Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 10:09

Bonjour les amis,

Je viens de finir le " Penser l' islam" de Michel Onfray qui est un livre de réponses du philosophe aux  questions d' une journaliste algérienne Asma Kouar.

 Je n' ai pas pour habitude de faire des billets sur des essais philosophiques pour en dire du mal et j' essaie d' aborder certaines lectures sans à priori négatif bien que certaines déclarations publiques éxagérément simplistes d' Onfray sur les attentats terroristes  de Paris m' avaient agacé au plus haut point, notamment sa façon chez Ruquier de renvoyer tout le monde dos à dos, en disant que que les attentats islamistes étaient une réponse politique aux agressions de l 'occident.

Alors j' ai entrepris la lecture de son " Penser l' islam" en oubliant tout ça avec la curiosité de savoir si ce philosophe ( que j' aimais bien dans le temps) avait approfondi un peu sa pensée que je trouvais sur ce sujet précis extrêmement superficielle, parfois teintée d' angélisme, d' ingénuité,de manichéisme et incapable d' aborder l' immense complexité du problème posé.

 

Quand Onfray tente de penser l' islam...

Alors l' auteur a préalablement lu les différents principaux textes qui inspirent la religion musulmane avant de répondre aux questions de la journaliste algérienne et de se lancer dans un certain nombre de conclusions.

Tout d' abord , je dois dire qu' Onfray qui critique tous ceux qui parlent de l' Islam sans avoir lu le Coran, ne m' a absolument rien appris dans son livre au sujet de cette religion que je ne sache déjà.RIEN !

A savoir que le Coran contient à peu près tout et le contraire de tout.Qu' il peut justifier les attitudes les plus humanistes et miséricordieuses comme les plus cruelles, sanglantes et guerrières.Tout est donc dans la façon de le lire.Vous serez radical ou modéré suivant que vous prenez ou pas au pied de la lettre certaines sourates.

Il rappelle que les valeurs du Coran , même si elles défendent une certaine idée de la dignité des êtres humains,ne sont pas compatibles avec les valeurs de liberté et d' égalité de nos démocraties modernes occidentales: égalité des droits de la Femme, respect des minorités homosexuelles, etc...Au passage Onfray réhabilite à juste titre l' historien américain Samuel Huntington qui avait été vilipendé par la gauche bien-pensante pour son livre  LE CHOC DES CIVILISATIONS.

A partir de son simple constat sur la nature du Coran, le philosophe reconnaît que le texte permettra toujours aux intégristes de trouver une justification idéologique à leurs agissements.

Le Coran étant considéré comme étant littéralement la parole de Dieu est intouchable et personne ne peut le réformer sans commettre un énorme blasphème.Il y a donc une quadrature du cercle impossible à résoudre.

Donc Onfray essaie de réfléchir sur la manière avec laquelle l' islam pourrait trouver une place dans notre République.Comment s' organiser pour que cette religion ne déborde pas de son cadre de simple croyance laissée librement à tout un chacun et sans qu' elle ne se retourne contre nous comme une institution qui contiendrait en son sein une partie radicale qui, pour si minoritaire qu' elle soit, soutiendrait et alimenterait ( ouvertement ou de façon occulte) le terrorisme et tenterait de mettre en échec nos valeurs démocratiques républicaines.

Et là, on attend les propositions concrètes du philosophe Onfray, et force est de constater qu' on reste sur sa faim.

D' abord il se lance dans un discours que je trouve vasouilleux sur la décadence de l' occident face à des populations musulmanes croissantes qui gardent une forte structure morale et religieuse qui les guide.

Alors, moi c' est le terme " décadent" qui me gêne beaucoup car s' il est vrai que le monde occidental est livré aux forces de l' argent et de son pouvoir corrupteur, c' est aussi un monde de liberté dont nous disposons, et aussi un monde moins hypocrite même s' il est bien souvent teinté de cynisme.La solidarité et la défense de la dignité humaine n'ont pas disparu de nos sociétés et le terme "décadent" ne me paraît pas recevable ( surtout si on compare par rapport aux pays musulmans qui eux préservent des valeurs certes, mais parfois si archaïques qu' il est difficile d' y voir une forme de puissance civilisationnelle montante...une puissance démographique indéniable certes, mais pas une puissance civilisationnelle de progrès).

Ensuite Onfray renvoie dos à dos les terrorismes en mettant en parallèle le terrorisme d' Etats qui vont bombarder selon lui des populations civiles innocentes, et les bombes des terroristes sur nos territoires.Là encore, sa vision même si elle est partiellement juste ( personne ne peut nier les crimes des impérialismes) reste simpliste et manichéenne.Les attentats ne sont pas qu' une réponse à nos propres agressions et vont plus loin.Il y a une claire volonté d' expansion et de vouloir nous soumettre ouvertement affichée.

