Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 13:46

Bonjour les amis,

Je viens de découvrir MAINTENANT un sketche de Pierre Palmade qui a déjà 6 ans.

Je suis mort de rire ( avec 6 ans de retard) et je trouve que ce sketche n' a rien perdu de son actualité.

D' ailleurs je pense qu' un certain candidat dont le nom commence par MA et finit par CRON s' en est largement inspiré.

Le voici...for the fun...

Et puis je vous fait deux cadeaux pour le prix d' un.

Voici un petit aphorisme croustillant de Gilles Deleuze.

Moi, président !

Bon dimanche les amis...

Repost 0
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 08:37

Bonjour les amis,

Je viens de voir American Pastoral,inspiré par le roman de Philip Roth.

Voici une présentation qui résume l' argumentation du film

L’Amérique des années 60. Autrefois champion de sport de son lycée, Seymour Levov, dit « le Suédois », est devenu un riche homme d’affaires marié à Dawn, ancienne reine de beauté. Mais les bouleversements sociopolitiques de l’époque font bientôt irruption dans la vie bourgeoise, en apparence idyllique, de Seymour. Lorsque sa fille adorée, Merry, disparaît après avoir été accusée d’acte terroriste, il part à sa recherche pour que sa famille soit de nouveau unie. Profondément ébranlé par ce qu’il découvre, il doit affronter le chaos qui secoue la société américaine et jette les bases d’un nouveau monde. La vie de famille ne sera plus jamais la même…

 

 

 

 

 

Alors la première conclusion qui s' impose c' est qu' aucun réalisateur n' a réussi à faire un grand film à partir d' un grand roman de Roth. Que ce soit LA COULEUR DU MENSONGE ou AMERICAN PASTORAL, aucun de ces films n' atteint une dimension artistique qui les situe au niveau du prestige des oeuvres de Roth dans la littérature américaine.

Mais soyons juste aussi.Aucun de ces films n' est mauvais non plus, bien au contraire.

Revenons à AMERICAN PASTORAL, et parlons de ses qualités d' abord.

Le film nous replonge dans l' Amérique des années 70, reconstituée de manière très soignée.L' action démarre bien avec un narrateur qui va nous raconter l' histoire de Seymour, métaphore à lui tout seul du rêve américain. Seymour grand champion sportif qui épousera une reine de beauté et qui reprend avec succès la petite entreprise familiale.

Le grain de sable dans cette belle histoire idyllique proviendra de sa fille, de ses difficultés psychologiques durant sa petite enfance, et ensuite de sa rupture avec sa propre famille jusqu' à ce qu' elle devienne une terroriste d' abord, puis une espèce de zombie non-violente manipulée par une secte ensuite.

La caméra adopte le point de vue de Seymour qui tente par tous les moyens de sauver sa fille. Seymour qui est à la fois quelqu' un de très responsable mais qui ne renonce jamais à l' amour qu' il porte envers sa progéniture. Seymour qui veut comprendre et qui assume et prend tout sur lui  , y compris les erreurs impardonnables de sa fille.

Cette partie-là quoique un peu mélodramatique est parfaitement réussie: on s' identifie à Seymour et on  plonge dans les affres de ce père qui vit une situation à la fois horrible,cruelle, incompréhensible et imméritée.

Bien évidemment, le film a une dimension métaphorique: ce châtiment cruel et injuste qui s' abat sur Seymour, c' est le prix des pêchés et des crimes non avoués de l' Amérique.

Dawn, l' épouse de Seymour, interprétée par Jennifer Connelly amène des éléments de surprise dans le scénario.Dawn vit très mal la situation familiale provoquée par leur fille Merry.

Elle est forte au début,puis elle finit par péter un plomb, pour ensuite sombrer peu à peu dans une dépression, et puis renaît de ses cendres en tirant un trait définitif sur l' existence de sa fille.

C' est sans doute le moment le plus surprenant du film, mais aussi le plus crédible.Parfois pour survivre il faut savoir rompre avec des êtres qui ont été très chers...or, personne ne peut penser qu' on puisse tirer un trait sur l' existence de ses enfants.Ça paraît insensé mais le revirement de la mère est finalement très crédible et psychologiquement juste.

Alors d' où vient le problème avec ce film ?

D' abord le conflit de générations qui oppose Merry et son père parait tant stéréotypé qu' il frise la caricature.Le personnage de Merry est vraiment très simpliste.Elle est très innocente: sa rébellion et son ingénuité font sourire au début du film et sont assez agaçants pour le spectateur.

Le problème c' est que la relation entre le père et la fille ne sont pas approfondies.On assiste, de manière impuissante à une rupture,à un dialogue de sourds, et ensuite aux tentatives désespérées d' un père qui passe le reste du film à vouloir récupérer sa fille, sans qu' on sache réellement ce qu' elle est devenue, ni ce qu' elle a fait...

C' est sans doute le moment qu' aurait dû choisir le metteur en scène pour prendre des libertés avec le roman ( quitte à le trahir partiellement).Proposer une une confrontation entre le père et la fille qui amène de la réflexion et d' où il se dégage une vérité...Une scène où les deux arrivent  à faire un pas l' un envers l' autre.

