Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 07:34

Bonjour les amis.

cet article est la suite de celui-ci consacré au défi séparatiste catalan.

Nous arrivons à la croisée des chemins.

Rajoy a demandé à Puigdemont de cesser de "jouer sur les mots" ( comme dirait Jean Dujardin dans OSS 117) et d' exprimer de manière claire s' il déclare OUI ou NON l' indépendance.

Le président catalan a jusque demain matin 10 heures pour répondre.

Au cas où la réponse serait affirmative, l' article 155  de la constitution entrera en vigueur une fois qu' il sera approuvé par le Sénat, c' est à dire probablement jeudi prochain.

Mais que dit exactement cet article ?

En voici une traduction:

 

Crise catalane: les leaders indépendantistes maintiennent leur logique kamikaze...

Et là mes amis, on entre en terre inconnue car cet article laisse à l' exécutif toute latitude pour juger des moyens nécessaires pour rétablir l' ordre constitutionnel.

Tout est possible, et dans le pire des cas ( qui j' espère n' arrivera pas), même le recours à l' armée,s' il était justifié, serait envisageable.

Alors que va faire Puigdemont lundi matin ? Comment va t' il répondre ?

Il est fort à parier qu' il  va répondre ni  oui, ni  non comme à l' époque glorieuse du jeu télévisé des frères Rouland et de Pierre Tchernia.Il est très probable qu' il va envoyer encore une fois un message dont le contenu sera suffisamment ambigu pour que Rajoy ne puisse enclencher directement et automatiquement la procédure du 155.

Rajoy, en envoyant il y a 3 jours par FAX sa demande d' éclaircissement au président catalan a exigé une réponse nette ( qu' il n' aura pas) et donc, s' il n' y a pas un terme dans cette réponse qui indique le moindre recul par rapport à la déclaration de mardi dernier, il pourra saisir le Sénat.

Alors, pendant que Puigdemont essaie de gagner du temps, il faut rappeler qu' au jour d' aujourd' hui ce sont déjà 520 entreprises qui ont décidé  de transférer leur siège social hors de Catalogne.

Ça,de mémoire d' économiste, c' est du jamais vu ! Durant aucune crise grave connue sur cette planète on n' a jamais vu un pays, que ce soit la Grèce ou l' Argentine, transférer les sièges de son secteur bancaire et de ses entreprises qui pèsent plus de 50% du PIB en dehors de ses frontières.

Alors vous pourriez croire que cette hémorragie sans précédents est de nature à stopper net l ' aventure délirante dans laquelle se sont lancés Puigdemont et son vice-président Oriol Junqueras. C' est bien mal les connaître !

Ils vivent dans le déni de réalité.Ils affirment que la Catalogne, en tant qu' Etat indépendant pourrait être aussi prospère que l Autriche, le Danemark ou la Suède.

Il y a des économistes étrangers comme le britannique Kenneth Rogoff  qui les soutiennent.

Je vous mets en lien un article de propagande paru récemment dans la presse indépendantiste et qui va dans ce sens.

 

Cet article que je trouve délirant base le succès de l' économie de la Catalogne en misant sur la réussite du chantage à la dette de cette région vis-à-vis de Madrid.Le genre: " je suis trop gros pour que vous me laissiez tomber, et ma chute pourrait emporter l' Espagne et causer de graves dégâts à toute la zone euro...".C' est la stratégie du  TOO BIG TO FALL.

On croit rêver.Ils veulent nous faire croire qu' une région de 7 millions d' habitants  serait capable à elle seule de déstabiliser une zone de plus 500 millions d' âmes.

La logique des indépendantistes est une logique de kamikaze, et s' il y a bien quelque chose que l' histoire m' a appris durant ces dernières années c' est que l' UE ne cède jamais à ce type de chantage ( demandez donc aux grecs leur avis sur ce point...).

L' union européenne ne veut pas créer un précédent ,ni provoquer une contagion, et ne lèvera pas le moindre petit doigt pour aider les indépendantistes à relever leur défi insensé.

Quelle est donc la nouvelle stratégie des indépendantistes après avoir fait chou blanc sur le plan international et n' avoir recueilli l' appui d' aucun chef d' Etat étranger, ni d' aucun responsable de l' UE ?

Puigdemont et Junqueras qui sont les champions dans l' art de se faire passer pour des victimes vont tenter de faire croire à la communauté internationale que Madrid ne veut pas négocier.

Mais qu' y a t' il à négocier avec des forces dont le seul objectif est l' indépendance ? Toute amélioration réelle des relations avec Madrid irait à l' encontre de leur objectif final...c' est un non-sens.

D' ailleurs Puigdemont a pratiqué une politique de la chaise vide à chaque fois qu' il a été invité à Madrid pour discuter, que ce soit à l' assemblée nationale ou dans d' autres instances.Il n' est absolument pas crédible.Il n' est crédible que sur un seul point: son désir inébranlable de provoquer une sécession.

La stratégie de Puigdemont est la même que celle du Kosovo, sauf que le Kosovo avait accédé à son indépendance après une guerre civile.La Serbie n' avait pas reconnue l' indépendance du Kosovo mais la communauté internationale l' avait fait pour des " motifs humanitaires", et le moins qu' on puisse dire c' est que la Catalogne ce n' est pas le Kosovo, comme l' a rappelé en meeting Josep Borrell.Faut pas charrier...

Un dernier point important dans tout ça c' est la population catalane.Comment réagit le secteur indépendantiste de la population ? Et bien, pour l' instant leur base reste mobilisée.Cette partie de la population qui a rêvé d' une nouvelle République à réinventer ne veut pas renoncer à ce projet chimérique malgré les terribles menaces et dangers qui pèsent déjà sur l' économie de la région.Incroyable mais vrai...!

Les organisations pro-indépendantistes comme l' ANC ou OMNIUM veulent préparer une contre-offensive avec grève générale pour faire plier l' exécutif.Evidemment, cela ne marchera pas.

Alors, j' ai pris un petit risque en écrivant cet article juste 24 heures avant la réponse de Puigdemont.

Peut-être que demain, celui-ci reviendra à la raison et qu' il acceptera un retour à la légalité constitutionnelle, mais je n' y crois pas.Je ne parierais pas un kopeck là-dessus...

Réponse dans moins de 24 heures...

 

Puigdemont et son vice-président Junqueras

Puigdemont et son vice-président Junqueras

PS: histoire d'amener un peu de fraîcheur dans ce climat pestilentiel, je vous propose une petite respiration musicale...

