Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 16:16

Bonjour les amis,

Comme d' habitude j' ai un petit métro de retard, et je viens de voir cette semaine " Frantz" de François Ozon.

Voici un bref résumé de l' argument dramatique.

Au lendemain de la guerre 14-18, dans une petite ville allemande, Anna se rend tous les jours sur la tombe de son fiancé, Frantz, mort sur le front en France. Mais ce jour-là, un jeune Français, Adrien, est venu se recueillir sur la tombe de son ami allemand. Cette présence à la suite de la défaite allemande va provoquer des réactions passionnelles dans la ville.

Ozon signe un film très académique, avec une reconstitution soignée de l' époque de l' immédiate après-première guerre mondiale,en utilisant de manière judicieuse le noir et blanc ( et en réservant l' usage de la couleur à certaines scènes).

Son film commence sur un mystère car on sent bien, dès le début, que le personnage d' Adrien n' est pas seulement qu' un ami de Frantz.

On se doute qu' il y a une situation fausse, ce qui génère un vrai malaise chez Adrien ( et aussi chez le spectateur).L' interprétation de Pierre Niney est assez époustouflante, tout en retenue, pleine de pudeur...Tout est dans le non-dit, dans le regard, dans les expressions. Ozon arrive à créer des ambiances tendues sans qu' il ne se passe pratiquement rien à l' écran.

Anna, la fiancée de Frantz essaie vainement de surmonter son deuil.Sa beauté suscite des convoitises dans le village. Paula Beer interprète avec beaucoup de justesse et de charisme la souffrance de cette jeune fiancée qui vient de perdre l' homme à qui elle s' était promise.Son visage rayonne et exprime à la fois la douleur,l' espoir et le désir de vivre.Elle est tout simplement sublime.

Dans la première partie du film, le spectateur souffre avec nos deux héros jusqu' à ce qu' Adrien finisse par libérer sa conscience.

Et à partir de ce moment-là,on quitte l' Allemagne et on revient en France où  le film s' engage dans une direction qui désoriente et intrigue le spectateur.

Adrien, sans le vouloir, a inversé une situation psychologique.Adrien est à la fois artiste, poète, et pacifiste tout comme Frantz l' était et il s' est produit une forme de transfert dont sera victime Anna.

Finalement c' est elle, Anna, la grande héroïne du film, elle qui va connaître deux grandes histoires d' amour complètement frustrées.

Quand le film se termine, on ressent un profond sentiment de déchirement...On est bouleversé.

Revenons à la facture de ce film.

Ozon a eu la bonne idée de faire des dialogues en allemand quand le film se déroule en  Allemagne , et en français lorsqu' il se déroule en France.C' est parfait et ça nous plonge de manière authentique dans chacun de ces deux pays.Au début du film, je trouvais que les dialogues allemands sonnaient un peu faux, froids et artificiels, mais ça s' arrange très vite dès que les liens entre Adrien et la famille de Frantz se resserrent.

Je n' insisterai pas sur les péripéties, et sur les autres personnages du film.

"Frantz" nous replonge dans une époque absurde de xénophobie, de patriotisme exacerbé,débile et criminel...

Le film dénonce les mensonges et les responsabilités des générations plus âgées qui ont envoyé leurs propres enfants à la grande boucherie.Mais tout ça, on le savait déjà...

Le film nous interpelle également sur le fait que deux pays qui sont culturellement si proches,  et qui ont tant de richesses artistiques à partager en sont venus à s' entre déchirer en sacrifiant leur jeunesse de la manière la plus absurde.

Mais ce qui émeut vraiment dans ce film c' est le personnage d'  Anna.C' est un magnifique rôle féminin qu' Ozon a offert à Paula Beer.

Anna, victime de la bêtise et de la barbarie humaine qui l' amputent de l' amour de sa vie...Anna qui se reprojette avec Adrien qui ne se rend pas compte qu' il est en train de provoquer des sentiments qui lui échappent.

Cette partie-là du film est la plus réussie de mon point de vue et nous rappelle des épisodes que nous avons tous vécu ou dont nous avons tous été témoin.

En effet, parfois, certaines personnes agissent comme Adrien,sont prostrées au fond de  leurs affres,ne voient plus qu' elles-mêmes, essaient de résoudre leurs graves dilemmes personnels et ne se rendent pas compte qu' elles sont en train de provoquer des bouleversements dans la  vie des autres.

Anna,c' est une héroïne magnifique,sensible,élégante,féminine,pudique,courageuse,forte et fragile,rayonnante,aimante,délicate et si belle ...C' est un personnage qui marque.C' est Anna qui permet à ce film d' être un grand film et qui lui donne un véritable souffle romantique.

 

 

 

 

 

A propos de "Frantz" de François Ozon

Partager cet article

Repost 0

commentaires

rosemar 28/01/2017 16:54

Merci pour le lien sur le prédicat : les profs font de la résistance...