Il ne ressort absolument rien de positif de la trajectoire de Merry. Elle finit comme une paumée qui vit complètement à l' Ouest.Elle représente le desastre intellectuel et moral de toute une génération de jeunes que l extrême-gauche a projeté dans une voie sans issue.Ce film est l' histoire d' un naufrage intellectuel, d' un TITANIC de la pensée...C' est une descente aux enfers.

Voici un extrait du roman de Philip Roth que le metteur en scène a essayé de retranscrire fidèlement à l'écran avec un monologue intérieur du narrateur qui résume les lignes-ci dessous:


On lutte contre sa propre superficialité, son manque de profondeur, pour essayer d’arriver devant autrui sans attente irréaliste, sans cargaison de préjugés, d’espoirs, d’arrogance; on ne veut pas faire le tank, on laisse son canon, ses mitrailleuses et son blindage; on arrive devant autrui sans le menacer, on marche pieds nus sur ses dix orteils au lieu d’écraser la pelouse sous ses chenilles; on arrive l’esprit ouvert, pour l’aborder d’égal à égal, d’homme à homme comme on disait jadis. Et, avec tout ça, on se trompe à tous les coups. Comme si on n’avait pas plus de cervelle qu’un tank. On se trompe avant même avant même de rencontrer les gens, quand on imagine la rencontre avec eux; on se trompe quand on est avec eux; et puis quand on rentre chez soi, et qu’on raconte la rencontre à quelqu'un d’autre, on se trompe de nouveau. Or, comme la réciproque est généralement vraie, personne n’y voit que du feu, ce n’est qu’illusion, malentendu qui confine à la farce. Pourtant, comment s’y prendre dans cette affaire si importante- les autres- qui se vide de toute la signification que nous lui supposons et sombre dans le ridicule, tant nous sommes mal équipés pour nous représenter le fonctionnement intérieur d’autrui et ses mobiles cachés? Est-ce qu’il faut pour autant que chacun s’en aille de son côté , s’enferme dans sa tour d’ivoire , isolée de tout bruit, comme les écrivains solitaires, et fasse naître les gens à partir de mots, pour postuler ensuite que ces êtres de mots sont plus vrais que les vrais, que nous massacrons tous les jours par notre ignorance? Le fait est que comprendre les autres n’est pas la règle, dans la vie. L’histoire de la vie, c’est de se tromper sur leur compte, encore et encore, encore et toujours, avec acharnement et, après y avoir bien réfléchi, se tromper à nouveau. C’est même comme ça qu’on sait qu’on est vivant: on se trompe. Peut être que le mieux serait de renoncer à avoir tort ou raison sur autrui, et continuer, rien que pour la balade. Mais si vous y arrivez, vous.. alors vous avez de la chance.

 

On y voit dans cet extrait du roman les qualités et les défauts de Philp Roth qui s' enferme parfois dans une pensée qui tourne en rond et qui débouche sur une vision philosophique de la vie finalement assez pauvre, voire prétentieuse et risible...

Et si Philipp Roth n' était finalement pas un si grand romancier que ça ?

C' est la question que je me suis posé en voyant le film (et en lisant cet extrait).

Et si, pour faire ce grand film qu' on attendait, il ne fallait pas partiellement trahir cet écrivain ?

La question mérite d' être posée...

Alors, pour revenir à AMERICAN PASTORAL j' essaierai de garder en tête ses grandes qualités et notamment la trajectoire du père qui est dans le vrai, qui ne renonce jamais à l' amour qu' il porte pour sa fille.

Seymour est finalement un Christ de la paternité et son amour si beau et si grand est crucifié de manière absurde sans toutefois racheter les crimes d' une Amérique coupable et insensible.

AMERICAN PASTORAL est un film à voir, malgré certains de ses défauts.

American Pastoral d' Ewan Mc Gregor...Un film à voir malgré certains de ses défauts.
American Pastoral d' Ewan Mc Gregor...Un film à voir malgré certains de ses défauts.
American Pastoral d' Ewan Mc Gregor...Un film à voir malgré certains de ses défauts.
American Pastoral d' Ewan Mc Gregor...Un film à voir malgré certains de ses défauts.
American Pastoral d' Ewan Mc Gregor...Un film à voir malgré certains de ses défauts.

PS: J' ai retrouvé cette belle chanson des années 70 de Maxime Leforestier qui résume bien le conflit de générations de l' époque...et aussi la naïveté d' une certaine jeunesse.

J' ai l' original chez moi...mes années fleur bleue...!!!

Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 07:33

Bonjour les amis,

Je vous dis souvent que je n' ai pas le temps de suivre en détail la campagne présidentielle de chaque candidat pour cette présidentielle 2017, alors je suis assez preneur de documents vidéos ou écrits qui me synthétisent le programme de chacun d' entre eux.

C' est le cas de ce clip de Cyrus North qui résume en moins de 5 minutes le programme du candidat Mélenchon.

 

Alors, ce qui frappe dans le programme de Mélenchon c' est le nombre de directions à priori séduisantes dans lesquelles il veut faire progresser la société française. 

Rendre le pouvoir au peuple, faire évoluer la démocratie, mieux répartir les richesses, lutter contre les inégalités, etc...Qui oserait s' opposer à un tel projet ?