Repost 0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 09:00

Bonjour les amis,

La Catalogne a capté l' attention de tous les médias internationaux mardi dernier avec la comparution de Carles Puigdemont devant le parlement régional.

Tout le monde craignait une déclaration unilatérale d' indépendance.

Elle a bien eu lieu mais elle a duré 46 secondes puisque dans la foulée le Président a demandé à son parlement de la suspendre ( sans toutefois l' annuler) pour entreprendre des négociations avec le gouvernement central.

Où est l' indépendance ? Ici ou là ?

Où est l' indépendance ? Ici ou là ?

Alors, il faut remettre en perspective ce tour de passe-passe de Puigdemont, et ne pas en oublier les éléments essentiels.

D' abord Puigdemont avale les résultats grandguignolesques du référendum illégal et anticonstitutionnel du 1er Octobre avec 38% de participation et 90% de OUI ( c' est à dire un résultat soviétique qui fait rire tous les démocrates de la planète).

Faut-il simplement rappeler qu' il n' y a pas eu de campagne du NON, d' une part, et que les catalans qui ne voulaient pas enfreindre la loi ne se sont pas déplacés d' autre part ?

Ces résultats ( loin d' être négligeables) sont à prendre en compte comme une démonstration de force de l' indépendantisme: une démonstration ponctuelle et circonstancielle due à l' impopularité de Rajoy dans cette région,un Rajoy qui avait commis l' erreur il y a quelques années de saisir le tribunal constitutionnel pour faire annuler le nouveau statut de la Catalogne au sein de l' Etat espagnol.Tous mes amis espagnols sans exception pensent que sans cette bourde qui a humilié stupidement les catalans, on n' en serait pas là aujourd' hui .

Il faut rappeler que durant les jours qui ont suivi cette consultation illégale , ce sont les banques, les entreprises et les capitaux qui ont émigré en dehors des terres catalanes.

Alors sur ce point il faut faire un rappel historique précis sur les mensonges et les manipulations honteuses des indépendantistes.

D' abord, ils ont toujours dit que La Catalogne, en cas d' indépendance ne pourrait pas sortir de l' UE, quand les statuts de la communauté disent expressément et explicitement le contraire.Les écossais, eux,le savaient bien et ne l' ont jamais nié mais les indépendantistes catalans ont préféré jouer la carte suicidaire du chantage en disant " vous ne pouvez pas nous mettre dehors puisqu' on est au coeur de l' Europe".Un discours chimérique et délirant de leaders qui prennent leurs désirs pour des réalités.

Ensuite, ils ont toujours affirmé à leur électorat que les banques, entreprises et capitaux ne fuiraient jamais, et qu' ils pouvaient dormir tranquilles.Autres mensonges éhontés et irresponsables dont j' ai été personnellement témoin durant des années...

En voici une preuve en images...Je vous traduis brièvement le message en catalan d' Artur Mas en 2015." Soyez tranquilles, mes amis, personne ne s' en ira..."

Une fois que le pire scénario s' est produit,et que plus de 50% du PIB a fait ses valises, les indépendantistes négationnistes ont affirmé qu' IL NE S' ÉTAIT RIEN PASSÉ, et que la richesse et les travailleurs restaient en Catalogne.Les plus insensés qui tiennent ce discours sont les anti-capitalistes de la CUP ( les petits copains à Mélenchon...).

Devant tant d' irresponsabilité et de manque de bon sens, Josep Borrell, ex-président du parlement européen, ex-ministre socialiste, a rappelé aux indépendantistes que les hauts responsables de la BCE ne " sucent pas leur pouce" et qu' ils ne vont pas soutenir une banque qui a juste une boîte aux lettres en dehors de la Catalogne mais l' ensemble de ses personnels et infrastructures à Barcelone.

Devant tant d' irresponsabilité le socialiste catalan Miquel Iceta a répondu à Puigdemont mardi dernier,  à la tribune du parlement catalan, en lui rappelant une dure réalité.

Il lui a dit: " Malheureusement pour les québécois les entreprises qui ont migré de Montréal à Toronto ne sont plus jamais revenues..."

De sages paroles qui, j' espère, seront entendues dans les chaumières catalanes...

La Catalogne s' arrête juste au bord du gouffre...

NB: Une précision sur la caricature ci-dessus.Les "castellets" sont des traditions datant du moyen-âge de châteaux humains qui se pratiquent encore dans l' actualité dans les fêtes villageoises catalanes...Là, le dernier personnage se jette dans le vide en criant " Vive la Catalogne"

C' est donc dans un contexte déjà dramatique pour cette région  que le président Puigdemont qui voulait coûte que coûte déclarer de manière unilatérale la République indépendante de Catalogne s' est vu obligé de faire une espèce de tour de passe-passe qui le ridiculise.

Il a tenté de présenter sa " trêve" comme une main tendue à la négociation, mais, encore une fois, il ne trompe personne.Soyons sérieux deux secondes, please ! 

Qu' y a t' il à négocier avec quelqu' un qui vient de déclarer, même si c' est pour 46 secondes, l' indépendance unilatérale ?

La réponse de l' exécutif espagnol, soutenu par le parti socialistes et les forces loyales à la constitution, ne pouvait être autre que de refuser un tel chantage.

Il faut revenir d' abord à la légalité constitutionnelle, et ensuite, on pourra négocier...

Notons au passage l' extraordinaire lucidité de Josep Borrell qui avait déclaré avant cette sinistre journée tant attendue du mardi:

" Ils vont arrêter la tragédie mais continuer la comédie...".

Il a mis en plein dans le mille.

Mais dans cette comédie, Madrid reprend l' initiative.Le camp indépendantiste est fissuré, fracturé.Les radicaux anticapitalistes de la CUP se sentent trahis par Puigdemont.

Le temps ne joue plus en faveur des indépendantistes.Plus la situation économique se dégrade, et plus ils vont perdre de la force...Il arrivera un moment où tout le monde en aura plus que marre. Rajoy va faire ce qu' il sait mieux faire, c' est à dire ne rien faire et laisser que ses adversaires se détruisent entre eux...ça va être long, mais il y arrivera.C' est un maître à ce petit jeu-là.

Je terminerai mon billet sur une évaluation du journaliste espagnol Iñaki Gabilondo, de cette journée du mardi.Il a dit:

Mardi dernier, l' indépendantisme s' est noyé à un mètre du rivage ...