Onfray oublie de remonter aux origines des attentats intégristes au début du siècle dernier en Egypte ou en Tunisie.Il ne parle même pas de l' affaire Rushdie qui a été le nouveau point de départ à une époque où l' occident était bien peu coupable de la libre pensée affichée par l' écrivain britannique d' origine indienne ( qui fut même désavoué, et c' est le comble, par Margaret Thatcher).

Par ailleurs le fait que daesh soit né de l' irresponsabilité des administrations américaines qui ont joué avec le feu n' enlève rien au fait qu' en 2017, tout le monde se doit de réfléchir à la meilleure manière de l' éradiquer.On réfléchit à partir de ce qu' on a en sachant qu' on ne va pas refaire l' histoire ( sinon on risque de faire du Zemmour).

Onfray ne propose pas de vraie pensée sur l' énorme complexité du problème géopolitique posé et sur la nécessaire et difficile coopération avec les Etats musulmans modérés que l' occident devrait soutenir dans sa lutte contre l' intégrisme.

Onfray ne se casse pas la tête et plaide pour le non-interventionnisme, la non-ingérence et le désengagement pur et simple des occidentaux.Ce sont des propositions qui sont tout simplement inconcevables quand on sait à quel point les intérêts des pays s' interpénètrent et sont complètement croisés, notamment à cause de la question vitale du pétrole, et des énormes intérêts commerciaux mutuels.Donc le désengagement que prône Onfray est une grande et magnifique idée dont on est absolument sûr qu' elle est d' autant plus inutile qu' elle n' aboutira jamais.C' est de la philo de comptoir qui ne sert à rien...les fameux yaka yaka...

Onfray en sait autant sur la philosophie politique que moi sur l' art du violon.

Par ailleurs,et au passage, j' ouvre une petite parenthèse: il faudra qu'il m' explique quels ont été les crimes impérialistes commis par les suédois qui justifiraient aux yeux des terroristes le dernier attentat en date commis dans les rues de Stockholm.

Ensuite Onfray essaie de réfléchir sur notre laïcité qu' il faut faire évoluer selon lui, et constate que si les mosquées sont financées par des puissances étrangères il ne faut pas s' étonner que celles-ci s' en servent contre nous.Sa proposition est donc que l' Etat Français prenne part au financement des lieux de cultes et à la formation des imams qui doivent y prêcher dans le respect des règles républicaines.Alors ce serait un financement au prorata des contribuables qui se déclareraient musulmans sur leur feuille d' impôts.

Alors là, encore une fois, on voit bien que le philosophe vit sur une autre planète et qu' il rompt le concept même d' un Etat laïc arbitre impartial et protecteur mais jamais promoteur de l' expansion ou du simple maintien des religions car ce n' est pas son rôle.Par ailleurs , considérant que la religion musulmane n' est pas directement liée à notre histoire, ni à notre culture, et encore moins à nos valeurs sociétales,et que par contre elle est liée qu' elle le veuille ou non à nos problèmes de cohabitation sociale et de défense de certaines valeurs démocratiques,l' ensemble des contribuables n' est pas disposé à financer directement la construction de lieux de culte musulmans.

Pire, de nombreux concitoyens penseraient que dans l' état actuel des choses  nous prendrions le risque d' alimenter une force croissante qui nous sera hostile,tôt ou tard, qui pensera que les intérêts du monde musulman prévalent sur ceux de notre République. Onfray ne réfléchit pas assez sur la dimension supranationale de cette religion ( qu' il ne nie pas), une religion éminemment politique, qui se considère comme une nation à part entière ( l' oumma dont les intérêts sont supérieurs à ceux des simples Etats) contrairement aux autres religions qui séparent le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel.

On voudrait lui rappeler qu' il y a suffisamment de musulmans en France pour qu' ils financent eux-mêmes leurs lieux de culte, et que par ailleurs l' Etat français pourrait se doter de moyens pour empêcher purement et simplement des financements extérieurs, tout comme le proposait Emmanuel Valls.

Le seul élément que je lui concède c' est que l' Etat doit exercer une vigilance accrue sur la formation des imams et s' assurer de leur fidélité aux principes républicains avant de les laisser prêcher sur notre territoire.Mais là, il n' y a rien de nouveau car ça fait belle lurette que l' Etat français surveille de près les lieux de cultes et les propos qui y sont tenus.J' irais même jusqu' à dire qu' à cause du radicalisme islamiste la France a dû se doter d' une authentique "police de la pensée",pour se protéger efficacement et tenter de prévenir ( avec un succès relatif) les attentats et une radicalisation d' une partie de la jeunesse musulmane.