Reste à savoir comment financer tout ça, et là, on commence à descendre de notre petit nuage...

L' audit citoyen que réclame Mélenchon pour renégocier la dette fait furieusement penser aux idées qui ont guidé l' action de Siritza en Grèce ( avec le succès que l' on connaît).

L' enfer est pavé de bonnes intentions, et ça vaut pour l' économie aussi...Qui peut croire que la France pourrait se mettre en défaut de paiement, ou qu' elle aurait le pouvoir de bouleverser les règles du jeu de la finance internationale de manière unilatérale ?

Mélenchon veut-il nous emmener dans une aventure à la Chavez où la pauvreté serait déclarée hors-la-loi, où l' Etat prendrait à sa charge et financerait toutes les nécessités basiques de chaque citoyen ?

De telles tentatives se sont soldées dans de nombreux pays par une situation économique catastrophique où c' est l' Etat lui-même qui a fini par sombrer dans la misère ( Le Vénézuela, par exemple, vit dans une situation très critique malgré les énormes richesses qui gisent dans son sous-sol).

Par ailleurs, augmenter la charge fiscale des contribuables dans une Europe, et dans un environnement international  non fiscalement harmonisé, doit avoir aussi ses limites, je suppose...

Je ne suis pas expert en économie, mais finalement, je me dis , de manière intuitive, qu' aucune de ses propositions économiques n' est de nature à résoudre réellement et de manière efficace nos difficultés actuelles.

Pire: je me dis que Mélenchon est peut-être dangereux...

Je me méfie toujours de ceux qui sous-entendent qu' une situation économique ne peut être pire que ce qu' elle est actuellement, car s' il y a bien une chose que l' histoire des peuples m' a enseigné c' est qu' une situation peut toujours se dégrader jusqu' à devenir chaotique.

Pourtant, je ne vous cacherai pas qu' il me plaît le candidat Mélenchon.

Je lui trouve une vraie ambition pour son pays et une volonté louable de ne pas se soumettre aux lois et au diktat des grands intérêts qui gouvernent le monde.Il y a chez lui une rébellion,une indignation, et une vision romantique d' un autre futur possible que je trouve saines et attirantes.

Ce qui ne me convaint pas, c' est la manière par laquelle il propose de parvenir à ses objectifs.

Il faut être romantique, et avoir de grandes ambitions pour créer un élan populaire qui va soutenir un grand projet de société, mais tout en restant très pragmatique,lucide, modeste et réaliste sur les moyens d' y parvenir.

 

Le programme de Jean-Luc Mélenchon expliqué en 5 minutes
Repost 0
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 23:21

De retour de voyage à la Réunion François Fillon aurait déclaré:

" Ma candidature est un train lancé qui ne s' arrêtera pas...."

Une belle métaphore pour illustrer une froide détermination dont personne ne doute.

La petite phrase...

Mais les métaphores sont parfois dangereuses, ou à double tranchant, et certains internautes facétieux ont illustré celle de Fillon sur Facebook par une photo historique, euh....très explicite...et à laquelle n' avait pas pensé le candidat Républicain.

La petite phrase...

Bon, alors c' est clair cette fois-ci ?...
Ma candidature est un train lancé qui ne s' arrêtera pas, et que celui qui n' est pas d' accord descende ...!!!

Fillon aurait même pu ajouter la célèbre phrase de César franchissant le Rubicon:

ALEA JACTA EST ! Les dés sont jetés...

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans politique Humour
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 09:42

Bonjour les amis,

Pour être tout à fait sincère je suis de très loin votre campagne présidentielle car j' ai de moins en moins de conviction sur la capacité réelle des présidents élus à influer de manière effective sur l' état du pays et de son économie.

Peut-être assiste t' on à la fin des grands hommes politiques du XX ème siècle et sommes-nous en train de vivre l' avènement des gestionnaires technocrates parfaitement interchangeables qu' ils soient de droite ou de gauche.

En attendant, le show médiatique bat son plein, et , parmi les singularités de cette campagne 2017, il faut noter la percée d' Emmanuel Macron qui a réussi sa campagne d' auto-promotion préparée  avant même sa démission du gouvernement.

La ficelle semblait grosse, très grosse, voire énorme, et pourtant ça semble marcher....Ça marche d' autant mieux que du côté des Républicains c' est un peu la débandade depuis les révélations du canard enchaîné et que, par ailleurs, la nature du corps électoral a horreur du vide.

Voici une vidéo de 18 minutes qui montre de quelle manière les meetings de Macron sont préparés pour manipuler les médias et l' opinion, pour créer une sensation factice de vague d' enthousiasme qui emporterait l' ensemble des français.

Evidemment, on pourra tous se gausser de ces manoeuvres grossières, vulgaires, qui nous mettent en gêne et qui créent une sensation de malaise.

Seulement voila: pour aussi grossières que nous paraissent ces manipulations d' opinion, force est de constater qu' elles sont efficaces et que ça marche.Il suffit pour s' en persuader de consulter les derniers sondages d' intentions de votes.