A suivre donc...

PS: je mets en lien, pour ceux qui comprennent l' espagnol la vidéo de l' excellente chronique d' Iñaki Gabilondo.

La Catalogne s' arrête juste au bord du gouffre...

PS nº 2: afin de compléter mon article j' aimerais juste ajouter que les leaders de PODEMOS n' en ratent pas une ! Ils ont demandé à Rajoy d' entamer des négociations sans conditions.Pablo Iglesias, par ailleurs professeur de droit et de sciences politiques, est même allé jusqu' à affirmer que Puigdemont n' a pas fait une déclaration d' indépendance...

Alors je vous mets la traduction en français de la phrase ambigüe du président catalan:

"J'assume le mandat du peuple pour que la Catalogne se transforme en un Etat indépendant."

Avant d' entamer la moindre négociation Puigdemont devra dire une bonne fois pour toutes s' il déclare ou pas l' indépendance.Et si il confirme sa déclaration, il n' y a plus de négociation possible...Ne resterait plus à Rajoy que mettre en marche l' article 155 de la Constitution et le relever de ses fonctions.

Repost 0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 17:31

Bonjour les amis,

je vous annonçais qu' en ce dimanche 8 Octobre la riposte à l' offensive illégale des indépendantistes s' organiserait et elle a effectivement eu lieu.

 

Les indépendantistes qui voulaient renvoyer au monde l' image d' un peuple catalan uni et opprimé vont avoir du mal à faire croire à la communauté internationale qu'ils sont les seuls à représenter légitimement leur peuple.

Cette manifestation d' aujourd' hui était très importante.

Puigdemont ( doit-on écrire Puig-démon?), le président putschiste, doit se présenter devant le parlement catalan mardi prochain, et après la grande manifestation d' aujourd' hui il va avoir du mal à maintenir son défi illégal et anticonstitutionnel.

Aucun dirigeant d' aucun grand grand pays ne va le soutenir puisqu' il est loin d' avoir la majorité du peuple derrière lui, et que son coup de force était illégal de toutes façons.

Puigdemont est pris en tenaille entre son désir personnel d' aller jusqu' au bout (soutenu en cela par les anticapitalistes intégristes de la CUP qui veulent à tout prix une déclaration unilatérale d' indépendance) et des forces de droite dans son propre camp, bien plus mesurées, qui commencent à prendre conscience des terribles conséquences néfastes pour leur économie de leurs initiatives séparatistes.

Aujourd' hui, l' intervention pleine de lyrisme à la tribune de Josep Borrell,ex-ministre socialiste, ex-président du parlement européen, m' a ému au plus haut point.

J' en ai eu les larmes aux yeux.

Borrell a eu des mots très durs pour la présidente du parlement catalan Carme Forcadell qui avait dit que les catalans qui votaient pour un certain parti ( le PP) n' étaient pas de vrais catalans.Des propos indignes d' une présidente et qui auraient dû provoquer sa démission.

" Catalans, nous sommes tous !...." lui a rétorqué  Borrell.

Josep Borrell a rappelé également que la Catalogne n' est pas un territoire occupé militairement et que des siècles d' histoire commune l' unissent à l' Espagne.

Il a fini son discours en disant, en catalan:

Basta Ja ! De fronteres, en tenim prou

(Ça suffit comme ça ! Des frontières, on en a bien assez...)

Il a fait son discours en 4 langues: anglais, français, espagnol, mais surtout en catalan ( langue dans laquelle votre serviteur donne ses cours...).

Vous pourrez l' écouter sur le lien ci-dessous à partir de 3 minutes, juste après l' intervention du prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa .Même si vous ne comprenez pas tout, écoutez un peu, juste pour saisir l' ambiance ! 

La chair de poule qu' il m' a mis...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Espagne Catalogne
commenter cet article
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 16:29

Bonjour les amis,

Vous avez pu suivre sur vos postes TV la terrible accélération vertigineuse des événements en Catalogne.

Je vous avais annoncé qu' on allait droit vers un choc frontal entre deux trains, et celui-ci a bien eu lieu.

Revenons brièvement sur la journée de dimanche dernier. Rajoy en envoyant les forces de sécurité retirer les urnes protégées par les manifestants a commis une erreur tactique impardonnable.L' image a fait le tour du monde.C' est ce que cherchaient les indépendantistes...

Ce que les téléspectateurs savent moins c' est que la Garde civile et la police nationale ont été constamment agressées durant ces journées par des meutes animées par les leaders séparatistes.

La répression faisait partie du piège tendu par les séparatistes pour gagner en visibilité, et aussi pour donner une image de peuple martyre ( alors qu' ils représentent moins de la moité de la population catalane).

Le tribut à payer pour cette erreur a été lourd car de nombreux catalans non indépendantistes sont devenus sympathisants des séparatistes suite à cette journée noire.De nombreux citoyens catalans sont dans l' émotion et certains d' entre eux ont un peu perdu de leur rationnalité.

Espérons que la raison et le bon sens vont reprendre le dessus.

Mardi il y a eu une grève générale très suivie en Catalogne, mais le soir c' était le Roi en personne qui dans une allocution officielle condamnait en des termes très durs l' attitude des séparatistes, en rappelant que ceux-ci avaient été d' une déloyauté inadmissible.

Catalogne:la contre-réaction aux prétentions délirantes des indépendantistes s' organise...

Le président de la région Puigdemont a répondu le lendemain dans un discours complètement surréaliste dans lequel il affirmait qu' il acceptait l' idée d' une médiation nationale ou internationale, mais en même temps il rappelait qu' il allait réunir le parlement régional lundi prochain pour faire une déclaration unilatérale d' indépendance.Plus contradictoire , tu meurs...

 

Catalogne:la contre-réaction aux prétentions délirantes des indépendantistes s' organise...

Finalement le tribunal constitutionnel a interdit cette convocation du parlement dont l' ordre du jour était illégal, et Puigdemont comparaîtra mardi ( sans doute pour tenter un coup de force et faire passer coûte que coûte sa déclaration infâme).

Rappelons que le référendum de dimanche était une sinistre farce, sans campagne du NON, sans participation de tous les citoyens qui ne voulaient pas légitimer une consultation sans garantie et anticonstitutionnelle.Une consultation où certaines personnes ont voté plus de 5 fois...

Mais depuis hier, la bataille s' est déplacée sur un autre terrain, celui de l' économie.