Finalement, je terminerai en parlant de l' énorme déception que j'ai eu à la lecture de ce livre qui n' a fait que confirmer ce que je savais déjà et qui ne m' a pas apporté le moindre élément de réflexion sur la manière de faire caser l' islam dans notre République en évitant que ne prospère, en parallèle, la radicalisation.

Finalement le titre d' Onfray est bien prétentieux.

C' est lui Onfray qui avait balancé a Yann Moix que "la pensée c' était pas pour lui" ( ce qui était vrai)...le problème c' est que lui aussi  s' est lancé sur le terrain de la question musulmane et qu' il s' y est embourbé également, incapable de trouver ne serait-ce qu' une seule idée qui fasse avancer le schmilblick.

Il se contente de rejeter toutes les fausses solutions , mais ça, on le savait déjà...on ne l' a pas attendu pour le savoir.

Reconnaissons lui quand même le fait positif qu' il se démarque de l' islamo-gauche qui vit dans le déni des problèmes posés et qui trahit nos valeurs républicaines.Il leur règle leur compte dans son livre.

Finalement,mis à part certaines propositions d' Onfray que je trouve ingénues et  assez angéliques, je ne peux même pas dire que je suis contre son livre: simplement il n' apporte rien...c' est un livre constat ! pas un livre pour penser...

Alors j' aimerais revenir sur l' émission de Ruquier après les attentats dans laquelle Onfray s' était insurgé contre TOUS les journalistes en disant qu' ils étaient TOUS dans l' émotion et pas dans la réflexion: alors ,du coup,on l' attendait au tournant avec son livre.

Et c' est quoi sa réflexion à lui ?

Et bien c' est toute une série de reproches qu' on peut tous faire aux responsables occidentaux sur leurs compromissions, leur cynisme et leur irresponsabilité que ce soit en Syrie, en Irak ou en Lybie, et sur le plan national également. Evidemment, on est tous d' accord avec lui, mais que propose t' il de concret pour rompre cette spirale infernale de violence aujourd' hui ?

Vous avez bien compris que ce n' est pas dans son petit traité de 95 pages vite fait sur le gaz, par ailleurs très facile à lire, que j' ai trouvé des vraies réponses à mes propres interrogations.

Je terminerai en disant que pour les lecteurs qui n' ont que très peu de connaissances sur ce sujet, Onfray résume un ensemble de points importants pour comprendre la complexité du problème.C' est au niveau des propositions que son petit traité coince un peu...un peu beaucoup même !

 

 

 

 

 

Repost 0
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 16:57

Bonjour les amis,

Je viens de voir SILENCE de Martin Scorcese qui raconte un des épisodes finaux de la lutte des autorités japonaises contre l' implantation du catholicisme dans leur pays.

Deux pères jésuites,Sébastien Rodrigues et son compagnon, le père François Garpe arrivent au Japon en 1638 pour tenter de reprendre contact avec le père Ferreira dont la rumeur dit qu' ils s' est apostasié et qu' il est devenu l' allié des japonais.

La population chrétienne vit dans la clandestinité. Pour dénicher les chrétiens cachés, les policiers forcent ceux qu’ils soupçonnent de l’être à piétiner une image du Christ (l'épreuve du fumi-e). Ceux qui refusent sont emprisonnés et torturés à mort.

Rodrigues et Garpe ne sont pas en mesure de poursuivre longtemps leur ministère pastoral. Bientôt arrêtés ils sont contraints à être témoins de la mort lente et cruelle de chrétiens japonais refusant d’abandonner leur foi chrétienne. Il n'y a pas de gloire dans ces martyres, pense maintenant Rodrigues au contraire de ce qu’il avait imaginé, mais seulement brutalité et cruauté.

Bon alors, avec ce film on s' embarque pour 2 heures et 40 minutes de souffrances, de tourmentes physiques et  de dilemmes moraux.

Ce SILENCE, c' est celui de Dieu qui laisse ses jésuites chargés de répandre sa bonne parole seuls face aux terribles conséquences de leurs actes évangéliques dans l' empire nippon.

Je commencerai, comme toujours, par parler des grandes qualités du film.

Scorsese aborde un grand chapitre de l' histoire de l' Eglise alors, comme on pouvait s' y attendre, la mise en scène est grandiose.Le Maître Scorsese garde son savoir-faire et sait raconter une histoire.

On est littéralement transporté dans le Japon du XVII ème avec des images à la fois très belles, parfois violentes et parfois poétiques, au coeur d' une société féodale très dure.On partage d' abord le quotidien et la vie précaire d' humbles paysans vivant leur foi dans la clandestinité.