J' ai lu dernièrement que Natasha Polony affirmait que Macron était la réponse de la haute finance pour pallier à la débâcle de la classe politique qui a perdu tout crédit auprès de l'électorat.Une classe financière qui penserait qu' on n' est jamais aussi bien servi que par soi-même, et qu' au lieu d' aider des notables de Province confortablement installés dans leur château à défendre les intérêts du grand capital, il serait plus judicieux de mettre au pouvoir directement l' un des leurs, de préférence un banquier.

C' est une théorie qui aurait besoin d' un certain nombre d' éléments de preuve.Macron a su s' assurer des appuis aux plus hauts niveaux de l' appareil financier national et international, mais de là à affirmer qu' il en est directement l' émanation préméditée et occulte, il y a un pas.

Mais Polony a raison sur le fond: Macron est leur candidat ( que ce soit prémédité, ou pas, n' a pas vraiment d' importance).

Quoi qu' il en soit le grand show électoral a commencé, et celui de Macron me paraît du plus mauvais goût.

Pourtant moi j' aime bien les grands shows à l' américaine, mais les grands shows de Rock and Roll ou d' événements sportifs... pas quand il s' agit de meetings politiques.

Voici un titre d' Emerson, Lake and Palmer auquel me fait penser les prestations de Macron et des autres candidats de son genre.

WELCOME BACK MY FRIENDS TO THE SHOW THAT NEVER ENDS.

 

 

Elections présidentielles 2017.Welcome back my friends to the show that never ends !

Bienvenue mes amis, dans ce show qui n' en finit jamais, et qu' on nous ressert tous les 4 ans...cette farce de mauvais goût qu' on nous présente comme un noble exercice de notre démocratie.

Et l' occasion aussi pour nous de réécouter, au passage, la voix du regretté Greg Lake récemment disparu.

PS: Je ne mets pas tous les candidats dans le même panier bien sûr.Il paraît que Mélenchon organise des meetings avec des discours bien écrits et bien structurés ( comme savent le faire les bons profs...).

On ne sera pas pas toujours d' accord avec ses propositions mais il faut au moins lui reconnaître qu' il tente de nous de convaincre avec une série d' arguments qui parlent aussi à la raison, et pas seulement au coeur ou à l' imaginaire.

Repost 0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 21:49

Bonjour les amis,

Vous avez tous vu la première conférence de presse surréaliste du nouveau président des Etats-Unis Donald Trump.

 

Alors là, on peut se dire que ça commence très fort, avec un président qui continue de se comporter comme s' il était toujours en campagne, et qui n' a pas encore endossé son rôle de premier représentant de TOUS les américains.

Trump continue de faire du Trump.

Il disqualifie certains journalistes, les insulte, les menace...au lieu de répondre à leurs questions et de dissiper les doutes.

Certains médias sont qualifiés de " tas d' ordures sur le déclin

qui vont payer les conséquences de leurs affirmations "

Et oui, vous ne rêvez pas, c' est l' actuel président de la plus grande puissance mondiale qui parle de cette manière.On a eu droit à un DONALD TRUMP ON FIRE !

Ensuite, il s' est livré à un petit exercice de mégalomanie auquel il nous a déjà habitué mais qui devient inquiétant maintenant qu' il est au pouvoir,...

Il a affirmé:

Je serai le plus grand créateur d' emplois que Dieu ait jamais créé...

Rien que ça !

Il a confirmé la mise en route du chantier du Mur avec le Mexique, et réinsisté sur le fait que ce sont les mexicains qui devront payer...Je n' ose imaginer à quel point de tels propos vont être ressentis de manière humiliante par les mexicains.Leur ex-président Vicente Fox a encore répété la semaine dernière sur tweet que ce mur était un "monument raciste" et que son pays ne paierait jamais pour ce " p..... de mur", selon ses propres termes inhabituellement fort peu diplomatiques.Notez au passage que lorsqu' un président se livre à des propos vulgaires et outranciers, il y a comme un effet de contagion y compris chez ses adversaires !

Ça y' est ! Là on peut dire qu' on est au coeur du nouveau gros problème posé par l' élection de Trump.

Certains croyaient qu' il adoucirait son discours et ses rapports avec ses adversaires une fois qu' il serait au pouvoir mais il n' en est rien.

Trump entend mener son mandat de Président non pas comme un représentant élu d' abord soucieux de faire participer l' ensemble de tous ses concitoyens à son projet économique mais comme un chef d' entreprise mégalomane qui part à l' abordage de la société toute entière en comptant sur les énormes  pouvoirs qui sont maintenant les siens.

Ce mec fait vraiment peur...très peur...Là, on rigole plus.

Et vous savez ce que je me suis dit, les amis ?

 Quelque chose me dit, alors que Trump doit seulement prendre son investiture le 20 Janvier prochain, qu' il ne terminera pas son mandat.

Je ne connais pas bien les lois américaines, et les conditions qu' il faut réunir pour qu' il y ait impeachment, mais une petite voix  me dit, après avoir entendu une partie de cette conférence de presse, que Trump va y avoir droit...pas tout de suite bien sûr...mais tenir 4 ans de cette manière, en alimentant tant de tensions dans tous les sens,ça paraît assez irréaliste !

En attendant la farce tragi-comique ne fait que commencer.

The Trump's show is going on....!!!