Des entreprises comme ORYZON qui veulent rester en Europe, n' ont pas attendu que le conflit soit résolu et ont quitté la Catalogne pour s' installer dans une autre région espagnole.

Les banques catalanes  qui ont souvent plus de trois quarts de leurs actifs en dehors de la Catalogne se retrouveraient en cas de déclaration d' indépendance en dehors de la zone euro sans la couverture de la BCE. Devant la grande préoccupation de leur clientèle ( dont je fais partie) , elles ont pris la décision de transférer leur siège en dehors de la Catalogne.

Par exemple, SABADELL la banque catalane où j' ai mes économies a transféré son siège social hier à Alicante dans ma région.On en est déjà là ! C' est fou !

CAIXABANK, autre grande banque catalane, va s' installer à Valencia.

Le but c' est de rassurer tout le monde et d' éviter des mouvements de panique.

 

Catalogne:la contre-réaction aux prétentions délirantes des indépendantistes s' organise...

On arrive donc au paradoxe que les banquiers catalans sont en train de sortir l' argent de Catalogne pour le mettre à l' abri des délires des indépendantistes.

Par ailleurs, d' autres grandes entreprises comme GAS NATURAL vont  migrer vers Madrid...

Les catalans vont avoir quelques jours devant eux pour méditer sur les conséquences néfastes de leur action pour eux-mêmes et pour toute l' économie espagnole ( qui n' avait pas besoin de ça...toute cette agitation augmente le prix de notre prime de risque et rend plus cher l' argent de la dette que nous remboursons).

D' une certaine manière cette affaire me fait penser au Brexit. On sait parfaitement aujourd' hui que face aux lourdes conséquences du Brexit, ce référendum ne serait jamais gagné si on le refaisait aujourd' hui...

Les catalans, eux, vont subir de plein fouet les conséquences des agissements des indépendantistes.Il y a déjà de très gros dégâts collatéraux mais la situation n' a pas atteint un point de non retour.

On n' est jamais à l' abri d' une bonne surprise, et on peut espérer que le bon sens reprenne le dessus.

Mais une chose est sûre: les agitateurs anticapitalistes eux ne vont pas s' arrêter.Ils vont tenter de maintenir leur course suicide jusqu' au bout...Mais heureusement ils ne sont pas majoritaires.Et leur alliance de circonstance avec la bourgeoisie catalane risque de ne pas tenir le choc dès qu' il y aura de lourdes conséquences financières.

Dès que les catalans vont être frappés là où ça fait mal, c' est à dire dans les "bourses", le vent risque de tourner...

Dimanche prochain aura lieu une grande manifestation pour ceux qui appellent au dialogue dans le respect des lois...

Il était temps que ceux qui n' étaient pas d' accord avec l' attitude des leaders putschistes se bougent devant le danger qu' ils représentent pour la société espagnole toute entière.

Je vous ai esquissé, en quelques lignes une semaine folle, folle, folle,...que j' ai suivi parfois heure par heure.

J' en suis tellement perturbé que je n' arrive même plus à lire des romans littéraires depuis une quinzaine de jours.Impossible...tout me tombe des mains...Je ne lis que des compte-rendus et des articles qui tournent autour de ces événements qui me préoccupent au plus haut point.

A suivre donc...

En attendant, j' espère que le gouvernement va réussir à trouver la bonne faille et à faire voler en éclat cette union artificielle contre-nature et perverse qui va de la droite libérale catalane jusqu' à l' extrême-gauche anticapitaliste et qui tente de mettre en échec la démocratie espagnole.

PS: je vous rajoute un document vidéo intéressant.C' est l' interview de la leader séparatiste anticapitaliste Anna Gabriel.

La journaliste espagnole Cristina Pardo lui pose 2 fois la même question: Elle lui dit:

" Pardonnez-moi Anna, mais en ce moment vous voulez déclarer votre indépendance et prendre d' assaut la constitution en toute illégalité.Acceptez -vous que ceux qui ne seraient pas d' accord avec votre future et hypothétique constitution en fassent de même, le jour où vous seriez au pouvoir ? "

La tête d' incompréhension d' Anna Gabriel est tout un poème !...Prise de court et complètement incapable de répondre de manière cohérente.

Bravo à la journaliste très pertinente qui lui a posé la bonne question !

Ps nº 2: Un article de libé sur la fuite des banques et des grandes entreprises...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Espagne Catalogne Politique Economie
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 17:40

Bonjour les amis,

L' Espagne est en train de connaître avec le défi indépendantiste catalan la plus grave crise depuis son retour à la démocratie en 1978.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2017/09/avec-le-defi-separatiste-catalan-l-espagne-connait-sa-plus-grave-crise-depuis-40-ans.html

Je vous écrivais la semaine dernière que la tension montait chaque jour d' un cran et qu' à ce rythme  je me demandais si on arriverait à la fatidique journée du 1 er Octobre sans incidents majeurs.

Aujourd' hui, une grande offensive de l' Etat central a été lancée par le pouvoir judiciaire avec 14 arrestations de hauts fonctionnaires et élus coupables d' avoir enfreint la constitution et la loi,une vingtaine de mises en examen et avec plus de 40 perquisitions.

Mais lisez d' abord cet article du MONDE qui vous donnera une idée de l' extrême tension qui règne en Catalogne.

Voila ! On y est ! Le choc frontal que je craignais a lieu.Il a commencé.

Mariano Rajoy en misant exclusivement sur la justice pour lancer une offensive répressive prend un énorme risque.

Certes, à court terme, il peut arriver à rendre impossible la célébration de la journée électorale, mais ce pourrait bien être une victoire à la Pyrrhus dont le prix à payer pourrait être extrêmement lourd.

Des milliers de catalans sont aujourd' hui descendus spontanément dans la rue et manifestent pour réclamer le droit de vote le 1 er Octobre prochain et pour soutenir les 14 personnalités détenues.La garde civile et les forces catalanes de police qui mènent les opérations ordonnées par les juges sont pris à parti par les indépendantistes.Certaines chaînes de télé comme LA SEXTA ont bousculé leurs programmes et émettent en continue et en direct la couverture de tous ces événements.Ce n' est pas encore une situation insurrectionnelle mais ça commence à y ressembler.

Une manifestation de solidarité est organisée en cette fin d' après-midi à Madrid, à la Puerta del Sol, lieu de rassemblement habituel des indignés.