Scorsese prend son temps, et ne précipite pas les étapes.Nous partageons d' abord dans un petit village côtier les espoirs et angoisses de ces missionnaires  qui savent qu' ils vont être confrontés à de terribles épreuves de vérité.Une lourde attente chargée d' angoisses s' installe.

Le spectateur attend patiemment la confrontation avec le grand inquisiteur japonais, et aussi avec le père Ferreira ( aussi attendu dans ce film que le colonel Kurtz joué par Marlon Brando à la fin d'  Apocalypse Now).

Cette confrontation, et ce choc de cultures et de civilisation  donneront lieu à des dialogues excellement interprétés par tous les acteurs qui jouent leur rôle avec sincérité et justesse.

L' inquisiteur japonais a décidé de lutter contre l' expansion du christianisme en obligeant les missionnaires à abjurer leur foi, et comme il sait que ceux-ci sont prêts à faire le sacrifice de leur vie,il les met en face d' un autre dilemme plus cruel et plus subtil.S' ils ne renoncent pas à leur foi, ce sont des innocents villageois chrétiens qui seront torturés et mis à mort à leur place.

Nous voici donc plongés dans un dilemme qui confronte le missionnaire face à une dimension absurde de son action évangélique:le fait qu' il propage la bonne parole et la croyance en un Dieu d' amour provoque la mort et la désolation qu' il a le pouvoir de stopper par un simple acte d' abjuration...Notons au passage que ces scènes d' abjuration répétées trop souvent dans le film, et de manière vraiment trop insistante, finissent rapidement par lasser le spectateur( là, Scorsese ne fait pas dans la dentelle...très répétitif, pour ne pas dire assommant...on a envie de lui dire " ok mec ! On a compris ! ").

La vision de la foi vécue et vue à travers les yeux de paysans japonais est très simpliste ( et se résume en une perception très iconographique de la religion).On se dit que pour eux, cette religion doit être aussi exotique que le bouddhisme l' est pour nous. D' ailleurs on ne comprend pas bien dans le film ce qui les pousse à mourir et à se sacrifier.Ça paraît presque incongru...à la limite du crédible ( alors que ça s' est réellement passé).

Le grand inquisiteur tente de convaincre Rodrigues de l' incompatibilité du christianisme avec les valeurs de la société japonaise, et de l' inanité de son projet.

C' est le moment-clé du film qu' on attend, le grand choc de cultures, et là il faut reconnaître qu' on reste un peu sur sa faim.

Même si le grand inquisiteur fait appel parfois à de jolies métaphores pour s' expliquer comme celle des quatre concubines, je trouve que la réflexion reste un peu courte.

Ferreira, lui, a cédé au chantage du grand inquisiteur japonais: il est un peu victime d' une espèce de syndrome de Stockholm avant l' heure et finit par adopter le point de vue des gouverneurs locaux, et décide d' apprendre plus d' eux que d' imposer ses propres croyances.

Ce thème de l' enrichissement mutuel est abordé dans le film mais il n' est pas approfondi...Finalement le film dure 2 heures et 40 minutes et le sujet central du film n' est pas abordé de manière suffisante ( à mon goût).

Franchement, si moi j' avais dû faire un tel film, je l' aurais construit comme une pièce de théâtre avec 3 personnages centraux: Rodrigues, Ferreira et l' inquisiteur.

Une pièce où chacun, tour à tour, marquerait des points  et ferait douter les deux autres...

Au lieu de cela, SILENCE est la terrible chronique d' une mort annoncée et inéluctable. 

Le spectateur reste sur un sentiment de frustration et se dit qu' il manque vraiment un élément important à ce film pour en faire un chef d' oeuvre...pour qu' il ne soit pas qu' une simple illustration d' un tragique chapitre connu de l' histoire.

Evidemment, on m' objectera qu' on ne peut changer le cours de l' histoire réelle pour faire un bon scénario, mais je crois qu' il y avait l' espace pour faire un film qui respecte la vérité historique, et qui laisse aussi à des personnages  comme Ferreira la possibilité d' ouvrir des fenêtres de compréhension, d' intelligence et d' enrichissements mutuels.

Scorsese rate ( de mon point de vue) l' objet principal de son film qui aurait pu être l' histoire de ce choc de civilisations.

Soyons juste et honnête: il aborde bien le thème mais il ne l' approfondit pas assez.Dommage !

On aurait aimé savoir, avec plus de détail et de précision, contre quoi la morale chrétienne si universaliste a buté au Japon ( et pas en Corée ou en Chine).Pourquoi après une première étape d' évangélisation les autorités politiques ont décidé d' éradiquer toute trace de christianisme ? Pourquoi la chrétienté a t' elle été perçue comme un vrai danger politique par les gouvernants de l' époque ? On reste un peu sur ses interrogations même si le film apporte des éléments de réponse.