 

 

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans Etats-Unis Trump politique
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 08:36

Bonjour les amis,

Nous avons vécu une semaine folle, folle, folle en Espagne mais pour pouvoir suivre le fil des évènements il vous faut lire d' abord ce bref article sur la complexité de la situation politique ibérique

La démission en bloc de 17 délégués du comité éxécutif du parti socialiste pour tenter de faire tomber le secrétaire général Pedro Sanchez a été un moyen assez inédit, autorisé par les statuts du Parti, certes,mais qui ressemblait fort dans l' esprit à un putsch téléguidé par les barons du parti ( et aussi par l' ancien président Felipe Gonzalez).

De nombreux barons n' avaient aucune envie d' aller vers des 3 èmes élections qui s' annonçaient catastrophiques et ne croyaient pas en la possibilité de former un gouvernement alternatif.Donc nombres d' entre eux étaient favorables à une abstention socialiste pour finalement laisser Rajoy gouverner tout en étant en minorité.

Dans une ambiance survoltée Pedro Sanchez a convoqué pour hier matin un comité fédéral avec comme seul objectif approuver ou non la célébration d' un congrès socialiste extraordinaire pour définir une attitude vis-à-vis de la formation d' un gouvernement.

1 ère option appuyée par Sanchez:Blocage d' un gouvernement de droite, recherche d' un gouvernement alternatif d' union, et en cas probable d' échec, 3 èmes élections à suivre dans 2 mois

2 ème option appuyée par les barons de la vieille garde: abstention à l' investiture de Rajoy et contrôle du gouvernement de droite à partir de l' opposition.

Hier matin la réunion du comité a démarré avec 4 heures de retard car les délégués n' étaient pas d' accord sur l' ordre du jour fixé par Pedro Sanchez.

La séance a été très houleuse et survoltée.Sanchez a proposé un vote avec une urne derrière un écran opaque, et les délégués s' y sont opposés craignant une possible manipulation.

Finalement le vote a eu lieu à main levée avec la participation des 252 délégués.

Sanchez a perdu...Il n' y aura pas de congrès extraordinaire pour donner la parole aux militants...Sanchez a donc présenté sa démission.

Le PSOE n' a plus de secrétaire général et c' est une commission de gestion " impartiale" qui va à partir de maintenant fixer le calendrier des réunions de travail jusqu' au prochain congrès.

Le parti socialiste espagnol qui a été l' un des piliers de la transition démocratique est au bord de l' implosion...coupé en deux, entre ceux qui veulent chercher un compromis avec PODEMOS pour gouverner, et ceux qui préfèrent retourner dans l' opposition en espérant un jour reconquérir l' espace politique perdu ( gagné par PODEMOS).Les anciens contre les modernes.Et hier, ce sont les anciens qui ont gagné la première manche...

Pour ma part, j' estime que la manoeuvre des délégués démissionnaires est très peu esthétique et qu' elle passe par dessus les voix des militants qui avaient voté pour Pedro Sanchez.Pour moi c' est un coup de force qui est peu démocratique, même s' il est autorisé par les statuts du parti.

En attendant, une chose est sûre.Les dirigeants de droite peuvent se frotter les mains car la route semble ouverte pour aller vers la formation d' un gouvernement minoritaire.

Le parti socialiste espagnol au bord de l' implosion...

Je conclurai ce bref billet avec une phrase de Josep Borrell, leader socialiste catalan que je respecte beaucoup.

Il a dit durant cette crise:

"Nous devons rechercher un accord avec PODEMOS,car nombre des enfants des militants socialistes en font partie... "

Effectivement, au lieu d' essayer vainement de marginaliser PODEMOS qui semble définitivement installé dans le paysage politique espagnol, il semblerait plus sensé de rechercher une option de gouvernement avec eux...Même si ce n' est pas facile, je le concède, surtout pour les apparatchiks socialistes confortablement installés dans leurs fiefs.

Des apparatchiks socialistes qui n' ont pas intégré le fait que ce sont eux, à cause de leur comportement seigneurial et clientéliste, de leur corruption, et aussi de leur incompétence, qui sont à l' origine du phénomène PODEMOS.

Des apparatciks qui rêvent de reconquérir un passé définitivement révolu où ils pouvaient compter à yeux fermés sur le soutien sans faille de leur base électorale de gauche.

Pour eux Sanchez est coupable de ne pas avoir su marginaliser PODEMOS , mais, en fait, Sanchez ne pouvait aller contre une réaction de l' électorat historiquement inévitable provoquée par les 30 ans antérieurs d' excès,de gaspillages,d' arrogance, de caciquisme politique et de corruption.

PS: je rappelle à toutes fins utiles que la simple alliance avec PODEMOS et IZQUIERDA UNIDA ne permettait pas arithmétiquement de gouverner, et qu' il fallait chercher des appuis ailleurs...du côté, des indépendantistes catalans par exemple...big problem d' autant plus que PODEMOS est favorable à la célébration d' un reférendum d' autodétermination...Oui l' Espagne est techniquement ingouvernable en ce moment, sauf si les socialistes s' abstiennent...et laissent gouverner la droite.

Une droite qui ne survit que grâce aux divisions de la gauche...