Le représentant de Podemos, Pablo Iglesias, parle déjà de prisonniers politiques, alors que les détenus ont clairement enfreint la loi en pleine connaissance de cause.

 

Rajoy s' est réuni aujourd' hui avec les représentants des forces loyalistes ( Pedro Sanchez du parti socialiste espagnol et Alberto Rivera du parti de droite CD's) qui, pour l' instant le soutiennent dans sa volonté de faire appliquer la légalité sur tout le territoire espagnol.

Oui, mais en Catalogne tous ces partis sont très minoritaires.Le parti de Rajoy c' est 8% là-bas...et les socialistes 13%.La Catalogne est en train de leur filer entre les doigts.

Et ce ne sont pas des offensives comme celle d' aujourd' hui qui vont ramener le calme, bien au contraire.

Plus que jamais, l' extrême gravité de la situation actuelle m' amène à penser que la vraie issue est politique et que Rajoy devrait faire une proposition, prendre une initiative pour calmer les esprits.

Mais pour l' instant, on va dans la direction contraire.

Votre serviteur observe de manière effarée les événements d' aujourd' hui en se demandant, avec inquiétude, sur quoi ils vont déboucher.

Bonne fin de soirée les amis.

C' était Alea Jacta Est, en direct d' Espagne...

PS:je retourne vers mon poste de télé voir la suite de événements de cette journée qui n' a pas encore terminé.

Dernière minute: Rajoy va faire une déclaration institutionnelle  à la télé ce soir à 21 heures...

 

 

 

 

Catalogne: l' Etat espagnol déclenche une offensive judiciaire sans précédents
Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 07:30

Bonjour les amis,

Cet article est la suite de celui que j' avais consacré au défi séparatiste catalan qui doit théoriquement culminer avec une tentative de célébration d' un scrutin référendaire durant la journée du 1er Octobre prochain.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2017/09/catalogne-rien-ne-peut-s-ameliorer-jusqu-au-1-er-octobre.html

Comme je l' annonçais, chaque jour qui passe en Espagne nous apporte son lot de sentences judiciaires et d' interventions de la garde civile pour tenter de rendre impossible la consultation illégale et anticonstitutionnelle.

Rajoy a décidé de répondre à cette crise, non pas de manière politique, mais en faisant appliquer la loi.

Les juges interdisent des meetings, la garde civile entre dans les rédactions de certains journaux pour faire des perquisitions et saisit du matériel électoral dans des imprimeries.

Les juges menacent les maires disposés à enfreindre la loi de poursuites judiciaires.

La réponse des indépendantistes ne s' est pas faite attendre car hier, ce sont plus de 700 maires qui, avec le soutien du président de région Carles Puigdemont et la maire de Barcelone Ada Colau,ont décidé de braver le pouvoir central en scandant  " NOUS VOTERONS ! "

La tension est monté d' un cran, et il ne fallait pas être grand prophète pour le prévoir.

Il reste 15 jours avant la célébration du scrutin, et ça risque d' être très très long à tenir...Je croise les doigts pour qu' il n' y ait aucun incident grave dans la rue, ni débordements d' ici là.

Face à cette crise d' une gravité sans précédent pour le pays, j' aimerais partager quelques observations avec vous.

1. Rajoy en s' appuyant UNIQUEMENT sur la loi, et en ne tentant pas de résoudre de manière politique le conflit, est tombé dans le piège des séparatistes.

Si plus de 40% d' une population est prête à commettre une illégalité, au nom d' une autre légalité qu' ils se sont donnés, l' application de la loi n' est plus en mesure de faire respecter la légalité.

Rajoy est débordé qu' il le veuille ou pas.Plus il utilise ses juges avec leurs sentences pour brandir des interdits, et plus les citoyens en faveur d' un référendum seront tentés de les braver.C' est un cercle vicieux.

Si dans un village vous installez un feu rouge mais que 40% des habitants n' en veulent pas et qu' ils ne le respectent pas, ce feu rouge ne signifie plus rien.Pire encore: les habitants auront à coeur de passer le feu au rouge.

Moralité: la LOI avec un grand L a ses limites, et dans le cas du conflit catalan, on voit bien qu' elle n' est plus en mesure de ramener un minimum de normalité dans le pays.Au contraire, l' application de la LOI envenime les esprits.

2. Les séparatistes jouent à fond la carte de la victimisation.Le fait que le gouvernement utilise contre eux des instruments répressifs leur permet  de créer un élan de sympathie à leur égard, y compris au niveau international.La presse britannique a commencé à publier des articles désignant Mariano Rajoy comme principal responsable de la situation créée.

Chaque jour qui passe depuis 2 semaines donne de la force à l' indépendantisme et on entre peu à peu dans la zone rouge.Le bras de fer bénéficie aux séparatistes.

3. Pendant qu' on parle de répression et de démocratie, on ne parle plus de ce que supposerait l' indépendance de la Catalogne.Le débat se focalise sur le droit de voter, et on oublie de parler des conséquences de ce vote.Pour les indépendantistes, c' est le scénario parfait....On parle de liberté, de démocratie tout en omettant le débat de fond et les terribles conséquences néfastes pour tout le monde d' une indépendance.

4. Comme le référendum est illégal,il n' y a pas de campagne pour le NON à l' indépendance afin de ne pas légitimer une consultation illégale.Du coup, ne sont réellement en campagne que les partisans du OUI....Encore une fois, le scénario est parfait pour les séparatistes, vu qu' on n' entend qu' eux.

Tout le monde sera d' accord aujourd' hui pour dire que le problème est d' une énorme complexité.Je vois avec effarement le chef du gouvernement espagnol qui veut transmettre de la sérénité à la citoyenneté mais qui n' est plus du tout maître du jeu.Je vois un Mariano Rajoy dont l' incompétence et la passivité  pourraient nous faire perdre l' une des régions les plus importantes du pays.

Alors, quelle est la possible solution ? 

Reste t' il une solution ?

Le pouvoir central peut-il prendre une initiative politique à 15 jours du scrutin ?

La réponse est OUI mais malheureusement Mariano Rajoy ( qui s' est toujours caractérisé par son inaction politique) ne va rien entreprendre et continuera de se protéger, de manière de plus en plus inefficace, derrière les juges et la garde civile.

La seule manière de désamorcer le conflit, c' est de faire comme les britanniques avec l' Ecosse, ou les canadiens avec le Québec.