Rosie 28/01/2017 11:18

Bon là ! C est encore 1 serieux "loupé" pour moi .... je vais tenter de me le procurer rapidement .... a moins qu un cine club le programme ! Bon week end a tous Rosie

alea-jacta-est 28/01/2017 11:25

Comme t' as pas mal de films en retard, je te propose de commencer par MADEMOISELLE.Celui-là il faut le voir en priorité...
Essaie de louer de DVD si c' est possible
Bon we

rosemar 27/01/2017 23:09

Je n'ai pas vu ce film mais les images de la bande annonce sont bouleversantes, avec tout le charme du noir et blanc, l'ambiguité des sentiments, la cruauté des hommes.

Belle soirée, AJE

alea-jacta-est 28/01/2017 07:18

Hors-sujet
Les profs de français se rebellent contre LE PREDICAT.
Tu te sentiras moins seule après avoir lu ça
http://www.huffingtonpost.fr/jeanpaul-mongin/predicat-enseignement-college-francais/

alea-jacta-est 28/01/2017 07:16

On est captivé par l' ambiance du film.Le noir et blanc apporte beaucoup.Il y a un énorme travail du directeur de la photo.La réalisation c' est du cousu main.Les mouvements de caméra aussi sont soigneusement étudiées.Pendant toute la première partie du film, la tension dramatique est très bien maintenue.Ozon évite soigneusement de tomber dans le mélo.Il a travaillé sur les expressions de tous les personnages qui sont très justes et qui en disent plus que les dialogues.Tous les personnages secondaires sont très bien interprétés: les parents de Frantz( le regard du père, c' est tout un poème, l' humanité de la mère emplit tout l' écran, le prétendant éconduit, la mère d' Adrien, etc...).
Je me méfie beaucoup du cinéma démonstratif " à messages" et on sent qu' Ozon a voulu rendre une copie de bon élève qui séduise autant les allemands que les français ( le film a reçu un excellent accueil en Allemagne, et on peut se dire qu' Ozon joue une carte un peu facile en 2016)
Ce qui transparait dans ce film c' est que si les français et les allemands avaient eu un peu d' empathie, s' ils s' étaient mis un peu à la place de l' autre cette maudite guerre n' aurait jamais eu lieu.Une telle guerre serait impossible avec les moyens de communication dont on dispose aujourd' hui.
Pire,on sait aujourd' hui que l' humiliation subie par les allemands créera une rancune qui finira par provoquer la montée du nazisme et, plus tard une 2 ème guerre mondiale.Petite parenthèse au passage, Trump qui n' arrête pas d' humilier les mexicains serait bien inspiré d' étudier un peu l' histoire.
Mais le film va plus loin, grâce au scénario qui réserve des surprises et grâce au personnage campé par Paula Beer qui apporte ce souffle romantique dont je parle dans mon billet.
Un dernier détail.Je dois faire mon méa culpa, car j' en ai trop dit dans mon article, et il vaut mieux aller voir ce film qu' en ne lisant le petit résumé que j' ai mis en préambule.Mais je ne savais comment parler de ce qui m' a bouleversé sans révéler certains détails de l' intrigue...Bon, heureusement, je n' ai pas tout dit...loin s' en faut.
Bonne journée l' amie

fatizo 27/01/2017 21:47

Je viens de me rendre compte que je n'ai pas chroniqué ce superbe film.
Tout d'abord il s'en faut de peu pour que je classe pas ce film parmi les chef-d’œuvres, à cause de réalisation un peu trop académique, comme tu le soulignes.
L'histoire est très forte. On ne sait pas trop ou on va dans la première partie du film.
Je partage aussi ton avis sur le personnage d'Anna, plus fort à mes yeux que celui de Pierre Niney. C'est elle le personnage central de ce film.
Et puis Paula Beer est vraiment sublime dans ce rôle. Sublime de beauté, de sensibilité, de justesse dans son jeu.
N'oublions pas la dernière scène du film, qui offre une porte de sortie positive pour Anna.
Bonne soirée l'ami

alea-jacta-est 27/01/2017 22:08

Alors c' est drôle parce que je cherchais ton article avant d' écrire le mien pour éviter des redites, et puis je ne l' ai pas trouvé.Je suis retombé sur la présentation que tu en as fait avec Comancheria.
Tu fais bien de souligner la fin.Ça manque à mon article, et je cherchais une formule pour en parler...une fin ouverte mais qui reste optimiste connaissant le caractère d' Anna, qui est vaillante et qui va de l' avant.
Alors, je vais te faire une confidence.Au début du film je pensais qu' Adrien et Frantz avaient été amants...ce qui explicait l' état d' effondrement moral d' Adrien.Bon, je n' en dis pas plus mais finalement j' ai été surpris par le scénario.
Paula Beer m' a vraiment troublé.La comparaison avec Romy Schneider est très pertinente...La scène du baiser...Quel frisson mais quel frisson !...
Bonne fin de soirée l' ami

L. Hatem 27/01/2017 21:19

Ah oui... un peu tard sur le calandrier en effet, mais ce n'est jamais tard pour parler du film number two de la liste de Cockpit !

alea-jacta-est 27/01/2017 21:50

Celui là je l' avais en liste d' attente après avoir lu le article de Fatizo.Je ne regrette pas de ne pas l' avoir oublié.
Paula Beer . Quelle révélation !
Bonne fin de soirée l' ami