Repost 0
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 12:21

Bonjour les amis,

L émergence du phénomène Donald Trump aux Etats-Unis reste pour moi en partie mystérieux.Je m' explique certaines choses mais pas tout...comment un personnage démago et vulgaire au discours aussi délirant peut-il arriver aussi loin ?

Je comprends mais sans vraiment comprendre...même si je sais qu' une partie importante de l' électorat américain a un niveau culturel au ras des pâquerettes, l' ascension irrésistible de ce sinistre bouffon me laisse plus que perplexe.

Voici un article de Michael Moore, assez instructif et qui apporte certains éléments de réponse pour les gens comme moi qui ne comprennent pas vraiment.

Repost 0
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 10:15

Bonjour les amis,

J' ai essayé de remettre la main sur un article que j' avais édité sur le post mais je l' avais supprimé sans en garder une copie.

Alors je vous propose une version reactualisée en 2016 de ce jeu dont je vous rappelle la règle:

.

« Pourquoi le poulet a-t-il traversé la route ? » est une question, et un ensemble de réponses humoristiques, d'origine britannique. Chaque réponse explique les raisons qui poussent le poulet à se rendre de l'autre côté, selon le point de vue de la personne répondant à la question.

La scène: un poulet au bord d´une route. Il traverse

La question: Pourquoi le poulet a-t-il traversé la route ?

Voici certaines réponses déjà connues:

RENÉ DESCARTES : Pour aller de l´autre côté.

PLATON : Pour son bien. De l´autre côté est le Vrai.

ARISTOTE : C´est la nature du poulet de traverser les routes.

KARL MARX : C´était historiquement inévitable.

CAPITAINE JAMES T. COOK : Pour aller là où aucun autre poulet n´était allé auparavant.

HIPPOCRATE : En raison d´un excès de sécrétion de son pancréas.

MARTIN LUTHER KING JR. : J´ai la vision d´un monde où tous les poulets seraient libres de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.

MOISE : Et Dieu descendit du paradis et Il dit au poulet : " Tu dois traverser La route". Et le poulet traversa la route et Dieu vit que cela était bon.

RICHARD M. NIXON : Le poulet n´a pas traversé la route, je répète, le poulet n´a JAMAIS traversé la route.

NICOLAS MACHIAVEL : L´événement important c´est que le poulet ait traversé la route. Qui se fiche de savoir pourquoi ? La fin en soi de traverser la route justifie tout motif quel qu´il soit.

SIGMUND FREUD : Le fait que vous vous préoccupiez du fait que le poulet ait traversé la route révèle votre fort sentiment d´insécurité sexuelle latente.

BILL GATES : Nous venons justement de mettre au point le nouveau Poulet Office 2003", qui ne se contentera pas seulement de traverser les routes, mais couvera aussi des oeufs, classera vos dossiers importants, etc...

OUSSAMA BEN LADEN : Spice di poulasse ! !

EINSTEIN : Le fait que ce soit le poulet qui traverse la route ou que ce soit la route
qui se meuve sous le poulet dépend uniquement de votre référentiel.

ZEN : Le poulet peut vainement traverser la route, seul le Maître connaît le bruit
de son ombre derrière le mur.

JEAN-PIERRE FOUCAULT : Est-ce que c’est votre dernière traversée , poulet ?

JEAN-PIERRE RAFFARIN : Le poulet n´a pas encore traversé la route, mais le
gouvernement y travaille.

JEAN ALESI : Je ne comprends pas, théoriquement, le poulet il avait le temps de
passer.

NIKOS ALIAGAS : Le poulet a traversé la route avec 67% des voix ! !

NELSON MONTFORT : J´ai à côté de moi l´extraordinaire poulet qui a réussi le
formidable exploit de traverser cette superbe route: " Why did you cross the
road ? " " Cot cot ! " " eh bien il dit qu´il est extrêmement fier d´avoir réussi ce
challenge, ce défi, cet exploit. C´était une traversée très dure, mais il s´est
accroché, et..."

JOEY STARR : Bah le let-pou il a traversé passsssssssque sur l’autre toir-tro c’est beaucoup plus intéressant ! !!

RICHARD VIRENQUE : C´était pas un lapin ?

ORANGINA ROUGE : PASKEEEEEEUUUUUHHHH ! !!!!!

KEN LE SURVIVANT : Peu importe, il ne le sait pas mais il est déjà mort.

JEAN-CLAUDE VANDAMME : Le poulet la road il la traverse parce qu´il sait qu´il la
traverse, tu vois la route c´est sa vie et sa mort, la route c´est Dieu c´est tout le
potentiel de sa vie, et moi Jean Claude Super Star quand je me couche dans
Timecop quand le truck arrive je pense à la poule et à Dieu et je fusionne avec
tout le potentiel de la life de la road ! Et ça c´est beau !

FORREST GUMP : Cours poulet cours ! ! !

NICOLAS SARKOZY : Le poulet a traversé la route car il ne voulait pas rester là où il était .

STALINE : le poulet devra être fusillé sur le champ, ainsi que tous les témoins de la
scène et 10 autres personnes prises au hasard, pour n´avoir pas empêché cet acte
subversif.