Rajoy devrait proposer un pacte avec les catalans avec la promesse d' un référendum d' autodétermination, avec la promesse d' une modification de la constitution pour qu' une telle consultation ait lieu.Ce serait l' Etat central qui reprendrait l' initiative et qui  définirait la loi électorale avec des conditions qui garantissent la démocratie du scrutin.Il ne reste plus qu' une seule solution: organiser un référendum et le gagner.On n' aurait jamais dû en arriver là, mais maintenant on y est.

C' est la seule manière d' éviter le choc frontal le 1er Octobre prochain.

Alors que va t' il se passer le 1er Octobre prochain ?

Personne ne le sait, et quand je dis personne, c' est personne....mais j' imagine déjà un scénario qui est tout à fait possible ( voire probable).

Le 1er Octobre prochain les élections seront marquées par pleins d' incidents mais les gens iront voter quand même ( un certain nombre...).Il y aura des villes où les gens ne pourront pas voter, et d' autres où ça se fera malgré l' illégalité du scrutin.

Et là, même avec un pourcentage faible de participation, le OUI va triompher vu que les partisans du NON ne se seront majoritairement pas déplacés.

Et j' ai bien peur les amis, que le 2 Octobre prochain nous allons vivre une autoproclamation uniatérale d' indépendance.

Ne vous méprenez -pas: je n' ai pas dit qu' il y aura l' indépendance.

Je dis que nous allons assister à une scène où le président Carles Puigdemont entouré de tous ses partisans annonceront au peuple de Catalogne et au monde entier l' indépendance de leur région.

 

En attendant voici quelques images de la manifestation d' hier avec les 700 maires entrés en rebellion...de quoi méditer...

Repost 0
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 13:06

Bonjour les amis,

je vous ai parlé avant-hier du bras de fer entre les indépendantistes catalans et le pouvoir central de Madrid qui aura lieu le 1er Octobre prochain.

Alors, comme vous pouvez bien l' imaginer ce défi déborde souvent de son cadre politique comme ça a été le cas avec la manifestation unitaire contre les attentats de Barcelone où on va fleurir en marge du cortège de nombreuses esteladas( ce drapeau qui symbolise l' indépendance).

Ce thème du séparatisme affecte aussi le sport, notamment avec le club de foot, le Barça, où de nombreux supporters profitent de certains matchs pour siffler l' hymne national ou pour brandir des esteladas.

Notons aussi que des joueurs prestigieux comme Pep Guardiola, ou l' actuel défenseur Gerard Piqué se sont très largement investi personnellement de manière TRES militante en faveur d' une indépendance.

Mais avant d' aller plus loin sur ce thème j' aimerais vous parler des indépendantistes de toujours, comme par exemple  Oriol Junqueras le chef de file du parti de gauche ERC ( esquerra republicana de Catalunya...gauche républicaine de Catalogne).

Le parti de Junqueras a été crée en 1931 pour établir une République indépendante de Catalogne.Ça fait parti de leur statut.Avec eux, il n' y a rien à négocier puisqu' ils veulent sortir de l' Espagne.

On peut être d' accord avec eux ou pas, mais sur ce point précis ils sont logiques et cohérents.

Voici une photo de Junqueras.

 

Ces indépendantistes qui veulent le beurre et l' argent du beurre...

Oriol Junqueras ne veut pas être espagnol.C' est dans son ADN.L' Espagne aurait beau être la 7ème merveille du monde, lui, il ne veut pas en faire partie.Il est prêt à en assumer toutes les conséquences.Il a une logique qui est la sienne ( et pas la mienne) mais il est prêt à payer le prix de l' indépendance.

Alors revenons au foot.Ce qu' il y a de risible parmi les supporters du Barça c' est qu' une partie d' entre eux ( pas tous) veulent l' indépendance mais ne sont pas prêts à aller jusqu' au bout des conséquences que ça impliquerait.Au cas où ils  obtiendraient la séparation,ils voudraient continuer de jouer dans la ligue espagnole.

Ils veulent le beurre et l' argent du beurre.

Parce que, bien évidemment, en cas de séparation c' en serait fini des clasico Real Madrid-Barça, et des rencontres avec les autres grands clubs espagnols.

Par ailleurs le championnat catalan deviendrait aussi passionnant que celui du Danemark, ou de la Slovénie.Un seul grand club qui domine les autres petits clubs.Vous imaginez des rencontres Barcelone-Martorell dont tout le monde se contreficherait du résultat qui serait acquis.

Pire, le manque gagner serait tel que le club n' aurait sans doute plus les moyens financiers de maintenir son niveau européen.Il ne leur resterait plus que la Coupe d' Europe pour remplir le stade mais ce ne serait pas suffisant.Par ailleurs, quelle grande star internationale aurait envie d' aller jouer dans une petite nation du foot comme le serait une Catalogne indépendante ?

Et, bien figurez-vous les amis, que de nombreux indépendantistes prennent leurs désirs pour des réalités et croient qu' ils pourraient choisir le pays dans lequel jouerait le Barça...

Alors là, ça devient la franche rigolade ! Ils ne peuvent pas être et ne pas être !

Ils ne peuvent pas être en dehors de l' Espagne et y revenir quand ça les intéresse .

Le président de la ligue espagnole Javier Tebas a été  on ne peut plus clair sur ce sujet:

"Si vous sortez, vous sortez complètement..."

Hier soir, il y avait une rencontre de coupe d' Europe Barcelone-Juventus, et durant le match on a entendu quelques milliers de voix crier INDEPEDENCIA...et moi, ça me faisait franchement rigoler, parce que les gars qui chantaient ça seraient les premiers à faire la gueule si un jour le clasico Barça-Real n' existait plus.

Ces mecs-là ne réalisent même pas que si la séparation avait vraiment lieu ils seraient privés du spectacle qui leur plait le plus dans la vie: cette rivalité ancestrale ( orgasmique pour eux) et qui les fait b..... plusieurs fois par an ,disparaîtrait. Pfouitttt !!! Ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils adorent être assis.

Ils ne se rendent même pas compte qu' ils sont allés trop loin et que s' ils se libéraient de l' Etat espagnol ils seraient les premiers à en payer les conséquences.

C' est un truc de fou.Là, on frise la schizophrénie !

Alors, ne vous méprenez pas ! Tous les supporters du Barça ne sont pas des indépendantistes, mais bien évidemment il suffit qu' il y ait quelques milliers de séparatistes qui gueulent dans un stade et on n' entend plus qu' eux...Les autres, comme dirait de Gaulle, c' est la majorité silencieuse.