J' attendais davantage de la confrontation de Rodrigues  avec le grand inquisiteur et avec Ferreira.

SILENCE c' est avant tout  l' histoire ( incomplète) d' un échec.C' est un long film, un bon film mais pas un grand film.

NB: Je ne fais pas la fine bouche et je suis plutôt sympa, car j' ai lu ici ou là des critiques bien plus saignantes qui trouvent que le film est réellement assommant, balourd, trop démonstratif, qu' il donne une image simpliste de la croyance ( avec une fin très naïve): ce qui est un point de vue parfaitement défendable.

http://www.humanite.fr/par-ici-les-sorties-par-vincent-ostria-631777

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:43

Bonjour les amis,

Les fêtes liées aux célébrations de la Nativité du Christ sont terminées depuis hier.En navigant sur le net ce matin , je suis tombé par hasard sur un message de bienvenue affiché à l' entrée de la cathédralle de Canterbury.

Il semblerait que la première mouture de ce texte soit partie d' une église quelque part en Australie.

Peu importe, ce message le voici 

Message pastoral...

Je vous remets ci-dessous le texte complet.

We extend a special welcome to those who are single, married, divorced, gay, filthy rich, dirt poor. We extend a special welcome to those who are crying new-borns, skinny as a rake or could afford to lose a few pounds We welcome you if you can sing like Pavarotti or are like our vicar (who can’t carry a note in a bucket). You’re welcome here if you’re just browsing, just woke up or just got out of prison. We don’t care if you’re more Christian than the Archbishop of Canterbury, or haven’t been in church since little Jack’s christening. We extend a special welcome to those who are over 60 but not grown up yet and to teenagers who are growing up too fast. We welcome keep-fit mums, football dads, starving artists, tree-huggers, latte sippers, vegetarians, junk-food eaters. We welcome you if you are having problems or you’re down in the dumps or if you don’t like organised religion – we’ve been there too! If you blew all your money on the horses, you’re welcome here. We offer a welcome to those who think the earth is flat, work too hard, don’t work, can’t spell, or because your grandma is in town and wanted to go to church. We welcome those who are inked, pierced or both. We offer a special welcome to those who could use a prayer right now, had religion shoved down their throat as a kid or got lost in the local oneway system and wound up here by mistake. We welcome tourists, seekers and doubters, bleeding hearts…………and you!

Voici une traduction automatique réalisée sur le site de Google, qui vaut ce qu' elle vaut,avec un certain nombre d' erreurs, mais qui donnera une petite idée de l' ESSENTIEL  du contenu de ce message aux non-anglophones.

Nous souhaitons la bienvenue à tous ceux qui sont célibataires, mariés, divorcés, gays, riches et sales. Nous souhaitons la bienvenue à ceux qui pleurent des nouveau-nés, maigres comme un râteau ou pourraient se permettre de perdre quelques kilos Nous vous accueillons si vous pouvez chanter comme Pavarotti ou sont comme notre vicaire (qui ne peut pas porter une note dans un seau). Vous êtes les bienvenus ici si vous êtes juste la navigation, juste réveillé ou tout simplement sorti de prison. Nous ne nous soucions pas si vous êtes plus chrétien que l'archevêque de Canterbury, ou si vous n'avez pas été à l'église depuis le petit baptême de Jack. Nous souhaitons la bienvenue à ceux qui ont plus de 60 ans mais qui ne sont pas encore adultes et aux adolescents qui grandissent trop vite. Nous accueillons des mamans gardiennes, des footballeurs, des artistes affamés, des amoureux des arbres, des latinaurs, des végétariens, des mangeurs de malbouffe. Nous vous souhaitons la bienvenue si vous avez des problèmes ou si vous êtes dans les décharges ou si vous n'aimez pas la religion organisée - nous avons été là aussi! Si vous avez volé tout votre argent sur les chevaux, vous êtes les bienvenus ici. Nous offrons un accueil à ceux qui pensent que la terre est plate, travaillent trop dur, ne travaillent pas, ne peuvent pas épeler, ou parce que votre grand-mère est en ville et voulait aller à l'église. Nous accueillons ceux qui sont encrés, percés ou les deux. Nous offrons un accueil spécial à ceux qui pouvaient utiliser une prière en ce moment, une religion a poussé jusqu'à la gorge dans leur gosier ou se sont perdus dans le système unidirectionnel local et blessé ici par erreur. Nous accueillons les touristes, les demandeurs et les sceptiques, les coeurs saignants ............ et vous!

Alors les amis,sans vouloir succomber à une certaine forme de sensiblerie facile, je peux vous dire que ce message me touche.