GEORGE W. BUSH : Le fait que le poulet ait pu traverser cette route en toute
impunité malgré les résolutions de l´ONU représente un affront à la démocratie, à
la liberté, à la justice. Ceci prouve indubitablement que nous aurions dû déjà
bombarder cette route depuis longtemps. Dans le but d´assurer la paix dans cette
région, et pour éviter que les valeurs que nous défendons ne soient une fois de
plus bafouées par ce genre de terrorisme, le gouvernement des Etats-Unis
d´Amérique a décidé d´envoyer 17 porte-avions, 46 destroyers, 154 croiseurs,
appuyés au sol par 243000 G.I. et dans les airs par 846 bombardiers, qui auront
pour mission au nom de la liberté et de la démocratie, d´éliminer toute trace de vie
dans les poulaillers à 5000 km à la ronde, puis de s´assurer par des tirs de missiles
biens ciblés, que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un poulailler soit réduit
à un tas de cendres et ne puisse plus défier notre nation par son arrogance. Nous
avons décidé qu´ensuite, ce pays sera généreusement pris en charge par notre
gouvernement, qui rebâtira des poulaillers suivant les normes de sécurité en
vigueur, avec à leur tête, un coq démocratiquement élu par l´ambassadeur des
Etats Unis. En financement de ces reconstructions, nous nous contenterons du
contrôle total de la production céréalière de la région pendant 30 ans, sachant que
les habitants locaux bénéficieront d´un tarif préférentiel sur une partie de cette
production, en échange de leur totale coopération. Dans ce nouveau pays de
justice, de paix et de liberté, nous pouvons vous assurer que plus jamais un poulet
ne tentera de traverser la route pour la bonne raison, qu´il n´y aura plus de routes,
et que les poulets n´aurons plus de pattes.
Que Dieu bénisse l´Amérique!

BOUDDHA : Poser cette question renie votre propre nature de poulet.

GALILÉE : Et pourtant, il traverse.

CANTONNA : Le poulet, il est libre le poulet. Les routes, quand il veut, il les traverse.

CHARLES DE GAULES : Le poulet a peut-être traversé la route, mais il n´a pas encore travers l' autoroute !

JACQUES CHIRAC : Parce que je n´ai pas encore dissout la route.

L´ÉGLISE DE SCIENTOLOGIE : La raison est en vous, mais vous ne le savez pas encore. Moyennant la modique somme de 10 000 F par séance, plus la location d´un détecteur de mensonges, une analyse psychologique nous permettra de la découvrir.

BILL CLINTON : Je jure sur la constitution qu´il ne s´est rien passé entre ce poulet et moi.

Pourquoi le poulet a t' il traversé la route ?...version 2016

Alors je propose de continuer ce petit jeu en 2016.

STEPHEN HAWKING: j' ai pas besoin du poulet pour expliquer l' univers...

DONALD TRUMP: seuls les poulets mexicains ne respectent pas les règles du gouvernement des Etats-Unis d' Amérique.Je promets de mettre fin à leurs agissements sous mon mandat.

MARINE LE PEN: Ce poulet tente de quitter l' Europe des peuples asservis, et nous serions bien inspirés d' en faire de même...

SARKO: j' implore le gouvernement de François Hollande de baguer immédiatement tous les poulets et de les surveiller par GPS

DIDIER DESCHAMPS:La traversée est un choix taqueutique pour amener un peu plusse de percussion et tenter d' utiliser toute la largeureu du terrain

CRISTIANO RONALDO: je l' avais traversée avant lui, et je reste le meilleur traverseur de l' histoire

HILLARY CLINTON: le temps est venu pour que ce soit enfin une poule qui traverse la route

MICHEL ONFRAY: le poulet traverse plutôt bien la route, et même avec un certain talent, mais la pensée c' est pas fait pour lui...

MELENCHON:Je ne peux que penser du bien d' un poulet qui a traversé la route et qui restera un exemple pour tous les autres poulets opprimés.On ne pourra jamais tuer l' espoir de millions de poulets

PABLO IGLESIAS de PODEMOS:Le poulet PEUT traverser la route.Son acte de vaillance est un exemple et un message d' espoir pour nous tous

LE PAPE FRANÇOIS:Qui suis-je moi, et de quel droit puis-je critiquer un poulet qui a a traversé la route, s' il la fait avec l' amour de son prochain au fond du coeur ?

TARANTINO: Hé mec, tu sais comment ils appellent les flics à Paris ?...ils les appellent des "poulets" ! C' est vrai ! Sans blague !...( extrait corrigé de Pulp Fiction)

DAVID CAMERON: J' aurais préféré qu' il reste avec l' ensemble de ses congénères mais c' est au peuple de décider par référendum si le poulet a bien fait de traverser la route

FREDERIC LORDON:Je me réjouis de vous annoncer qu' il est enfin fini le temps où les poulets traversaient les routes de manière pacifique.Nos poulets ne sont pas venus pour apporter la paix.J' en suis tellement content que j' en fais pipi sur moi...

CHRISTINE AUTAIN: Trop facile de critiquer le poulet.Que faisait la route à cet endroit-là ?

.

.

A suivre....et n' hésitez pas à compléter ce petit jeu sans fin.