 

 

Ces indépendantistes qui veulent le beurre et l' argent du beurre...
Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 16:46

Bonjour les amis,

Auijourd' hui c' est la fête de la Diada en Catalogne.C' est l' occasion pour les séparatistes de faire une démonstration de force après que le parlement régional ait approuvé une loi de déconnexion avec l' Etat espagnol sur la base d' un référendum complètement anticonstitutionnel et illégal qui devrait se célébrer dans 20 jours.

Le parlement régional, fort d' une coalition parlementaire de députés qui a la majorité absolue, mais qui représente 48% des voix des catalans, s' est donc lancé dans un défi inouï, mais malheureusement plus que prévisible.

Quelques jours avant cette date, Rajoy tentait de couper l' herbe sous le pied des indépendantistes, en essayant de rendre cette consultation techniquement impossible.

Alors les amis, certains d' entre vous se demanderont pourquoi Rajoy n' utilise pas l' article 155 de la constitution espagnole pour relever immédiatement le gouvernement régional de Catalogne ( complètement déloyal) de ses fonctions ? Il en a le pouvoir et il en a le droit.

Il peut techniquement le faire, mais là, on irait droit vers un bain de sang.La situation serait insurrectionnelle.

Donc il faut la jouer autrement. Rajoy essaie d' étouffer la possibilité de réaliser techniquement ce scrutin. Pas de budget pour acheter des urnes, pas de collaboration du ministère de l' intérieur pour établir des listes d' électeurs,mises en demeure aux fonctionnaires de ne pas désobéir à l' Etat central, etc...

En attendant le bras de fer est monté d' un cran, et personne ne va céder jusqu' au 1er Octobre.C' est un fait acquis.On va vers une confrontation inévitable.

Que va t' il se passer le 1er Octobre ?

Il y a 3 partis légalistes qui ne participeront pas à ce scrutin pour ne pas lui donner la moindre légitimité ( la droite avec le PP et ciutadan' s, et à gauche le parti socialiste espagnol...).Leurs militants et sympathisants n' iront pas voter.

Mais comment vont réagir les catalans ? Les sondages indiquent que 80% d' entre eux aimeraient voter lors d' un référendum pour choisir leur appartenance ou pas à l' Etat espagnol...Les catalans, qu' ils soient en faveur ou contre l' indépendance, aimeraient voter sur ce sujet.

Si le 1er Octobre la participation est faible, cette journée restera comme une première grande manoeuvre qui pourrait amener de nouvelles négociations, voire une organisation négociée avec Madrid d' un vrai référendum, ou d' un nouveau statut.

Mais si le 1er Octobre la participation est suffisemment forte pour dépasser les 50 % , on va tout droit vers de très fortes turbulences.

Si le OUI gagnait les indépendantistes ( fort de la nouvelle loi qu' ils viennent de faire passer au parlement régional) proclameraient de manière unilatérale la création de la République catalane le 4 Octobre...Cette situation ne se produira probablement pas, mais , en attendant, la tension monte, monte...

Là, on commence à jouer avec le feu.On joue à se faire peur.

Tout le monde espère qu' il n' y aura pas de débordements, que le conflit ne va pas descendre dans la rue, mais rien ne nous le garantit...Ça devient chaud comme l' enfer.

Personne ne sait ce qui va vraiment se passer le 1er Octobre mais le choc de trains est inévitable.Reste à savoir quelle sera son ampleur.

Affaire à suivre donc...

PS: Pour les espagnols qui, comme moi, vivent en dehors de la Catalogne l' enjeu est énorme.Cette région c' est 20 % du PIB et nous avons tous contribué à son essor.

20% du PIB qui s' envolent , ce n' est pas rien...L' Espagne perdrait l' un de ses bijoux de famille et nous en paierions tous les conséquences.

PS nº 2 La bonne question pourrait être, " Comment en est-on arrivé là ? ".

Ce serait vraiment très très long à expliquer et il faudrait remonter loin en arrière mais il y a eu deux éléments très importants:

1. Un pouvoir régional déloyal qui balance des mensonges depuis plus de 40 ans, qui dit que l' Espagne vole la Catalogne.En fait, et au nom d' une solidarité habituelle comme dans n' importe quel autre pays, les régions les plus riches apportent plus que les autres.La Catalogne apporte 5% de plus que les autres régions, mais apporte moins que la région de  Madrid, et elle vend 80% de ses produits au reste de l' Espagne et tout le monde s' y retrouve.

2. La droite a toujours brandi la constitution pour dire aux indépendantistes qu' ils ne pouvaient rien entreprendre.La droite arrogante et peu habile n' a pas su traiter le problème de manière politique et maintenant elle se retrouve avec un vrai défi lancé par les séparatistes.

 

 

 

Repost 0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 07:01

Bonjour les amis,

Aujourd' hui mon billet sera le contraire de celui d' hier consacré Fito & Fitipaldis.

Je vais vous parler d' un groupe, EL ULTIMO DE LA FILA formé par Manolo Garcia et Quimi Portet qui, contrairement à FITO qui est 100% rock, a produit dans les années 80 une musique qui proposait une fusion entre le rock et la musique arabo-andalouse et flamenca.

Leurs morceaux de facture rock s' appuient souvent sur des guitares acoustiques et électriques.Leurs textes sont assez soignés et toujours très poétiques, parfois très lyriques.Ce sont des hymnes à la vie, à l' amour à la nature.

Leur album COMO LA CABEZA AL SOMBRERO paru en 1988 les a fait exploser sur la scène nationale et internationale.C' est un album d' une très grande qualité et d' une énorme richesse.Un album que j' ai écouté des centaines de fois.

Commençons avec DIOS DE LA LLUVIA ( Dieu de la pluie) qui démarre de manière classique avec de beaux arpèges à la guitare mais notez qu' à partir de 1 min 26 secondes on part sur des sonorités déjà plus flamencas.

Continuons avec A VECES SE ENCIENDE de facture très acoustique bien servi par un beau texte qui emporte l' auditeur.

SARA...une très belle chanson d' amour.Sara, douce Sara, qui nous envoûte et qui nous attrape dans ses filets plein de sortilèges...

Et toujours les trilles vocales un peu flamencas de Manolo Garcia et la mélodie qui se fait arabisante à partir de 2 min 33 s et de superbes percussions à 2 min 47 s.