L' athée que je suis n' a pas pour vocation d' être en conflit avec les religieux, ni avec qui que ce soit d' ailleurs...Je ressens aussi un besoin de spiritualité, et de vivre en harmonie avec l' ensemble de la communauté humaine qui m' entoure....croyante ou pas.

Ce texte pastoral possède un message essentiel.

IL N' IMPOSE PAS DIEU

Il ouvre les bras à nos frères humains.

C' est peut-être là que réside le Génie du Christianisme.

Le Christ,c' est à dire Dieu fait homme, nous dit avant tout d' être Amour.

Finalement, et perçu de cette manière, la question de la croyance en l' existence de Dieu n' est plus fondamentale car c' est à travers notre Amour que nous pourrions éventuellement accéder ou pas à Dieu .Il nous suffirait de croire en l' amour de l' Homme et rompre ainsi  toutes les barrières liées aux différentes  croyances dogmatiques.

Il suffirait de croire en un seul dogme auquel je pourrais souscrire moi-même.

Tout ce qui n' est pas Amour n' est pas Dieu

 

 

PS: Dès que je parle de Dieu je ne peux m' empêcher de penser à J. S. Bach, sans doute son plus génial émissaire sur Terre.

Alors, en marge de ce message pastoral, j' aimerais partager avec vous aussi ce bref document très rare  montrant le jeune Glenn Gould répétant chez lui une oeuvre de Bach.

Quand le génie de Gould rencontre celui de Bach, c' est tout simplement prodigieux..!

Ecoutez de quelle manière il ponctue lui-même la partita nº 2  en chantonnant en même temps qu' il éxécute la partition au piano à partir d' 1 minute 40 secondes...

A  2 minutes, il se lève et l' oeuvre continue dans sa tête...et puis il se remet au clavier...tout simplement vertigineux et jouissif !

Repost 0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 11:56

Bonjour les amis,

ce billet est la suite de celui consacré aux récents propos tenus par le Pape lors d' un retour d' un voyage de Pologne.

http://alea-jacta-est.ex-posteur.over-blog.com/2016/08/terrorisme-islamiste-les-propos-consternants-du-pape-francois.html

Je ne reviendrai pas sur les comparaisons choquantes et consternantes du Pape.Ses propos lui appartiennent.Seul lui a eu l' idée saugrenue de comparer des attentats islamistes avec des crimes de droit commun commis par des personnes qui tuent leur fiancée ou leur belle-mère.

Je voudrais rappeler une simple évidence.Les crimes qu' ils citent sont de droit commun et ne sont liés à aucune religion, ni même idéologie.

Point final.

J' aimerais revenir sur la deuxième partie du discours papal qui concerne la condamnation du DIEU-ARGENT pour reprendre l' expression qu' il a utilisée.

Le Pape parle cette fois-ci, à juste titre, du terrorisme économique imposé par les puissances occidentales et asiatiques au reste du Monde.Le Pape indique clairement que cet impérialisme économique qui maintient certains peuples dans la misère est de nature à générer des réponses et des contre-réactions violentes.

Jusque là, il n' y a rien à redire.La condamnation de l' injustice sociale fait partie intégrante du message du Christ qui fustigeait les riches de son époque.

« Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu » (Marc 10:25)

Quand le Pape pointe du doigt l' énorme injustice et les souffrances infligées aux peuples par notre monde marchand, on ne peut que se réjouir, applaudir des deux mains, et s' exclamer , comme dans la fameuse chanson dont j' ai détourné un peu les paroles:

" IL EST DES NÔ-OOOTRES....IL FUSTIGE LA FINANCE COMME LES AU-AUTRES ! "

Mais le problème réside dans le fait qu' on est et qu' on reste dans le domaine du discours, un discours dont on sait qu' il ne sera malheureusement pas suivi de vrais effets capables d' infléchir le cours des problèmes dont souffre l' humanité.

Le Pape désigne à la vindicte populaire un ennemi diffus,des groupements d' intérêts financiers importants, des pouvoirs, des puissances étrangères contre lesquelles il ne peut rien ( ou très peu).

Vous vous souvenez de la phrase de Staline:

" Le pape ? Combien de divisions ? "

On peut même imaginer que ceux qui détiennent des parcelles de ce pouvoir écouteront le discours du Pape de manière émue et attendrie,un peu hypocrite, puis reprendront leurs activités habituelles.

Par exemple, on peut facilement penser qu' il y a parmi les fabricants et trafiquants d' armes, de nombreux pèlerins qui vont le dimanche à l' église, à la synagogue ou à la Mosquée .

Bien évidemment, certains d' entre vous me diront, à juste titre, que le rôle du souverain pontife n' est pas de mener une révolution prolétarienne mais d' être un guide spirituel et de montrer le droit chemin qui mène vers un monde meilleur et plus solidaire.

