta-est
  • : Adepte du vieux dicton qui dit que c' est au pied du mur qu' on voit mieux le mur....
  • Contact

Recherche