Bon we les amis

Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans humour politique non-sens
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 08:26

Bonjour les amis,

Quand on demandait à Einstein quel était son jeu préféré il répondait que c' était le Puzzle.En effet, ce qui le frappait c' était l' intelligibilité de notre univers dont l' explication lui faisait penser à un énorme jeu de Puzzle dont il fallait trouver de quelle manière on pouvait assembler les différentes pièces et donner un sens à ce que l' esprit humain pouvait observer.

Quand on pose la même question aux grands gouvernants, c' est souvent le jeu d' échecs qui a leur préférence, et ce n' est pas par hasard.

Quelles ont les qualités d' un bon joueur d' échecs ?

D' abord ce jeu requiert des qualités d'intelligence, d' anticipation et d' habileté sans lesquelles il est impossible d' affronter avec succès un bon adversaire.

Il n' y a pas de bluff aux échecs, et pour gagner, il faut être le plus fort.

Il faut savoir ne pas sous-estimer son adversaire et apprendre à regarder une situation sur l' échiquier de son point de vue.Les blancs doivent évaluer la situation du point de vue des noirs et vice-versa.Les échecs nous apprennent à nous mettre à la place de l' autre et à regarder les choses de son point de vue, qualité si importante dans la vie réelle.

Eloge du jeu d' échecs

Les échecs nous apprenent à être patient également.Une attaque précoce et mal préparée peut donner à votre adversaire l' occasion de riposter de manière très intelligente et parfois mortelle.

Ce jeu dynamique vous oblige aussi à avoir le sens du timing.En effet, vous pouvez avoir un magnifique plan d' attaque,mais il est possible que votre adversaire, possédant un temps d' avance sur vous, ne vous laisse jamais la possibilité de le mettre à éxécution.

Il faut donc un sens certain de l' initiative et ne pas être en position trop timide non plus.Un seul temps de retard peut décider du sort d' une partie.

C' est un jeu où la menace est plus importante que l' attaque.En effet, les joueurs se menacent mutuellement et répondent par des mouvements de développement mais aussi de protection.

C' est un jeu où on apprend à séparer deux aspects: la stratégie et la tactique.

- La stratégie est un plan qui nécessite une pensée générale, souvent réalisable sur le long terme.

- La tactique est une opération à courte portée qui fait souvent partie de la stratégie et qui implique des coups peu nombreux mais précis

Une partie normale se déroule généralement en 3 étapes:

1. l' ouverture

2. le mileu de partie

3. la fin de partie

L' ouverture permet un développement des pièces de manière équilibrée sans possibilité de riposte immédiate.

Le milieu de partie donne lieu à un véritable affrontement durant lequel s' échangeront de nombreuses pièces.

La fin de partie, s' il n' y a pas eu d' erreur grossière durant l' étape précédente verra les deux adversaires décider du sort du match sur des détails qui finissent par créer une différence.Ce sont souvent les batailles de pions qui finissent par décider du sort de la partie, c' est à dire que ce sont les pièces les plus faibles de l' échiquier qui finissent par être décisives.

Philidor diisait que le pion est l' âme du jeu d' échecs...Ça c' est vrai quand on a un niveau qui permet de jouer tout le milieu de partie sans commettre de graves erreurs.

Enfin il arrive parfois qu' à la fin du jeu, celui-ci ait une solution mathématique.

Mat en 3 coups, ou en 4 coups, imparable...Dans ce cas les joueurs se serrent la main et le perdant abandonne élégamment sans aller jusqu' au bout d' une partie qui est mathématiquement terminée.Aux échecs on aime abréger les souffrances inutiles.

Ces problèmes de mat en n coups donnent lieu parfois à des combinaisons élégantes et très esthétiques qui enchantent tous les amants de cet art..

C' est un jeu que je pratique moins maintenant car il est mentalement fatigant mais il a le mérite de maintenir les neurones en état de marche.Au lycée, c' est moi qui me charge depuis de nombreuses années d' organiser les tournois en fin de trimestre...des tournois que certains élèves attendent avec impatience.

Quand on lit la liste des qualités d' un bon joueur il est difficile de ne pas penser à celles dont a besoin tout grand leader politique.Napoléon, pour ne prendre que lui, était un bon joueur avec un style plutôt agressif ( je n' ose pas écrire " au style conquérant" ...).

Voici maintenant une photo-montage assez rigolote qui illustre à la perfection mon propos.

Eloge du jeu d' échecs

Comment ne pas penser à la situation ukrainienne ou syrienne, et reconnaître que Poutine est très probablement un bon joueur d' échecs, qui sait attendre le moment opportun pour prendre certaines initiatives, et que ses adversaires ont souvent un temps de retard sur lui.

Notez sur la photo de cette partie simultanée que les européens l' affrontent de manière séparée...

Eloge du jeu d' échecs

Je terminerai par un avertissement pour les novices.Le jeu d' échecs a aussi un côté psychologique important et certaines adversaires perfides n' hésitent pas à utiliser des armes déloyales ( non acceptées par la fédération internationale) pour vous faire perdre votre concentration...

Le BASIC INSTINCT CHESS n' est pas homologué...Qu' on se le dise !

Eloge du jeu d' échecs
Repost 0
Published by alea-jacta-est - dans jeu d' échecs humour politique
commenter cet article