Le problème c' est que ça fait plus de 100 ans au moins qu' on écoute ce type de discours, et que celui-ci fait partie d' une petite musique qu' on entend tous les jours et qui n' a plus le moindre effet ( ou plus beaucoup d' effets).

Comme si le fait de désigner le coupable, ce grand Satan libéral, était de nature à en limiter la nocivité ( sachant par ailleurs que ce Satan donne aussi du travail et alimente des centaines de millions de famillles...et sachant que les autres systèmes économiques notamment communistes ont lamentablement échoué)...

Ou alors, comme si notre confession et notre grand mea culpa collectif étaient à même d' inverser les rapports que nous avons aux autres.

Je crois que , malheureusemenmt, ces grandes démonstrations ostentatoires de nos pêchés, sont bien souvent le meilleur moyen de ne rien faire, d' accepter un état de fait qui dure depuis que le monde est monde.

Alors certains me diront: " Et bien toi ALEA JACTA EST, toi qui es si malin, que ferais-tu si tu étais à la place du Pape ? hein ?..."

Bon, c' est pas facile de répondre vu que je ne suis plus chrétien, mais comme j' accepte les principes fondamentaux de la morale chrétienne, je vais essayer de ne pas me défiler à cette question...

Si j' étais Pape, j' essaierais de mettre la vérité au coeur du discours.Ce n' est pas simple, mais j'essaierais d' appliquer la maxime de Lénine qui disait que seule la vérité est révolutionnaire.

Alors dire la vérité c' est très compliqué quand vous êtes Pape car vous risquez de créer des incidents diplomatiques toutes les 30 secondes.

Alors je pousserais mes fidèles à ce que eux fassent cet effort de vérité, et qu' ils regardent au fond de leur coeur. Je leur dirais qu' ils ne seront jamais de vrais chrétiens s' ils ne s' interrogent pas sur eux-mêmes, sur leur façon de choisir, de voter,de consommer,de travailler, d' aimer leur prochain.

J' en appellerais à leur responsabilité individuelle et collective.

Alors vous me répondrez que le Pape fait déjà tout ça.Bin oui...

Finalement, si j' étais à la place du Pape François je ne pourrais pas faire beaucoup plus que lui, si ce n' est de ne pas commettre de grosses bourdes de communication comme il l' a fait par 2 fois, suite aux attentats contre Charlie, et suite aux récentes agressions islamistes.

Je pourrais essayer d' être plus habile, plus stratège et plus intelligent mais finalement ça ne changerait pas les choses de manière significative et fondamentale.

Alors, il faut être juste avec le Pape.Il n' est pas le seul à s' en tenir à des discours suivis de peu d' effets.

Hollande, qui lui est un responsable politique, avait dit:, lui aussi " Mon ennemi c' est la finance..." mais ses électeurs ont du mal à trouver dans son action politique une preuve de la véracité de son affirmation.

Soyons juste encore une fois. Hollande est peut-être sincère et a juste manqué de modestie car, finalement, il ne peut pas faire grand-chose contre son ennemi.Une fois encore, nous sommes dans le discours ...

Alors on pense à la chanson de Dalida.

Paroles, paroles, paroles...

Alors dans la liste des mecs biens qui sont des nôtres, il n' y a pas que le Pape ou Hollande , il y a de nombreux journalistes,artistes, chanteurs,sportifs ...rien que des mecs biens...des mecs dont on pourrait dire:

" Bravo ! ...Il est des nôtres !..."

Paroles, paroles, paroles...
Repost 0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 18:17

Bonjour les amis,

Aujourd' hui je n' ai pas beaucoup de temps d' écrire et je voulais juste partager avec vous cette page TRÈS INSTRUCTIVE ( comme aurait Michel Serrrault dans Garde à vue) .

Et simplement ajouter que Tariq Ramadan ( petit fils du fondateur des frères musulmans et qui n' a jamais condamné les agissements de son grand-père Hassan al-Banna),Tariq celui qui se dit " perquisitionnable", a demandé la nationalité française.

Bien évidemment,j' espère que les autorités françaises ne donneront jamais la nationalité à un être aussi pernicieux, spécialiste du double langage,jouant la séduction sur les plateaux de télé européens mais tenant des propos bien plus durs sur les radios du Moyen-Orient...

Reconnaissons que le refus serait purement symbolique et que ça n' empêcherait pas Ramadan d' être très toxique d' ailleurs car il est déjà accueilli comme un Messie dans certains quartiers de la République.

La dernière provocation de Tariq...
Repost 0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 08:43

Bonjour les amis,

je vous ai parlé il y a quelques jours de mes vacances près de Segovia durant lesquelles j' ai pu admirer, entre autres, l' impressionnant aqueduc romain parfaitement conservé, ICI.