Alors je vous explique un peu de manière très simplifiée ces histoires d' harmonie.La musique occidentale est construite sur des gammes majeures et mineures.Par exemple voici la gamme majeure de Do: DO-RE-MI-FA-SOL-LA-SI-DO

De DO à RE il y a 1 ton

de RE à MI.... 1 ton

de MI à FA.... 1/2 ton ( pour vous situer, sur une guitare à chaque fois qu' on passe d' une case à la suivante on fait un saut d' un demi-ton.Pareil sur le piano dès qu' on passe d' une touche noire à la touche blanche qui est juste à côté).

de FA à SOL.... 1 ton

de SOL à LA ....1 ton

de LA à SI....  1 ton

de SI à DO.... 1/2 ton

Donc si on écrit la série de sauts en tons d' une gamme majeure ça donne 1-1-1/2-1-1-1-1/2.

mais le flamenco utilise des gammes phrygiennes et ça donne ceci:

DO-RE bémol-MI bemol-FA-SOL-LA bémol-SI bémol-DO

RE bémol signifie ( de manière un peu simplifiée) qu' on a abaissé la note de RE d' un demi-ton.Donc la distance de DO à RE bémol vaut: 1-1/2 = 1/2 

Si on écrit la succession harmonique  en tons de la gamme phrygienne ça donne ceci:

1/2-1-1-1-1/2-1-1.

Sachez que dès que l' on compose de la musique sur de telles gammes ça sonne flamenco.

Maintenant si vous faites la gamme suivante:

DO-RE- M-I FA -SOL bémol- LA bémol- SI bémol- DO  ça va sonner très oriental, très arabe...

Et bien voici maintenant un morceau qui passe d' une facture  assez classique et qui fait des incursions harmoniques orientales à partir de 1 min 10 secondes. A 1 min 43 secondes on revient à une harmonie plus occidentale.La fusion est parfaite...J' adore les amis.J' adore !

On continue avec un morceau très rock qui a la pêche...et toujours ces variations vocales flamencas

on finit avec  Llanto de pasión, très rythmé et avec de très belles sonorités et notamment une flûte de pan qui accompagne.

Sachez que je me suis bien pris la tête dans les années 80 avec cet album.

Le groupe s' est dissous  en 1998 et  Manolo Garcia a continué sa carrière solo avec succès.Je l' ai vu sur scène il y a plus de 10 ans maintenant, et ça avait été un grand concert plein d' énergie.

Pour vous donner une petite idée de ses prestations sur scène revoici Llanto de pasión en public.

Je terminerai en précisant que Manolo Garcia a toujours travaillé de manière assez indépendante, éloigné des grandes maisons de production qui auraient pu financer certains de ses tubes avec des clips à gros budgets.Non, il a toujours eu une vie privée très discrète et a engrangé de gros succès en cultivant son jardin musical de manière solitaire.

Repost 0
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 15:04

Bonjour les amis,

Le rock espagnol a vraiment commencé à exploser dans les années 80 à l' époque de la movida avec une myriade de groupes qui ont mélangé leurs racines musicales ibériques avec les rythmes  anglo-saxons.

Mais il y  aussi certains groupes espagnols chez lesquels l' influence anglo-saxonne prévaut presque à 100%.

C' est le cas de Fito & Fitipaldis dont la musique s' inspire du blues, du Rock, du Rockabilly.Il n' y a que la langue espagnole qui indique à l' auditeur que l' on a affaire à un groupe ibérique.Les mélodies, les harmonies, les rythmes sont 100% Made in Rock.

Je vous propose aujourd' hui de partager avec vous une petite ballade mélancolique que j' aime bien. Soldadito Marinero composée en 2003.

L' histoire d' un pauvre marin soldat qui se fait gruger ses maigres économies par une jeune amazone indélicate profitant de sa naïveté.

.

C' est une belle ballade que ne renierait pas le groupe The Connells.

Voici les paroles originales avec une traduction approximative (j' ai un peu rectifié) qui permet de saisir le climat doux-amer de cette chanson

Él camina despacito que las prisas no son buenas
Il marche lentement parce que ce n'est pas très bon de se presser
En su brazo dobladita, con cuidado la chaqueta
Sur son bras, bien replié avec soin, sa veste.
Luego pasa por la calle dónde los chavales juegan
Ensuite il passe dans la rue où jouent les gamins
Él también quiso ser niño pero le pilló la guerra.
Lui aussi a voulu être un enfant mais la guerre l'a rattrapé

Soldadito marinero conociste a una sirena
Petit marin soldat tu as rencontré une sirène
De esas que dicen te quiero si ven la cartera llena
De celles qui te disent "je t'aime" si elles voient que ton portefeuille est bien rempli
Escogiste a la más guapa y a la menos buena
Tu as choisi la plus belle et la moins recommandable
Sin saber como ha venido te ha cogido la tormenta
Sans savoir comment elle est venue, la tempête t'as emporté

Él quería cruzar los mares y olvidar a su sirena
Il voulait traverser les mers et oublier sa sirène
La verdad, no fue difícil cuando conoció a Mariela
En verité, ça n'a pas été difficile quand il a connu Mariela
Que tenía los ojos verdes y un negocio entre las piernas
Qui avait les yeux verts et un négoce entre les cuisses
Hay que ver que puntería, no te arrimas a una buena.
Il faut voir le chic que tu as à ne pas t' éprendre de la personne indiquée

Soldadito marinero conociste a una sirena
Petit marin soldat tu as rencontré une sirène
De esas que dicen te quiero si ven la cartera llena.
De celles qui te disent "je t'aime" si elles voient que ton portefeuille est bien rempli
Escogiste la más guapa y a la menos buena
Tu as choisi la plus belle et la moins recommandable
Sin saber como ha venido te ha cogido la tormenta
Sans savoir comment elle est venue, la tempête t'as emporté

Después de un invierno malo, una mala primavera
Après un mauvais hiver, un mauvais printemps
Dime por que estas buscando una lágrima en la arena
Dis-moi pourquoi tu cherches une larme dans le sable


 

Bon, alors si vous avez aimé ma petite ballade, je vous mets en rab' un autre morceau avec un son très proche de celui de DIRE STRAITS.

Il y a un mois je m' étais dit que mes lecteurs gaulois ne connaissaient peut-être pas Fito & Fitipaldis et qu' il faudrait peut-être songer à les leur présenter.C' est maintenant chose faite.

En Espagne ils sont très populaires.Voici la version publique de Soldadito...

Repost 0