Avant d' entreprendre ce voyage, j' avais commencé la lecture de l' excellent livre de Lucien Jerphagnon HISTOIRE DE LA ROME ANTIQUE pour essayer de mieux comprendre le monde romain.En fait il vaudrait mieux parler des mondes romains au pluriel car l' influence de cette cité s' est faite sentir pendant près de mille ans et a connu des époques bien différenciées..

 

 

Difficile durant cette visite de vestiges antiques de ne pas me rappeller certaines scènes du film des Monty Python LA VIE DE BRIAN qui fut l' une des comédies les plus drôles et les plus brillantes du XX ème siècle.

Mais que nous ont apporté les romains ?

Je ne vais pas vous reraconter l' histoire mais revenir sur deux ou trois thèmes qui sont restés extrêmement modernes.

Dans ce film, les habitants de la Judée luttent de forme clandestine contre l' occupation romaine.

Ils ne sont que 4 ou 5, et on se doute bien que pour lutter contre la toute puissance de l' Empire ce n' est pas gagné pour eux.Non seulement ils ne sont que 4 ou 5 mais en plus ils sont divisés en factions rivales qui ne peuvent pas se piffer.En effet, il y a d' un côté le FPJ front de libération de la Judée, à ne surtout pas confondre avec le FJP front judéen de libération.

NB: A l' époque où j' ai vu ce film j' étais étudiant à Paris et il y avait dans mon école une myriade de petits partis troskystes divisés en groupuscules rivaux ( OCI, LCI, PCI,LCR,etc..etc..) voulant tous lutter contre l' impérialisme capitaliste et chacun des membres considérait ceux des autres groupuscules rivaux comme des social-traîtres ( social-traître était un vocable très en vogue à l' époque).Ce qui était drôle c' est que tous se réclamaient de Trotsky.On ne pouvait que sourire et se dire qu' avec de tels adversaires aussi peu nombreux et aussi divisés, le capitalisme avait encore de beaux jours devant lui...

Voici donc une première scène du film, assez hilarante, de réunion pour organiser la lutte contre " l' oppresseur romain"

Plus tard, alors que le FPJ s' apprête à passer à l' action armée nous avons droit à une scène d' anthologie.Le leader du groupe veut motiver ses troupes en posant une question fondamentale:

MAIS QUE NOUS ONT APPORTÉ LES ROMAINS ?

Voici la réponse à 18 minutes sur ce lien où l' on peut voir le film complet

A la question posée, l' un des participants rappelle que les romains ont apporté l' aqueduc....puis les égoûts...puis les routes....la médecine, l' éducation , le vin, le maintien de l' ordre public, la paix...et finit par exaspérer le leader du FPJ.

Finalement, ça donne une scène assez irrésistible où il semblerait que les habitants de cette contrée vivaient tous plutôt dans la m.... avant l' occupation romaine et que ceux-ci ont pratiquement tout apporté.

Aujourd' hui encore, moi qui suis le premier à critiquer à juste titre toutes les formes d'impérialismes anciens et modernes, il m' arrive parfois de penser à cette scène et de me dire que l' impérialisme n' a quand même pas eu que des effets négatifs pour les populations autochtones.

Enfin, et pour revenir à ce film, on ne peut s' empêcher de se dire qu' aujourd' hui il serait pratiquement impossible de le réaliser et encore moins de le distribuer sans provoquer des émeutes aux 4 coins de la planète.On ne peut plus rire de la religion même quand c' est fait de forme subtile et très intelligente...J' ai entendu l' année dernière une interview de l' un des membres des Monty Python qui disait qu' à l' époque ils bénéficiaient d' une incroyable liberté que nous avons définitivement perdu , au nom du politiquement correct.

Je terminerai ce petit papier par un clin d' oeil à Rosemar qui a écrit cette année de nombreux articles sur la défense du latin à l' école.

Regardez la scène hilarante du graffiti....à 14 minutes 43 secondes.On s' attend à ce que le légionnaire romain mette Brian aux arrêts pour incitation à la rébellion mais au lieu de cela il corrige ses fautes d' orthographe et de grammaire latine.Trop drôle...

Bonne fin de journée les amis.

PS nº1: A la question posée dans le titre ce ce billet, je serais tenté d'en ajouter une autre :

Que nous ont apporté les Monty Python et que nous avons définitivement perdu ?

PS nº2:complètement hors-sujet.Regardez de quelle manière cette jeune demoiselle danse à la façon des années trente à partir de 1 minute 30 secondes...Elle est tout simplement é-pa-tan-te...encore mieux que dans le film GATSBY !

Repost 0